Histoire et actualités du remorqueur de haute mer Abeille Languedoc


22 Janvier 2012 :Un caboteur battant pavillon d'Antigua et Barbuda, qui venait de Rouen, s'est trouvé en difficulté, dans la nuit du 21 au 22 janvier, suite à une panne d'embrayage du moteur. L'avarie a été annoncée alors que le Mermerdelen, navire de 88 m, à vide au moment de l'avarie, se trouvait au large de Dieppe, sa destination. En accord avec les services de la préfecture maritime, le navire a été mis au mouillage, pendant le temps nécessaire à l'équipage pour réparer la panne. Par précaution, le préfet maritime a envoyé le remorqueur Abeille Languedoc et une équipe afin d'évaluer la mécanique et la sécurité à bord. Au matin, le bateau a pu rentrer au port de Dieppe.

30 Septembre 2011 :A partir du vendredi 30 septembre 2011, le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille Languedoc sera positionné dans le détroit du Pas de Calais. Ce moyen hauturier est affrété par la marine nationale au profit du préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord. Doté de capacités de remorquage et de lutte antipollution, il assurera la sécurité de la zone maritime en lieu et place du remorqueur Anglian Monarch. Ce dernier était depuis 2000 affrété conjointement par la Grande- Bretagne et la France pour assurer la sécurité dans cette zone maritime très fréquentée. A l'automne 2010, le Royaume-Uni avait annoncé qu'il ne renouvellerait pas le contrat d'affrètement du remorqueur en raison de restrictions budgétaires. La politique française en termes de sécurité maritime est une politique de prévention. La volonté est de préserver un dispositif robuste et efficace dans cette zone. Le gouvernement français a décidé de déplacer le remorqueur Abeille Languedoc de la Rochelle à Cherbourg (son nouveau port administratif) pour assurer la sécurité dans le nord de la zone maritime. Il patrouille à partir du port de Boulogne-sur-Mer dès le 30 septembre 2011.

29 Septembre 2011 : L'Abeille Languedoc appareille avec le vice-amiral d'escadre Bruno Nielly à son bord, pour rejoindre le 30 Boulogne-sur-Mer, où il est désormais positionné pour intervenir dans le détroit du Pas-de-Calais.

26 Septembre 2011 : Le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage Abeille Languedoc est à Cherbourg, après avoir effectué un arrêt technique de trois semaines à Concarneau. Le navire a, ainsi, retrouvé son ancien port d'attache, où il a été remplacé en 2005 par la nouvelle Abeille Liberté, qui l'a d'ailleurs accueilli hier à son arrivée dans la rade. Après avoir passé 6 ans à La Rochelle, la Languedoc est en cours de redéploiement dans le Pas-de-Calais. Le remorqueur reste trois jours à Cherbourg, siège de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, à laquelle il est rattaché. Durant cette escale dans le Cotentin, l'équipage a recu les directives du préfet maritime sur sa mission à venir.

31 aout 2011 : Le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage Abeille Languedoc a définitivement quitté sa station au port de La Rochelle - La Pallice Il a mis le cap sur la Bretagne, où il va effectuer un arrêt technique aux chantiers Piriou Naval Services à Concarneau avant de rejoindre Cherbourg le 25 septembre prochain. Il y restera deux jours pour recevoir ses instructions du préfet maritime de la Manche et de la Mer du Nord concernant sa nouvelle station et sa zone de patrouille dans le Pas-de-Calais, où il va remplacer le remorqueur britannique Anglian Monarch. Le 27 septembre, l'Abeille Languedoc rejoindra son nouveau port base de Boulogne-sur-Mer. Les élus de La Rochelle, ainsi que l'association Mor Glaz, ont exprimé leur inquiétude quant au départ du navire. Aucune solution de remplacement n'a encore été officiellement évoquée.

