Les héros maritimes français de la première guerre mondiale

 


Tir d'une pièce de 27 cm (Photo Bougault).

MABILE Marcel - Matelot électricien -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 32.067-1.

Blessé grièvement au combat. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

MABON Pierre, Marie - Quartier-maître électricien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Vannes, 3.094 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

MACCARY Louis - Agent de la Compagnie Générale radiotélégraphique - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 7.840.

Grièvement blessé à la tête par la chute de son appareil, l'a relevé pour lancer le signal.

 

MACCIO M. - Second-maître armurier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Y., 616.

Doué de qualités professionnelles remarquables, a su maintenir avec peu de moyens les pièces en état de tirer, sans avarie notable, 2.800 coups. S'est signalé à plusieurs reprises, par son sang-froid, en réparant les pièces sous le feu de l'ennemi.

 

MAC-GRATH W.A. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 07/1916 ; Unité : LE VERRIER (sous-marin).

Commandant le sous-marin LE VERRIER. A soutenu avec une tenacité remarquable un brillant combat contre un bâtiment de guerre particulièrement bien armé.

 

MACHEFER Alphonse - Matelot sans spécialité - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : 15.625-4.

Grièvement blessé le 23 décembre 1914. Fracture compliquée de la cuisse roite.

 

MACRE - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1915 ; Unité : Détachement d'artillerie du Monténégro.

A montré autant de calme que de bravoure au combat du 22 octobre en allant, sous une pluie incessante d'éclats d'obus, ramasser le pointeur blessé d'une pièce voisine et en continuant à assurer le tir de cette pièce. A déployé les même qualités de courage tranquille le lendemain au moment ou un autre pointeur a été tué à ses côtés. A été tué avec deux de ses camarades à son poste de combat, dans la matinée du 27 octobre, par un obus à explosif.

 

MADEC Jean - Quartier-maître armurier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : U, 600 ; Unité : REPUBLIQUE.

A dirigé sous un feu violent, l'approvisionnement de la section de mitrailleuses en donnant l'exemple du courage à ses hommes. Tué à son poste, le 1er décembre 1916.

 


MADEZO - Matelot brancardier au 2e régiment de fusiliers-marins

MADEC Pierre - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 12.049-1 ; Unité : Brigade de fusiliers-marins.

Excellent chef d'escouade, a fait preuve d'initiative intelligente, de bravoure et de sang-froid dans l'organisation des petits postes très exposé, les 29 et 30 janvier. Tué le 3 février 1915.

 

MADEC Pierre - Matelot fusilier auxiliaire - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.323 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

A fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid pendant la défense du vapeur LANGUEDOC contre un sous-marin ennemi.

 

MADEZO - Matelot brancardier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

MADOUAS Ambroise - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Toulon, 5158 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

MAZOYER Georges - Matelot mécanicien - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 26.144-3 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Le PARIS II ayant été coulé à coup de canon dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917, au cours d'une opération de guerre, ne s'est jeté à la mer que sur l'ordre de son commandant ; a rallié la baleinière et aidé à la remorquer au large à la nage sous le feu violent de l'ennemi. A ensuite parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie par gros temps dans une embarcation crevée et réussi à entrer à Castelorizo.

 

MAFFART Eugène - Matelot - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 277 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A fait preuve d'une grande bravoure en luttant à armes inégales contre un sous-marin et a vaillamment contribué à sauver son bâtiment. Blessé au cours de l'engagement.

 

MAGABURE Pierre - Pêcheur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : HS, 8.306 ; Unité : MARNE et VERDUN (chalutiers).

A fait preuve de courage et d'énergie en se défendant, jusqu'à la mort, sur un chalutier attaqué par un sous-marin, le 4 mai 1917.

 

MAGES Alexandre, Baptiste, Joseph - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Agde, 197 ; Unité : SONTAY.

Pour l'énergie et le sang-froid dont il a fait preuve lors du torpillage de son navire. A disparu glorieusement avec son bâtiment.

 

MAGES Alexandre, Baptiste, Joseph - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Agde, 197. ; Unité : SONTAY.

Commandant du SONTAY : pour l'énergie et le sang-froid dont il a fait preuve lors du torpillage de son navire. A disparu glorieusement avec son bâtiment.

 


MAGRON Edouard - Quartier-maître mécanicien du croiseur auxiliaire INDIEN

MAGESCAS E.P.M.H. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 08/1915 ; Unité : SPAHI (torpilleur).

Commandant le SPAHI. A fait preuve des plus grandes qualités de décision prompte et d'initiative en attaquant par la torpille et en repoussant un sous-marin ennemi en immersion qui était parvenu à moins de 1000 mètres en position d'attaque contre uncroiseur allié; C'est grâce à son intervention immédiate que le sous-marin a été obligé d'abandonner son principal objectif et n'a pu que lancer ensuite, et sans résultat d'ailleurs, une torpille contre le SPAHI. S'est toujours distingué au cours des opérations de guerre auxquelles son bâtiment à pris part.

 

MAGNAN Paul - Quartier-maître canonnier - ; Date : 01/1917 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 4.836. ; Unité : SAINT PHILIPPE (vapeur).

A fait preuve de courage et de sang-froid comme chef de pièce en défendant son bâtiment contre un sous-marin.

 

MAGRON Edouard - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 33.330-1 ; Unité : INDIEN (croiseur auxiliaire).

Après avoir recueilli à bord d'un canot monté par ses camarades lors du torpillage du bâtiment, le 8 septembre, s'est jeté à la mer pour assister un second-maître et un matelot qui ne savaient pas nager et paraissaient à bout de forces.

 

MAGUERES (ou MACUERES?) Gabriel - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 6.707 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Uniquement préoccupé par faire son devoir, resta à son poste jusqu'au moment où il fut chassé par l'invasion de l'eau ou reçut l'ordre d'évacuer, ne quittant son poste qu'après avoir fait les manoeuvres prescrites. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

MAHE A. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Tué le 30 décembre 1914 à la tête de sa section pendant un assaut.

 

MAHE Basile, Pierre, Marie - Quartier-maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 80.932-2 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Faisant partie de l'équipage d'un sous-marin mis en danger de couler par des avaries très graves éprouvées au cours d'une attaque de nuit, est resté jusqu'au dernier moment à son poste de combat, exécutant avec calme les ordres du commandant pour ramener le bâtiment en surface ; n'a évacué que sur l'ordre de ses chefs, donnant ainsi un bel exemple de courage et de sang-froid dans l'accomplissement de son devoir militaire.

 

MAHEAS Yves - Enseigne de vaisseau de 1ère classe, pilote aviateur - ; Date : 11/1917 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Corfou.

A servi avec distinction dans un centre d'aviation pendant 15 mois, 235 heures de vol sur la zone ennemie, a attaqué deux sous-marins ennemis en septembre 1916 et mai 1917. A pris part à une chasse d'appareils autrichiens à plus de 50 kilomètres à l'intérieur des terres. Le 13 avril 1917, ayant eu une panne à plus de 50 milles du centre à hydroplane pendant cinq heures et demie, a sauvé son appareil dans des conditions très dures grâce à son énergie et à son habileté. Officier très zélé, toujours prêt à toutes les missions.

 

MAHEO Emmanuel - Second capitaine - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.219.

A fait preuve des plus belles qualités d'énergie et de commandement lors du torpillage de son bâtiment qu'il a grandement contribué à sauver.

 

MAHOT Félix - Quartier-maître électricien, chef de poste TSF - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.597.

Télégraphiste tout à fait de premier ordre, a toujours servi avec le plus grand zèle et dévouement. Est tombé blessé mortellement à son poste au cours de l'exécution de son service.

 

MAILHOL François - Chef mécanicien - ; Date : 12/1918 ; Quartier/Matricule : La Ciotat, 689.

Officier très énergique, chevalier de la légion d'honneur et deux citations à la suite de plusieurs attaques de l'ennemi. Disparu victime du devoir avec son bâtiment torpillé.

 

MAILHOL François - Chef mécanicien - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : La Ciotat, 689 ; Unité : MEMPHIS (vapeur).

A montré la plus grande compétence en même temps que les plus grandes qualités de sang-froid et de courage durant les voyages effectués par le paquebot entre Durazzo et Corfou pour évacuer l'armée serbe. S'est particulièrement distingué lorsque, le bâtiment ayant touché une mine, les chaudières furent déplacés et les tuyaux de vapeur coupés par l'explosion.

 

MAILLARD Jean - Maître de manoeuvre - ; Date : 01/1919 ; Quartier/Matricule : Fécamp, 281.

Second d'un chalutier. Au cours d'une opération de guerre, a pris la direction du chalutier après la disparition de son commandant, dirigé l'évacuation avec calme et présence d'esprit. Lorsque le bâtiment eut coulé, a fait preuve de belles qualités d'énergie et d'opiniâtreté en luttant, pendant plus de 50 heures, contre le vent et la mer qui poussaient les naufragés vers la côte ennemie.

 

MAILLARD Jean - Maître de manoeuvre -  ; Date : 02/1919 ; Quartier/Matricule : Fécamp, 281 ; Unité : ALEXANDRA.

Second du chalutier ALEXANDRA ; au cours d'une opération de guerre, a pris la direction du chalutier après la disparition de son commandant et dirigé l'évacuation avec calme et présence d'esprit. Lorsque le bâtiment a coulé, a fait preuve de belles qualités d'énergie et d'opiniâtreté en luttant pendant plus de 50 heures contre le vent et la mer qui poussaient les naufragés vers la côte ennemie. Déjà cité pour ce motif.

 

MAILLE Jean, Bonaventure, Joseph - Médecin principal de la marine - ; Date : 09/1917 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Officier remarquable par ses capacités professionnelles, son dévouement et sa valeur morale. Sous les plus violents bombardements dans les postes de secours ainsi qu'en première ligne lors des attaques, n'a cessé de donner, comme médecin-major du bataillon de fusiliers-marins, des preuves du plus grand sang-froid et de prodiguer des secours aux blessés, notamment les 22 avril, 8 mai et 11 juin 1917, lors d'émissions de gaz et les 31 juillet et le 1er août 1917, en Flandre.

 

MAILLOUX Henri - Second-maître fourrier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.035 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MAINGOURD Xavier - Matelot chauffeur breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Ile d'Yeu, 936 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

MAIRE Charles, Léon - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 38.495-1 ; Unité : Détachement d'artillerie du Monténégro.

A montré autant de calme que de bravoure au combat du 22 octobre 1914 en allant, sous une pluie incessante d'éclats d'obus, ramasser le pointeur blessé d'une pièce voisine et en continuant à assurer le tir de cette pièce. A déployé les même qualitésde courage tranquille le lendemain, au moment où un autre pointeur a été tué à ses cotés. A été tué avec deux de ses camarades à son poste de combat, dans la matinée du 27 octobre 1914, par un obus à explosifs.

 

MAIS Pierre, Lucien - Matelot clairon - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : Bayonne, 2.298.

Blessé en opérant sous le feu de l'ennemi le sauvetage d'un matériel de guerre.

 

MAISONNEAUVE A.L.C. - Enseigne de vaisseau de réserve - ; Déco. posthume.

Mort en accomplissant son devoir militaire lors du torpillage de son bâtiment par un sous-marin ennemi, le 12 juillet 1917.

 

MAISONNEUVE A.L.C. - Enseigne de vaisseau de 2e classe de réserve - ; Date : 03/1920 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Mort en accomplissant son devoir militaire, lors du torpillage de son bâtiment par un sous-marin ennemi, le 12 juillet 1917.

 

MALACAMP G.E.A. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 09/1915 ; Unité : GHARB.

Fait preuve dans son commandement du GHARB sous le feu de l'ennemi au cap Hellès de grandes qualités professionnelles et morales.

 

MALCOSTE Adorateur - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 8.462.

Modèle de courage et d'esprit militaire. Malgré de vives douleurs, a toujours fait son service sans défaillance.

 

MALCOSTE Pierre - Chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lorient, 8.819 ; Unité : GARD (vapeur).

Tué à son poste lors de la défense de son navire contre un sous-marin, le 5 mai 1917.

 

MALEGEANT Yves, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 51.003 ; Unité : DANTON (cuirassé).

De service au poste central d'artillerie, n'a quitté son poste qu'à la dernière extrémité, ayant de l'eau jusqu'à mi-corps. Mort victime de son dévouement pour alléger le radeau surchargé et sur lequel il se tenait depuis une heure le 19 mars 1917.

 

MALEGOLE René, Yves - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.946.

Belle conduite au feu ; grièvement blessé à Lambartzyde, le 22 août 1915.

 

MALEGRANT (ou MALEGEANT?) Yves, Marie - Second-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 51.003 ; Unité : DANTON (cuirassé).

De service au poste central d'artillerie, n'a quitté son poste qu'à la dernière extrémité, ayant de l'eau jusqu'à mi-corps. Mort victime de son dévouement pour alléger le radeau surchargé et sur lequel il se tenait depuis une heure le 19 mars 1917.

 

MALFOY Pierre - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 1.838 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

A sauté sur la goélette l'un des premiers et a maîtrisé un officier turc qui le menacait de son revolver.

 

MALIGE Joseph - Premier-maître mécanicien temporaire - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille, 6.609 ; Unité : BURDIGALA (croiseur auxiliaire).

A fait preuve de beaucoup de sang-froid. Etait, au moment du torpillage de quart dans la machine où il fut renversé par la commotion. Dès qu'il put atteindre un endroit à l'abri de l'eau qui avait immédiatement envahi les machines, a donné et fait exécuter ses ordres pour la fermeture des portes étanches. N'a cessé de s'occuper de son service avec le plus grand calme et le plus grand dévouement.

 

MALIGE Joseph - Chef mécanicien - ; Déco. posthume ; Unité : CATHERINE II.

A fait preuve du plus grand sang-froid et d'une belle énergie lors du torpillage de son bâtiment. Disparu, victime de son dévouement.

 

MALLET Joseph - Matelot timonier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Groix, 1465 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 


MANDIN J.A. - Mécanicien principal de 1ère classe du cuirassé BOUVET

MALVOISIN Pierre, Armand - Quartier-maître fusilier, pilote aviateur - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : 38.513-1.

Pilote de chasse admirable d'entrain et d'allant, toujours prêt à combattre, la nuit comme le jour, modèle de courage et de discipline militaires. Près de 200 opérations sur les lignes ennemies. Le 31 octobre 1917, a attaqué de nuit et poursuivi jusque dans ses lignes un avion de bombardement ennemi dont la destruction complète est à peu près certaine.

 

MANACH François - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

MANCEL Emile, Jules - Matelot sans spécialité - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 3.707.

Grièvement blessé le 7 novembre 1914. Ankylose du poignet gauche. Déjà cité à l'ordre du jour du régiment.

 

MANDIN J. A. - Mécanicien principal de 1ère classe - ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Est mort bravement à son poste de combat, englouti avec son bâtiment.

 

MANHES Guillaume - Matelot fusilier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 34.757-1 ; Unité : VERGNIAUD.

Tué en accomplissant son devoir.

 

MANON Edmond - Matelot aide-fourrier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 108.774-2.

Très courageux, a été blessé grièvement (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

MANONI - Maître d'équipage - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Bastia, 4.690 ; Unité : MEMPHIS (vapeur).

A maintenu par son exemple le calme et l'ordre dans l'équipage du paquebot et a su faire exécuter ponctuellement les ordres du capitaine lorsque le bâtiment, ayant touché une mine, menaçait de couler. A coopéré activement à l'organisation du sauvetage du personnel et du matériel avec un dévouement au dessus de tout éloge.

 

MANSOUR - Matelot libanais, au service de la France - ; Date : 1919 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, est resté à son poste sous un feu violent. N'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant. A essayé de rallier Castellorizo par terre ; a été capturé aprèsêtre resté deux jours et demi dansla montagne, complètement nu et avoir vu un de ses camarades mourir de froid et de fatigue. A expié son dévouement à la France par les plus mauvais traitements.

 

MANSUY Henri, Achille - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1919 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 7.499.

Blessé grièvement à Dixmude, réformé en raison de sa blessure.

 

MANZONI - Médecin de 1ère classe de la marine marchande - ; Date : 06/1920.

Frappé de cécité et de paralysie à la suite du torpillage de la PROVENCE et décédé des suites de ses blessures.

 

MARAVAL B.F.L. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 07/1915 ; Unité : COUTELAS (torpilleur).

Commandant le COUTELAS. Dans les opérations entreprises aux Dardanelles les 25 et 26 avril 1915 a donné une aide efficace aux troupes de débarquement et a combattu avec énergie dans des conditions particulièrement difficiles.

 

MARBOUTIN Pierre - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 9.576 ; Unité : GOLO II (croiseur auxiliaire).

Porteur d'ordres du commandant et de l'officier de quart lors du torpillage de son bâtiment par un sous-marin ennemi. A fait preuve d'énergie et de présence d'esprit dans des circonstances périlleuses ; a coopéré ensuite très activement au sauvetageet a été recueilli presque épuisé.

 

MARC Emile, Georges - Quartier-maître de manoeuvre réserviste - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Marennes, 2.321 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MARCHAL Charles, Eugène - Second-maître mécanicien - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 4.791 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Noble exemple de devoir et de courage. S'est rendu dans un compartiment dont l'accès était dangereux et s'est efforcé d'arrêter l'envahissement de l'eau par l'obturation de portes défoncées par l'explosion, lors du torpillage de son bâtiment, le DANTON, coulé le 19 mars 1917.

 

MARCHAND Louis - Matelot fusilier breveté -  ; Date : 06/1918 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.760 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Agent de liaison d'un dévouement absolu, a rendu dans toutes les actions où sa compagnie a été engagée des services précieux, s'acquittant parfaitement des missions les plus périlleuses. A été gravement intoxiqué au cours d'un très violent bombardement. Déjà cité à l'ordre.

 

MARCHAND Robert, Félix - Matelot mécanicien - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 27.790-1.

Grièvement blessé en portant secours à un de ses camarades blessé. Amputé de deux doigts à la main gauche.

 

MARCHANDEAU Félicien - Quartier-maître électricien - ; Date : 11/1914 ; Quartier/Matricule : 12.620-4 ; Unité : CUGNOT (sous-marin).

A manoeuvré dans des circonstances très difficilesavec précision et sang-froid, son bâtiment étant exposé aux torpilles et à la canonnade de l'ennemi, et a ainsi grandement contribué au salut du navire.

 

MARCHESSAUX Lucien, R., A. - Aspirant de marine - ; Date : 05/1917 ; Unité : ITALIA (croiseur auxiliaire).

De quart au moment où le bâtiment a été torpillé, a contribué par son courage et son ardeur à maintenir le calme parmi l'équipage et à assurer le sauvetage du personnel.

 

MARCHIX Hubert - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 33.927-1 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

MARCHIX Hubert - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 33.927-1 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

MAREC Etienne - Matelot sans spécialité - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 10.916.

Conduite exemplaire. Grièvement blessé le 10 novembre 1914 à la jambe gauche.

 

MAREC Jean, Baptiste - Matelot fusilier breveté - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 11.100.

Mort au champ d'honneur ; d'un courage à toute épreuve, a été grièvement blessé à l'attaque de Oune-Counte, le 9 juillet 1917, est mort des suites de ses blessures (opérations de la compagnie de débarquement du KERSAINT en Nouvelle-Calédonie, mois dejuillet 1917).

 

MAREC Jean, Baptiste - Matelot fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 11.100 ; Unité : KERSAINT.

Mort au champ d'honneur ; d'un courage à toute épreuve, a été grièvement blessé à l'attaque de Ounte-Counte, le 9 juillet 1917, est mort des suites de ses blessures (opérations de la compagnie de débarquement du KERSAINT en Nouvelle-Calédonie, mois de juillet 1917).

 

MAREC Louis - Matelot fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 11.085 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Le 6 février 1917, a été atteint au cours d'une attaque pendant laquelle il transportait le trépied d'une mitrailleuse à mettre en batterie. A dit : "Je suis bien touché ", a pu cependant aller jusqu'à la plate-forme au pied de laquelle il est glorieusement tombé mort, le trépied entre les bras.

 

MARECHALLAT Ernest, Claude - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : 58.245-5 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'un courage et d'un dévouement exceptionnels ; compte près de 300 heures de vol. Le 28 février 1917, dans des circonstances de temps très dures, a attaqué un sous-marin avec succès. Le 28 juillet 1917, après avoir tenté l'attaque rapprochée d'un hydravion de chasse, a bombardé à faible hauteur sous un feu violent de mitrailleuses, un sous-marin ennemi. A eu son appareil atteint de plusieurs balles au cours de cet engagement.

 

MARGET Edmond, Marie, Adolphe - Ingénieur de 1ère classe d'artillerie navale - ; Date : 01/1918.

Figure au tableau de concours et s'est acquis de nouveaux titres en assurant, pendant 8 mois, au groupe des batteries de canonniers-marins, à Verdun, un service très chargé dans des conditions souvent périlleuses et en faisant preuve du plus grand dévouement et de la plus belle vaillance.

 

MARGUERITE Léon - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 24.998-1 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

MARGUERITE Marcel, Auguste - Matelot mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 42.507-1 ; Unité : ANJOU (dragueur).

Embarqué sur l'ANJOU lorsque ce dragueur heurta une mine, le 17 juin 1917 ; est resté à son poste jusqu'au dernier moment, assurant l'exécution des ordres. A été englouti avec le bâtiment.

 

MARHIC Yves, Marie - Second-maître torpilleur - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 1.309. ; Unité : ORIFLAMME.

Officier marinier plein de sang-froid, d'un zèle et d'un dévouement absolus a, par son initiative intelligente assuré le succès du combat en lançant au moment opportun une torpille qui a explosé sur l'ennemi.

 

MARIAGE Louis - Matelot sans spécialité - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.653 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Servant du 75 td, au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, sa pièce étant mise hors de service, s'est porté à celle de 100 AV. N'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant. Ne s'est rendu à terre qu'après plusieurs heures de séjour dans l'eau. A fait preuve du plus beau moral en captivité.

