Histoire de la BAN Saint-Mandrier (1979-1983)

Vue aérienne de la base (1979).

1979
L'année 1979 débute par une forte tempête d'Est et l'héliport se transforme en véritable décharge publique, pratiquement inutilisable. Sa remise en état dure trois semaines ! Le 23 février, la BAN, et la 31F en particulier reçoivent le Chef d'Etat-Major de la Marine, l'amiral Lanuzel qui effectue un vol sur Lynx. Les derniers HSS de la 33F s'acquittent des ultimes missions avant leur condamnation, tant en Corse qu'en Bretagne avec les unités de l'armée de Terre, et de la Légion Etrangère. Pendant ce temps une partie de son personnel s'instruit sur Super Frelon à Lanvéoc. Malheureusement le 12 février, le MT pilote Philippe Dévoille décède lors de l'accident tragique du Super Frelon n°149 à la 32F.
Mai voit la création du 1er détachement Lynx/31F sur la corvette Georges Leygues. Deux Lynx embarquent sur la Jeanne d'Arc, dont la section hélico disparait le 11 juin pour donner naissance à une nouvelle flottille, la 35F, commandée par le LV Guillot. Le 22 juin, une cérémonie émouvante autant que grandiose marque le retrait du service du légendaire HSS1, et son dernier vol à la 33F. Désormais, ce noble appareil, comme tant d'autres, fait parti du passé, et le Super Frelon prend sa place.


A la rentrée un nouvel intrus éveille la curiosité des riverains, l'hydroptère de la SNIAS occupe le quai Ballot et effectue des essais en grande rade.

A la rentrée un nouvel intrus éveille la curiosité des riverains, l'hydroptère de la SNIAS occupe le quai Ballot et effectue des essais en grande rade. Septembre voit le départ du CF Queinnec, il est remplacé par le CF Guillemot qui vient du CEM Ile du Levant. Le passage du CF Queinnec doit être particulièrement souligné car c'est lui qui après un labeur acharné, et de longues recherches a rédigé la première partie de l'historique de l'aéronautique navale à Saint Mandrier (1916-1978). Le calme de cette fin d'année est rompue par la chute en grande rade de l'Alouette II 1488 de la 23S, et le bain forcé, sans dommage, du LV Bardou, officier en second.

1980
Le début de l'année est marqué par une grande activité des formations. La 23S à bord du Foch et l'escorteur d'escadre La Galissonnière, la 31F sur les corvettes Georges Leygues et De Grasse, la 33F opère en Bretagne et en Corse avec les unités d'intervention extérieures et la Légion Etrangère. Le 5 février la première visite type V3 de Super Frelon (112) est effectuée aux ateliers, il aura fallu 4 mois de travail. Le premier détachement Dupleix est créé le 21 avril 1980. Le LV Le Bretou Oliveau rejoint Brest avec deux Lynx. Le 21 mars la BAN change de commandant et le capitaine de frégate Galloy remplace le CF Risacher.


Le 12 juin, deuil à la BAN, le Super Frelon n°112 de la 33F s'abime en mer au large des îles d'Hyères. Trois membres de l'équipage disparaissent. La cérémonie militaire et religieuse à leur mémoire se déroule le 17 dans le hangar 33F.

Le 12 juin, deuil à la BAN, le Super Frelon n°112 de la 33F s'abîme en mer au large des îles d'Hyères, alors qu'il effectue une mission de transport entre le Palyvestre et le Clemenceau. Trois membres de l'équipage disparaissent : le MP Beurrier (Mecbo), le PM Heredia (co-pilote), le PM Aucher (Mecbo). Ils laissent trois veuves et cinq orphelins. La cérémonie militaire et religieuse à leur mémoire se déroule le 17 dans le hangar 33F. Elle est présidée par le VAE Accary Préfet Maritime. L'arrêt des vols sur Super Frelon est décidé, ils reprendront progressivement à partir du mois d'août.
Les mutations à l'été amènent un changement important dans l'état-major de la BAN : CST le CC Subra remplace le CF Le Vourch ; CSG le CC Schwarz remplace le CC Couthures ; CGA l'OCE Meriot remplace le CC Le Ruen. De nombreux hélicoptères stationnés sur les bâtiments étrangers en escale à Toulon ou Marseille, en particulier ceux de la 6ème Flotte US prennent l'habitude de "relâcher" sur la BAN. Ces contacts sont très intéressants pour tous. Avec l'hiver, les derniers HSS qui attendaient acquéreur, sagement rangés au hangar Sainte Sophie, prennent la route. Il rejoindront Port de Bouc pour embarquer à destination d'un pays du sud-est asiatique. Témoignage d'une époque, un spécimen est conservé, il trône entouré de verdure près du bâtiment de Commandement, solide encore, il veille sur les jeunes générations.