22 Juillet 2011 : Cette nuit, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d'Etel est informé par le Union Neptune, cargo de 87 mètres battant pavillon des îles Cook, avec 6 membres d'équipage à bord, que le navire a pris une forte gîte et que l'équipage évacue à bord du canot de survie. Le Union Neptune se trouve à 45 kilomètres (24 nautiques) à l'ouest de la pointe de La Coubre. Il assurait un transit entre Bordeaux et Rotterdam avec une cargaison de 2 082 tonnes d'oxyde de fer, qui ne présente pas en l'état un danger important pour l'environnement marin.A 02 h 15, le CROSS Etel met en oeuvre l'hélicoptère Dauphin de service public de la marine nationale basé à La Rochelle qui rallie la zone à 03 h 00 et réalise le treuillage des membres d'équipage en deux rotations pour les déposer à Chassiron où ils sont pris en charge par le personnel du sémaphore puis par les pompiers. Un des membres d'équipage a été dirigé vers l'hôpital de Rochefort pour une hypothermie.La vedette SNSM 85 de Port Médoc est également mise en oeuvre et rallie la zone à 05 h 10 pour apporter son concours à la surveillance du cargo.En parallèle, la préfecture maritime Atlantique a demandé au remorqueur de haute mer Abeille Languedoc de quitter sa zone de surveillance au large d'Hendaye pour se diriger vers le Union Neptune qu'il devrait rallier vers 14 h 00.
Dans l'après-midi alors qu'il était en remorque avec le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc, le Union Neptune, a sombré à 18h45, au large de l'Ile d'Oléron A 15h10, la remorque était passée grâce à l'hélitreuillage de personnel de l'Abeille Languedoc par le Dauphin Guépard Yankee. Durant le remorquage, alors que le convoi était à faible allure en direction de La Rochelle, la gite de l'Union Neptune n'a fait que s'accentuer.

Septembre 2010 : L'Abeille Languedoc est de retour à Cherbourg afin de compenser l'absence de l'Abeille Liberté en entretien à Brest. L'Abeille Languedoc est à Cherbourg jusqu'au 19 septembre.

24 janvier 2009 : En raison des conditions météorologiques très difficiles rencontrées dans le sud du golf de Gascogne, rafales jusqu'à 140 km/heure, creux de 5 à 6 mètres, deux bâtiments de commerce ont fait l'objet de mesures de suivi particulières de la part de la préfecture maritime de l'Atlantique : - A environ 100 kilomètres dans l'ouest d'Arcachon, le méthanier Français de 290 mètres Provalys a été contraint de réduire sa vitesse à 4 noeuds. La préfecture maritime de l'Atlantique a fait appareiller à titre préventif le remorqueur d'intervention Abeille Languedoc. Le Provalys est lège et fait route vers Saint Nazaire pour réparation.

9 au 19 septembre 2008 : Pendant l'opération programmée d'entretien du remorqueur d'assistance et de sauvetage Abeille Liberté, basé à Cherbourg, le remorqueur Abeille Languedoc, basé à La Rochelle, a été déployé dans ce port pour le remplacer et assurer sa mission de permanence opérationnelle du dispositif de sécurité français. Pour assurer cette même mission à La Rochelle, la société Les Abeilles a mis à disposition de la marine nationale un remorqueur de remplacement, le V.B. Octeville, affrété par le groupe espagnol Boluda. Le dispositif habituel sera réactivé dès la fin de la période d'entretien de l'Abeille Liberté, soit le 20 septembre.

27 juin 2008 : Evolution temporaire du dispositif permanent des remorqueurs d'intervention en Atlantique
L'Abeille Languedoc, remorqueur d'intervention de la société Les Abeilles International basé à la Rochelle et affrété par la marine nationale dans le cadre des missions d?assistance aux navires en mer, entrera dans une période d'indisponibilité à compter du 30 juin. Celle ci devrait durer 3 semaines environ. Pendant cette période, Les Abeilles International remplaceront l'Abeille-Languedoc par un remorqueur, le V.B Octeville, armé par le groupe espagnol Boluda. L'ancien dispositif sera réactivé dès la fin de cette période d'entretien, à savoir le 20 juillet 2008.

31 mars 2008 : L'Advance, cargo battant pavillon Saint-Vincent-et-Grenadines qui était en difficulté dans le Golfe de Gascogne depuis dimanche 30 mars matin, a coulé à 03h00 à environ 140 km au sud ouest de la pointe de Penmarch. Il se trouvait au niveau du talus du plateau continental et il a coulé entre 1 000 et 1 500 mètres de fonds. Victime d'une entrée d'eau d'origine inconnue, le cargo avait lancé un message de détresse dimanche 30 mars vers 11h00 avant de l'annuler une heure plus tard. Devant cette situation d'alerte, la préfecture maritime a ordonné l'envoi d'une équipe d'évaluation à bord du bateau, destinée à constater précisément sa situation.