 

MARIANI Noël - Second capitaine - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 823.

Disparu lors du torpillage de son bâtiment après avoir tenté tout ce qui était possible pour sauver son équipage.

 

MARIANI Noël - Capitaine au long cours - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Marseille, 823 ; Unité : LIBIA.

Disparu lors du torpillage de son bâtiment, après avoir tenté tout ce qui était possible pour sauver son équipage.

 

MARIE SAINT GERMAIN Maurice - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 01/1917.

Affecté depuis près de deux ans à la formation des canonniers-marins, y a rendu les plus brillants services. Vient de se distinguer à nouveau en montrant un parfait sang-froid sous les bombardements de plus en plus violents et en retirant sans incident la pièce d'un endroit particulièrement exposé.

 

MARIEL Jean - Matelot fusilier breveté - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Quimper, 2.984.

Marin dévoué et courageux qui s'est toujours vaillamment conduit au feu. Grièvement blessé au cours de l'attaque du 1er août 1917. A montré la plus grande énergie en se rendant à pied au poste de secours à travers un terrain complètement bouleversé.

 

MARIGLIANO Antoine - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Philippeville, 1.494 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

MARIN A.J.J. - Médecin de 1ère classe - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Assure le service de son ambulance avec le plus grand dévouement.

 

MARIN Marcel, Ange, Marie - Maître mécanicien - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : 105.342-2 ; Unité : Escadrille de bombardement de Saint Pol.

A effectué près de 20 bombardements de nuit dans des circonstances de temps souvent difficiles et sur des objectifs éloignés. Déjà cité à l'ordre de la brigade.

 

MARINETTI Joseph - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Bastia n 650.

Pour l'énergie et le courage qu'il a montré au cours d'une délicate opération de sauvetage et la défense de son bâtiment contre un sous-marin.

 

MARQUE Auguste, Jean, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 4.213 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Chef de pièce de 100 AV. Au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, a dirigé, sous un feu violent, avec une bravoure et un sang-froid remarquables le feu de sa pièce, jusqu'à ce que l'incendie du parc à munitions l'obligeât à cesser le feu; n'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant. Ne s'est rendu à terre que sur l'ordre du commandant après plus de 5 heures de séjour dans l'eau. En captivité a fait preuve du plus beau moral. A été blessé pendant le combat.

 

MARQUET Fernand - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 16.245-4 ; Unité : VOLTAIRE.

Blessé très grièvement à la tête en faisant courageusement son devoir devant Athènes, le 1er décembre 1916. Mort des suites de ses blessures.

 

MARQUET Fernand - Matelot aide-fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 16.245-4.

Blessé très grièvement en faisant courageusement son devoir. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

MARRAST P.M.V. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 05/1917 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Commandant une compagnie du bataillon de fusiliers-marins. Officier des plus distingués qui sert au front depuis le début des hostilités avec un entrain et un mordant remarquables. Blessé le 3 mars dernier, ne s'est laissé évacuer que sur l'ordre formel du commandant de bataillon.

 

MARRAST Pierre, Marie, Vincent - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 02/1919.

D'une bravoure remarquable, cet officier a, sur une profondeur de plus de deux kilomètres, entraîné sa compagnie à l'assaut avec un enthousiasme qui a frappé ses marins d'admiration. Atteint à la tête par une balle de mitrailleuse en arrivant sur laposition conquise, est tombé face à l'ennemi après avoir largement contribué au succès de la progression d'ensemble du bataillon.

 

MARREC Louis, Guillaume - Quartier-maître canonnier - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : 102.523-2 ; Unité : CASQUE (torpilleur).

Belle attitude au feu pendant le combat du CASQUE contre une escadrille ennemie, le 23 décembre 1916. Blessé grièvement. 2e citation : Chef de la pièce arrière d'un torpilleur engagé de nuit dans un combat contre trois adversaires, a glorieusement fait son devoir, blessé mortellement pour la France peu après.

 

MARROU - Sous-lieutenant - ; Date : 08/1917 ; Unité : ELOBY.

Mort en accomplissant son devoir militaire lors de la perte de l'ELOBY torpillé par un sous-marin ennemi.

 

MARSOLLIER - Quartier-maître électricien - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MARTEL C.I. - Capitaine de frégate - ; Date : 12/1915.

A commandé son bataillon avec beaucoup de zèle et d'énergie et a obtenu de cette unité une force de résistance dont la preuve s'est faite sous les bombardements les plus violents.

 

MARTIARENA (ou MARTIANERA?) Saturnin - Pêcheur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : HS, 8.303 ; Unité : MARNE et VERDUN (chalutiers).

A fait preuve de courage et d'énergie en se défendant, jusqu'à la mort, sur un chalutier attaqué par un sous-marin, le 4 mai 1917.

 

MARTIN Félix, Paul - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 09/1918 ; Unité : CAILLE II (chalutier).

Pour l'intelligence et l'énergie qu'il a déployées dans la conception et l'exécution, sous la menace de l'ennemi, d'opérations d'une importance et d'une difficulté exceptionnelles qui ont entraîné la perte d'un sous-marin ennemi.

 

MARTIN Jean - Quartier-maître canonnier - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : 90.718-2 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravion, énergique, toujours prêt à aller de l'avant comptant parmi les vaillants de son escadrille, mort en accomplissant son devoir militaire au cours d'une reconnaissance de guerre.

 

MARTIN Jean - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 90.718-2 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravion énergique toujours prêt à aller de l'avant, comptant parmi les vaillants de l'escadrille. Mort le 27 octobre 1917 en accomplissant son devoir militaire au cours d'une reconnaissance de guerre.

 

MARTIN Jean, Baptiste - Matelot fusilier breveté - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 104.296-2.

D'une excellente conduite, n'a cessé de faire preuve depuis son arrivée à la brigade d'un entrain et d'un dévouement remarquables. A été grièvement blessé en se portant à son poste de combat. A donné le plus bel exemple dénergie et de courage à ses camarades alors qu'il n'avait pu être évacué immédiatement.

 

MARTIN Jean, Marie - Matelot clairon réserviste - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : 91.819-2.

Excellente conduite ; grièvement blessé le 7 décembre 1914. Amputé du bras gauche.

 


MARTIN DES PALLIERES Gabriel - Lieutenant de vaisseau à la brigade des fusiliers-marins

MARTIN Marie - Matelot chauffeur - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 31.788-1 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MARTIN Palmère - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 52.731-5 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

A fait preuve de courage et d'énergie lors du torpillage de l'ARIANE.

 

MARTIN DES PALLIERES Gabriel - Lieutenant de vaisseau - ; Date : ? ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A été tué à la tête de ses hommes en repoussant brillamment les attaques d'un ennemi très supérieur.

MARTINEAU Ferdinand - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 22.347-3 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

MARTINEAU Ferdinand - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 22.347-3 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

MARTINET Paul - Mécanicien principal de 1ère classe - ; Date : 03/1917 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A montré de brillantes qualités d'initiative. Accouru le premier aux régions atteintes a tout mis en oeuvre pour s'efforcer de limiter les effets des explosions des torpilles.

 

MARTINI - Premier chauffeur - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Bastia, 530 ; Unité : MEMPHIS (vapeur).

N'a cessé de donner l'exemple du courage, de l'énergie, de la discipline et du plus complet dévouement pendant les voyages du paquebot pour évacuer l'armée serbe ; s'est particulièrement distingué lors de l'explosion provoquée par une mine.

 

MARTOT Jean, Jacques - Matelot de 3e classe fusilier auxiliaire réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Fécamp, 4.256.

Grièvement blessé dans la région maxillaire droite. Paralysie faciale.

 

MARZIN Clet - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 22.418-3 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

MARZIOU Marcel - Matelot gabier, breveté - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 93.809-2. ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi.

 

MARZIOU Marcel, Guemou - Quartier-maître de manoeuvre -  ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 93.809-2.

Parti avec entrain pour une mission périlleuse, consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi (opérations des Dardanelles). Blessé grièvement le 26 mai 1915. Déjà cité pour ce motif.

 

MASCOT François - Matelot sans spécialité - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 402.

Marin très brave, plein de zèle et d'entrain. A eu la jambe droite coupée pendant une opération de dragage de mines. A donné à tous ses camarades un très bel exemple de courage et d'énergie par son attitude stoïque.

 

MASSE Léon, Eugène, François - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 09/1915 ; Unité : PATRIE.

Officier du plus grand mérite. Au cours du bombardement d'un port ennemi,a été gravement brulé à la face et aux mains, par suite d'un accident à la tourelle de 16 centimètres qu'il commandait. A montré le plus grand calme et la plus grande énergie enfaisant évacuer le personnel de sa tourelle et en la quittant le dernier. Conduite et valeur morale digne des plus grands éloges.

 

MASSON Louis, Ernest, Alexandre, Christophe - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 07/1915 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse où le sous-marin sur lequel il était embarqué a été accroché par des mines, a secondé son commandant avec un dévouement et un sang-froid dignes d'éloges et contribué par son exemple, à la belle attitude conservée partout l'équipage jusqu'au dernier moment.

 

MASSON Roger - Matelot sans spécialité - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 387-1 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Servant de la pièce de 100 AV au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé. Sous un feu violent est resté à son poste sur le gaillard avec sang-froid et courage jusqu'à ce que l'incendie du parc à munitions l'obligeât à se jeter à la mer ; est remonté ensuite à bord, ne s'est rendu à terre que sur ordre du commandant après plusieurs heures de séjour dans l'eau. A fait preuve, en captivité, du plus beau moral malgré son jeune âge. A été blessé pendant le combat.

 

MASSON Victor - Matelot chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.197 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

MASSON Yves - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.787.

A fait preuve de sang-froid et du plus grand courage au cours du bombardement du 23, juin 1915. Grièvement blessé, a été amputé de la cuisse droite.

 

MATARD Jean - Second-maître fourrier - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Rochefort, 257 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Serviteur d'élite. Très affaibli par son séjour dans l'eau après le torpillage de la FOURCHE, n'a pensé une fois sauvé qu'à assurer immédiatement le fonctionnement régulier de l'administration de l'équipage, sans vouloir prendre aucun repos.

 

MATHE André - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 01/1915 ; Quartier/Matricule : 49.145-5 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuse qui a entraîné la perte du sous-marin, le 15 janvier 1915.

 

MATHIEU Joseph - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 55.919-5 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Faisant partie de l'équipe de sécurité, frappé à son poste de manoeuvre de la chaîne. Mort stoïquement des suites de ses blessures, le 2 novembre 1917, devant Gaza.

 

MATTEI Jean - Capitaine au long cours - ; Date : 05/1916 ; Unité : MIRA (vapeur).

Second du vapeur MIRA. Pour le courage dont il a fait preuve pendant la défense du vapeur MIRA contre un sous-marin ennemi.

 

MAUREL Clovis - Contrôleur des services maritimes postaux - ; Date : 04/1917.

Sauvetage de l'ATHOS. A activement coopéré au sauvetage, s'est refusé obstinément à quitter le bâtiment jusqu'à la fin ; a soutenu le commandant de l'ATHOS évanoui dans l'eau jusqu'à ce qu'ils fussent recueillis tous les deux.

 

MAUREL Clovis - Contrôleur des services maritimes postaux -  ; Date : 12/1918.

Pour le haut sentiment du devoir et les qualités d'énergie dont il a fait preuve lors de la rapide disparition de son paquebot torpillé. Déjà cité à l'ordre de l'armée - JO du 17 avril 1917.

 


MAUXION Léonce - Quartier maître canonnier du LEON GAMBETTA

MAURICE Jean - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Royan, 314.

Grièvement blessé le 17 décembre 1914 à son poste de combat au cours d'un violent bombardement. S'est toujours montré plein de courage et d'entrain.

 

MAURICE Julien, Marie - Matelot mécanicien - ; Date : 07/1915 ; Unité : Aviation maritime.

Bombardier à l'escadrille V.M. Le 26 avril 1915, étant occupé à lancer des bombes, l'appareil qu'il montait a été atteint plus de 20 éclats d'un seul obus, dont l'un a enfoncé le chargeur de la mitrailleuse, à quelques centimètres de sa tête. A continué son lancement avec le plus grand sang-froid, puis a examiné avec soin le moteur et l'appareil et à rendu compte à son pilote que tout allait bien à bord.

 

MAUROS B. - Capitaine de vaisseau - ; Date : 03/1918.

Officier supérieur énergique et prudent. S'est particulièrement distingué dans l'attaque de Vladsloo et dans l'organisation défensive du front de l'Yser.

 

MAURY - Mécanicien principal de 2e classe - ; Date : 1916 ; Unité : CASQUE (torpilleur).

Chef de service des machines pendant le combat de nuit du 22 décembre 1916. A exécuté les ordres du commandant d'une façon parfaite. A, par son initiative et son sang-froid, gardé le bâtiment à même de chasser l'ennemi.

  

MAUXION Léonce - Quartier maître canonnier -   ; Date : 26/11/1921 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur cuirassé).

Mort glorieusement pour la France, lors de la perte du croiseur cuirassé Léon Gambetta, torpillé en Adriatique, le 27 avril 1915. Croix de guerre avec étoile en bronze.

 

MAZARE Pierre, Auguste, Georges - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 04/1917 ; Unité : ETENDARD (torpilleur).

Officier d'une haute valeur morale et d'une grande bravoure. Commandant le torpilleur d'escadre ETENDARD. A disparu glorieuement avec son navire dans un combat inégal contre plusieurs destroyers allemands dans la nuit du 24-25 avril 1917.

 

MAZE Jean, Marie - Quartier-maître électricien - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : 92.436-2. ; Unité  : Bataillon de marche des fusiliers-marins.

A donné en toutes circonstances l'exemple de l'énergie et du courage, notamment les 9 mai et 29 décembre 1915. Blessé deux fois au cours de la campagne ; la deuxième fois grièvement.

 

MAZEAS Jean, Marie - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 25.553-3 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

MAZEAS Joseph - Premier-maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 3.227 ; Unité : EDOUARD CORBIERE.

De quart sur l'EDOUARD CORBIERE au moment du torpillage de ce bâtiment par un sous-marin ennemi, le 19 juin 1917. Disparu en accomplissant son devoir militaire.

 

MAZEAS Joseph, Jean, Marie - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Brest n 3.227. ; Unité : EDOUARD CORBIERE.

De quart sur l'EDOUARD CORBIERE lors du torpillage de ce bâtiment par un sous-marin ennemi, tué en accomplissant son devoir militaire.

 

MAZEN A.N.C.G. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe -  ; Date : 12/1915.

Brillant officier, a montré au feu les plus belles qualités le 10 novembre 1914, à Dixmude, se trouvant dans une tranchée complètement enveloppée, a remis lui-même en action une mitrailleuse dont l'armement était anéanti, permettant ainsi le dégagement de sa troupe. Cité à l'ordre de l'armée pour sa conduite à l'assaut du 17 décembre.

 

MEDA Auguste, Marie - Fusilier de réserve - ; Date : 10/1919 ; Quartier/Matricule : Binic, 5.200 ; Unité : 3e compagnie du bataillon de fusiliers-marins.

Bon fusilier-marin ; au front depuis juillet 1915, a participé aux attaques des Flandres d'août et d'octobre 1917. Blessé très grièvement, le 6 avril 1918, sur la Luce, a fait preuve d'un calme admirable.

 

MEDEDER Georges, Yves, Marie - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 21.323-3 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

La ferme où était cantonnée sa compagnie ayant été bombardée, est resté pour soigner un camarade, bien qu'ayant reçu une blessure et a tenté d'éteindre un commencement d'incendie. Ayant été blessé une seconde fois, n'est cependant sorti de la fermequ'après s'être assuré que son personnel l'avait évacué. S'est toujours fait remarqué par son excellente conduite, son entrain, son courage (tranchées, patrouilles).

 


MEGISSIER A. M. - Lieutenant de vaisseau de la canonnière SURPRISE

MEDEVILLE Jérôme - Sergent observateur - ; Date : 02/1917 ; Unité : Aviation maritime.

A soutenu le combat à la mitraille contre trois hydravions ennemis ; n'a cessé le feu que par suite de l'enrayage de son arme. A été blessé à la tête. Etant prisonnier, a réussi à s'évader et à rejoindre son escadrille.

 

MEESEMAECKER Léon - Second mécanicien -  ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Dunkerque, 3414 ; Unité : CALEDONIEN.

Mort à son poste lors de la destruction de son bâtiment par l'ennemi, après s'être signalé par son courage et son dévouement.

  

MEGISSIER A. M. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1916 ; Unité : SURPRISE (canonnière).

Commandant la canonnière Surprise. A conduit brillament son bâtiment au feu et en a obtenu le meilleur rendement.

 

MEHEU Victor - Second mécanicien - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 14.258 ; Unité : HENRIETTE (vapeur).

Disparu à son poste après avoir accompli son devoir jusqu'au bout avec le plus courageux dévouement.

 

MEHEU Victor - Second mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 14238 ; Unité : HENRIETTE (dragueur).

Disparu à son poste après avoir accompli son devoir jusqu'au bout avec le plus courageux dévouement.

 

MEHEUT Marie, Ange - Matelot fusilier auxiliaire réserviste - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 12.217.

Grièvement blessé le 26 avril 1915. Enucléation de l'oeil gauche.

 

MEHEUT - Matelot gabier - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 2.410 ; Unité : G-1 (goélette de patrouille).

De l'armement d'un bâtiment de patrouille : attaqué par un sous-marin, a montré le plus grand calme et le plus grand sang-froid sous le feu et a aidé à chasser l'ennemi qui a été touché plusieurs fois et obligé de s'enfuir.

 

MEHOUAS Joseph - Matelot - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 34.158 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Mort glorieusement pour la France à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin, le 31 juillet 1917.

 


MELCHIOR Maurice C.P. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe du 1er régiment de fusiliers-marins

MEIMTALLAH Azzig - Matelot libanais, au service de la France - ; Date : 1919 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Servant du 75 AR au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, sa pièce étant mise hors de service par l'explosion d'un obus, n'a quitté le bord que sur l'ordre du commandant. Sous un feu violent, est resté plusieurs heures à la mer avant dese rendre à terre. A fait preuve en captivité du plus beau moral et de la plus belle fidélité à la France, malgré la menace de mort qui n'a cessé de planer sur lui.

 

MELAC Benjamin - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 46.125-5 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Tombé glorieusement dans les machines et la chaufferie arrière devant les appareils dont il avait la conduite ; a disparu avec le bâtiment, le 23 juin 1916.

 

MELCHIOR Maurice C.P. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve -  ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A montré une grande valeur professionnelle dans l'attaque du cimetière de Dixmude où il a repris à la baïonnette une tranchée occupée par l'ennemi.

 

MENARD Léon - Chef mécanicien - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille, 8.380.

S'est particulièrement signalé par la part qu'il a pris au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu, victime de son dévouement.

 


MENEZ Jean, Baptiste, Yves, Marie - Premier-maître fusilier à la brigade des fusiliers-marins

MENARD Léon, Georges, Auguste - Chef mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Marseille, 2198 ; Unité : SANT'ANNA.

S'est particulièrement signalé par la part qu'il a pris au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu, victime de son dévouement.

 

MENDIRI Albert - Second-maître mécanicien - ; Date : 01/1915 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.494 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuse qui a entraîné la perte du sous-marin, le 15 janvier 1915.

 

MENEZ Jean, Baptiste, Yves, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Brillante conduite au feu en toutes circonstances et spécialement dans la journée du 10 novembre.

 

MENISSIER Arthur - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 27.569-1 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

MENUT Joseph - Quartier-maître électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.266 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

MERCIER Alain - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.253 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

MERCIER E.F.H. - Ingénieur principal du génie maritime - ; Date : 08/1917 ; Unité : Mission navale française auprès de la marine roumaine.

A montré de belles qualités de commandement, d'énergie et d'initiative en semettant à la tête de troupes roumaines pour les conduire, dans des circonstances difficiles, à la contre-attaque des troupes ennemies qui avaient passé le Danube en forces importantes. Quoique blessé au cours du combat, a gardé le commandement des troupes.

 

MERCIER Ernest, Elie, Cyrille, Gaston - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 11/1916 ; Unité : BURDIGALA (croiseur auxiliaire).

Officier en second du BURDIGALA. A montré de belles qualités de sang-froid après le torpillage de son bâtiment ; par son exemple et ses paroles, a soutenu la confiance et l'ordre pendant les opérations d'évacuation qu'il a dirigé avec un grand calme.Ne s'est embarqué qu'après s'être assuré que tout le personnel était évacué.

 

MERCIER Etienne, Marius - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 50.636-5 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

MERCIER - Ingénieur de 1ère classe de réserve - ; Date : 01/1915 ; Unité : Détachement d'artillerie du Monténégro.

Pour les services exceptionnels qu'il a rendus comme membre de la commission TSF au Monténégro, dans l'installation du poste de Podgoritza, et pour les qualités brillantes d'initiative dont il a fait preuve dans le concours qu'il a apporté à l'installation et au fonctionnement des batteries du poste de Lovcen.

 

MERCIER du PATY de CLAM Elisée, Marie, Michel - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1917 ; Unité : ARCHIMEDE (sous-marin).

Commandant l'ARCHIMEDE. Officier de la plus haute valeur ; s'est fait remarquer par son audace et son initiative au cours d'opérations périlleuses sur les deux sous-marins qu'il a commandés depuis le debut de la guerre. Enlevé par la mer sur le pontde l'ARCHIMEDE.

 

MERDY - Second-maître canonnier - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 43.535.

S'est présenté comme volontaire pour armer seuls un chaland-canonnière français envoyé au front de la Dvina, en remplacement d'une unité alliée coulée ; soumis à un feu violent, s'est fait remarquer par sa brillante conduite et par l'efficacité de son tir.