Le 1er septembre, l'escadrille 23S passe sous le commandement organique de l'amiral Commandant l'aviation embarquée et les porte-avions. L'évènement donne lieu à une cérémonie présidée par le CA Montpellier (ALPA).

1981
Cette année voit la BAN prendre son régime de croisière, malgré les difficultés engendrées par une pénurie de pièces de rechanges pour les nouveaux appareils. Les trois formations s'acquittent cependant de leurs missions. Les travaux d'infrastructures programmés les années précédentes se concrétisent : rénovations de l'ancienne caserne et cuisine des officiers mariniers, construction de locaux sanitaires et vestiaires pour le personnels des formations, construction d'une aire de décapage et point-fixes dans la zone Est. Le 12 janvier, ce sont les nouvelles installations du PC opérations sont inaugurées. Le 7 avril la BAN reçoit la visite de l'amiral italien Monassi, commandant les Forces Navales Alliées du Sud Europe.

Le 1er septembre, l'escadrille 23S passe sous le commandement organique de l'amiral Commandant l'aviation embarquée et les porte-avions. L'évènement donne lieu à une cérémonie présidée par le CA Montpellier (ALPA). L'aéronautique navale de Saint Mandrier change à son tour de commandant le 11 septembre. Lecapitaine de frégate Antoine de Terrasson de Montleau, venant du bureau infrastructure de SC/Aéro remplace le CV Galloy.


20 août : détournement de la vedette iranienne Tabarzin. Son équipage légal et de fortune, débarque à quai pour emprunter deux Super Frelon de la 33F, destination Hyères puis par Nord 262 Dugny et leur "destiné"...

20 août, fait marquant entre tous pour la base et autour duquel il y a beaucoup de discrétion, la conclusion heureuse du détournement de la vedette iranienne Tabarzin par des contre-révolutionnaires à l'époque où le Chah d'Iran venait d'être renversé par la révolution islamique. Son équipage légal et de fortune, débarque à quai pour emprunter deux Super Frelon de la 33F, destination Hyères puis par Nord 262 Dugny et leur "destiné". 26 octobre, l'héliport supporte une activité peu ordinaire : 27 hélicoptère de l'Alat font escale en attendant le pont vert du Clemenceau. Les vols s'échelonnent jusqu'à la nuit, un mini "Apocalypse Show".
La fin de l'année reste calme, on prépare minutieusement le troisième détachement BPH (Bâtiment Porte-Hélicoptère) de la 31F sur la corvette Montcalm qui prend armement au début 1982. Aux services opérations, où le CC Farlet a remplacé le CF Rouland au poste de CSO, à l'été, les charges augmentent progressivement et la BAN devient opérationnelle 24h/24.


Le 30 avril, les officiers mariniers touchent une nouvelle "hostellerie". Le bâtiment OM rénové pourvu du dernier confort.