Cette équipe, constituée par des marins de la frégate Tourville a été hélitreuillée par son hélicoptère vers 15h45. Au regard de ses constatations, la préfecture maritime a déployé une équipe d'intervention de marins-pompiers de Brest et d'importants moyens de pompage qui ont été hélitreuillés vers 19h30 par un Super-Frelon de la base aéronavale de Lanvéoc. Dans la soirée, l'Alcyon et l'Abeille Languedoc ont également rejoint le Tourville pour porter assistance au navire. Vers 00h15, en dépit des opérations conduites, le bateau a atteint un enfoncement important. Face à cette situation, les six membres d'équipage (quatre Lithuaniens, dont le commandant et deux Russes) et les marins-pompiers qui se trouvaient à bord ont été évacués par l'hélicoptère de la frégate Tourville sur ce bateau. Ils ont été ensuite transférés ce matin sur l'Abeille Languedoc pour être ramenés à La Rochelle où ils sont attendus dans la soirée. L'Advance transportait 67 m3 de gazole de propulsion, 1 000 tonnes de manganèse et 1 600 tonnes d'argile qui ne présentent pas de danger significatif pour l'environnement. Toutefois, des survols de la zone vont être réalisés aujourd'hui par un Lynx et un Falcon 50 de la marine nationale pour s'assurer de l'absence effective de toute trace de pollution.


20 mars 2008 : Echouement d’un cargo sur la plage des Sables-d’Olonne (suite): L'opération de déséchouement du cargo Artemis organisée par Les Abeilles international aux Sables-d'Olonne a été menée à bien cet après-midi un peu avant 16 h. Le cargo est en route vers La Rochelle où il sera inspecté. C’est vers 15 h 45 qu’il a commencé à bouger puis, ensuite, tout s’est passé très vite. Deux remorqueurs ont participé à l’opération. D’un côté, l’Alcyon a maintenu par l’arrière le cargo tandis que l’Abeille Languedoc tirait la remorque qui y était accroché à l’avant. L’Artemis a pivoté sur lui-même, s’est retourné pour arriver dans la tranchée creusée sur la plage et reprendre la mer. A peine 40 % de la force de traction du remorqueur a finalement été utilisée. Le bateau fait maintenant route vers La Rochelle où il devrait être inspecté. Sa structure pourrait avoir souffert. (photo Marine nationale)

11 mars 2008 : Echouement d’un cargo sur la plage des Sables-d’Olonne (suite): A la suite de l'échouement du cargo Artemis, l'armateur a fait appel à la société Les Abeilles international pour conduire les opérations de déséchouement. Une tentative a été conduite ce jour en fin d'après midi pour profiter des conditions favorables de marée. Cette opération s'est déroulée en deux temps : Au cours d'une première phase, une remorque en polypropylène flottante a été transférée de l'Artemis vers l'Abeille-Languedoc avec le concours d'un hélicoptère Dauphin de la marine nationale et d'un canot de la SNSM. Cette manoeuvre a été rendue nécessaire par la distance séparant les deux navires (1000 mètres) qui interdisait l'emploi de la remorque métallique habituelle de l'Abeille-Languedoc beaucoup trop lourde pour pouvoir être manoeuvrée dans de telles conditions. Les ballasts de l'Artemis ont été parallèlement vidés pour alléger son arrière. Une butte de sable a été érigée sur l'avant bâbord pour empêcher sa progression naturelle vers la digue. Enfin, une tranchée a été creusée pour permettre à l'arrière du navire de descendre vers la mer lors de la prise en remorque. La tentative de déséchouement proprement dite a été conduite dans un deuxième temps à marée haute. Elle a échoué à la suite d'une rupture de la remorque. L'entreprise chargée du sauvetage du navire continue à étudier les mesures et les matériels appropriés pour le déséchouement à court délai. En cas de nouvel échec, des mesures conservatoires vont également être entreprises pour préserver, d'ici là, l'intégrité et la sécurité du navire et prévenir tout risque de pollution. (photo Françoise Guilé)