 

MERIAU Edmond - Chauffeur - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Sables d'Olonne, 1.669.

Fracture du bras gauche, lors du torpillage de son bâtiment. A donné le plus bel exemple de courage et d'endurance pendant une longue nuit en embarcation.

 

MERIC C.F. - Lieutenant de vaisseau auxiliaire -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Agde, 213.

Excellent commandant, a eu l'occasion de donner sa mesure au cours d'une brillante rencontre avec un sous-marin. Déjà cité à l'ordre de l'armée.

 

MERIC Charles, Félix - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Agde, 213.

Commandant le vapeur CRIMEE. Lors d'une attaque au canon de son bâtiment par un sous-marin, a fait preuve d'énergie et d'habileté professionnelle remarquable et est parvenu, après un véritable combat, à se faire abandonner par l'ennemi.

 

MERIC Charles, Félix - Lieutenant de vaisseau auxiliaire -  ; Date : 12/1918 ; Quartier/Matricule : Agde, 213.

S'était déjà distingué lors d'une attaque de sous-marin. Disparu avec son bâtiment torpillé lequel a été englouti si rapidement que les excellentes dispositions prises par le capitaine n'ont pu être qu'imparfaitement utilisées. Chevalier de la légion d'honneur et déjà cité à l'ordre de l'armée.

 

MERIEN Eugène, Antoine - Maître canonnier - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 8.988.

S'est rendu de sa propre initiative à sa batterie sous un feu violent d'obusiers de gros calibre pour en diriger l'évacuation, ce qu'il a fait avec le plus grand calme, quittant l'ouvrage de le dernier. S'est particulièrement distingué par sa belle attitude sous les bombardements de son ouvrage. Déjà cité à l'ordre des batteries des canonniers-marins.

 

MERKELBAGH Félicien, Georges - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 09/1918.

Commandant l'escadrille de dragage du front de mer de Cherbourg ; dirige avec activité et compétence le dragage des chenaux d'accès d'un port important. A détruit de nombreuses mines ennemies.

 

MERLIN Alfred, Eugène - Matelot de 3e classe sans spécialité - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 1.476 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

A réduit à l'impuissance un officier turc qui mettait en joue l'enseigne de vaisseau POULAILLER.

 

MEROUZE P.H.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 06/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours fait preuve de belles qualités de commandement, le 9 mai, a, par son énergie, maintenu à son poste une compagnie du secteur voisin et assuré ainsi la gauche de sa position contre toute tentative d'enveloppement.

 

MERRIEN Jean - Quartier-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 93.850-2 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

S'est toujours montré plein de courage, d'ardeur et de sang-froid, a été blessés, n'a évacué sa tourelle que sur un ordre formel, a regagné son poste de combat aussitôt après avoir été pansé et a continué son service.

 

MERRIEN Joseph - Matelot fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 23.587-3 ; Unité : JUSTICE.

A fait preuve d'un grand courage, a été mortellement blessé, le 1er décembre 1916.

 

MERVEILLEUX DU VIGNAUX Noël, Joseph, Pierre, Gavard - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 03/1918 ; Unité : Aviation maritime.

Officier plein d'allant, ayant 177 heures de vol. A attaqué un grand sous-marin, le 13 septembre 1917 ; le 17 novembre, a tenu l'air pendant six heures et fait plonger deux fois le sous-marin ennemi. En janvier 1918, a attaqué un grand sous-marin luicausant des avaries graves qui peuvent avoir amené la perte de ce bâtiment.

 

MESGUICH René, Calixte - Lieutenant d'artillerie, pilote d'hydravion - ; Date : 11/1917 ; Unité : Aviation maritime.

Chef d'une section d'hydravions, modèle d'énergie et d'entrain malgré son âge (43 ans) ; très compétent en matière d'aviation. Deux blessures. Quatre citations dont deux d'armées, médaillé militaire le 25 mai 1915, chevalier de la légion d'honneur le15 octobre 1916. Services exceptionnels rendus à l'aviation, tant sur le front terrestre qu'en mer à la recherche de mines et de sous-marins ennemis. Disparu en mer au cours d'une reconnaissance aérienne en accomplissant son devoir militaire.

 

MESLEARD Yves, Marie - Quartier-maître infirmier - ; Date : 09/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 41.226 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Au front depuis mai 1915, infirmier d'élite, animé du plus rare esprit de sacrifice et d'abnégation. Joignant à une haute conception du devoir des qualités d'initiative et de compétence professionnelle hors de pair, a toujours été pour ses camaradesun modèle de bravoure, d'énergie et de dévouement. Quatre citations, deux blessures, deux intoxications par les gaz.

 

MESSAGER Jérôme - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.528 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a donné l'exemple du plus grand calme et du plus grand sang-froid.

 

MESTRIC Jean - Matelot fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 99.515-2 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

METTERY Aimé, Paul, Marie - Maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.304.

13 ans de service. A pris part à toutes les affaires de la brigade. A entraîné brillamment sa section à la contre-attaque du 9 mai. Chef de section dont on peut tout attendre, alliant le courage le plus calme à une bonne humeur non démentie.

 

MEUDEC Yves, Marie - Second-maître fusilier -  ; Date : 06/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.935.

Ayant ramené à la plage l'un de ses hommes grièvement blessé, n'a pas hésité à se porter au secours d'un second matelot tombé dans un endroit battu par le feu de l'ennemi ; a été blessé dans une deuxième tentative, ne cessant de donner le plus bel exemple de calme et d'énergie. Cité à l'ordre du jour de l'armée pour ce motif.

 

MEUNIER-JOHANNET Pierre, Georges - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 1917 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Renversé par l'explosion d'un obus et légèrement blessé, a fait preuve au cours d'une action très vive et dans des circonstances critiques, dans la nuit du 19-20 mai 1917, de belles qualités de courage, de sang-froid et de commandement.

 

MEYER Georges, Alexandre, Joseph - Mécanicien principal de 1ère classe - ; Date : 03/1917 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A contribué, par son calme et son énergie à l'utilisation des moyens de sauvetage. Mort pour la France.

 

MEYER Pierre - Mécanicien principal de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 05/1916 ; Unité : COLBERT (vapeur).

A montré le plus brillant courage lors de l'attaque du COLBERT par un sous-marin. A maintenu, par son exemple, le calme et la discipline dans le compartiment de la machine envahi par la vapeur à la suite des avaries qui se sont produites pendant le combat.

 

MEYNIEU Jean - Canonnier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paulliac, 1610 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Tué le 6 août 1917 en accomplissant son devoir au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 

MICHAUD - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 07/1917 ; Unité : MADELEINE III.

Commandant le MADELEINE III ; a fait preuve de belles qualités de calme, de sang-froid et de décision lors du combat au canon qu'il a engagé avec un sous-marin ennemi et au cours duquel le bâtiment qu'il commandait a subi de sérieuses avaries.

 

MICHEL François, Auguste - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 08/1918 ; Unité : Aviation maritime.

Du centre d'aviation maritime de Dunkerque. Pilote aviateur d'un courage et d'un entrain extraordinaires. Le 9 juillet 1918, a attaqué un groupe très important d'avions ennemis ; a été mis hors de combat par des forces supérieures en nombre et contraint d'atterrir dans les lignes ennemies.

 

MICHEL Hortensius, Horace - Matelot mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 50.266-5 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Faisait partie de l'équipe de sécurité, frappé à son poste de manoeuvre de la chaîne. Mort stoïquement des suites de ses blessures, le 2 novembre 1917, devant Gaza.

 


MICHEL R.C.L. - Lieutenant de vaisseau à la brigade des fusiliers-marins

MICHEL Jean - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 22.928.

Homme de liaison, a montré dans différentes circonstances périlleuses un sang-froid remarquable. Est resté volontairement dans une tranchée malgré un ordre venu du poste de commandement de se replier en toute hâte. A été blessé une heure après. Pieddroit ankylosé.

 

MICHEL Pierre - Matelot canonnier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 53.796-5 ; Unité : WALDECK-ROUSSEAU (croiseur-cuirassé).

Tué en accomplissant son devoir, le 1er décembre 1916.

 

MICHEL R.C.L. - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 04/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Commandant la 6e compagnie du 1er régiment de marins, 16 ans de service. Officier remarquable comme énergie et courage. A pris une part brillante à toutes les opérations de la brigade. Occupait un poste très dangereux, constamment attaqué.

 

MICHOT Fortuné - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 43.804-5 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 

MIELVAQUE I.M.L. - Médecin de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Actif et dévoué.

 

MIGNARD Auguste - Chef mécanicien - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 1.940. ; Unité : ATHOS.

Attitude remarquable lors du torpillage de l'ATHOS. Après avoir secondé son commandant dans des circonstances particulièrement difficiles, est resté près de lui sur la passerelle jusqu'au moment où il a reçu l'ordre de se jeter à la mer.

 

MIGNOT Léon, Fortuné, Marius - Mécanicien en chef - ; Date : 03/1917 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A fait preuve du plus grand calme et d'un sang-froid admirable. Par ses soins furent prises toutes dispositions judicieuses pour assurer le fonctionnement de l'appareil moteur après que le groupe des chaufferies avant eut été paralysé. S'est multiplié dans toutes les parties de son service. Mort pour la France.

 

MILIN Paul - Maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.784 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

S'est précipité dans les machines n'étant pas de service pour permettre à son collègue de la sécurité de se rendre à son poste au moment où le JEAN BART a été torpillé.

 

MILLOCH André - Matelot aide-chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Go., 2.120 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Surpris par le torpillage au moment du changement de quart, a disparu à son poste de combat avec le bâtiment coulant par l'arrière en moins d'une minute, le 12 juillet 1917.

 

MILLORD Léon, Joseph - Second-maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 9.586 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

MILLOT Ch.M.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 1915.

Attaché à un état-major, a participé à toutes les opérations maritimes aux Dardanelles. N'a cessé de donner les preuves du plus grand sang-froid et du plus brillant courage, en particulier dans la journée du 18 mars, à bord d'un cuirassé, lorsque cebâtiment a sombré en pleine action dans les Dardanelles.

 

MILLOT Georges, Francisque - Matelot cuisinier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 51.589-5 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

MILLOUR F.M. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Excellentes qualités professionnelles. Blessé à la tête de ses hommes.

 

MILLOUR Guillaume, Marie - Premier-maître timonier - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 7.820 ; Unité : SALAMBO (chalutier).

Commandant le SALAMBO. A fait preuve de belles qualités de commandement et de décision en attaquant énergiquement au canon avec son bâtiment, moins bien armé que son adversaire, un sous-marin ennemi qu'il a forcé à plonger.

 

MILON Pierre, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 15.670 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Serviteur profondément dévoué et très énergique. Faisant fonctions de maître canonnier et de chef de tourelle de 27 cm, au cours des engagements des 17, 18 et 19 avril 1917. S'est distingué par son activité, sa présence d'esprit et son attitude courageuse sous un feu violent. Chef de tourelle de 27 cm, au cours des opérations du 1er au 10 novembre obtint de sa tourelle une endurance remarquable.

 

MINGAM Emile, Jean - Second-maître torpilleur - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.181.

Excellent sous-officier, blessé le 10 novembre 1914 au cours d'un combat. Perte totale de la main gauche.

 

MINGAM Eugène, Marie - Maître timonier - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.707.

Gradé très énergique, très courageux et dévoué. Atteint d'un éclat d'obus le 13 septembre 1915 à la tranchée, a refusé de se laisser transporter pour ne pas mettre en péril la vie d'autres hommes. Malgré la gravité de sa blessure, s'est rendu seul auposte de secours.

 

MINGAM Yves, Marie - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 5.839 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MINGUY T. - Matelot aide-chauffeur - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 8.380 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A fait bravement son devoir. Noyé en évacuant parmi les derniers.

 

MINIER Joseph, Marie - Second-maître infirmier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.771 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Lors du torpillage de son bâtiment, le DANTON, coulé le 19 mars 1917, a secondé la medécin-major avec le plus grand calme et le plus grand dévouement pendant le pensement des blessés par l'explosion. Même à l'eau, a continué de s'occuper des blessésen leur apportant des objets flottants pour les aider à se soutenir.

 

MINY Armand - Matelot sans spécialité - ; Date : 03/1920 ; Quartier/Matricule : 43.095-1 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Blessé en service commandé lors du torpillage de son bâtiment par un sous-marin ennemi, le 12 juillet 1917.

 

MINY Charles, Joseph - Premier-maître fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lorient, 8.288 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Quand l'ordre d'évacuer a été donné, est resté à bord pour assurer la répartition des moyens de sauvetage et a contribué ainsi au sauvetage d'un grand nombre d'hommes. Disparu avec le bâtiment le 19 mars 1917.

 

MIOSSEC Alfred - Maître armurier - ; Date : 10/1916 ; Unité : RIGEL (sloop).

Excellent gradé a, le 2 octobre 1916, fait preuve de grandes qualités d'autorité et de commandement, lors du combat soutenu par le RIGEL contre un sous-marin ennemi.

 

MIQUELIS - Chef mécanicien - ; Date : 05/1916 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

Blessé à la main droite. Pour avoir assuré, par son exemple et par son énergie, le courage et la résistance de l'équipage du LANGUEDOC.

 

MISTRAL Léon - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : MT, 1.484 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Tué à son poste de combat, le 2 novembre 1917, au cours d'une action de guerre.

 

MISTRALI David - Matelot gabier, breveté - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Bastia, 5.412. ; Unité : DUPLEIX.

Patron du canot de secours. Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse.

 

MITRECEY A. - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 03/1916 ; Unité : MEDIE.

Commandant la MEDIE. A montré, pendant le chargement (sous le feu) de son navire, les plus belles qualités de sang-froid et de bravoure. A apporté, dans toutes les opérations auxquelles son bâtiment a pris part, une activité et une énergie qui ont fait de la MEDIE le premier navire du convoi de ravitaillement.

 

MITRECEY André - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 648.

A donné de nouvelles preuves de son courage et de son énergie lors de la destruction de son paquebot par l'ennemi. Déjà titulaire de la .

 

MITTAINE M. - Quartier-maître fusilier - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 48.669-5 ; Unité : MADELEINE III.

A fait preuve des plus belles qualités de discipline, d'énergie et de sang-froid au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 

MOAL Hyppolyte - Matelot canonnier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 100.300-2.

Blessé grièvement au combat. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

MOALIC François - Quartier-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.994 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MOALIC Joseph - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 11.095 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Tué le 6 août 1917 en accomplissant son devoir au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 

MOALLIC Louis - Fusilier breveté - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Volontaire pour une reconnaissance de jour, blessé est resté sur place. A reçu le feu des tranchées allemandes pendant le reste de la journée. A regagné sa compagnie pendant la nuit, malgré sa blessure.

 

MOALLIC Y.M. - Officier d'administration de 2e classe - ; Date : 12/1915.

Adjoint au commissaire en chef de la brigade, a montré dans ce service difficile, où tout était à créer, un dévouement absolu et des qualités professionnelles de premier ordre ; a montré son courag et son sang-froid lors des bombardements de Dunkerque et notamment le 22 juin où les obus ennemis étant tombés près de son poste, il ne s'est mis à l'abri qu'après s'être personnellement que tous ses hommes y étaient.

 

MOEVUS L.P. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : VILLE DE LA CIOTAT.

Lors du torpillage par un sous-marin ennemi du paquebot VILLE DE LA CIOTAT à bord duquel il était embarqué comme passager, a participé avec bravoure et sang-froid à l'organisation du sauvetage du personnel et a été englouti avec l'embarcation qu'il commandait.

 

MOEVUS Louis, Pierre - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 01/1916.

Lors du torpillage par un sous-marin ennemi du paquebot à bord duquel il était embarqué comme passager, a participé avec bravoure et sang-froid à l'organisation du sauvetage du personnel et a été englouti avec l'embarcation qu'il commandait.

 

MOLINIER Auguste - Matelot sans spécialité - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Agde, 3.609 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

Formant l'armement d'un canon de 47mm destiné à tirer sur les mines, est resté sous un feu violent dans un poste n'ayant aucune protection.

 

MOLLE Pierre - Matelot sans spécialité -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Sète, 436 ; Unité : PROVENCE.

Cerné dans une maison par de nombreux ennemis, s'y est défendu pendant plus de quatre heures jusqu'à l'épuisement de ses cartouches en montrant un beau courage.

 

MOLLO Victor, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.149.

25 ans de services, 18 mois au front. S'est comporté très courageusement pendant les bombardements de son ouvrage du 21 au 24 février, assurant le service de sa pièce avec le plus grand sang-froid. Y a été blessé.

 

MONDIET Louis, Grégoire, Henri - Matelot mécanicien - ; Date : 06/1916 ; Quartier/Matricule : 16.194-4.

Brave et énergique, s'exposant sans compter pour maintenir en état un matériel important dont il avait la charge.

 

MONDIET Pierre dit René - Matelot sans spécialité - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Arcachon, 5.924 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

MONERON Auguste - Matelot - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Sables d'Olonne, 1.203.

Embarqué sur un bateau de pêche, a fait preuve d'énergie et de courage dans la lutte de ce bateau contre un sous-marin.

 

MONEYRON Armand, Marius - Matelot chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 56.368-5 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Mort pour la France, le 2 novembre 1917, à son poste de combat au cours d'une action de guerre.

 


MONGUERARD Louis J. - Premier-maître de timonerie détaché à la brigade de fusiliers-marins

MONGABURE Jean - Quartier-maître infirmier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 41.127-5 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

A fait preuve d'un grand sang-froid et de beaucoup de bravoure en opérant le sauvetage des malades de l'infirmerie après le torpillage du navire. Englouti avec le bâtiment.

 

MONGUERARD Louis J. - Premier-maître de timonerie -  ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 649 ; Unité : Brigade de fusiliers-marins.

1ère citation : S'est toujours distingué par son courage, son entrain et son sang-froid, donnant l'exemple à ses camarades par sa belle attitude au feu et sa solidité sous les plus violents bombardements, et se montrant dans les fonctions de son grade le précieux auxiliaire du commandement, soit devant l'ennemi, soit dans les cantonnements.
2e citation : S'est toujours distingué à la brigade par son entrain, son courage et son sang-froid.Belle attitude au feu. A été un précieux auxiliaire du commandement devant l'ennemi.
3e citation : Offficier de la plus haute valeur morale, chef de section hors de pair. Venu sur ses vives insistances au front, d'où sa spécialité, son âge et sa situation de famille semblaient l'éloigner, avait su s'y distinguer entre tous par ses hautes vertus morales et guerrières. Il inspirait une confiance absolue à ses hommes qui l'auraient suivi jusqu'au bout. Déjà médaillé militaire pour fait de guerre en Chine, puis décoré de la légion d'honneur pour sa belle conduite au front, est tombé mortellement atteint le 17 mai 1916 au moment où il venait de prendre les dispositions les plus judicieuses pour assurer la veille et la défense sous une violente concentration d'artillerie.

 

MONIER Léon, Emile - Capitaine de corvette - ; Date : 07/1918 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Officier d'une rare énergie, d'une activité et d'un dévouement inlassables. Sérieusement atteint par les gaz au cours des combats soutenus par le bataillon de fusiliers-marins en avril 1918, a néanmoinstenu à rester à son poste et est parvenu, à force de volonté, à assurer encore son service pendant deux mois.

 

MONNIER Paul - Maître d'équipage - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Noirmoutiers, 1.132 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A fait preuve d'une énergie et d'un courage hors de pair dans la défense de son navire contre un sous-marin ; a sauvé son bâtiment.

 

MONNOT L.E.F. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Adjoint au commandant du 2e régiment. Fait preuve journellement, dans les circonstances critiques actuelles, d'une activité et d'une énergie peu communes.

 

MONOT Guillaume - Second-maître fusilier - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.413.

Excellent second-maître ; gradé de grande valeur, brave et instruit. A fait preuve, en des circonstances critiques, d'un ascendant moral considérable. Grièvement blessé le 28 avril 1916, pendant un bombardement particulièrement violent, a fortement insisté pour n'être évacué qu'après ses hommes blessé, bien qu'il fussent atteints plus légèrement que lui.

 

MONPLAISIR Emile - Premier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Nantes, 16.559 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire au cours d'une opération de guerre.

 

MONSCH Victor, Théophile - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Officier d'élite. Lors de l'explosion du BOUTEFEU, sur une mine, n'a quitté qu'à la dernière extrémité le bâtiment qui sombrait et après avoir aidé à mettre les radeaux de sauvetage à la mer. Disparu avec le sous-marin DIANE, le 1er février 1918.

 

MONTAGNE Marceau - Second-maître mécanicien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Agde, 903 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a assuré, avec une discipline et un calme parfaits, les services dont il était chargé jusqu'à la dernière minute et montré un esprit de sacrifice digne de tout éloge.

 

MONTANARD Paul - Matelot chauffeur breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 51.036-5 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Accouru à la chaufferie avant, a exécuté avec un courage et un calme remarquables les ordres relatifs à la sécurité du bâtiment. A aidé d'une manière efficace à diriger l'évacuation des rues de chauffe et a ramené lui-même des fonds des hommes qui s'y trouvaient en danger. Disparu avec son bâtiment le 19 mars 1917.

 

MONTANIER Lucien - Apprenti marin - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : 41.175-1.

Grièvement blessé en se rendant dans les tranchées de première ligne sous un bombardement intense. Raccourcissement de la jambe gauche.

 

MONTFORT François - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 13.416 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Mort des suites de ses blessures reçues le 1er juin 1915, en accomplissant son devoir, à son poste de combat, au cours d'une opération de guerre.

 

MONTFORT François - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.416 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Mort des suites de ses blessures reçues en accomplissant son devoir à son poste de combat.

 

MONTFORT Julien, Louis, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.608 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 

MONTHEIL René - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 14.224-4 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Est resté à son poste sur la plateforme d'une rue de chauffe pour stopper les compresseurs jusqu'au moment où il a eu de l'eau à mi-jambes. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

MONTRELAY Octave - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 12/1915 ; Unité : Mission navale française de Serbie.

