L'histoire du Batral Dumont d'Urville (1990-1992)

1990


Mission humanitaire au Samoa : les débarquements doivent se faire par LCVP et baleinières (février 1990).

En février, les grandes îles des Samoa occidentales sont frappées par le cyclone Ofa, qui est suivi peu après par Peni, cyclone qui affectera également la Polynésie française dans une moindre mesure. Avec des vents à plus de 200 km, le territoire des Samoa est gravement endommagé.

La France envoie une assistance humanitaire sous la forme d'un Gardian de la 12S qui achemine une première équipe d'évaluation. Puis le Dumont d'Urville, quitte Papeete le 21 février avec un lot de médicaments et accoste à la capitale Apia le 26 février. Sa mission est de transporter du personnel et du matériel entre les deux îles principales des Samoa, Sava'i et Upolu, (distantes de 17 km), soulageant le seul ferry encore disponible. Le terminal de Salelologa est trop peu profond pour accueillir le bâtiment et les débarquements doivent se faire par LCVP et baleinières sous une météo peu clémente. Le Batral est de retour à Papeete le 9 mars.


Six des sept officiers-mariniers supérieurs quittent le bord et offrent à leur camarades, en juin, un pot de départ dans la bonne humeur, à la paillotte de la DCAN.

En mars, le bâtiment accueille à son bord pour une visite pédagogique, une cinquantaine d'élèves de deux classes de CM1 de l'école primaire de Punaauia.

Deux périodes d'entretien à Papeete ont lieu en avril et juin/juillet. Six des sept officiers-mariniers supérieurs quittent le bord, et offrent à leur camarades, en juin, un pot de départ dans la bonne humeur à la paillotte de la DCAN.

Début juillet, le Dumont d'Urville, après avoir fait escale à Ua Pou vient beacher dans la baie de Tahauku, le port de Hiva Oa (Marquises) pour embarquer des légionnaires du 5ème R.E. et leur matériel, après qu'ils aient effectué des travaux d'agrandissement de la piste de l'aéroport. Les soldats du 5ème R.E. sont transportés jusqu'à Mururoa, où le Dumont d'Urville ravitaille les sites au profit du Centre d'Expérimentation du Pacifique.

De retour à Papeete, le Batral effectue une dernière journée à la mer avec les anciens marins de Polynésie.


1990 : le capitaine de corvette Henri Fourmy, commandant le Dumont d'Urville.

Le 1er août, le capitaine de vaisseau Leize, commandant la Marine à Papeete, fait reconnaître lecapitaine de corvette Henri Fourmy comme nouveau commandant du bâtiment. Peu de temps après, hélas, à la suite d'une avarie du moteur de propulsion bâbord, le bâtiment est en réparation pendant deux mois à Papeete, au cours desquels le villebrequin du moteur est remplacé.

Début octobre le Dumont d'Urville reçoit la visite de M. Boris Léontieff, ministre de la mer du gouvernement polynésien, puis part peu après vers Rarotonga, puis Puka-Puka afin d'y déposer des techniciens et du matériel en vue de l'électrification solaire des atolls, suite à un protocole d'accord signé avec les îles Cook.

Suit deux mois d'un détachement en Nouvelle-Calédonie (Nouméa, Lifou, Ouvea, îles des Pins) pour effectuer des transport de troupes du RIMAP et de matériel, en remplacement du Jacques Cartier, en indisponibilité technique au dock DCAN de Papeete. Ce détachement comporte également des escales aux Samoa américaines (Pago Pago) et Wallis et Futuna.


Embarquement d'un camion et d'une équipe de la télévision RFO à l'occasion de ... ? (1991).

Le Batral travaille également (d'octobre à novembre ???) pour la DIRCEN (Direction du Centre d'Expérimentations Nucléaires) pour quatre missions de ravitaillement des sites de Mururoa et Hao, le BTS Bougainville (plus habitué à ce type de mission) étant en période d'entretien. Une PEI a lieu en décembre.

1991

Le premier semestre comprend trois mois d'activités plus spécifiques au Batral comptant des exercices de transport opérationnel avec le RIMAP Polynésie dans les archipels des Tuamotu (Rangiroa, Mururoa, Makemo, Heretua, Hao) et îles-sous-le-Vent (Huahine, Raiatea, Tahaa, Bora-Bora). Quittant le 2 avril Papeete, le Dumont d'Urville dépose des marsouins du RIMAP/P à Tubuai et Rurutu (Australes) pour libérer l'île de "commandos ennemis" que La Tapageuse avait déposé quelques heures plus tôt. Cet exercice, baptisé Tuhaa Pae, est suivi de près par l'amiral Quérat, Commandant les Forces françaises dans la Pacifique, qui est hélitreuillé à bord du Batral par le Super-Puma de la DIRCEN.


Nouveau commandant et départ du CC Fourmy en pirogue traditionnelle (1er août 1991)

Le 8 mai, le Dumont d'Urville est à Uturoa (Raiatea) où l'équipage commémore, avec les anciens combattants, l'armistice à travers une cérémonie du souvenir. De retour à Tahiti le 10 mai, une quarantaine d'enfants d'une classe de 3ème de Paea embarquent pour une journée à la mer jusqu'à Moorea.


1991 : le capitaine de corvette Alain Hinden, commandant le Dumont d'Urville.