10 mars 2008 : Echouement d’un cargo sur la plage des Sables-d’Olonne: A 07h45, le cargo battant pavillon néerlandais Artemis s’est échoué sur la plage des Sables-d’Olonne à environ 500 m de la jetée Est d’accès au port. Ce bateau de 88 m de long et de 3800 tonnes à pleine charge ne contenait pas de cargaison à bord. L’accident est survenu alors que le navire était en phase d’approche vers le port avec un pilote à bord. Il est principalement dû aux mauvaises conditions météorologiques : le vent était alors établi à 37 Nd (65 km/h), et la houle était très forte. Les six membres d’équipage et le pilote sont toujours à bord. Les premiers éléments d’analyse font ressortir que l’accident est survenu à marée descendante, 1h30 m après la pleine-mer. Les soutes de l’Artemis contiennent 40 m3 de gazole de propulsion, qui est un produit volatil léger qui limite les risques de pollution. Les services de la préfecture maritime étudient actuellement les moyens de tenter une opération de déséchouement du bateau à l’occasion de la prochaine pleine-mer de 18h15 ce soir. Le remorqueur d’assistance Abeille-Languedoc a ainsi été dépêché sur zone qu’il atteindra en milieu de matinée. (photo Marine nationale)


10 octobre 2007 : Vers 17h00, le CROSS Corsen a reçu une demande d'assistance provenant d'un cargo panaméen de 80 mètres, l'Aladin 1, transportant du minerais et faisant route vers Shoreham (Grande-Bretagne). Ce cargo était stoppé, en panne de groupe électrogène, à environ 50 kilomètres à l'ouest de l'île d'Ouessant (dans le dispositif de séparation de trafic maritime). Le centre opérationnel de la marine à Brest a demandé à l'Abeille Languedoc d'appareiller pour porter assistance au bateau. L'Abeille Languedoc a assuré la sécurité de la navigation en restant à proximité du cargo qui ne disposait plus de ses feux de navigation. Vers minuit, l'armateur a signé un contrat d'assistance avec la société Les Abeilles International. L'Aladin 1 a ensuite été pris en remorque vers Brest.


L'Abeille Languedoc remplace pendant cinq à six semaines environ à compter du 6 octobre l'Abeille Bourbon. L'Abeille sera elle-même relevée par un autre remorqueur de la division offshore du groupe Bourbon, le Bourbon Rhesos. Le nouveau dispositif est conforme au contrat d'affrètement liant la marine nationale et le groupe Bourbon. En fin de période d'indisponibilité de l'Abeille Bourbon, l'ancien dispositif des remorqueurs d'intervention sera réactivé : l'Abeille Bourbon à Brest et l'Abeille Languedoc à La Rochelle.
20 & 21 juin 2007 : Exercice Gascogne 2007 : un exercice d’assistance à un navire en difficulté et de lutte contre une pollution par hydrocarbures au large de Biarritz, avec le soutien de moyens espagnols et de l’agence européenne de sécurité maritime. L’exercice s'est déroulé en deux temps distincts avec la participation du pétrolier Chassiron, affrété par Total et qui pour l'exercice a été heurté par un cargo rattrapant. Le Chassiron a signalé au CROSS Etel une forte gîte due à une entrée d’eau. La perforation d’une soute et l’envahissement de la machine rendent le navire non maître de sa manœuvre et imposent un remorquage par l’Abeille Languedoc. Les autorité maritimes et terrestres françaises se sont ensuite concertées pour déterminer un lieu de refuge adapté aux circonstances.La frégate Germinal a pour sa part assuré le contrôle opérationnel des moyens. Le lendemain la deuxième phase de l'exercice s'est déroulée avec la mise en oeuvre de moyens de récupération des matières polluantes déversées. Les observations qui ont été faites au cours de cet exercice ont permis de vérifier la pertinence des plans de secours en vigueur et d’en améliorer les points perfectibles. Une conférence de presse a eu lieu à l'issue de l'exercice en présence du VAE Rolin - préfet maritime de l'Atlantique, de Monsieur Viton - préfet délégué à la sécurité pour la zone de défense Sud-Ouest, et de Monsieur Bernd Bluhm - directeur des opérations de l'AESM (Agence Européenne de Sécurité Maritime).

2 avril 2007 : Un incendie a lieu à bord du porte-conteneurs Rokia Delmas. Différents moyens ont été dépêchés sur zone afin de circonscrire l’incendie, dont l’Abeille Languedoc, les marins pompiers de Brest et les pompiers de la Rochelle. L’origine accidentelle de ce feu est due à l’oxydécoupage du pont 4 (directement en contact avec le bois). En fin d’après-midi, un Super-Frelon a décollé de la base navale de Brest avec 6 pompiers et leur matériel. Le 3 avril, l’incendie était maîtrisé, et il ne restait qu’un foyer d’environ 30 m². Il faudra environ 3 jours pour évacuer les divers déchets.