Officier d'un courage exemplaire. A fait preuve, comme chef d'une section d'artillerie de 14, des plus solides qualités de commandement. S'est tout particulièrement distingué à l'engagement du 8 octobre 1915.

 

MORAND DE JOUFFREY A.M.C. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 1918 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Chef d'escadrille d'hydravions. Ayant à peine terminé un apprentissage exceptionnellement rapide comme pilote d'hydravion, a conduit trois avions de son escadrille à l'attaque d'un sous-marin, sous le feu violent des batteries de côte ennemies. Déjà cité à l'ordre de la 2e escadre légère pour service rendus comme observateur.

 


MOREAU Laurent, Adolphe - Médecin de 1ère classe du cuirassé GAULOIS

MORAND DE JOUFFREY A.M.C. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe, pilote aviateur - ; Date : 1918 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Officier d'un dévouement et d'un courage exceptionnels. A améri sous un feu violent pour secourir des camarades en détresse.

 

MORATI Eugène, Léon - Matelot canonnier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 96.910-2 ; Unité : REPUBLIQUE.

A très vaillamment servi sa mitrailleuse ; a été vu pour la dernière fois grièvement blessé. Disparu.

 

MOREAU Guillaume - Quartier-maître fusilier - ; Date : 01/1919 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 10.575 ; Unité : ALEXANDRA.

Disparu avec son bâtiment, le 8 mars 1918, au cours d'un combat en accomplissant son devoir militaire.

 

MOREAU Laurent, Adolphe - Médecin de 1ère classe -  ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Médecin major du GAULOIS. A su faire profiter les blessés de ses connaissances chirurgicales supérieures. A soigné les survivants du BOUVET déposés à bord, avec le plus grand dévouement. Par les mesures intelligentes qu'il avait prises avant le combat, a paré, malgré la faiblesse de ses moyens, aux plus graves inconvénients. A dirigé l'évacuation des blessés et des malades avec ordre et méthode, lorsque le bâtiment s'enfonçant au point de faire croire qu'il allait couler, le commandant donna l'ordre d'embarquer la 1ère bordée.

 

MOREL François, Séraphin - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 49.598-5 ; Unité : MONGE (sous-marin).

A prêté, jusqu'au dernier moment, son concours à son commandant et est mort après avoir accompli la tâche qu'ils avaient volontairement acceptée, le 28 décembre 1915.

 

MOREL Victor, Théodore - Matelot canonnier breveté - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 1.805 ; Unité : FRONDE.

Pour s'être jeté volontairement à la mer, de nuit, dans les parages dangereux du détroit de Messine, pour secourir les naufragés du torpilleur DOXA et avoir réussi à en sauver plusieurs.

 

MORGAND François - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1918 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.201 ; Unité : PAVOT (dragueur).

Blessé grièvement à son poste de combat au cours d'un dragage de mines.

 

MORHANGE - Caporal observateur détaché à l'aviation maritime - ; Date : 09/1917 ; Unité : Aviation maritime.

Blessé dans l'infanterie, déclaré inapte à cette arme. Affecté comme automobiliste à l'aviation, a passé sur sa demande dans le personnel navigant. A accompli 137 heures de vol de patrouilles en mer, effectuant dans les conditions de vols parfois lesplus dangereuses de nombreuses reconnaissances et recherches de mines qui ont rendu les plus grands services.

 

MORHELLEC Jean - Matelot armurier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : X, 252 ; Unité : REPUBLIQUE.

A servi avec calme et courage sa mitrailleuse soumise à un feu violent. Tués à son poste, le 1er décembre 1916.

 

MORICE Emmanuel - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.730.

Grièvement blessé à Dixmude, le 24 octobre 1914, en portant secours à son lieutenant blessé. Ankylose presque complète du genou gauche.

 

MORICE Yves, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 8.956.

Le 10 novembre 1914, a contribué à défendre avec sa section une barricade jusqu'à la dernière extrémité. Le 17 décembre 1914, a fait preuve des plus belles qualités militaires en se portant, avec sa section, sur une position battue par les mitrailleuses, où il tenu jusqu'au moment où il a été grièvement blessé. Impotence fonctionnelle partielle de la jambe gauche et de l'avant-bras droit.

 

MORICET Clovis - Matelot mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 14.218-4 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi, le 26 mai 1915.

 

MORICET Clovis - Matelot électricien - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 14.218-4. ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi.

 

MORILLON Pierre - Second-maître mécanicien - ; Date : 04/1919 ; Quartier/Matricule : Lorient, 4.674.

A montré en toutes circonstances, pendant la campagne de Belgique de 1914, une bravoure et un dévouement exemplaires. A empêché, par son énergie, un petit poste important de tomber aux mains de l'ennemi. Le 10 novembre 1914, a transporté à l'ambulance, sous une pluie de feu, plusieurs blessés graves qui, sans lui, n'auraient pu être secourus, alors que les brancardiers de la compagnie avaient été tués ou blessés.

 

MORILLOT A.J.L.R. - Lieutenant de vaisseau - ; Déco. posthume ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin ayant, dans une attaque de nuit, éprouvé des avaries très graves qui le mettaient en danger de couler sur le champ, a su par sa présence d'esprit, son énergie, son habileté technique, le ramener en surface. A pu ainsi assurer le sauvetage de son personnel ; resté à bord le dernier, a été glorieusement englouti avec son bâtiment.

 

MORIN A.A. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours montré les plus belles qualités et donné au feu l'exemple du courage et du sang-froid.

 

MORIN François - Maître canonnier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Binic, 4.455.

A donné constamment au personnel l'exemple du courage, de l'endurance, de l'esprit de sacrifice ; a fait sauter les pièces qu'il allait abandonner et a conservé, dans l'accomplissement de cette mission périlleuse, son calme et son sang-froid.

 

MORIN François - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 5000.

Marin d'un sang-froid et d'un courage éprouvés. A été blessé très grièvement, à son poste de garde, dans la tranchée, le 21 avril 1916, au cours d'un violent bombardement. Perte de l'usage de la main gauche.

 

MORIN Jean, Marie, Joseph - Second-maître fusilier -  ; Date : 04/1919 ; Quartier/Matricule : Dinan, 1.574 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Au front depuis le début de l'année 1916 : excellent second-maître, plein d'allant et de dévouement. S'est distingué au feu à plusieurs reprises, notamment le 17 mars 1916 où sa belle conduite l'a fait nommer au grade de second-maître, et le 6 avriloù il a été blessé de plusieurs éclats, blessure ayant entraîné l'impotence de plusieurs doigts de la main. Déjà cité.

 

MORIN Joseph - Matelot fusilier breveté - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 38.169-1.

Sujet méritant qui s'est vaillamment conduit au combat du 16 décembre 1914 où il a été grièvement blessé. Perte de l'oeil droit.

 

MORIN Mathurin - Matelot de 1ère classe canonnier auxiliaire - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 3.721.

Très bon fusilier marin, s'est comporté très courageusement. Grièvement blessé le 14 avril 1915. Amputé du bras droit.

 

MORO Victor - Matelot canonnier - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 42.580-1 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Servant à la pièce de 75 AR. Au cours d'un violent combat où son bâtiment a été coulé, sa pièce ayant été mise hors de service, étant lui-même gravement blessé, n'a quitté le bord qu'après l'ordre du commandant. Ne s'est rendu à terre que sur son ordre, après 5 heures de séjour dans l'eau. A fait preuve, en captivité d'un excellent moral, malgré son jeune âge et ses blessures douloureuses. A perdu l'oeil droit.

 

MORVAN E.J.M. - Premier-maître patron pilote - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : Ajaccio, 1.245 ; Unité : PHOEBUS (dragueur).

Commandant le dragueur PHOEBUS : s'est toujours fait remarquer par son sang-froid et son activité comme patron de dragueur. Le 30 novembre 1917, a découvert un champs de mines avec sa drague et manoeuvré avec beaucoup d'habileté pour sortir du chenalde sécurité la première mine engagée qu'il a dû amener presque à toucher son bâtiment. A trouvé la mort le lendemain dans l'exploration du champ de mines.

 

MORVAN Etienne - Premier-maître patron pilote -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Ajaccio, 1245 ; Unité : PHOEBUS (dragueur).

S'est toujours fait remarquer par son sang-froid et son activité ; a découvert un champ de mines, le 30 novembre 1917 et a trouvé une mort glorieuse le lendemain pendant l'exploitation de ce champs de mines dans la perte de son bâtiment coulé par unde ces engins.

 

MORVAN Jean - Second-maître fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.453 ; Unité : Brigade de fusiliers-marins.

Gradé d'élite, n'a jamais voulu se laisser évacuer malgré une santé précaire. Tué à son poste de combat, le 9 mai 1915.

 

MORVAN Paul, Yves - Matelot mécanicien, observateur - ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : 27.543-3 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Excellent mécanicien. A fait preuve de très belles qualités au cours de nombreuses opérations aériennes dans la zone ennemie. Le 26 avril 1917, a apporté une aide précieuse à un pilote qui avait améri sous un feu violent pour secourir des camarades en détresse.

 

MORVAN Yves - Matelot - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cancale, 6.097 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Mort glorieusement pour la France à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin, le 31 juillet 1917.

 

MOSSET Adolphe - Chef mécanicien - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 7.764.

Pour le sang-froid, le dévouement et l'énergie dont il a fait preuve à la suite du torpillage de son bâtiment.

 

MOTTET Victor, Eugène - Maréchal des logis - ; Date : 12/1916 ; Unité : 115e régiment d'artillerie lourde.

Excellent sous-officier, calme, énergique, très dévoué, sait commander aux hommes auxquels il inspire confiance. Au moment du torpillage du CROSSHILL, s'est écrié : "Faisons voir à ces bandits comment les soldats français savent mourir". A demandé àrester à bord jusqu'au dernier moment, donnant à tous le plus bel exemple d'abnégation et de mépris du danger. Déjà titulaire de trois citations.

 

MOTTEZ J.V. - Capitaine de frégate - ; Date : 08/1915 ; Unité : 6e escadrille de torpilleurs d'escadre.

Commandant la 6e escadrille de torpilleurs d'escadre de la première armée navale. A pris part à plus de dix opérations de ravitaillement du Monténégro pendant lesquelles il a assuré d'un façon effective la protection des dragueurs et des convois. A fait preuve de beaucoup de décision et de sang-froid dans les manoeuvres qu'il a ordonnées à son escadrille, lors des attaques d'aéroplanes, particulièrement le 1er novembre 1914 où son escadrille a été attaquée pendant plus d'une demi-heure par 3 avions.

 

MOUCHET Paul, Joseph, Elie - Second-maître mécanicien - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 47.988-5 ; Unité : TURQUOISE (sous-marin).

Lors d'une croisière périlleuse et accidentée, avec le TURQUOISE, en mer de Marmara, au mois d'octobre 1915, a montré un entrain, une endurance, un courage dignes de tout éloge ; a supporté avec dignité les souffrances de la captivité en Turquie, oùcinq de ses camarades ont succombé.

 

MOUDENNER Jacques - Maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 12.798 ; Unité : DANTON (cuirassé).

De veille dans la hune supérieure, a signalé le sillage de la torpille bien avant qu'elle frappe le bâtiment. Disparu avec le bâtiment, le 19 mars 1917.

 

MOUFFET Auguste, François - Capitaine au cabotage - ; Date : 07/1916.

27 ans de services. Campagne : Expédition des Comores du 28 avril au 16 juillet 1891. A été l'objet des appréciations les plus élogieuses pour sa conduite, lors du torpillage du SUSSEX qu'il commandait et a été sérieusement blessé à la suite de cet événement.

 

MOUGEOT Arthur, Alexandre - Sergent - ; Date : 04/1917.

Chargé de la garde de trois prisonniers allemands, s'est noyé pour les sauver.

 

MOUGET Georges, Jules, Séraphin - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 1917 ; Unité : ENSEIGNE ROUX.

Officier de premier ordre, commandant énergique et résolu, commande l'ENSEIGNE ROUX. S'est toujours acquitté remarquablement des missions qui lui furent confiés. Dans l'affaire de nuit du West Deep, le 19-20 mais 1917 qui s'est terminée par la fuitedes navires allemands, a fait preuve des plus brillantes qualités de commandement.

 

MOULINET François, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.040 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

MOULINET Joseph, Marie - Matelot aide-gabier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.820.

Blessé grièvement au combat, a donné à tous ses camarades un bel exemple d'énergie. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

MOURGUES Auguste, Emmanuel - Second-maître fourrier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Toulon, 14.001 ; Unité : MOUSQUET (torpilleur).

Blessé dès le début du combat lors de la rencontre du MOUSQUET et de l'EMDEN, le 28 octobre 1914, est néanmoins monté à son poste de combat sur la passerelle, donnant le plus bel exemple de sang-froid, de courage et d'abnégation. Disparu avec son bâtiment.

 

MOURIGNE Jean, Pierre - Maître d'hôtel A.D.S.G - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille.

A fait preuve du plus courageux dévouement en sauvant un camarade, malgré des brûlures graves, lors du torpillage de son navire.

 

MOURON François, Marius - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1916 ; Quartier/Matricule : 60.139-5.

Belle attitude au feu. Grièvement blessé le 1er novembre 1915. Resection de l'épaule droite.

 

MOURROUX Jean, Charles - Maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.899 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

Dévouement absolu. S'est particulièrement distingué par son sang-froid et son initiative intelligente dans les manoeuvres de voie d'eau et de redressement lors du torpillage du JEAN BART.

 

MOUTON Antonin, Jean, Claude - Quartier-maître électricien - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : 56.539-5.

Quartier-maître d'un courage à toute épreuve, donnent à tous le plus bel exemple de dévouement en toutes circonstances. Blessé le 5 décembre 1916, est revenu au front sur sa demende. Grièvement atteint à nouveau le 15 juin 1917, n'a consenti à se laisser évacuer qu'après avoir aidé à panser son capitaine de compagnie et l'avoir vu emmener au poste de secours.

 

MOYNIER Paul, Emile - Matelot gabier breveté - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 56.671-5.

Excellent serviteur. Grièvement blessé. Amputé de la jambe gauche.

 

MOYSAN Guillaume, Marie - Matelot - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : 104.911-2 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Excellent mitrailleur, a toujours fait preuve du plus parfait dévouement. S'est particulièrement distingué au cours des attaques des attaques des 26 et 27 octobre 1917, par son énergie et son endurance. Blessé grièvement le 6 novembre 1917.

 

MUDES Pierre - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 5.082 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A fait preuve du plus beau courage, lorsque le bâtiment, se trouvant encadré par les projectiles qui tangentaient les plages et passaient très près d'eux, le GAULOIS reçut l'ordre, le 25 février, d'appareiller pour prendre un autre poste de combat etqu'il a fallu filer l'embossage et relever l'ancre de bossoir. Le 18 mars, s'est aussi bien conduit, lorsque sous le feu de l'ennemi, il a fallu mettre le paillet Makaroff en place.

 

MUDES Pierre, Marie - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Belle conduite le 25 février, alors que sous le feu très vif d'Hellès, on avait à relever l'ancre de bossoir. A cet instant, les obus tombaient très serrés et très près du bâtiment, plusieurs à quelques décimètres des hommes. A fait preuve du plus grand sang-froid et du plus beau courage. S'est toujours, depuis le début de la guerre, vaillamment comporté ; a été assez sérieusement blessé lors de la mise à l'eau du paillet Makaroff. A refusé de quitter son service.

 

MUIRON A.A. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 03/1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Second officier de tir. A différentes reprises a été envoyé porter des ordres, vérifier leur exécution et rendre compte de divers incidents. S'est acquitté avec zèle et intelligence de toutes ses missions et a fait preuve de sang-froid, d'initiativeet de courage.

 

MURAT Joseph - Matelot mécanicien - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 25.616-3.

Excellent soldat, très brave. Blessé dans la matinée du 21 janvier 1915 par un obus qui lui a enlevé le bras droit. Malgré la gravité de sa blessure, n'a pas proféré une plainte et a été d'un excellent exemple pour ses camarades.

 

MURAT Roger, Pierre, André - Quartier-maître fourrier réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 12.730-4.

Serviteur d'élite. Grièvement blessé en assurant son service d'agent de liaison. Amputé de la jambe droite.

 

MUSELIER Emile, Henry, Désiré - Capitaine de corvette - ; Date : 12/1920 ; Unité : SCARPE.

Commandant la SCARPE. Brillant officier qui s'est distingué par sa valeur et son courage sur différents fronts au cours de la guerre. A organisé habilement la défense d'une position maritime importante et donné fréquemment sous le feu le plus exemplede bravoure et de dévouement persévérant.

 

MUSSET Paul - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 27.360-3 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

MUSSO Honoré - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Nice, 856 ; Unité : FRONDE.

Pour s'être jeté volontairement à la mer, de nuit, dans les parages dangereux du détroit de Messine, pour secourir les naufragés du torpilleur DOXA et avoir réussi à en sauver plusieurs.

 

MUZELLEC Jean - Second-maître fusilier -  ; Date : 06/1918 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.100 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Sous-officier d'une bravoure et d'un entrain exceptionnels. Au front depuis août 1914, le 1er août 1917, a chargé sur une mitrailleuse ennemie en action. S'est distingué, par son énergie et son mépris du danger, dans les combats du 4 au 14 avril 1918. Déjà cité à l'ordre.

 


NAUD Pierre, Fernand, Louis - Matelot mécanicien.

NANZANEDO Jean - Second-maître mécanicien - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.741.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

NAUD Gabriel, Charles - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Sables d'Olonne, 1.586.

Belle attitude au feu. Grièvement blessé au bras gauche le 10 novembre 1914 pendant une attaque qu'il a contribué à repousser.

 

NAUD Pierre, Fernand, Louis - Matelot mécanicien - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 25.794-3.

Sur le front depuis le début des hostilités, a fait preuve d'allant et de courage dans les différentes opérations auxquelles il a participé. Très grièvement blessé en posant des fils de fer en avant d'une tranchée.

 

NAUDIN R.A.E. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1916 ; Unité : Aviation maritime.

A effectué plus de 200 heures de vol dans la zone ennemie. A participé à plusieurs bombardements, eut plusieurs fois son appareil atteint.

 


NEGRO L.F.D. - Mécanicien principal de 2e classe du cuirassé BOUVET

NEDELEC Joseph - Maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

NEGRE Henri, Charles, Jean - Caporal aviateur - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 4.538.

Pilote d'hydravion A.7. Pilote d'un dévouement à toutes épreuves. Le 7 mai 1917, malgré l'état de son moteur qui rendait le vol dangereux, n'a pas hésité à se porter à l'attaque d'un sous-marin qu'il a bombardé avec plein succès.

 

NEGRO L.F.D. - Mécanicien principal de 2e classe -  ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Est mort bravement à son poste de combat, englouti avec son bâtiment.

  

NERAC Firmin, Louis, Edgar - Matelot sans spécialité - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : 57.787-5 ; Unité : Mission navale française de Serbie.

Très belle conduite au feu au cours des divers engagements auxquels il a pris part. S'est particulièrement distingué le 8 octobre 1915.

 


NEUZILLET P.M. - Lieutenant de vaisseau du cuirassé SUFFREN

NERON Charles - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 292 ; Unité : AMIRAL TROUDE.

Commandant l'AMIRAL TROUDE. A fait preuve de courage, d'énergie et de qualités professionnelles remarquables, tant dans sa défense contre un sous-marin que dans la préparation de celle-ci.

 

NEULAT Edouard - Matelot sans spécialité - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 38.236-1 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Blessé grièvement. Faisait partie de l'armement de la baleinière du PARIS II envoyée capturer une barque à terre dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917. Après avoir rempli sa mission et ayant vu le PARIS II couler sous ses yeux par le canon ennemi, s'est défendu vaillamment jusqu'à ce que sa mitrailleuse eût été mise hors de service. A eu le courage et le sang-froid de remorquer son embarcation à la nage sous un feu violent de fusils, de mitrailleuses et de shrapnels jusqu'à êtrehors de portée de fusil. A ensuite, après avoir réparé l'embarcation, parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie et réussi à entrer à Castelorizo.

 

NEUZILLET P.M. - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 03/1915 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

1ère citation : Chef de l'équipe d'observation dans la hune avant. A su, dans ce poste particulièrement exposé, fournir d'une manière incessante au cours de tous les combats, même sous un feu très violent, les plus utiles renseignements sur les défenses de l'ennemi,les mouvements de ses batteries de campagne et les effets de tirs. A fait preuve, à cette occasion, d'une réelle bravoure et du plus parfait sang-froid.
2e citation : S'est signalé de la façon la plus brillante par ses qualités d'intelligence, travail, énergie, sang-froid et courage. Superbe conduite aux Dardanelles où il a mérité une citation à l'ordre de l'armée. Détaché en mai 1915, en qualité d'officier de liaison à l'état-major du corps expéditionnaire d'Orient, il s'est fait particulièrement apprécier par son activité féconde, ses qualités professionnelles, sa précieuse initiative, son tact et son beau mépris du danger.

 

NICOL Ernest Eugène - Vice-amiral - ; Date : 11/1915.

Observations : Né le 9 février 1838. Chef d'état-major de la 1ère armée navale en 1914. Entre au service en 1875. Aspirant de 1ère classe le 05/10/1878, enseigne de vaisseau du 5/10/1880, lieutenant de vaisseau du 23/10/1885, capitaine de frégate du 04/01/1897, capitaine de vaisseau du 03/03/1904, contre-amiral du 12/02/1911.
Citation :
Commandant l'escadre des Dardanelles. A montré de hautes qualités de commandement au cours des opérations de guerre effectuées par les flottes alliées aux Dardanelles. N'a quitté son commandement que lorsqu'il y a été contraint par une grave maladiedue aux fatigues éprouvées dans l'exercice de ses fonctions.