1982
L'année 1982, pour la base commence calmement, calme tout relatif et trompeur avant la tempête car ce millésime restera vivant dans les annales et les mémoires de Saint Mandrier. Les CH46 de l'US Navy retrouvent le chemin de la base dès janvier, tandis que le 33F et la 32F se mettent à deux pour pratiquer une évacuation sanitaire de nuit le 26 février sur un pétrolier italien, le Genova. La 33F inaugure le 10 mars, les raids opérationnels de nuit avec l'attaque de la base de Nîmes par mortiers du 2ème REP transportés par 4 Super Frelon au départ de Calvi. Ce raid restera célèbre sous le nom de code d'exercice Bombarde.
Le 30 avril, les officiers mariniers touchent une nouvelle "hostellerie". Le bâtiment OM rénové pourvu du dernier confort. Le 16 juin, journée traditionnelle d'accueil des familles suivie un mois après par la revue navale du 14 juillet qui voit cloturer l'année aéronautique avant le départ en permission d'été et la semi-léthargie estivale. Ce jour là les hélicoptères sont à l'honneur et le Président de la République, Premier ministre et Ministres remplacent les commandos et les échelons d'accompagnement. En hors d'oeuvre les Super Frelon, comme pour se préparer au grand show de la revue navale du 14 juillet, défilent le 2 juillet pour le remplacement du CC Sarrazin par le CC Pluvinet à la tête de la 33F.

C'est le 24 août que les trois coups sont donnés en lever de rideau à Olifant, la grande opération navale de l'année 1982 qui transforme la base en ruche pendant deux mois pour assurer le soutien des Super Frelon 33F et 32F, des Lynx 31F des détachements Georges Leygues, Dupleix et Montcalm dont la mission commence dès le 11 juin. Ils participent à l'intervention française au Liban.


En reconnaissance, deux Super Frelon "leadés" par le commandement de la 33F décollent de Saint Mandrier, et après une escale à Aspretto, Naples, Athènes et Héraklion se posent à Larnaka (Chypre) où ils attendent l'arrivée du TCD Orage.

En reconnaissance, deux Super Frelon "leadés" par le commandement de la 33F décollent de Saint Mandrier, et après une escale à Aspretto, Naples, Athènes et Héraklion se posent à Larnaka (Chypre) où ils attendent l'arrivée du TCD Orage. Ils sont rejoint le 7 septembre par quatre Super Frelon des 32F et 33F unis dans l'effort, amenés à pied d'oeuvre par le Foch, appuyés par les Alouette de la 23S embarquées sur le porte-avions et la Meuse. Tous, entre le 9 et le 18 septembre, assurent l'évacuation du détachement français de la Force Multinationale d'Intervention, "slingant" en un temps record, camions, jeeps et matériels divers, qu'ils déposent à Calvi au cours d'un ballet hallucinant. Le 23 septembre, de nouveau, six Super Frelon et trois Alouette ainsi que deux Lynx sur le Montcalm reprennnent la route du Moyen Orient qu'ils commencent à bien connaître. Ils rentrent le 7 octobre. Entre temps, le CF Guillemot, commandant en second, a lui aussi pris le chemin du Moyen-Orient et après bien des péripéties s'installe à Ryad (Arabie Saoudite), le capitaine de frégate Graffin le remplace.


La piste se retrouve en partie enfouie sous des tonnes de sable, de cailloux et de détritus divers : 400 marins de tout grade s'alignent face à la mer pour déblayer le tout.

La "tempête" opérationnelle s'apaise, la base retrouve son calme, la nouvelle année aéronautique commence, mais le 7 novembre... c'est de nouveau la tempête... "météorologique" cette fois. La piste se retrouve en partie enfouie sous des tonnes de sable, de cailloux et de détritus divers. Les moyens normaux de déblaiement risquent de détériorer le revêtement et les feux de piste intégré, la méthode "chinoise" est utilisée : 400 marins de tout grade s'alignent face à la mer pour rejeter ce dont elle s'était débarrassée. L'année s'achève comme elle avait commencée, par le passage de quelques hélicoptères américains venus comme chaque année, passer les fêtes à Saint Mandrier.

1983
L'année qui commence est placée sous le signe du cinquantenaire de la base. Celle-ci n'en oubliera pas pour autant sa mission : les opérations au Liban qui vont se succéder à un rythme sans cesse croissant tout au long de l'année viendront si besoin est, prouver une nouvelle fois son efficacité. Dès le début février, c'est un nouvel épisode d'Olifant, douzième du nom : deux Lynx de la flottille 31F embarqueront sur le Dupleix jusqu'au 5 avril... suivi de deux autres qui, à bord du Montcalm, assureront la relève sur zone le 29 mars : Olifant XIII s'achèvera le 1er juin.