24 octobre 2006 : Vers 04h00, un porte-conteneurs, le Rokia Delmas (pavillon Panama, 185 m, 26 hommes à bord) en train de rallier le port de La Pallice-La Rochelle est tombé en avarie totale de propulsion et d'énergie dans le Sud de l'Ile de Ré. Dans l'obscurité la plus complète, le commandant alerte le CROSS Etel grâce à une VHF portable. Du fait des vents violents (100 km/h) et des vagues (creux de 4 mètres), le navire dérive vers la côte Sud de l'Ile de Ré. Le CROSS Etel met en oeuvre l'hélicoptère de la Marine nationale basé à La Rochelle et les remorqueurs portuaires de ce même port, mais ces derniers n'ont pu intervenir à cause des conditions de mer. Vers 05h00, le bâtiment talonne à 9 km dans le Sud du village de La Couarde sur Mer (Ile de Ré), et se pose sur un fond sablono-rocheux de 9 mètres de profondeur. Il gîte sur le côté babord (20 degrés environ), sa cargaison est partiellement désarrimée mais aucun conteneur ne tombe à l'eau. une équipe d'évaluation mixte (Marine nationale + inspecteur du centre de sécurité des navires + un commandant des Abeilles) composée de 9 personnes, partie de Brest en fin de matinée à bord d'un hélicoptère Super-Frelon, a été hélitreuillée sur le navire pour poursuivre les investigations et faciliter les actions ultérieures. Le remorqueur Abeille Languedoc est sur zone depuis 14h00 et le remorqueur Abeille Bourbon est lui présent sur les lieux vers 18h30. A titre de précaution et pour parer à toute éventualité, le bâtiment de sauvetage, d'assistance et de dépollution (BSAD) Alcyon a appareillé à 14h00 de Brest avec du matériel anti-pollution. Alors que l'Abeille Bourbon reste sur place pour la suite des opérations, l'Abeille Languedoc a reçu l'ordre de se diriger vers Ouessant pour relever le remorqueur de haute mer Tenace dans la posture d'alerte météorologique aux abords du DST. Dans les jours qui suivent l'Alcyon assure les opérations de pompages avec la société SMIT des cuves du Rokia Delmas.

24 juillet 2006 : En fin d'après-midi un pêcheur a signalé un conteneur flottant entre deux eaux à environ 200 kilomètres à l'ouest de la côte d'Hourtin (Gironde) en plein milieu du golfe de Gascogne. Ce conteneur frigorifique de couleur verte était très endommagé et représentait un danger pour la navigation. Le préfet maritime de l'Atlantique a ordonné au Remorqueur d'Intervention d'Assistance et de Sauvetage (RIAS) Abeille Languedoc, en patrouille maritime, de se rendre sur zone et de faire cesser le danger. A 02h00 ce jour, ce remorqueur a réussi à hisser le conteneur à son bord et fait route actuellement vers le port autonome de La Rochelle-Pallice où il devrait arriver le mercredi 26 juillet vers 10h00.

12 au 16 mars 2006 : L'Abeille Languedoc remplace à Cherbourg l'Abeille Liberté qui participe à l'exercice Bonnex en zone anglaise.

23 janvier 2006 : Arrivée de l'Abeille Languedoc à La Rochelle après une révision complète à Brest. Le remorqueur a auparavant effectué des escales à Lorient et Bordeaux.

15 janvier 2006 : Un feu se déclare à bord du fileyeur espagnol "Pottoko" alors qu'il se situe à environ 11 nautiques dans l'ouest de Mimizan. L'équipage (5 personnes) est recueilli par le bateau de pêche "Gavroche". Le remorqueur "Abeille Languedoc", le SNS 071 "Gema" de Ferret, le SNS 243 "St Nicolas" de Capbreton, et le SNS 079 "Cpt Martin Jorlis" de Bayonne sont dépêchés sur zone."L'Abeille Languedoc" maîtrise le feu et sécurise le navire, qui en raison du mauvais temps, ne pourra être remorqué que le lendemain par le canot de la SNSM 079 "Cpt Martin Jorlis" jusqu'à Hendaye.

25 octobre 2005 : Départ de l'Abeille Languedoc vers Brest pour un carénage d'un mois avant son affectation à La Pallice et la surveillance du Golfe de Gascogne.