En juin, Le Dumont d'Urville part pour une mision de reconnaissance plageage aux Marquises. Il touche successivement Hiva Oa, Nuku Hiva, Ua Pou, Ua Huka et Tahuata. A Hiva Oa, outre le débarquement de matériel pour le SMA, des enfants des écoles viennent visiter le bâtiment. L'escale suivante à Nuku Hiva, en présence du contre-amiral François Quérat, comporte le soutien du voilier école chilien Esmeralda alors de passage.
Début juillet, le commandant réuni à sa table les anciens du Prytanée de La Flèche (groupe Brution) pour une soirée fort conviviale.

En fin de PEI, le 31 juillet a lieu la prise de commandement ducapitaine de corvette Alain Hinden. Un commandement qui commence par une mise en jambe avec une équipe du Centre d'Entraînement de la Flotte en août, qui comprend une halte de deux jours à Huahine. Cette escale donne l'occasion au commandant de reprendre contact avec l'équipe municipale en vue de finaliser le projet de parrainage, amorcé depuis 3 ans. Le Dumont d'Urville repart alors vers Bora-Bora où pour la première fois, il accoste au petit quai de Vaitape.


Certaines zones des fonds sont particulièrement corrodées.

Le traditionnel exercice Marara s'étale du 16 au 20 septembre, et met en oeuvre près de 600 combattants dont deux compagnies du RIMAP/P et du 5ème R.E., le Bougainville, le LV Lavallée, La Tapageuse, La Railleuse, le Dumont d'Urville et l'Edic 9051 et une Alouette III de la 12S. Mission: échapper aux navires ennemis sur la route de Tubuai et Rurutu. Le Dumont d'Urville relâche à Raiatea, puis passe également à Fakarava, Hao, Mururoa, Moorea et Rangiroa. Une escale à l'étranger a lieu à Pitcairn (G.B.) du 27 au 30 septembre.

L'IPER n°5, cinquième grand carénage commence le 7 octobre. L'entretien du bâtiment est rendu difficile par la corrosion qui s'insinue dans les fonds. En témoigne le trou de 3 cm2 découvert dans la coque lors d'une opération de piquage.


Cérémonies de parrainage du bâtiment par l'île de Huahine (La Dépêche - avril 1992).

1992

Une avarie du moteur de propulsion bâbord, le premier jour des essais après IPER, contraint le bâtiment à des réparations pour deux mois, jusqu'au 10 avril. Le 28 mars, un coquetèle grandiose aux couleurs de la Bretagne a lieu en l'honneur de la venue exceptionnelle du Bagad de Lann Bihoué sur le territoire.

Les cérémonies de parrainage du bâtiment par l'île de Huahine (archipel des îles-sous-le-Vent) sont organisées les 14 et 15 avril en présence du vice-amiral Quérat, commandant les Forces Françaises dans le Pacifique.


Le Dumont d'Urville au poste aviation (juillet 1992).

Un autre temps fort est la visite à Pago-Pago (Samoa américaines) du 28 avril au 1er mai.

Les quatre derniers mois du commandement du CC Hinden, voit le détachement du bâtiment en Nouvelle-Calédonie pour remplacer le Jacques Cartier venu faire quelques réparations à la DCN Papeete. En juillet, le Dumont d'Urville participe à l'exercice interarmées Alizé avec le RIMAP de Nouvelle-Calédonie. Le Batral fait escale à Nouméa, Wallis pour les cérémonies et le défilé du 14 juillet, il passe également à Maré, Lifou, Ouvéa, Walpole, l'îlot Matthew, l'île des Pins et Futuna. Il est de retour sur les quais de la base navale de Fare Ute le 7 août, accueilli en musique par la fanfare du RIMAP/P.


1992 : le capitaine de corvette Pierre Seillan, commandant le Dumont d'Urville.

Le 28 juillet a lieu la prise de commandement ducapitaine de corvette Pierre Seillan (à Nouméa ?). Quelques jours après le bâtiment est en escale à Suva (Fidji - 31 juillet au 3 août), avant de rentrer à Tahiti pour une période d'entretien (11 août au 18 septembre). En septembre, il transporte du matériel scolaire pour l'Institut des Energies Renouvelables du Pacifique Sud sur l'atoll de Puka-Puka (27 au 28 septembre). Au cours de cette mission, le 26 septembre, le Dumont d'Urville apporte une assistance médicale sur l'atoll de Sukarov (îles Cook).


A son bord une dizaine de trucks prêté par le territoire au gouvernement des Cook (octobre 1992)

En octobre, il transporte plus d'une centaine de membres de la délégation polynésienne participant au 6ème festival des Arts du Pacifique Sud à Rarotonga (îles Cook - 10 au 28 octobre). A son bord également une dizaine de trucks prêté par le territoire au gouvernement des Cook, trois camions et le véhicule de la chaîne de télévision RFO Tahiti.

Une fortune de mer entraîne un mois d'indisponité accidentelle du 30 octobre au 30 novembre, avec passage sur dock du 23 au 30 novembre.

Le traditionnel exercice Marara réunissant les forces maritimes (Prairial, Balny, Bougainville, Dumont d'Urville, La Gracieuse, La Tapageuse) et terrestres françaises (RIMAP, 5ème RE de Mururoa) en Polynésie a lieu fin novembre. Des éléments armés ennemis envahissent Raiatea, Taha'a et Huahine. Renseignés par les Gardian de la 12S, marsouins et légionnaires reconquièrent, dans la nuit 30 novembre, l'aérodrome de Huahine, et débarquent à Raiatea, puis Taha'a.

Une PEI a lieu en fin d'année (14 décembre au 22 janvier)

Suite de l'histoire...

(textes Jean-Michel Roche - Photo DR/DMD/Marine nationale - Netmarine 2003)


[Sommaire Batral Dumont d'Urville]. [Sommaire Net-Marine]