 


L'amiral NICOL et ses officiers d'état-major à Moudros (Lemnos).

L'amiral Ernest NICOL visitant une école en Asie Mineure.

NICOLAS Alfred - Quartier-maître timonier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 95.938-2 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

A spontanément composé l'armement de la baleinière amenée aux poste de combat, sous le feu de l'ennemi, pour aller au secours des survivants du BOUVET.

 

NICOLAS Camille - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 60.

Pour l'esprit de décision et l'énergie dont il a fait preuve lors de l'attaque de son navire par un sous-marin.

 

NICOLAS F. - Enseigne de vaisseau - ; Date : 08/1915 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Officier de plage au moment d'un débarquement de vive force, a montré un entrain et un sang-froid remarquables, a eu le bras droit traversé par une balle, a continué néanmoins a diriger sous le feu l'opération délicate dont il était chargé.

 

NICOLAS Jean - Matelot fusilier breveté réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 5.973. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Excellent serviteur. Grièvement blessé (usage très réduit de la main droite).

 

NICOLAS Louis, Dominique - Matelot gabier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Narbonne, 1.614 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

N'a cessé d'encourager ses camarades après le torpillage du bâtiment par un sous-marin ennemi. A, par sa belle attitude, contribué à relever le moral des naufragés.

 

NICOLAS Maurice - Radiotélégraphiste - ; Date : 05/1917.

Engagé volontaire à 18 ans, le 31 août 1914, réformé. Son navire étant attaqué par un sous-marin, a été blessé à son poste par un obus qui a éclaté dans la cabine de T.S.F.

 

NICOLAS Olivier - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Unité : FOUDRE (croiseur).

Blessé dans le vapeur de la FOUDRE, au cours de débarquement de vive force, belle attitude au feu.

 

NICOLAS Ollivier - Second-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 10.960. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Gradé hors pair ; a fait toute la campagne et a toujours fait preuve des plus belles vertus militaires. Grièvement blessé dans une tranchée avancée.

 

NICOLLE Désiré, Félix - Matelot canonnier - ; Date : 12/1918 ; Quartier/Matricule : 2.942-1.

Serviteur dévoué et courageux ; grièvement blessé à sa pièce en action, sur le front de mer de Nieuport.

 

NICOLLIN Eugène, Maurice - Matelot de 1ère classe mécanicien - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 40.477-1 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

A fait preuve de courage et de très belles qualités militaires pendant un combat entre un patrouilleur et un sous-marin ennemi. Blessé, dès le début du combat, à la jambe et à la poitrine pendant qu'il fermait la porte étanche du tunnel, a continué àen terminer la fermeture, puis a participé aux principaux travaux de réparation de la machine envahie par la vapeur, qu'il n'a évacuée pour se faire soigner que sur ordre de l'officier en second.

 

NIVET L.A.P. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 07/1915 ; Unité : FAULX (torpilleur).

Commandant la FAULX. Avait la direction des opérations de débarquement du matériel, lorsque la DAGUE a sauté sur une mine dans le port où ce débarquement avait lieu. Après cet accident, a fait preuve d'une grande énergie en faisant poursuivre le déchargement du vapeur chargé de matériel. Cet officier a par ailleurs participé à la plupart des opérations de dragage des mines sur les côtes du Monténégro et s'est toujours distingué depuis le début des hostilités.

 

NOBLANC Joseph - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Vannes, 1261 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 

NOBLANC M.M. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Commandant d'une section de mitrailleuse, en a tiré toujours le parti le plus efficace, grâce à son énergie, à son sang-froid et sa bravoure.

 

NOEL Ernest - Chef mécanicien - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 6.471.

Blessé lors du torpillage de son bâtiment. A donné le plus bel exemple de courage et d'endurance pendant la période d'évacuation. A dû être amputé de la cuisse gauche.

 

NOEL Lucien - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 25.057-1 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

NOEL Lucien - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 25.097-1 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

NOEL R.L. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 1918 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Observateur à l'escadrille d'hydravions, plein de sang-froid et de courage. Comme chef de patrouille, a effectué un grand nombre de reconnaissances dans la zone ennemie, livré trois combats à des hydravions ennemis, attaqué quatre sous-marins.

 

NOGES Pierre - Matelot chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 111.265-2 ; Unité : PAVOT (dragueur).

Disparu avec son bâtiment à son poste de combat, le 5 novembre 1918, au cours d'un dragage de mines.

 

NOMDEDEU Noël - Matelot canonnier breveté - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Port Vendres, 1.449 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Le PARIS II ayant été coulé à coup de canon dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917, au cours d'une opération de guerre, est resté à son poste avec le plus parfait mépris du danger, sous un feu intense. Ne s'est jeté à la mer que sur l'ordre de son commandant. Avec un chauffeur arabe, a soutenu son camarade CASTEL, chauffeur breveté blessé grièvement et l'a remorqué à la nage au large, sur un panneau de cale. A rallié la baleinière et aidé à la remorquer à la nage, sous un feu violent. A ensuite parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie et réussi à rallier Castelorizo avec son embarcation.

 

NORET Jean - Matelot timonier - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 5.017 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé sous un feu violent, est resté absolument impassible sur la passerelle, a pris la barre quand l'homme de barre a été abattu ; une fois blessé et le servo-moteur ne fonctionnant plus, a essayé de remédier aux avaries de barre, modèle de sang-froid et de courage, n'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant. A la mer, a remorqué pendant une heure un camarade blessé.

 

NORMAND Jean, Pierre, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.411.

Belle conduite au combat de Melle où il s'est offert volontairement pour faire partie d'un petit poste qui tenait une position particulièrement exposée et dangereuse. Grièvement blessé le 15 décembre 1914.

 


NOUEL DE KERANGUE Yves - Enseigne de vaisseau de 1ère classe au groupe des canonniers-marins

NORMAND Pierre, Paul - Matelot électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 94.919-2 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 

NORMANT Alexis - Quartier-maître fusilier - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 3.636 ; Unité : MARTHE (voilier).

Pour le courage et l'énergie exceptionnels dont il a fait preuve en participant à la défense de son voilier contre un sous-marin. A été grièvement blessé.

 

NOUEL DE KERANGUE Yves - Enseigne de vaisseau de 1ère classe -    ; Déco. posthume ; Unité : Canonniers-marins.

1ère citation : A rendu les plus grands services dans un poste d'observation où il s'est fait remarquer par son attitude énergique sous le feu. Le 25 avril 1915, a continué à observer, malgré un feu violent, jusqu'au moment où un obus de gros calibre a démoli son observatoire. A été fortement contusionné et mis hors de combat.
2e citation : Officier de grande valeur et remarquablement doué ; blessé et déjà cité à l'ordre de l'armée. S'est toujours fait remarquer par sa valeur personnelle hors de pair autant que par son courage calme qui était sa caractéristique. En dernier lieu, s'est distingué dans le commandement d'une pièce d'artillerie à grande puissance en accomplissant de la façon la plus brillante le rôle qui lui avait été attribué. Tombé glorieusement au moment où il se rendait à l'appel d'un de ses chefs.

 

NOURRY Marcel - Matelot - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 1.653.

Lors de l'attaque de son navire par un sous-marin, a été très grièvement blessé à son ^poste de combat et a donné le plus bel exemple de courage et d'énergie.

 

NOURY Pierre - Matelot - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 4.701 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Très belle attitude lors du combat de son voilier contre un sous-marin.

 


O'BYRNE J.J.G. - Lieutenant de vaisseau commandant le sous-marin CURIE

NOUVEL Célestin - Matelot réserviste - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Agde, 801 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A donné l'exemple du plus grand calme et d'un parfait sang-froid pendant le combat et lors de la perte de son bâtiment (18 mars 1915).

 

NYGREN Armand, Marcel - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Dunkerque, 4.355.

Courageux et dévoué. Blessures multiples. Perte de l'oeil droit.

 

O'BYRNE J.J.G. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.
Observation : Les sous-marins CURIE et SAPHIR tombés glorieusement au champ d'honneur sont porté à l'ordre du jour de l'armée navale. Dans son affliction d'avoir vu succomber d'aussi vaillant serviteur du pays, le commandant en chef rappelle à tous combien l'armée doit être fière d'avoir dans ses rangs des officiers et des équipages capables d'actions aussi héroïques que celles qui ont été accomplies par ces deux valeureux bâtiments dont les noms resteront à jamais gravés dans nos factes maritimes les plus glorieux. Honneur et gloire aux officiers et aux équipages du CURIE et du SAPHIR. Ils ont bien mérités de la Patrie.

 

OHL C.B.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1920 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Pour la belle conduite et la façon dont il a dirigé le sauvetage de ses hommes lors du torpillage par un sous-marin ennemi, le 12 juillet 1917, du bâtiment qu'il commandait.

 

OIRILLO Raphaël - Matelot - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Ajaccio, 1.108.

S'est signalé par son courageux dévouement lors du torpillage de son bâtiment et a sauvé plusieurs passagers.

 

OLGIATI P.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : Aviation maritime.

Officier d'élite, chef d'escadrille d'hydravions, remarquable et plein d'entrain, ayant accompli de nombreux vols à la recherche de sous-marins ennemis. Mort en mer à la suite d'une chute de son appareil.

 

OLGIATI - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 07/1917.

Officier d'élite, chef d'escadrille d'hydravions, remarquable et plein d'entrain, ayant accompli de nombreux vols à la recherche de sous-marins ennemis. Mort en mer à la suite d'une chute de son appareil.

 

OLIVIERI Marius, Jules, Victor - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Marseille, 6.427 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Etant embarqué sur un sous-marin, s'est trouvé au cours d'une action de guerre, dans une situation désespérée, a pu s'en tirer grâce à son sang-froid et à son énergie ; fait prisonnier, a réussi à s'évader à force de courage et d'endurance, après avoir parcouru 350 kilomètres en pays ennemi.

 

OLIVIERI - Troisième mécanicien - ; Date : 05/1916 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

Pour avoir assuré, par son exemple et par son énergie, le courage et la résistance de l'équipage du LANGUEDOC.

 

OLLIVE Emmanuel, Lucie, Henri - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 05/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Inscrit au tableau de concours du 1er janvier 1914, s'est acquis depuis lors de nouveaux titres par la vaillance te la valeur dont il a fait preuve dans l'installation et l'utilisation de matériels violemment bombardés par l'ennemi.

 

OLLIVIER Albert - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 41.051 ; Unité : GOELAND II (chalutier).

A fait preuve de qualités supérieures de courage, d'énergie et de commandement au cours d'un combat contre un sous-marin. A été gravement blessé à la tête par des éclats d'obus.

 

OLLIVIER Emile - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 38.977-1 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

OLLIVIER Léon - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 50.775-5. ; Unité : DUPLEIX.

Parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse, a montré le plus grand courage, se tenant jusqu'à la fin aux avirons du canot de secours.

 

OLLIVIER Louis - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 14.108 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

OLLIVIER - Mécanicien principal de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 10/1916 ; Unité : GALLIA (croiseur auxiliaire).

A fait preuve, lors du torpillage du GALLIA, de courage et d'énergie. A assuré avec sang-froid l'évacuation des machines et des chaufferies, puis est remonté sur la passerelle se mettre à la disposition du commandant. N'a quitté le bâtiment que sur ordre. Après la disparition du GALLIA, a montré dans l'organisation des secours de belles qualités de commandement.

 

OMNES Jean - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 42.663 ; Unité : DAGUE (torpilleur).

Etant de quart dans les chaufferies, lors de l'explosion de la DAGUE, le 24 février 1915, est resté à son poste jusqu'au dernier moment en exécutant avec le plus grand sang-froid toutes les mesures de sécurité exigées par les circonstances et est mort victime de son dévouement.

 

OMNES Jean - Quartier-maître chauffeur - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 42.663 ; Unité : DAGUE (torpilleur).

Etant de quart dans les chaufferies lors de l'explosion de la DAGUE, est resté à son poste jusqu'au dernier moment, en exécutant avec le plus grand sang-froid toutes les mesures de sécurité exigées par les circonstances et est mort victime de son dévouement.

 

OREVE Vincent - Matelot sans spécialité - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 102.216-2 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

Blessé une première fois en décembre 1916 et une deuxième fois grièvement, lors du torpillage du CASSINI, le 28 février 1917. Excellent marin ayant fait preuve de beaucoup d'énergie dans ces deux circonstances.

 

ORSONI André - Matelot sans spécialité -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bastia, 2.718 ; Unité : VILLE DE ROUEN (vapeur).

Mort à son poste en accomplissant son devoir à bord de la VILLE DE ROUEN, lors du torpillage de ce vapeur par un sous-marin.

 

ORSONI Antoine, Toussaint - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Bastia, 2.718. ; Unité : VILLE DE ROUEN.

Mort à son poste en accomplissant son devoir à bord de la VILLE DE ROUEN, lors du torpillage de ce vapeur par un sous-marin.

 

OSMOND Emile - Second-maître canonnier - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.570. ; Unité : VERGNIAUD.

A par ses qualités de commandement, par son entrain et son activité, maintenu pendant toute une nuit le plus bel élan et l'esprit d'émulation le plus efficace chez les hommes de corvée qu'il dirigeaient pendant le déchargement des vapeurs dans un port bombardé par l'ennemi.

 

OULHEN Yves-Marie - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 08/1917.

A fait preuve, lors de l'attaque de son bâtiment par un sous-marin ennemi, d'une bravoure et d'une valeur professionnelle de premier ordre. Par une habile manoeuvre exécutée sous le feu, a empêché son équipage d'être fait prisonnier et, par sa remarquable énergie, l'a ramené sain et sauf dans un port allié.

 

OURVOUAI Joseph, Marie - Quartier-maître fusilier - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : 96.936-2.

Très bon marin, grièvement blessé le 22 décembre 1914. Fracture de la rotule du genou droit.

 

OUSTRIE François - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 48.858-3 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 


PAGES Eugène - Fusilier breveté au bataillon de fusiliers-marins

OZENNE André - Matelot infirmier - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : 40.882-1 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Marin animé du plus noble esprit de dévouement et de sacrifice. A donné, à l'attaque du 26 octobre 1917, le plus bel exemple de bravoure en se portant au secours de ses camarades blessés, alors que les vagues d'assaut se couchaient sous le feu des mitrailleuses. Trois citations.

 

PADELLEC A.M. - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 5.080 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Bon serviteur, consciencieux et dévoué. Grièvement blessé lors de l'explosion d'un obus.

 

PAGES Eugène - Fusilier breveté - ; Date : ? ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

A fait une reconnaissance audacieuse à proximité de l'ennemi, est retourné en arrière pour chercher les papiers des officiers qui avaient été tués.

 

PAHU Anatole - Second-maître torpilleur - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.678 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

PAILLARD Clet - Matelot fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.886 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

PAILLARD Joseph - Maître fusilier - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Audierne, 3.030. ; Unité : DIDEROT.

A par ses qualités de commandement, par son entrain et son activité, maintenu pendant toute une nuit le plus bel élan et l'esprit d'émulation le plus efficace chez les hommes de corvée qu'il dirigeaient pendant le déchargement des vapeurs dans un port bombardé par l'ennemi.

 


PAILLIER François - Fusilier breveté du croiseur-cuirassé LEON GAMBETTA

PAILLE Firmin, Gabriel - Matelot sans spécialité - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 15.682-4 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 

PAILLET J.E.J. - Capitaine de vaisseau - Légion d'honneur (commandeur) ; Date : 04/1915 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

Commandant le 2e régiment de fusiliers-marins. 40 ans de service, campagnes non comprises. Commande un régiment de fusiliers-marins depuis le milieu de novembre dans des circonstances souvent difficiles et périlleuses et a su en obtenir le maximum derendement grâce à ses connaissances militaires et à ses brillantes qualités personnelles de bravoure et d'énergie.

 

PAILLIER François - Fusilier breveté - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.824 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

A aidé plusieurs de ses camarades en leur apportant des pièces de bois pour se soutenir, a montré une grande énergie en résistant 13 heures dans l'eau.

 

PAILLOT - Matelot charpentier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 25.307-3. ; Unité : DUPLEIX.

S'est avancé à découvert, sous le feu de l'ennemi, pour lancer une amarre à un canot ramenant des blessés et dont la situation était critique.

 

PAIN Auguste, Gustave - Quartier-maître canonnier réserviste - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : 12.245-4.

Très grièvement blessé, le 21 mai 1916.

 

PALAT Joseph - Second-maître mécanicien - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 19.887-3.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

PANET Charles - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 53.070-5 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a assuré, avec une discipline et un calme parfaits, les services dont il était chargé jusqu'à la dernière minute et montré un esprit de sacrifice digne de tout éloge.

 

PANSARD Henri - Quartier-maître canonnier - ; Date : 11/1916 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 414. ; Unité : ALBATROS.

Lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis, a conservé tout son sang-froid et, bien que contusionné par un éclat d'obus, a continué à riposter vigoureusement avec sa pièce tant qu'il fut possible.

 


PAPONET G.L. - Lieutenant de vaisseau commandant l'aviso auxiliaire PARIS II

PAOLI Antonin - Lieutenant de vaisseau auxiliaire -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 613.

Commandant plein d'entrain, très belle tenue sous le feu aux Dardanelles. A brillamment coopéré aux transports serbes. Déjà cité à l'ordre de l'armée.

 

PAOLI - Capitaine au long cours - ; Date : 05/1916 ; Unité : SAVOIE II (vapeur).

Commandant la SAVOIE II ; étant chargé de ravitailler le corps expéditionnaire d'Orient, s'est toujours acquitté avec le plus grand courage de sa mission sous le feu de l'ennemi et a su faire donner à son bâtiment son rendement maximum.

 

PAPE Jean, Marie - Quartier-maître électricien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 86.424-2 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 


PAQUIER E.V.V. - Lieutenant de vaisseau du cuirassé BOUVET

PAPONET G.L. - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 1919 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Commandant un aviso auxiliaire. A montré de remarquables qualités de décision et de courage en attaquant un sous-marin ennemi rapide et puissamment armé et en le contraignant à se retirer après un combat d'artillerie qui a duré deux heures et demie.

 

PAPOU Georges - Maître torpilleur - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Rochefort, 13.061 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

PAQUIER E.V.V. - Lieutenant de vaisseau - ; Déco. posthume ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Est mort bravement à son poste de combat, englouti avec son bâtiment.

 

PAQUIER E.V.V. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Est mort bravement à son poste de combat, englouti avec son bâtiment.

 

PARQUER Henri - Second-maître électricien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.208.

A assuré avec la plus belle vaillance pendant quinze mois et particulièrement au cours de l'été 1916, le service d'observatoires et de réseaux téléphonique sans cesse soumis à de violents bombardements.

 

PARQUET Gaston - 2e C.C - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M.A. du 17e régiment d'artillerie.

A été blessé en aidant au lancement des radeaux de secours de l'AMIRAL HAMELIN, sous un feu violent de l'ennemi.

 

PARSY J.P.A. - Aspirant de marine - ; Date : 08/1915 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Officier de plage, a été blessé à l'abdomen par un éclat d'obus de gros calibre, alors qu'il coopérait aux opérations avec le plus entier dévouement.

 

PASCHIER Marcel - Quartier-maître mécanicien réserviste - ; Date : 11/1916 ; Unité : BURDIGALA (croiseur auxiliaire).

Brûlé en travaillant à une réparation à l'intérieur d'une chaudière au moment de l'explosion, n'a pu en sortir et parvenir sur le pont qu'au prix des plus grandes difficultés. A donné le plus bel exemple d'énergie et de calme.

 

PASCO Pierre, Marie - Matelot chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Auray, 4.927 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

PASQUIOU Yves - Second-maître chauffeur à titre temporaire - ; Date : 04/1919 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 14.159 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Chef de section d'une admirable bravoure. Le 14 septembre 1918, faisant partie d'une compagnie d'assaut, a traversé une région puissamment organisée et y a fait des prisonniers. A continué ensuite sa marche vers son objectif, l'a dépassé pour s'emparer d'un point d'appui où s'étaient réfugiés de nombreux ennemis. S'est emparé d'une cinquantaine de prisonniers et de mitrailleuses qui gênaient l'aménagement des positions conquises. Une blessure ; trois citations.

 

PASTORE A. - Matelot maître d'hôtel - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 51.485-5 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Blessé grièvement à son poste.

 

PASTRIE Georges (ou Roger ?) - Matelot mécanicien - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 64.273-5 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

De quart dans la machine, au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, a fait preuve de courage et de sang-froid sous un feu violent, est resté à son poste, blessé à la figure, contribuant à assurer l'exécution des ordres du commandant jusqu'à ce que le séjour dans la machine, puis dans la chaufferie, fût rendu impossible par l'envahissement de la vapeur, des gaz et de l'eau ; grièvement blessé ensuite sur le pont, n'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant, ne s'est rendu à terre que sur ordre, après plus de 5 heures de séjour dans l'eau. A fait preuve, en captivité, du plus bel esprit militaire et du plus pur patriotisme.

 

PATARY Joachim - Premier-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Vannes, 369 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Serviteur hors ligne, tant par son courage que par son sang-froid et par les services qu'il a rendus dans tous les combats livrés par le bâtiment.

 

PATARY Joachim, Marie - Premier-maître canonnier - ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Premier-maître d'élite, vient encore de se montrer tout à fait supérieur. A tenu à vérifier lui-même la fermeture de tous les panneaux des soutes et l'extinction de l'éclairage.

 

PATITOT Georges - Matelot - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Sables d'Olonne, 1.611.

Embarqué sur un bateau de pêche, a fait preuve d'énergie et de courage dans la lutte de ce bateau contre un sous-marin.

 

PATTE Albert-Jules - Premier-maître de timonerie -  ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Dunkerque, 1.862.