Mai 2005 : Exercice Manchex
L'Abeille Languedoc a participé à l'exercice « Manchex 2005 » qui s'est déroulé hier au large de Ouistreham. Thème de l'opération franco-britannique : un incendie à bord du cargo Fort Sainte-Marie de la compagnie française CMA-CGM, chargé de conteneurs toxiques. Le nuage nocif atteint un ferry et intoxique les passagers. 900 personnels civils et militaires ont été mobilisés.

Mai 2005 : Sauvetage de marins pêcheurs
Quatre marins d'un chalutier qui a sombré dans la nuit du 17 au 18 mai en Manche, à l'ouest de la pointe du Cotentin, ont été récupérés sains et saufs.
Déroutés par le CROSS Jobourg deux navires de commerce, le Transfjord, méthanier immatriculé à Singapour a récupéré les quatre hommes, avant qu'ils ne soient hélitreuillés par un Dauphin SP de la 35F. Le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc, a également participé aux recherches. (Communiqué PM)
Avril 2003 : Appel d'offres restreint pour le remplacement des Abeille Flandre et Abeille Languedoc
Quatre armateurs candidats à la reprise du marché de prestations de service en matière de sauvetage et d’assistance en mer, pour le remplacement des remorqueurs de sauvetage en mer Abeille Flandre et Abeille Languedoc, ont reçu au début du mois d’avril l’appel d’offres restreint de la Marine nationale. Les armateurs, Bourbon Maritime, Dreyfus Armateur, NTA et SMIT, devront faire connaître
leur offre avant le 30 juin prochain, la commande formelle des 2 nouveaux remorqueurs devant ensuite pouvoir être passée cet été. D’autre part, la mise en service et la signature du contrat entre l’état major de la Marine et l’armateur retenu pourraient être effectives à la fin du second semestre 2005. Enfin, la durée du contrat sera de 8 ans à partir de la mise en service des 2 remorqueurs de haute mer.
Janvier 2003 : Un cargo en panne en pleine Manche
Du 2 au 3 janvier 2003, la préfecture maritime de Cherbourg a mis en oeuvre le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc pour remorquer un cargo. Celui-ci était en panne moteur en pleine tempête. Le cargo Rena, navire de 86 m transportant 5900 t de céréales et battant pavillon Antigues et Bermudes, a signalé une panne moteur. Le bateau, qui venait d'Ispwich (Grande-Bretagne) et qui se rendait à de Palma de Majorque (Espagne), était immobilisé à 150 km au nord-est du cap de La Hague, dans une mer forte. Arrivé sur zone à 20h58 le 2 janvier, l'Abeille Languedoc a pris en remorque le Rena pour se diriger vers le port du Havre qu'il a atteint le 3 janvier à 9h00.

Mars 2002 : Bilan d'activités en Manche et mer du Nord
L'activité du mois de février a été principalement consacrée à l'assistance aux petites embarcations ou engins de plage. Ces opérations ont souvent été occasionnées par l'inconscience ou l'incompétence des plaisanciers incriminés. Deux évacuations sanitaires à bord de navires de commerce ont par ailleurs été conduites, ainsi qu'une délicate récupération par le remorqueur d'assistance Abeille Languedoc d'une lourde bouée à la dérive dans une mer formée. Les Cross Gris-Nez et Jobourg ont comptabilisé 7 pannes moteur, 2 évacuations sanitaires, 1 échouement et 13 assistances aux engins de plage. L'ensemble de ces opérations a nécessité la mise en œuvre de moyens de chacune des administrations intervenant en mer ou appartenant à la SNSM. . (Brève site MN)

Février 2002 : Intervention de l'Abeille Languedoc
Dans la nuit du 2 au 3 février, la bouée cardinale Nord "Basse Bréfort" qui marque les dangers au nord d'Omonville-la-Rogue aux abords de la pointe de Jardeheu, a été arrachée de son point d'ancrage et a commencé à dériver vers le large. La préfecture maritime a alors diffusé sur les réseaux appropriés un avis urgent aux navigateurs pour informer les bateaux à la mer de la présence de ce danger pour la navigation : la bouée pèse 12 tonnes pour un volume de 18 m3. Elle a été repérée au matin du dimanche 3 février par le sémaphore de La Hague. Sur demande du service des phares et balises de Cherbourg, le préfet maritime a fait appareiller l'Abeille Languedoc qui a rejoint la balise vers 14h à 6 nq au Nord d'Urville-Nacqueville. L'équipage a réussi à la prendre en remorque et à la ramener vers Cherbourg. (Brève site MN)