L'équipage du Super Frelon 101 : PM Neveu, PM Duflocq, PM Bravelec, MT Lemat, QM1 Gallo (plongeur).

Le mois de mai voit le retour des premiers plaisanciers, ce qui se concrétise, comme chaque année par une augmentation de décollages sur alerte à leur profit : ainsi ce lundi 2 mai, le Super Frelon n°101 de la 33F repêchera trois naufragés anglais au large du cap Cepet. Et toujours un leitmotiv... Olifant XIV : du 12 mai au 17 août, deux Alouette III de l'escadrille de l'escadrille 23S embarquent sur le porte-avions Foch tandis qu'à la flottille 33F, après de nombreuses sollicitations en 1982, c'est l'intermède : si deux Super Frelon appontent sur le TCD Ouragan cette fois, c'est cap à l'ouest pour participer du 20 mai au 7 juillet à deux exercices africains : Katcha au Togo et Mayumba au Gabon.

Tout en poursuivant ses missions opérationnelles importantes, à son activité de soutien aux appareils dispersés loin de Toulon, et de maintien de l'entraînement des équipages qui assureront les relèves, la base prépare, dès le mois de février les manifestations du « cinquantenaire » ... le dimanche 29 mai en verra l'aboutissement, tout sera prêt pour accueillir les invités dès le matin, et les quelques 7000 visiteurs en début d'après midi... cérémonie officielle, repas champêtre, nombreux stands et expositions diverses et présentation en vol de tous les appareils en service dans l'Aéronautique navale, marqueront de façon mémorable ce demi siècle d'existence.

En juillet, la base voit la mise en service de sa nouvelle centrale électrique... et le départ pour Olifant XV de deux Alouette III, embarquées sur le BSL Rance, qui rejoint les côtes libanaises le 30 juillet pour un retour à Saint Mandrier le 12 septembre. La situation opérationnelle s'anime subitement dans la nuit du 29 au 30 août, toute la bse est mise en alerte... "méditerranée orientale" oblige , et à partir du 2 septembre "Olifant XVII, Olifant XVIII, Olifant XIX, vont se succèder à un rythme accéléré jusqu'à la fin de l'année. De nombreux détachements des trois formations seront présents sur les porte-avions, les corvettes, TCD et autres BPH, passeront des uns aux autres en pleine mer au gré des relèves sur zone et maintiendront une activité soutenue durant tout ce dernier "quadrimestre 83". Le 23 septembre, ce sont les adieux du CF de Montleau... la BAN reçoit son nouveau commandant, lecapitaine de frégate Jean-Pierre Chauvin que le CV Farand, commandant l'aéronautique navale en IIIème région fait reconnaître.


Cinquantenaire de la BAN : Les anciens commandants posent devant le HSS n°182, sorti pour l'occasion (29 mai 1983).


Le mardi 29 novembre, la base est en deuil : le Lynx n°277 de la flottille 31F, en détachement sur le Dupleix, s'abîme en mer au large de Beyrouth faisant 3 morts. Les cérémonies religieuses et militaire en leur mémoire ont lieu dans le hangar de 31F.

Le mardi 29 novembre, la base est en deuil : le Lynx n°277 de la flottille 31F, en détachement sur le Dupleix, s'abîme en mer au large de Beyrouth : le MP Tanguy (commandant d'aéronef) est porté disparu, l'EV1 Grilli (co-pilote) et le PM Oswianka (chef cargo) décèdent dans l'accident.

Les cérémonies religieuses et militaire en leur mémoire ont lieu le 5 décembre dans le hangar de 31F, en présence de l'amiral Leenhardt, chef d'état-major de la Marine, et de nombreuses personnalités civiles et militaires.

(Sources : Carnets de marche de la BAN St Mandrier, photos BAN St Mandrier, Jean-Michel Roche Netmarine 2002)


[Sommaire BAN St Mandrier] . [Sommaire Net-Marine]