Officier marinier d'une haute valeur morale qui tient, malgré son âge, à rester mobilisé et a sollicité l'honneur d'occuper un poste avancé très exposé ; Le 10 juillet 1917, lors d'une très violente attaque ennemie, a donné des preuves particulières de son énergie et de sa parfaite bravoure en maintenant son personnel à son poste malgré le bombardement et en faisant, à sa tête, le coup de feu sur l'ennemi. Déjà cité à l'ordre.

 

PAUGAM Jean, Yves - Maître fusilier temporaire -  ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 5.762.

Maître fusilier de tenue parfaite, de valeur professionnelle supérieure. Cité à l'ordre de l'armée pour avoir pris sous le feu le commandement d'une compagnie.
Nota : Au tableau spécial de la Légion d'Honneur pour compter du 30 avril 1921 (active). J.O du ...août 1921.

 

PAUL H. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours montré les plus belles qualités et donné au feu l'exemple du courage et du sang-froid.

 

PAUL Jean, Louis, Marie - Premier-maître charpentier - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 1.464 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A accompli comme à l'exercice les diverses opérations de son service sécurité. N'est remonté des fonds qu'après s'être assuré que tout était comme il devait l'être.

 

PAULAY Albert - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 21.014-3 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Pointeur de la pièce de 100 avant. D'une bravoure et d'une énergie exceptionnelles, a rempli ses fonctions sous un feu extrêmement violent, a essayé, malgré l'incendie du parc à munitions de continuer seul à servir sa pièce. Disparu avec son bâtiment, le 13 décembre 1917.

 


PAYET - Lieutenant de vaisseau au bataillon de fusiliers-marins

PAVY François, Joseph - Lieutenant de vaisseau de réserve - ; Date : 02/1917 ; Unité : SANT'ANNA.

Commandant le croiseur auxiliaire SANT ANNA. A effectué de nombreux voyage de Toulon à Salonique, sous la menace des attaques de sous-marins ennemis, a déployé les plus grandes qualités de sang-froid et d'habileté dans l'exercice de son commandementdepuis le début de la guerre et s'est particulièrement distingué dans des circonstances difficiles.

 

PAYA Joseph - Matelot gabier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Oran, 2.537 ; Unité : REPUBLIQUE.

Coupé de sa compagnie, pour la rallier s'est courageusement engagé sur une passerelle battue par une mitrailleuse. Blessé très grièvement, le 1er décembre 1916, mort des suites de ses blessures.

 

PAYET - Lieutenant de vaisseau - ; Date : ? ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

A été tué à la tête de ses hommes en repoussant brillamment les attaques d'un ennemi très supérieur.

 

PAYRO Sauveur - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Port Vendres, 2.176 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A donné l'exemple du plus grand calme et d'un parfait sang-froid pendant le combat et lors de la perte de son bâtiment (18 mars 1915).

 

PEGLION Paul - Quartier-maître torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 50.866-5 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

PELICHET D.P. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve, pilote aviateur - ; Déco. posthume.

Pilote plein d'allant et de courage, a toujours donné le plus bel exemple des vertus militaires; mort au champ d'honneur.

 

PELICHET - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 07/1917 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Corfou.

Pilote de grande valeur, a accompli 70 heures de vol en zone ennemie, a attaqué deux sous-marins et effectué des vols par très gros temps.

 


PELLE Augustin - Médecin de 1ère classe du garde-côtes cuirassé Requin.
PELLAE Jacques, Yves - Quartier-maître canonnier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.049.

Pointeur d'élite. Blessé à sa pièce, a tenu à revenir à son poste de combat aussitôt rétabli et en a assuré le service jusqu'au dernier moment.

 

PELLAY Jean, Guillaume - Quartier-maître fusilier - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.776.

Chef de veille brave et consciencieux, repéra les pièces ennemies et ne quitta son poste très exposé que sur ordre formel. Déjà cité à l'ordre de la 3e escadre le 28 juin 1917.

 

PELLE Augustin - Médecin de 1ère classe -   ; Date : 1917 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

1ère citation : Médecin d'un dévouement inlassable qui, malgré de très dures conditions climatiques et des travaux pénibles a sauvegardé la santé et l'entrain du personnel. Lors de l'engagement du 1er novembre 1917, se trouvant en présence de 38 mourants ou blessés,a déployé un talent chirurgical et un dévouement au-dessus de tout éloge et qui permirent au bâtiment de continuer sa mission.
2e citation :
D'un dévouement inlassable qui, malgré de très dures conditions climatiques et des travaux pénibles a sauvegardé la santé et l'entrain du personnel. Dans des circonstances graves, a déployé un talent chirurgical et un dévouement qui ont permis au bâtiment de continuer sa mission. Cité à l'ordre de l'armée pour le même motif.
Nota : Outre les citations mentionnées, Augustin Pellé finit sa carrière avec la rosette de la Légion d'Honneur et détenait une série de médailles dont la médaille militaire et la croix de guerre.

 

PELLE DESFORGES H.L.A. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1916.

Officier d'ordonnance du contre-amiral commandant la brigade des fusiliers-marins. Cité à l'ordre de la brigade pour sa conduite au combat du 24 octobre, a continué à remplir toujours avec succès de nombreuses missions périlleuses.

 

PELLEGRIN Flavien - Matelot timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 58.517-5 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

De veille à la pièce arrière de la BERTHILDE, a été projeté à la mer par l'explosion. Disparu le 12 juillet 1917.

 

PELLEGRIN - Matelot restaurateur - ; Date : 05/1916 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

Pour le courage dont il a fait preuve pendant la défense du vapeur LANGUEDOC contre un sous-marin ennemi.

 

PELLENNEC Yves - Quartier-maître fusilier réserviste - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 12.714.

Grièvement blessé à Dixmude le 3 novembre 1914. Paralysie du bras gauche.

 


PELTIER Aristide - Matelot canonnier du D'ENTRECASTEAUX

PELLETIER Sébastien - Quartier-maître fusilier - ; Date : 02/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 9.646 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Mitrailleur de 1er ordre. Chef de pièce remarquable. A été grièvement blessé dans sa tranchée.

 

PELTANT Paul, André - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 9.748.

Bien que grièvement blessé le 10 novembre 1914 lors d'une attaque par un ennemi très supérieur en nombre, a eu l'énergie de chercher à rejoindre les lignes françaises mais, à bout de forces, a été fait prisonnier après douze heures d'efforts pour s'échapper. Amputé au tiers inférieur du bras droit.

 

PELTIER Aristide - Matelot canonnier - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 15.583-4. ; Unité : D'ENTRECASTEAUX.

Blessé dans une reconnaissance en baleinière en pays ennemi, a continué à nager à l'aviron malgré une grave blessure et n'a cessé que contraint par l'épuisement provenant d'une abondante perte de sang.

 

PELTIER Aristide - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : Ile de Ré, 1.291.

Grièvement blessé le 9 mai 1915. Impotence fonctionnelle de la main gauche.

 

PELTIER Aristide, Maurice - Matelot canonnier - ; Date : 05/1915 ; Quartier/Matricule : 15.583-4. ; Unité : D'ENTRECASTEAUX.

Grièvement blessé, a fait preuve d'une grande énergie en continuant à nager jusqu'à épuisement complet de ses forces.

 

PENCREACH Jean - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 6.679 ; Unité : NORMANDY (goélette).

Aussi courageux que dévoué, a trouvé une mort glorieuse aux cotés de son chef, le 25 juin 1917 au cours d'un combat contre un sous-marin.

 

PENE Jean, Vincent - Second-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 57.

Pour la décision et l'énergie dont il a fait preuve dans la défense de son chalutier contre un sous-marin.

 

PENETTO Charles - Matelot torpilleur - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 51.282-5 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

PENGAM François, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.554. ; Unité : SAINT LOUIS.

Chef de la section atteinte par un obus ennemi, a montré le plus grand sang-froid dans la conduite de sa section et a pris immédiatement les mesures que comportait la situation le 11 mai 1915.

 

PENNANT Georges, Antoine - Quartier-maître fusilier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 28.898-1 ; Unité : JEANNE D'ARC annexe.

Gravement blessé en se portant au secours d'un marin tombé dans un endroit particulièrement dangereux, a fait preuve d'une énergie remarquable et a donné la plus belle leçon de courage et de dévouement. Mort de ses blessures.

 

PENNANT Georges, Antoine - Quartier-maître fusilier - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : 28.898-1.

Gravement blessé en se portant au secours d'un marin tombé dans un endroit particulièrement dangereux, a fait preuve d'une énergie remarquable et a donné la plus belle leçon de courage et de dévouement. Mort de ses blessures.

 

PENPOUL Nicolas - Maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.814.

Excellent officier-marinier qui est parti comme volontaire au front. Blessé le 22 octobre 1914, a toujours eu une bonne tnue au feu.

 

PENSARD Henri-Charles - Quartier-maître canonnier réserviste -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 40.414. ; Unité : ELISABETH (dragueur).

Lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis, a conservé tout son sang-froid, et, bien que contusionné par un éclat d'obus, a continué à riposter vigoureusement avec sa pièce tant qu'il fut possible. S'est particulièrement distinguépar son sang-froid et son dévouement lors de la perte de son dragueur ELISABETH. Déjà cité à l'ordre de l'armée pour ce motif.

 

PENSEC François - Matelot boulanger coq - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 107.328-2.

Excellent matelot, plein d'entrain et très brave. Très grièvement blessé en restant à son poste à la tranchée pendant un bombardement des plus violents. Amputé du poignet. Deux jambes fracturées, blessure à la tête.

 

PENVERN Maurice, Henri - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 38.116-1 ; Unité : ANJOU (dragueur).

Embarqué sur l'ANJOU lorsque ce dragueur heurta une mine, le 17 juin 1917 ; est resté à son poste jusqu'au dernier moment, assurant l'exécution des ordres. A été englouti avec le bâtiment.

 

PENVERNE Joseph - Second-maître électricien - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.728 ; Unité : Mission navale française de Serbie.

Blessé dans la nuit du 6 au 7 octobre 1915, s'est pansé lui-même et est resté à son poste de combat. Blessé mortellement au matin.

 

PEOCH François - Second-maître mécanicien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.404 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Etait de quart aux auxiliaires. Dès l'explosion a, de sa propre initiative, mis en marche les thirions d'épuisement et fait les manoeuvres nécessaires. N'a évacué que sur l'ordre, puis est retourné dans les auxiliaires pour s'assurer du fonctionnement des appareils.

 

PEPIN Léon - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 14-210.

Agent de liaison plein de courage et d'entrain. A rempli diverses missions difficiles. Très grièvement blessé à la cuisse gauche et sur diverses parties du corps en portant une communication.

 

PEPIN Noël - Capitaine au cabotage - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Cancale, 2.746.

Tué à son poste par le tir d'un sous-marin en accomplissant son devoir militaire.

 

PEPIN Noël - Capitaine au cabotage -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cancale, 2.746 ; Unité : MIMOSA.

Tué à son poste par le tir d'un sous-marin en accomplissant son devoir militaire ; a été cité à l'occasion de sa mort.

 

PERCELE Clet, Yves - Aide canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.982 ; Unité : D'ESTREES.

Blessé très grièvement dans un youyou attaqué par l'ennemi, n'a pas cessé, jusqu'à l'arrivée à bord, d'aveugler avec la main un trou fait par une balle et provoquant une voie d'eau.

 

PERESSE Vincent - Quartier-maître fusilier - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 21.493-3 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

Aide télégraphiste, a assuré avec un calme parfait le service de la télémétrie, dans des postes n'ayant aucune protection, alors que le bâtiment était encadré par le tir des mortiers et des batteries de campagne et sous le feu des forts.

 

PERHERIN Clet - Second-maître canonnier - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : Audierne, 2.743 ; Unité : SURPRISE (canonnière).

Chef du groupe artillerie AR. Maintint toujours avec le plus grand sang-froid, la discipline du feu. A de plus, par son courage et son calme, contribué à la bonne tenue des hommes exposés au feu d'une mitrailleuse allemande.

 

PERILLON Raoul, Germain - Soutier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Rouen, 1.384 ; Unité : SAINT PHILIPPE (vapeur).

Belle attitude sous le feu, a été mortellement blessés au cours de l'action le 29 novembre 1916.

 

PERILLON Raoul, Germain - Soutier - ; Date : 01/1917 ; Quartier/Matricule : Rouen, 1.384.

 

PERINEL Charles, Louis - Second-maître élève-officier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 7.463 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

A donné, par son attitude calme, énergique et courageuse, après le torpillage de son bâtiment par un sous-marin ennemi, un bel exemple aux hommes de son radeau, a su conserver leur bonne humeur et leur entrain et s'est occupé avec dévouement de tousles naufragés.

 

PERNON Jules, Ernest - Quartier-maître canonnier réserviste - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Dinan, 830 ; Unité : GINETTE (chalutier).

S'est particulièrement distingué lors de l'évacuation de l'armée serbe. A abattu un avion ennemi. Lorsque le bâtiment sur lequel ilétait embarqué a touché une mine, a été projeté à la mer puis a sauvé, au péril de sa vie, l'un de ses camarades grièvement blessé.

 

PERON Gilles, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 14.942 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

PERON Marcel - Matelot canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Calais, 1.793 ; Unité : REPUBLIQUE.

Tué le 1er décembre 1916 en assurant l'approvisionnement de sa mitrailleuse sous un feu violent.

 

PERON P.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Officier réputé pour sa bravoure ; blessé au cours de l'attaque du 14 septembre 1918, a pris néanmoins le commandement de sa compagnie en remplacement de son capitaine blessé et évacué et a contribué largement, par son énergie et son esprit de décision, à la capture de nombreux prisonniers et d'un matériel de guerre important. Quelques jours plus tard, a dirigé très énergiquement une opération de reconnaissance au cours de laquelle il a infligé un ennemi très supérieur en nombre des pertes sérieuses et a rapporté les renseignements demandés. Mort pour la France, le 29 septembre 1918, en entraînant vigoureusement sa compagnie à l'attaque d'un point de passage solidement tenu par l'ennemi.

 

PERON Paul, Marie - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 02/1919.

Officier réputé pour sa bravoure ; blessé au cours de l'attaque du 14 septembre 1918, a pris néanmoins le commandement de sa compagnie en remplacement de son capitaine blessé et évacué et a contribué largement, par son énergie et son esprit de décision, à la capture de nombreux prisonniers et d'un matériel de guerre important. Quelques jours plus tard, a dirigé très énergiquement une opération de reconnaissance au cours de laquelle il a infligé un ennemi très supérieur en nombre des pertes sérieuses et a rapporté les renseignements demandés. Mort pour la France, le 29 septembre 1918, en entraînant vigoureusement sa compagnie à l'attaque d'un point de passage solidement tenu par l'ennemi.

 

PERONNET L.H. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A montré beaucoup de courage, de sang-froid et d'action sur les hommes.

 

PERRAULT Alexandre - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Boulogne, 5.063 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

De veille au canon de 90 AV au moment du torpillage de son bâtiment, le 12 juillet 1917, est resté à son poste jusqu'au dernier moment, essayant de mettre en batterie la pièce revenue au recul par suite de l'inclinaison sur l'arrière du bâtiment. Disparu avec le bâtiment.

 

PERRETTE J.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Officier des plus remarquables par les services qu'il n'a cessé de rendre depuis le début de la guerre. A puissamment contribué, par ses connaissances techniques, son sang-froid et son habileté, à obtenir les beaux résultats constatés dans les tirs.A toujours montré le plus beau courage et la plus grande vaillance.

 

PERRIER Georges, Marie, Antoine - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Déco. posthume ; Unité : DOXA (torpilleur).

Disparu avec son bâtiment torpillé par un sous-marin ennemi en accomplissant son devoir militaire.

 


PERRON Charles, Louis, Emile, Joseph, Marie - Second-maître électricien réserviste pilote aviateur de l'aviation maritime

PERRIN L.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 03/1916 ; Unité : SAVOIE.

Officier des plus distingués, a organisé le service de l'artillerie à bord de la SAVOIE dans des conditions remarquables. A montré beaucoup de calme, de sang-froid et de courage lors de l'attaque de la SAVOIE par deux aéroplanes autrichiens au mouillage de Valona, le 2 février 1916, tandis que ce bâtiment participait à l'évacuation de l'armée serbe.

 

PERROCHEAU Félix - Quartier-maître de manoeuvre -  ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Ile d'Oléron, 658.

Excellent patron de pinasse, modèle de bravoure. Blessé très grièvement (amputation de la cuisse). Déjà cité à l'ordre du jour de l'armée.

 

PERRON Charles, Louis, Emile, Joseph, Marie - Second-maître électricien réserviste pilote aviateur -  ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 23.284-1 ; Unité : Aviation maritime.

Services exceptionnels rendus dans l'aviation.

 


PERROT Yves, Marie, Joseph - Maître pilote de la SCARPE.

PERRON René - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

PERROQUIN C.L. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

A déployé sous le feu, dans l'attaque d'une village, les plus brillantes qualités.

 

PERROT Georges, Joseph - Second-maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.542 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

Dévouement absolu. S'est particulièrement distingué par son sang-froid et son initiative intelligente dans les manoeuvres de voie d'eau et de redressement lors du torpillage du JEAN BART.

 

PERROT Yves, Marie, Joseph - Maître pilote -  ; Date : 12/1920 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.845 ; Unité : SCARPE.

A rendu les plus précieux services comme pilote des convois côtiers pendant la guerre sous-marine. S'est distingué par sa bravoure dans la défense d'une position maritime en conduisant la contre-attaque vigoureuse de sa section de vingt hommes, refoulant sous un feu intense un groupe de 150 ennemis.
Observations : - Médaille militaire: 07/11/1920 - Légion d'honneur: 27/12/1924 - Officier du mérite maritime: 27/07/1934 - Médaille de sauvetage du vapeur Chloé (13 Sept.1932) - Croix de guerre 1914/1917 avec palme - Croix de guerre théatres d'opérations extérieurs.

 

PESSEL Jean, Louis - Second-maître fusilier -  ; Date : 11/1918 ; Quartier/Matricule : 27.440-3 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Excellent gradé, d'un dévouement et d'un courage au-dessus de tout éloge. Le 24 septembre 1918, a mené l'attaque d'une tranchée ennemie avec sang-froid et a réussi à en expulser l'ennemi. Aux quatre contre-attaques successives qu'il a supportées, a combattu vaillamment et résisté opiniâtrement pendant les trois premières et n'a évacué que pressé par le nombre à la quatrième attaque. Au combat du 14 septembre 1918, il s'était déjà particulièrement distingué en conduisant à l'assaut sa demi-section avec une bravoure remarquable et faisant progresser ses hommes sous les marmitages et les rafales de mitrailleuses les plus violents. Pendant les opérations du 29 septembre 1918, a de nouveau fait preuve, dans une circonstance critique, du plus grand calme et d'un mépris complet du danger. Déjà cité.

 

PESSONNEAUX Alphonse - Matelot mécanicien - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 59.349-5 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Pourvoyeur de la pièce de 100 AV, au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, sous un feu violent, est resté à son poste sur le gaillard avec sang-froid et courage jusqu'à ce que l'incendie du parc à munitions l'obligeât à se jeter à la mer. A fait preuve en captivité du plus beau moral.

 

PETER Edouard - Matelot maître d'hôtel - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Havre, 4.783 ; Unité : PROVENCE II (croiseur auxiliaire).

A donné un bel exemple de sang-froid et d'abnégation en aidant jusqu'à la fin le personnel à capeler les ceintures de sauvetage. Disparu avec le bâtiment, le 26 février 1916.

 

PETETIN L.N. - Mécanicien principal de 1ère classe - ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

De quart dans les machines au moment du torpillage du GAULOIS. Courageux et énergique dans l'accomplissement de son devoir. A pris les dispositions voulues pour assurer l'exécution des ordres. A évacué le dernier, en même temps que le mécanicien principal VALO, après avoir fait une ronde pour s'assurer du départ de tous.

 

PETIT Ernest - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 27.911-3 ; Unité : REPUBLIQUE.

Très belle attitude au feu, dans un combat de rue. Grièvement blessé le 1er décembre 1916, mort des suites de ses blessures.

 

PETIT J.J.B. - Capitaine de frégate - ; Date : 06/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Fait preuve en toutes circonstances des plus belles qualités d'ordre, de sang-froid et de courage : chargé, le 9 mai, de la direction des renforts, a rempli son rôle sous le feu avec un calme et une précision qui leur a assuré leur pleine efficacité.Blessé depuis.

 

PETIT DUTAILLIS - Médecin principal de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Médecin et chirurgien éminent. Médecin major du 1er régiment, à organisé son service et a obtenu les meilleurs résultats dans des circonstances difficiles. Blessé le 3 novembre.

 

PETRISSANS Jean-Pierre - Quartier-maître torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bayonne, 953 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

PETTON Joseph, Marie - Maître timonier -  ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.026 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

A montré de belles qualités militaires au cours de l'engagement d'un patrouilleur avec un sous-marin ennemi. S'est porté le premier à un point du bâtiment particulièrement menacé et a fait preuve du plus grand dévouement au cours des opérations qui ont suivi pour sortir le bâtiment d'une situation critique. Déja cité à l'ordre du corps d'armée le 9 décembre 1915.

 

PETTON Louis - Matelot chauffeur - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 1.463 ; Unité : RATEAU (dragueur).

Légèrement blessé et contusionné le 4 mars par des éclats de shrapnells, n'a voulu prendre aucun repos et a continué son service devant les feux.

 

PETTON Michel, Marie - Premier-maître canonnier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 3.315 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Officier marinier d'une énergie extrême et d'un courage à toute épreuve. Sur la passerelle a commandé le feu de l'artillerie légère sur le sous-marin qui a attaqué et coulé son bâtiment, le DANTON, le 19 mars 1917. S'est signalé par une activité inlassable à assurer l'exécution des ordres donnés au service artillerie ; a, par son habile direction et ses encouragements, assuré le sauvetage de 40 hommes groupés sur son radeau.