Octobre 2001 : C'était la nuit de Noël 1944
Jeudi 4 octobre, à 5 milles au large de Cherbourg, Antonio, Jack, Vincente et Clarence sont revenus 57 ans après le drame pour rendre hommage aux 802 soldats portés disparus la nuit du 24 décembre 1944. Le cargo belge Léopoldville avait quitté Portsmouth pour rejoindre la France avec 2 237 soldats américains de la 66th division d'infanterie : les Black Panthers. À quelques nautiques de Cherbourg, le bâtiment est torpillé par un sous-marin allemand. 763 sont tués et 493 sont portés disparus. Vincent Coldianni ne sait pas nager. Son gilet de sauvetage l'aidera à flotter deux heures durant avant qu'il ne soit repéré par un bateau de pêche. Il lance un appel aux journalistes venus les accompagner dans leur pèlerinage : "Un jeune homme de 15 ou 16 ans m'a lancé un bout, il m'a sorti de l'eau. L'équipage m'a offert un café, nous ne pouvions communiquer à défaut de parler la même langue. Cet homme m'a sauvé la vie, j'aimerais le retrouver." Entourés de leurs familles ou de celles de leurs collègues disparus, ils ont voulu revenir sur les lieux du drame "parce que c'est certainement la dernière fois" dira Clarence, âgé de 18 ans à l'époque des faits. A l'aplomb de l'épave qui gît par 64 m de fond, l'Abeille Languedoc s'est arrêtée. Dans le silence, la délégation américaine s'est regroupée sur le pont arrière avec le père Gérard Niobey entonnant cette prière : "En ces lieux de recueillement et de souvenir, demandons à Dieu d'avoir la force d'être les artisans de la paix". (Cols Bleus n°2590 du 20/10/2001)

Janvier 2001 - Reconduction de contrat
Le contrat liant l'Etat à la société Abeilles International vient d'être reconduit pour une durée de 3 ans. Il porte sur les remorqueurs Abeille Flandre, Abeille Languedoc et Mérou, ainsi que sur les bâtiments de soutien Ailette, Alcyon et Carangue. Pour la première fois, le contrat qui atteint un total de 15.55 millions d'euros par an avait fait l'objet d'un appel d'offres restreint européen. (Cols Bleus n°2559 - 27 janvier 2001)

Décembre 2000 - Un bilan particulièrement chargé
Au cours du seul mois de décembre, 214 opérations ont permis de secourir 102 personnes avec les moyens des différentes administrations concernées sous l'autorité du VAE Jacques Gheerbrant, préfet maritime. On notait 14 opérations majeures : 4 opérations de recherches et de sauvetage, 5 évacuations médicales et le suivi de 5 situations à risque. Sur l'année 2000, ce sont 4752 opérations qui ont été coordonnées par les CROSS Corsen et Etel, 31 opérations majeures menées par l'Abeille Flandre, et 6 mises en demeure adressées aux propriétaires de navires faisant courir un danger grave et imminent pour les côtes françaises. (Cols Bleus n°2558 du 20 janvier 2001)

Décembre 2000 : Remorquage délicat en Manche
Le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc a porté assistance, le 13 décembre 2000, au vraquier singapourien Enif. D'un tonnage de 12000 t, celui-ci se trouvait dans le rail montant du dispositif de séparation du trafic des Casquets, au nord de Guernesey. Mouillé en alerte météo dans le nord du Cotentin, l'Abeille Languedoc a rejoint l'Enif à la dérive, sans doute à cause d'une perte de safran, et lui a passé une aussière dans des conditions difficiles (9 m de creux et 110 km/h en rafale !) avant de l'amener au Havre. (brèves site Marine nationale)

Avril 2000 : Far Turbot, un nouveau remorqueur dans le pas de Calais
En complément du RHM Abeille Languedoc déjà déployé en permanence en Manche centrale, le remorqueur Far Turbot est dorénavant opérationnel toute l'année. Basé à Douvres, sa mission consiste à intervenir dans les meilleurs délais au profit d'une éventuelle opération de secours maritime dans le secteur du Pas-de-Calais. Affrété jusqu'à présent par le Royaume-Uni d'octobre à mars, le Far Turbot est depuis le 1er avril employé conjointement par la Marine nationale et par les autorités britanniques. (Cols Bleus n°2526 du 15 avril 2000)

[Sommaire Abeille Languedoc]. [Sommaire Net Marine]