 

PEYRONNET Jean, Léonide, Roger - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 05/1917 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Second du BOUCLIER. Bien que grièvement blessé, a pris le commandement après la mort de son commandant, a continué le combat et a ramené le bâtiment au port.

 

PEYROT Ernest, Lucien - Matelot sans spécialité -  ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : 16.083-4 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Très grièvement blessé au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi, a montré le plus beau courage malgré de vives souffrances. Déjà cité à l'ordre.

 

PHERIVONG Alfred - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 6.342 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Le PARIS II ayant été coulé à coup de canon dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917, au cours d'une opération de guerre, est resté à son poste avec le plus parfait mépris du danger, sous un feu intense. Ne s'est jeté à la mer que sur l'ordre de son commandant. Avec un chauffeur arabe, a soutenu son camarade CASTEL, chauffeur breveté blessé grièvement et l'a remorqué à la nage au large, sur un panneau de cale. A rallié la baleinière et aidé à la remorquer à la nage, sous un feu violent. A ensuite parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie et réussi à rallier Castelorizo avec son embarcation.

 

PHERIVONG Marcel, Clair - Maître - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 1.642 ; Unité : VENUS III (chalutier).

S'est porté avec décision et sang-froid au secours d'un vapeur anglais canonné par un sous-marin plus fortement armé que son bâtiment. Par son feu, et malgré la riposte du sous-marin, a forcé celui-ci à disparaître et à abandonner son attaque. A sauvé ainsi le vapeur d'une perte certaine.

 

PHERIVONG Marcel, Clair - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 08/1918.

Commandant une patrouille et surpris par une patrouille ennemie supérieure en nombre, a réussi à l'anéantir toute entière, sans aucune perte de notre côté, grâce à son habileté, son sang-froid et sa bravoure.

 

PHILIBERT Jean - Matelot - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Sables d'Olonne, 1.882.

Embarqué sur un bateau de pêche, a fait preuve d'énergie et de courage dans la lutte de ce bateau contre un sous-marin.

 

PHILIPARIE - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 09/1915.

A assuré avec un dévouement continu dans des circonstances difficiles et périlleuses sous le feu de l'ennemi le service d'évacuation des blessé de la baie Morte ; a dû interrompre son service à la suite d'une blessure causée par l'explosion d'un obus.

 

PHILIPPE Evariste - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 13.129-4 ; Unité : MARCEAU (cuirassé).

Quartier-maître mécanicien du MARCEAU, en subsistance sur la FOURCHE. Tombé glorieusement dans les machines et la chaufferie arrière devant les appareils dont il avait la conduite ; a disparu avec le bâtiment, le 23 juin 1916.

 

PHILIPPE François, Marie, Louis - Second-maître timonier - ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : 83,864 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Deuxième pilote à l'escadrille VB 102. A été détaché de l'aviation maritime à l'aviation de guerre à la date du 15 novembre 1914. Il vient d'être redemandé par l'aviation maritime et de nouveau réaffecté. Dans ses 4 mois de campagne, a accompli plusde 70 heures de vols en mission de bombardement sur l'ennemi. N'a cessé de montrer le plus grand entrain et un parfait courage. A eu très souvent son appareil atteint par le feu ennemi, en particulier a eu trois hélices brisées en l'air par des éclats et, le 20 décembre est rentré avec son passager blessé par un shrapnell ennemi.

 

PHILIPPE Louis - Quartier-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 24.087 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

S'est toujours montré plein de courage, d'ardeur et de sang-froid, a été blessés, n'a évacué sa tourelle que sur un ordre formel, a regagné son poste de combat aussitôt après avoir été pansé et a continué son service.

 

PHILIPPE Yves, Marie - Maître fusilier temporaire - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.721 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Compagnie de mitrailleuses de la brigade de marins. Gradé de premier ordre. Commande une section de mitrailleuses avec une autorité et un zèle remarquables. A été blessé.

 

PHINORD Joseph - Soldat du train des équipages - ; Date : 09/1916 ; Unité : VILLE DE ROUEN.

Mort à son poste en accomplissant son devoir à bord de la VILLE DE ROUEN, lors du torpillage de ce vapeur par un sous-marin.

 


PIAT-DESVIAL A.F.G. - Aspirant de marine du cuirassé BOUVET

PIALOT François - Second-maître chauffeur - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Sète, 1.224.

Chef de quart dans la chaufferie arrière, a fait preuve de beaucoup de sang-froid ; a, par son calme, inspiré la plus grande confiance.

 


PICARD Henri, Camille, Alfred, Désiré - Quartier-maître mécanicien

PIAN Eugène - Premier-maître électricien T.S.F - ; Date : 02/1916 ; Unité : PROVENCE II (croiseur auxiliaire).

Chef de poste T.S.F. a tenu, bien que n'étant pas de service, a rester dans le poste pour surveiller jusqu'à la fin de l'exécution les signaux de détresse et a refusé de se rendre aux sollicitations des hommes qui, devant le danger pressant, l'engageaient à se sauver. Disparu avec son bâtiment.

 

PIAT-DESVIAL A.F.G. - Aspirant de marine - ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A assuré le service d'adjudant de tir avec un parfait sang-froid et a rendu les plus grands services dans l'observation des batteries et la surveillance des mines flottantes. Mort à son poste lorsque le BOUVET a sombré le 18 mars.

 

PIAT-DESVIAL A.P.G. - Aspirant de marine - ; Déco. posthume ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A assuré le service d'adjudant de tir avec un parfait sang-froid et a rendu les plus grands services dans l'observation des batteries et la surveillance des mines flottantes. Mort à son poste lorsque le BOUVET a sombré, le 18 mars 1915.

 

PIAZZA Ange, François - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Bastia, 2.119.

Homme d'un courage et d'un sang-froid à toute épreuve, toujours volontaire pour les entreprises les plus périlleuses. Blessé une première fois au cours de la campagne, a été blessé grièvement une deuxième fois le 17 juillet 1915 en allant relever dessentinelles avancées sous les rafales d'obus.

 

PICARD Henri, Camille, Alfred, Désiré - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : 33.533-1 ; Unité : Aviation maritime.

A fait preuve de décision et de sang-froid dans la recherche et l'attaque d'un sous-marin ennemi.
Nota : Mort le 5 décembre 1917, son corps a été retrouvé le 26 avril 1918 (référence site mémoire des hommes) .

 

PICARD Joseph - Capitaine de corvette - ; Date : 02/1919 ; Unité : ALGOL.

Officier énergique et très marin ; à la mer depuis le début des hostilités, a rendu les services les plus signalés. S'est fait remarqué par sa belle attitude sous le feu de l'ennemi à bord de la JEANNE D'ARC, aux Dardanelles. A rempli, avec succès dedélicates et périlleuses missions sur la côte de Syrie. Au Maroc, s'est fait remarquer comme commandant de l'ALGOL par son habileté à conduire les convois particulièrement difficiles sur la côte d'Afrique.

 

PICARD Vincent - Premier-maître charpentier - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.116. ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

A assuré avec beaucoup de calme le service des rondes de voies d'eau et des rondes d'incendie dans les parties du bâtiment non protégées.

 

PICHOLET Amédée - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 01/1915 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuse qui a entraîné la perte du sous-marin, le 15 janvier 1915.

 

PICHON Jean - Matelot canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 104.216-2 ; Unité : D'ENTRECASTEAUX.

Atteint d'une balle au cou, le 18 mars 1915, dans une reconnaissance en baleinière en pays ennemi. Mort en arrivant à bord après avoir encore eu la force de crier "Vive la France".

 

PICHON Jean - Matelot canonnier - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 104.216-2. ; Unité : D'ENTRECASTEAUX.

Atteint d'une balle au cou dans une reconnaissance en baleinière en pays ennemi, mort en arrivant à bord après avoir encore eu la force de crier "Vive la France".

 

PICHON Pierre, Guillaume - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1919 ; Quartier/Matricule : Le Croisic, 1.552.

Belle attitude au feu, grièvement blessé à Dixmude. Réformé en raison de sa blessure.

 

PICHOURON Marcel - Médecin auxiliaire - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M. du 25e régiment d'artillerie.

Dès les premiers obus, s'est empressé auprès des blessés et a quitté le bord un des derniers.

 

PICOT E.E. - Capitaine de frégate - ; Date : 1916 ; Unité : Mission navale française de Serbie.

Chef d'une mission à l'étranger. Officier supérieur énergique et de grande valeur. A, par son exemple, entretenu constamment la belle attitude au feu des officiers et marins placés sous ses ordres.

 

PIDOU Louis - Maréchal des logis - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M. du 25e régiment d'artillerie.

A fait preuve de courage en chargeant son canot et en le ramenant peu après pour prendre le reste de sa pièce sauvée en totalité.

 

PIERI P.F.J. - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 05/1916.

Batteries des canonniers-marins. N'a abandonné sa pièce, le 23 février 1916, après 3 jours de combat, que lorsque son détachement n'avait plus ni vivres ni munitions. S'est retiré en combattant de tranchée à tranchée, alors que l'ennemi entourait presque complètement sa position. Cité à l'ordre de l'armée pour ce motif.

 

PIERRE Alfred, Jean, Marie, Noël - Matelot gabier - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 7.389.

S'étant proposé pour réparer les fils de fer barbelés détruits par un bombardement, a été grièvement blessé durant cette opération. Fracture des deux jambes.

 

PIERRE Clément - Fusilier breveté - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 14.602-4.

A assuré avec courage et sang-froid le tir d'une pièce de 65mm. A montré la plus belle attitude au feu.

 

PIERRE François - Quartier-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 96.119-2 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Pointeur de la tourelle 4, a fait preuve pendant le combat de qualités de pointeur remarquables. Ne s'est pas démenti de son calme pendant l'évacuation de sa tourelle (18 mars 1915).

 

PIETRI Joseph - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bastia, 5.592 ; Unité : VILLE DE ROUEN.

Grièvement blessé à son poste en accomplissant son devoir à bord de la VILLE DE ROUEN, lors du torpillage de ce vapeur par un sous-marin. Mort deux heures après des suites de ses blessures, le 19 juillet 1916.

 

PIETRI Joseph - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Bastia, 559. ; Unité : VILLE DE ROUEN.

Grièvement blessé à son poste en accomplissant son devoir à bord de la VILLE DE ROUEN, lors du torpillage de ce vapeur par un sous-marin. Mort deux heures après des suites de ses blessures.

 

PIEULE Gabriel - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 53.236-5.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

PIGEAUD - Capitaine - ; Date : 08/1918 ; Unité : 22e régiment d'infanterie coloniale.

Commandant d'armes à bord d'un bâtiment torpillé, a donné à tous l'exemple du courage et du sang-froid et a su obtenir de son personnel une attitude disciplinée dans des circonstances particulièrement critiques.

 

PIGEAULT Hippolyte - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3242 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

PIGNIER Pierre, Joseph - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : 54.443-5.

Est inscrit au tableau spécial de la pour prendre rang du 7 janvier 1916. Mécanicien bombardier. Blessé à la main le 20 décembre 1914 au cours d'un bombardement. Blessé grièvement le 24 décembre 1915 en travaillant à l'avion de combat dont il était chargé. Perte d'un oeil.

 

PILET M.L.G.E. - Enseigne de vaisseau de 2e classe -  ; Date : 10/1917.

Officier dont la conduite, au cours de la guerre, est un exemple pour tous ; engagé volontaire dans l'artillerie en décembre 1914, passé dans l'infanterie sur sa demande ; médaillé militaire en octobre 1915 pour sa conduite au cours d'un assaut ; venu dans la Marine en janvier 1916. Mort le 13 août 1917 au cours d'une ascension en ballon captif. Déjà cité.

 

PILET M.L.G.E. - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Déco. posthume ; Unité : Ballons captifs.

Officier dont la conduite, au cours de la guerre, est un exemple pour tous. Engagé en décembre 1914 dans l'artillerie, passé dans l'infanterie sur sa demande. Médaillé militaire en octobre 1915 pour sa conduite au cours d'un assaut ; venu dans la Marine en janvier 1916, mort le 13 août 1917, au cours d'une ascension en ballon captif.

 

PILLET Lucien - Matelot boulanger coq - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 40.545-1 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

PILLOT Frédéric, Joseph, Jean - Commissaire de 2 classe - ; Date : 09/1917 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Au cours des opérations d'août 1917, a assuré en personne, nuit et jour, même pendant la bataille, le ravitaillement des troupes d'assaut dans un terrain particulièrement défoncé et détrempé, affirmant ainsi sous le plus violent bombardement ses belles qualités d'énergie, de tenacité et de dévouement.

 

PILLOT M.J.E.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 07/1915 ; Unité : GOLIATH.

Commandant le GOLIATH. A constamment fait preuve des plus belles qualités morales et professionnelles dans le service de ravitaillement du corps expéditionnaire, sous le feu de l'ennemi. Grièvement blesssé par un éclat d'obus.

 

PINCE Raoul - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 4.187 ; Unité : MADELEINE III.

Blessé mortellement, le 8 mai 1917, en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat au canon avec un sous-marin ennemi. A supporté, sans se plaindre et avec un courage remarquable des souffrances aïgues.

 

PINCE Raoul - Quartier-maître timonier - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 4.187. ; Unité : MADELEINE III.

Blessé mortellemnt en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat au canon avec un sous-marin ennemi; a supporté sans se plaindre et avec un courage remarquable des souffrances aigues.

 

PINCEBOURDE Jules, Armand - Apprenti marin - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : 40.649-1.

Très gravement blessé en ravitaillant les premières lignes.

 

PINEAU Célestin, Armand - Premier-maître mécanicien - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Toulon, 4.033 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Lors du torpillage de son bâtiment, le DANTON, coulé le 19 mars 1917, a pris des initiatives intelligentes et fait preuve de grand sang-froid. Par ses ordres et la fermeté de son attitude a assuré le ralliement du personnel non de service et a contribué à assurer le fonctionnement des appareils auxiliaires. S'est porté ensuite dans la région la plus atteinte du bâtiment et a dirigé la tentative d'obturation des compartiments de l'entrepont cellulaire.

 

PINELLI Jean - Maître mécanicien temporaire - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Marseille, 5.419. ; Unité : MARIE FREDERIQUE (chalutier).

Pour l'exemple de sang-froid et d'énergie qu'il a donné à l'équipage de la MARIE FREDERIQUE pendant l'action qui a amené la perte à peu près certaine d'un grand sous-marin ennemi.

 

PINELLI Noel - Matelot - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Bastia n 3.958.

Glorieusement tué à son poste d'homme de barre au cours d'un combat contre un sous-marin.

 

PINELLI Noël - Matelot - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bastia, 3.958 ; Unité : CRAONNE.

Glorieusement tué à son poste d'homme de barre au cours d'un combat contre un sous-marin, le 23 juin 1917.

 

PINET Joseph - Cuisinier breveté - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 54.525-5 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a montré le plus grand calme etle plus grand sang-froid dans l'exécution des ordres de ses supérieurs.

 

PINGAL André - Matelot cuisinier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 35.604-1 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

PINGUET J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Blessé à la tête de sa compagnie en l'entraînant à l'assaut.

 


PION F.M.J.B. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve à la brigade des fusiliers-marins

PIOLOT Jean-Marie - Second-maître mécanicien - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.885 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

Blessé au visage au début d'un combat entre un patrouilleur et un sous-marin ennemi, a continué avec entrain à diriger les travaux de réparation de la machine envahie par la vapeur et l'eau. A réussi à pouvoir lutter efficacement contre les avaries de façon à permettre au bâtiment de rentrer par ses propres moyens, faisant ainsi preuves des plus belles qualités de courage, de décision et de sang-froid.

 

PIOLOT Théophile - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.848. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Grièvement blessé, le 27 octobre 1914, dans une tranchée. A subi l'amputation de la jambe droite.

 

PION F.M.J.B. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours commandé son peloton dans les circonstances les plus critiques avec zèle et compétence.

 

PIRAULT - Lieutenant - ; Date : 05/1917 ; Unité : 4e régiment de zouaves.

Pour l'énergie et le dévouement dont il a fait preuve dans l'organisation du sauvetage des passagers militaires du DORCHY torpillé et coulé par un sous-marin.

 


PITOUS André E. G. - Lieutenant de vaisseau au 1er régiment des fusiliers-marins

PIRIOU Arsène - Maître de manoeuvre - ; Date : 11/1915 ; Unité : WALKYRIE.

Capitaine du chalutier WALKYRIE. Belle attitude sous le feu a su, dans son embarcation armée en guerre, maintenir le sang-froid de ses hommes et les ramener à bord sans perte. A utilement secondé le capitaine de l'ADRIEN dans la défense de son bâtiment.

 

PITEL Félix, Jean, Louis - Premier-maître mécanicien - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Granville, 1.860 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Depuis l'armement du bâtiment, n'a cessé de montrer le zèle et le dévouement le plus complet. Se dépensant sans compter, a su, par son exemple obtenir de son personnel le meilleur rendement et fait preuve, au cours d'un engagement avec un sous-marin,d'autantd'activité que de sang-froid. Serviteur d'élite.

 

PITOUS André E. G. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1915 ; Unité : 1er régiment des fusiliers-marins.

Blessé en se découvrant pour observer la position ennemie ; a pu donner malgré sa blessure les indications les plus précieuses, a toujours eu dans les affaires précédentes la plus belle attitude au feu.

 

PITTE Léon - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Havre, 5.130 ; Unité : ADRIEN.

Sous un feu violent, a continué à servir son canon avec le plus grand calme. Tué à son poste, le 24 août 1915.

 

PITTE Léon - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1915 ; Unité : ADRIEN.

Sous un feu violent, a continué à servir son canon avec le plus grand calme. Tué à son poste.

 

PLANCHAT François, Jean, Marcel - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 06/1917 ; Unité : DOXA (torpilleur).

Commandant le DOXA. Disparu avec son bâtiment torpillé par un sous-marin ennemi, en accompagnant son devoir militaire.

 

PLANES Hector, Joseph - Matelot mécanicien - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : 54.107-5.

Belle attitude au feu. Disparu en protégeant une opération sur une côte ennemie.

 

PLANES Victor, Joseph - Matelot chauffeur -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 54.107-5 ; Unité : JEANNE D'ARC annexe.

Belle attitude au feu. Tué en protégeant une opération sur une côte ennemie.

 

PLANTE J.C. - Enseigne de vaisseau - ; Date : 1916 ; Unité : COMMANDANT RIVIERE (torpilleur).

Jeune officier très ardent et très brave. A dirigé le tir de son bâtiment avec le plus grand sang-froid lors du combat du CASQUE contre trois torpilleurs ennemis dans la nuit du 22 au 23 décembre 1916.

 

PLAS Jacques - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : 47.613-5 ; Unité : BERNOUILLI (sous-marin).

De l'équipe des barres de plongée au combat. Par son calme, son habileté de manoeuvre, a contribué au succès d'une attaque audacieuse contre un navire de guerre ennemi.

 

PLAZY L. - Médecin de 1ère classe - ; Date : 01/1916 ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

Médecin major du LATOUCHE-TREVILLE. A fait preuve, à bord comme à terre, sous le feu de l'ennemi, de sang-froid, de courage et de grandes qualités professionnelles. Cité à l'ordre du jour de la division;.

 

PLENNEAU F.V. - Lieutenant de vaisseau, pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Unité : Aviation maritime.

Officier de tout premier ordre, pilote remarquable ; a effectué plus de 100 heures de vol en zone ennemie. A trouvé la mort dans l'accomplissement de son devoir.

 

PLENNEAU Frantz, Victorin - Lieutenant de vaisseau, pilote aviateur - ; Date : 09/1917 ; Unité : Aviation maritime.

Officier de tout premier ordre, pilote remarquable, a effectué plus de cent heures de vol en zone ennemie, a trouvé la mort dans l'accomplissement de son devoir.

 

PLESSIX Théophile - Second capitaine - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 5.957 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Second capitaine du trois-mâts goélette KLEBER. A donné l'exemple du courage à son équipage en acceptant la lutte avec un sous-marin supérieurement armé. Tué à son poste.

 

PLESSIX Théophile - Second capitaine - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 5.977 ; Unité : KLEBER (voilier trois-mâts).

Second capitaine du trois-mâts KLEBER. A donné l'exemple du courage à son équipage en acceptant la lutte avec un sous-marin supérieurement armé. Tués à son poste. (Journal officiel du 3 octobre 1917).

 

PLEUMEUR Pierre - Matelot - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Auray, 357.

Tué d'un éclat d'obus en défendant énergiquement leur chalutier au cours d'un violent combat contre un sous-marin.

 

PLEUMEUR Pierre - Matelot - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Auray, 357 ; Unité : SAINT MATHIEU.

Tué par des éclats d'obus en défendant énergiquement son chalutier au cours d'un violent combat contre un sous-marin le 6 janvier 1918.

 

PLIRIEN François, Joseph - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 12/1920 ; Unité : SCARPE.

Excellent pilote aviateur s'étant déjà signalé par son audace et son endurance au cours de nombreuses reconnaissances pendant les hostilités. S'est à nouveau fait remarquer par son attitude au feu, par son entrain et son énergie pendant les opérations de défense d'une position maritime importante, infligeant des pertes sévères à l'ennemi par un tir d'artillerie qu'il a très efficacement dirigé.

 

PLOUZANE E.V. - Médecin de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier très dévoué et très attentionné, a organisé spécialement le service des brancardiers et de l'évacuation des blessés.

 

PLUMENCY Gaston - Quartier-maître élève chef de quart - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : 107.078-2 ; Unité : JUPITER I (dragueur).

Chef de quart sur un bâtiment sombrant par suite de l'explosion d'une mine, a donné l'exemple du devoir en ne cherchant à se sauver qu'après qu'après avoir vu le dernier homme quitter le bâtiment.

 

POCHET Louis - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 4.797 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

POGGI Paul - Second-maître fourrier - ; Date : 08/1918 ; Quartier/Matricule : 42.980-5 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Venise.

Pilote très courageux, toujours prêt à marcher, a effectué de nombreuses reconnaissances au-dessus des lignes ennemies et en a rapporté des renseignements très intéressants.

 

POGGI Paul - Maître fourrier - ; Date : 08/1918 ; Quartier/Matricule : 42.980-5 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Venise.

A participé comme pilote d'hydravion à de nombreuses et hardies actions de guerre depuis juin 1915 et, au cours d'une mission sur la côte ennemie, malgré les conditions atmosphériques nettement défavorables et la présence d'hydravions ennemis, a lancé plusieurs bombes sur un navire de guerre ennemi.

 


POISSON V.M.A.C. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve à la brigade des fusiliers-marins

POIRAUD Joseph - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Ile d'Yeu, 1.001 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Faisait partie de l'armement de la baleinière du PARIS II envoyée capturer une barque à terre dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917. Après avoir rempli sa mission et ayant vu le PARIS II couler sous ses yeux par le canon ennemi, s'est défendu vaillamment jusqu'à ce que sa mitrailleuse eût été mise hors de service. A eu le courage et le sang-froid de remorquer son embarcation à la nage sous un feu violent de fusils, de mitrailleuses et de shrapnels jusqu'à êtrehors de portée de fusil. A ensuite, après avoir réparé l'embarcation, parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie et réussi à entrer à Castelorizo.

 

POIRRION Louis, Victor - Matelot mécanicien brancardier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : 17.017-1. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A soigné avec le plus grand dévouement les blessés sur le champ de bataille. Blessé lui même à midi, ne s'est retiré qu'à 16 heures, sur ordre de son capitaine ; à continué à l'ambulance à soigner ses camarades.

 

POISSON V.M.A.C. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier d'une compétence et d'un dévouement complets.

 

POIZAT Camille - Matelot canonnier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 54.611-5.

Blessé grièvement au combat. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 


PONS J.A. - Mécanicien en chef du cuirassé GAULOIS

POMMIER J.L. - Aspirant de marine - ; Déco. posthume ; Unité : ITALIA (croiseur auxiliaire).

Disparu avec son bâtiment torpillé par un sous-marin, en accompagnant son devoir militaire.

 

PONCELET Léon, Eugène - Capitaine de frégate de réserve - ; Date : 12/1918 ; Unité : FRANCE IV.

Pour services signalés rendus comme commandant du paquebot FRANCE IV, lors de l'expédition des Dardanelles.

 

PONS J.A. - Mécanicien en chef -  ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Dans les différents combats a, dans les machines et les chaufferies, donné l'exemple à tous. Chevalier du 3 juillet 1909. A fait preuve de beaucoup de sang-froid et de présence d'esprit alors que le bâtiment menaçait de couler ; a pris, dans les machines et chaufferies, les dispositions les plus judicieuses et les plus heureuses pour parer au danger. A rendu les plus éminents services.

 

PONS R.A.J. - Premier-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 4.687.

D'un torpilleur d'escadre : a largement contribué, par son sang-froid et son énergie, a assurer le succès de son torpilleur dans son attaque d'un sous-marin.

 

PONSOT C.F.A. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 09/1915 ; Unité : BISSON (torpilleur).

Officier en second du BISSON. A montré beaiucoup d'énergie dans une opération de débarquement sur l'île de Lagosta, le 11 juillet 1915, et grâce à son sang-froid et aux dispositions judicieuses prises, a ramené son personnel à bord du BISSON, sous lefeu violent d'un ennemi très supérieure en forces en ne perdant qu'un homme, n'a quitté la terre qu'après avoir accompli sa mission.

 

PONT Hervé - Matelot canonnier breveté - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : 106.312-2.

Blessé à Seddul-Bahr au début, modèle de travail et d'énergie.

 

PONTONNIER Raymond, Raoul - Matelot fourrier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 38.976-1 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A montré le plus grand calme et le plus grand dévouement dans l'exécution des ordres qui lui avaient été donnés par le commissaire relativement au sauvetage de la comptabilité. Disparu avec son bâtiment le 19 mars 1917.

 


PORPÉ Blaise - Second-maître fusilier au bataillon de fusiliers-marins.

POPLEUL Eugène, François - Enseigne de vaisseau de 2e classe de réserve - ; Date : 04/1917 ; Unité : Aviation maritime.

Commandant deux sections d'hydravions, les a entraînées, malgré un coup de vent de nord-ouest qui rendait le vol extrêmement périlleux, pour se porter à l'appel d'un bâtiment attaqué par un sous-marin. A réussi, en se guidant sur le bruit de la canonnade, au milieu de grains violents de pluie et de grêle qui empéchaient toute vue, à s'approcher du bâtiment et à le dégager.

 

POQUET Gabriel, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : 107.883-2.

Jeune matelot intelligent et brave, très grièvement blessé le 21 février 1916 à son poste de sentinelle avancée, est rentré dans la tranchée sans aucune aide et ne s'est départi, à aucun instant du plus grand calme, donnant à tous un bel exemple de sang-froid et d'énergie. Amputé de l'avant-bras gauche.

 

POQUET Louis, Joseph, Marie - Maître fusilier temporaire - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 3.308.

Excellent serviteur, a participé à toutes les opérations et s'est signalé partout.

 

PORHEL J.L.M. - Second-maître infirmier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A montré jour et nuit un dévouement inlassable dans les soins à donner aux nombreux blessés de la brigade.

 

PORPÉ Blaise - Second-maître fusilier -   ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 27-074 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

1ère citation : Au front depuis 20 mois, n'a de cesse de faire preuve de courage et de sans-froid, en particulier le 26 avril 1917. Au cours d'un bombardement très violent le 16 juin 1917, s'est dépensé sans compter pour assurer la défense de sa tranchée.
2ème citation : Sous-officier courageux et dévoué. A pris le 26 octobre 1917, dans des circonstances difficiles, le commandement de sa section qui venait de perdre son chef et la moitié de ses cadres, et l'a conduit à l'assaut avec entrain sous un violent barrage.
Observations : Blessé à la tête par un éclat d'obus le 12/04/1918.

 

PORS Mathias, Marie - Matelot de 3e classe - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 107.879-2 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Soldat d'un courage exemplaire, très dévoué, toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses. A fait preuve, en maintes circonstances, du plus grand mépris du danger et d'un sang-froid au dessus de tout éloge. Blessé grièvement le 21 septembre 1917.

 

PORTAL Henri - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.814.

Est inscrit au tableau spécial de la pour prendre rang au 13 novembre 1916. Très grièvement blessé à son poste de combat, le 12 novembre 1916. A fait preuve du plus grand courage et a donné un bel exemple de sang-froid.

 

POSTEC Louis - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 5.727.

Courageux et dévoué. Grièvement blessé. Perte de l'usage de la main et du bras gauche.

 

POSTEC Louis - Premier-maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 817.

Officier marinier énergique, d'un courage à toute épreuve ; excellent chef de section. Qualités militaires de premier ordre.

 


POITIER DE COURCY Alfred - Aspirant de marine à bord du cuirassé BOUVET.

POTAILLON François - Matelot cuisinier - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Dunkerque, 5002 ; Unité : SALAMBO (chalutier).

Après avoir coulé avec son bâtiment torpillé par un sous-marin ennemi, s'est porté en nageant au secours d'un camarade en train de se noyer.

 

POTHIER Georges - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : 28.727-1 ; Unité : RIGEL (sloop).

A fait preuve de courage et d'énergie lors du combat du RIGEL contre un sous-marin ennemi, le 2 octobre 1916.

 

POTIER DE COURCY Alfred, Augustin, Henri, Marie - Aspirant de marine - ; Déco. posthume ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A pris une part active au combat du 18 mars 1915 et trouvé une mort glorieuse à son poste, dans sa tourelle, lorsque le BOUVET, touché par une mine, a chaviré.
« Enfin notre rêve a reçu un beau commencement d'exécution qui promet une suite manifique. Nous nous sommes battus pour la France et ce que je désirais le plus au monde se trouve ainsi exaucé ». (Extrait d'une de ses dernières lettres datées de Ténédos, 23 février)

 

POTIN Edouard, Marie - Maître fusilier - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.135 ; Unité : Détachement de fusiliers-marins.

Chef de section possèdant de remarquables qualités d'énergie et de bravoure. Bless le 6 juin 1917 au cours d'une attaque par gaz où se section se trouvait isolée en première ligne, a conservé son commandement jusqu'à la relève. Blessé à nouveau trèsgrièvement, le 31 juillet 1917. Deux citations à l'ordre.

 

POTIN Mathurin - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.239. ; Unité : MARSEILLAIS 18 (dragueur).

S'est particulièrement distingué au cours de l'explosion d'obus survenue le 5 mai à bord du MARSEILLAIS 18 ; a sauvé le second du bâtiment gravement blessé.

 


POTTIER DE COURCY A.A. (ou A.H.M.) - Aspirant de marine du cuirassé BOUVET

POTIN Mathurin - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.239. ; Unité : MARSEILLAIS 18 (dragueur).

A montré les plus belles qualités de sang-froid au cours des dragages effectués sous le feu de l'ennemi, en particulier le 7 mars sous les feux de salve de mousqueterie.

 

POTTIER Désiré - Matelot - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.881.

Excellent marin, très grièvement blessé à son poste par éclats d'obus, le 19 mai 1917.

 

POTTIER Pierre - Matelot - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 320 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Blessé à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin, a montré les plus belles qualités de courage et d'endurance en continuant son action.

 

POTTIER (ou POTIER ?) DE COURCY A.A. (ou A.H.M.) - Aspirant de marine - ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A pris une part active au combat du 18 mars 1915 et trouvé une mort glorieuse à son poste, dans sa tourelle, lorsque le BOUVET, touché par une mine, a chaviré.

 

POUBON Louis - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 107.499-2 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 


POULAILLER Bernard, Joseph - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de l'aviso auxiliaire NORD CAPER

POUGETOUX Henri, Jean, Adrien - Adjudant - ; Date : 04/1917 ; Unité : Infanterie coloniale.

Sauvetage de l'ATHOS. Mort à son poste en faisant exécuter les ordres pour le sauvetage des Chinois.

 

POUHAER Yves, Marie - Second-maître fusilier -  ; Date : 06/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.387 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Sous-officier énergique ; chargé de faire une reconnaissance poussée à très courte distance de l'ennemi sous le feu des mitrailleuses. A réussi à déloger un ennemi qui cherchait à envelopper la position, permettant de conserver le terrain occupé par la section. Déjà cité à l'ordre.

 

POULAILLER Bernard, Joseph - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 11/1915 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

A fait preuve de courage et de décision en maîtrisant un officier turc qui le menaçait de son revolver.

 

POULAIN E.F.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Déploie depuis le début de la campagne les plus belles qualités d'endurance et d'énergie.

 

POULOIN Victor - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.229. ; Unité : GOLIATH.

Excellent serviteur. Fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid sous le feu fréquent de l'ennemi.

 

POULOU Julien - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bayonne, 8.811 ; Unité : MARNE (chaloupe à vapeur).

Pour l'énergie et le courage dont il a fait preuve en se défendant jusqu'à la mort sur un chalutier attaqué le 4 mai 1917 par un sous-marin.

 

POUPON Louis - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 107.499-2 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

POUYER Jules, Auguste, Jean - -  ; Date : 01/1916 ; Unité : Aviation maritime.

1ère citation (Chevalier de la LH par décret du 26.01.1916 en qualité d'enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve) : Commandant une section d'autos-canons, a fait preuve d'une grande activité et d'une grande bravoure en portant sa section sur des positions très avancées sous le feu de l'artillerie et de l'infanterie ennemies.
2e citation (officier de la LH par décret du 02.02.1919 en qualité de lieutenant de vaisseau de réserve, pilote aviateur, commandant le CAM de Camaret) : Commandant d'un centre d'aviation maritime. Pilote remarquable, volant par tous les temps. Par ses qualités d'organisation et de commandement, par son entrain et son exemple, a su obtenir de ses escadrilles les résultats les plus remarquables. A porté au plus haute degré l'esprit offensif de ses pilotes et observateurs, a personnellement effectué 14 attaques contre l'ennemi (07/1918).
Observations : Commandeur de la LH par décret du 25.03.1937 en qualité de capitaine de corvette de réserve.

 

PRADERE Jean - Second-maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.218 ; Unité : COULOMB (sous-marin).

Du sous-marin COULOMB. A donné l'exemple d'un sang-froid, d'un calme courage, en manoeuvrant avec habileté et précision les barres dan des conditions particulièrement délicates de tenue de la plongée, le bâtiment remorquant une mine et subissant le feu de l'ennemi, sitôt qu'il venait en surface.

 


PRECHAC G.F.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe.

PRADO François-Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Brillante conduite au feu en toutes circonstances et spécialement dans la journée du 10 novembre.

 

PRECEPTIS E. - Mécanicien principal de 2e classe - ; Déco. posthume ; Unité : RENAUDIN (torpilleur).

A fait preuve, depuis le début de la guerre, des plus belles qualités d'énergie et de dévouement. Tué à son poste de combat, à bord du RENAUDIN, le 18 mars 1916.

 

PRECHAC G.F.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe -  ; Date : 05/1916.

Détaché du croiseur FRIANT à la colonne de Campo. Présent au Cameroun, du commandement à la fin des opérations, a rendu les plus brillants services à la mer et à terre. A pris part, à bord de la SURPRISE, à l'affaire de Coco-Beach, le 21 septembre 1914. Détaché à la colonne de Campo pendant les 4 derniers mois dans des opérations comme officier de renseignements et commandant de la section de mitrailleuses du FRIANT, a pris part à toutes les reconnaissances d'avant-garde et s'est distingué notamment dans les combats dans la région d'Afan-Bitanga et au passage de N'Tem.

 

PRELAULT Georges - Matelot sans spécialité -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 44.201 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Mort glorieusement pour la France à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin.

 

PREVERAUD DE VAUMAS - Capitaine - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M.A. du 25e régiment d'artillerie.

A donné, pendant tout le temps qu'à duré l'embarquement de ses hommes quittant l'AMIRAL HAMELIN sous le feu d'un sous-marin, l'exemple du plus grand calme et du plus parfait sang-froid. A réussi, grâce aux dispositions prises à n'avoir, dans sa section, que des pertes relativement faibles.

 

PRIEUR C.M.J. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 2.963 ; Unité : Aviation maritime.

Officier observateur d'hydravion, plein d'entrain, aussi courageux que modeste. A été tué au cours d'une reconnaissance de guerre.

 

PRIEUR Charles, Michel, Jean - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 04/1917 ; Unité : Aviation maritime.

Officier observateur d'hydravion, plein d'entrain, aussi courageux que modeste. A été tué au cours d'une reconnaissance de guerre.

 

PRIGENT François - Quartier-maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 94.724-2. ; Unité : FOUDRE (croiseur).

A porté secours à un chef de bataillon blessé, en danger de se noyer.

 

PRIGENT Jean, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 02/1919 ; Quartier/Matricule : 84.409-2 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

Excellent matelot blessé grièvement à Nieuport, le 30 novembre 1915. Réformé.

 

PRIGENT Pierre - Second-maître mécanicien réserviste - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.717.

A fait preuve de décision et de sang-froid dans la recherche et l'attaque d'un sous-marin ennemi.

 

PRIGENT Yves - Maître d'équipage - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 29.312 ; Unité : MIRA (vapeur).

A fait preuve de courage pendant l'attaque du MIRA par un sous-marin, le 15 mai 1916.

 

PRIMAT Paul - Fusilier breveté - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Pointeur d'une mitrailleuse, par son sang-froid et l'efficacité de son tir a arrêté une colonne allemande le 10 novembre, lui détruisant 3 sections entières.

 

PRIOL Jean - Second-maître torpilleur - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 17.541-3 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

PRIOL Jean, Clet - Matelot gabier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.089.

Blessé deux fois à la brigade, splendide de calme et de sang-froid au feu.

 

PROT Daniel, Henri - Matelot canonnier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 35.639-1 ; Unité : JEANNE D'ARC annexe.

Belle attitude au feu. Tué en protégeant une opération sur une côte ennemie.

 

PROT Daniel, Henri - Matelot canonnier - ; Date : 07/1916.

Belle attitude au feu. Tué en protégeant une opération sur une côte ennemie.

 

PROTAT Georges - Matelot cuisinier - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 51.826-5.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge dans l'exécution des ordres de ses chefs. A été mortellement blessé.

 

PROTAT Georges - Matelot cuisinier -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 51.826-5 ; Unité : FRESNEL (sous-marin).

Son bâtiment étant échoué sous le feu de l'ennemi a montré un mépris du danger digne de tout éloge dans l'exécution des ordres de ses chefs. A été mortellement blessé le 5 décembre 1915.

 


PROVOST Louis - Premier-maître mécanicien du torpilleur MOUSQUET

PROUX Charles, Louis, Léon - Quartier-maître mécanicien, pilote aviateur -  ; Date : 02/1918 ; Quartier/Matricule : 25.445-3 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'un mérite supérieur, plein d'énergie, de sang-froid et de courage ; a effectué 29 heures de vol dans la zone ennemie. Blessé sérieusement et fait prisonnier, le 14 avril 1917, à la suite d'une rencontre avec des hydravions ennemis, a réussià s'évader à la seconde tentative. Déjà cité à l'ordre de l'armée le 26 avril 1917.

 

PROUX Charles, Louis, Léon - Quartier-maître mécanicien, pilote aviateur - ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : 25.445-3 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

A fait preuve de très belles qualités militaires au cours de 30 opérations dans la zone ennemie. Blessé gravement en combat aérien devant Zeebrugge, le 14 avril 1917.

 

PROVOST Eugène, Yves, Marie - Premier-maître mécanicien - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 2.768.

D'un torpilleur d'escadre : a assuré par l'exécution rapide des ordres, la souplesse d'évolution qui a permis à son torpilleur de détruire un sous-marin.

 


PRUDHOMME Edouard - Premier-maître patron pilote du dragueur ROVE

PROVOST Louis - Premier-maître mécanicien - ; Date : 10/1914 ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.077 ; Unité : MOUSQUET (torpilleur).

Grandes qualités professionnelles et sang-froid, est sorti le dernier de la machine envahie par l'eau.

 

PRUDENTI Ernest - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : La Ciotat n 76.

Pour le sang-froid et le courage dont il a fait preuve lors du torpillage de son bâtiment à bord duquel il avait fait prendre les meilleures dispositions de sauvetage.

 

PRUDHOMME Edouard - Premier-maître patron pilote - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.156 ; Unité : ROVE (dragueur).

Commandant le ROVE. Officier marinier calme, énergique, bon marin. A conduit son bâtiment sous le feu avec beaucoup de sang-froid et d'adresse.

 

PRUDHOMME Louis, Jules - Matelot mécanicien, observateur d'hydravion -  ; Date : 11/1918 ; Quartier/Matricule : 40.743-1 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

1ère citation : A effectué plusieurs opérations, patrouilles et reconnaissances dans les eaux ennemies. A fait preuve au combat des plus belles qualités de courage. A réussi à s'évader après 17 mois de captivité et a fait preuve, au cours de son évasion, des plus belles qualités d'endurance et d'énergie. Déjà cité à l'ordre de l'armée.

2e citation : Excellent observateur et bombardier ayant effectué de nombreuses opérations dans la zone ennemie. Au cours d'un combat aérien devant Zeebrugge, atteint de deux blessures graves et sur le point d'être capturé par l'ennemi, a fait preuve d'un sang-froid et d'un courage exceptionnels.

 

PRUEL François - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 22.106-3 ; Unité : REPUBLIQUE.

Coupé de sa compagnie, pour la rallier s'est courageusement engagé sur une passerelle battue par une mitrailleuse. Tué sur la passerelle, le 1er décembre 1916.

 

PRUNET Louis - Matelot sans spécialité - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 38.573-1 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 


PUGLIESI-CONTI H.R.E. - Capitaine de frégate à la brigade des fusiliers-marins.

PRUTOT Emile - Canonnier - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 109.667-2 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Blessé à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin, a montré les plus belles qualités de courage et d'endurance en continuant son action.

 

PUECH F.C.E. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 04/1915 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Aussitôt que s'est produite l'explosion des deux torpilles lancées sur le bâtiment, monte sur la passerelle se mettre aux ordres du commandant et y restent jusqu'au dernier moment, meurt à son poste.

 

PUGET Casimir - Premier-maître canonnier réserviste - ; Date : 01/1916 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

A toujours été près des pièces de 14 cm du bord engagé, s'est occupé de leur approvisionnement, de l'évacuation des douilles, a pris un soin minutieux de son matériel pour le maintenir toujours en état de tirer.

 

PUGLIESI-CONTI H.R.E. - Capitaine de frégate - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier d'une bravoure calme et réfléchit. Chargé de la défense d'une position, y a montré dans des circonstances très critiques la plus belle qualité militaire.

 

PUGNET Georges, Emile, René - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 05/1917 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Corfou.

A effectué plus de 160 heures de vol en zone ennemie. A attaqué un sous-marin à faible hauteur. N'a cessé de montrer les plus belles qualités de moral, de mordant et une haute conception de ses devoirs militaires.

 

PUJOL Georges - Commissaire - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille, 9.742.

S'est particulièrement signalé par la part qu'il a pris au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu, victime de son dévouement.

 

PUJOL Georges - Commissaire - ; Déco. posthume ; Unité : SANT'ANNA.

S'est particulièrement signalé par la part qu'il a pris au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu, victime de son dévouement.

 

PUYRIGAUD Paul - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 13.483-4 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

Vous avez reconnu quelqu'un parmi ces marins, et vous souhaitez apporter au texte des corrections ou compléments (photographie) : Ecrivez nous.

Transcription Net-Marine. Quelques photographies ont été publiées par le journal L'Illustration à partir du 30 janvier 1915, mais d'importantes lacunes subsistent.


[Sommaire Héros maritimes de la 1ère guerre mondiale] [Sommaire Net-Marine]