Les héros maritimes français de la première guerre mondiale

 


Mitrailleuse tirant contre un « taube ».

ICARD Louis - Chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Marseille, 5.153 ; Unité : ATHOS.

Mort en faisant son devoir lors du torpillage de l'ATHOS par un sous-marin ennemi. Disparu avec son navire le 17 février 1917.

 

ICARD - Chauffeur - ; Date : 04/1917 ; Unité : ATHOS.

Mort en accomplissant son devoir.

 

ICHE Marcellin - Matelot fusilier breveté - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Narbonne, 1.720.

Grièvement blessé le 24 octobre 1914 en se rendant, sous un feu violent d'artillerie, à son poste de combat. Fracture des deux jambes.

 

ICOZIC Jean - Quartier-maître chauffeur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.610 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

ILLIAQUER Louis, Andéol - Capitaine au long cours - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Belle-Ile, 39 ; Unité : SAINT ROGATIEN.

Commandant le trois-mâts SAINT ROGATIEN, canoné puis torpillé par un sous-marin, a refusé d'abandonner le bâtiment dont il avait la charge, s'est volontairement laissé engloutir avec lui.

 

ILLIAQUER Louis, Andéol - Capitaine au long cours - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Belle-Ile, 39.

Commandant le trois-mâts SAINT ROGATIEN canonné puis torpillé par un sous-marin, a refusé d'abandonner le bâtiment dont il avait la charge, s'est volontairement laissé engloutir avc lui.

 

ILLIEN Marius, Antoine - Matelot canonnier - ; Date : 03/1915 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 

ISAMBART Charles, François, Eugène - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 4.262 ; Unité : MONTAIGNE (patrouilleur).

A courageusement servi sa pièce lors de l'attaque du MONTAIGNE par des torpilleurs ennemis. Est tombé mortellement blessé à la deuxième rafale.

 

JACOB Ange, Marie - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 08/1918 ; Unité : OISE (aviso).

Officier en second de l'OISE : a donné un bel exemple de sang-froid lors d'un combat de son bâtiment dont il a grandement développé la valeur militaire.

 

JACOLOT Jean, Louis - Quartier-maître fusilier - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : 14.287-4 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

A montré beaucoup d'énergie dans la prise des soldats turcs après l'abordage de la goélette.

 

JACOTIN S. - Lieutenant de vaisseau de réserve - ; Date : 04/1916.

N'a cessé de faire preuve des plus belles qualités d'entrain, de courage et d'intelligence dans l'exercice de son commandement. A accompli de dangereuses missions sur les côtes de Syrie au cours desquelles il a montré une endurance exceptionnelle. Adéjà assuré le sauvetage des survivants du YASAKAMARU coulé par un sous-marin et vient encore, par son intelligente initiative de sauver la vie de l'unique survivant de l'AMIRAL CHARNER.

 

JACQ Yves - Matelot fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 93.736-2 ; Unité : GOELAND II (chalutier).

Disparu glorieusement, le 4 janvier 1918, au cours d'un combat de nuit avec un sous-marin.

 

JACQ Yves - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

JAFFRE François - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

JAFFREZIC Paul, Auguste - Quartier-maître canonnier - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 3.328 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Chef de pièce de 75 AR. A pris part à de nombreuses opérations sur les côtes ennemies. D'un entrain et d'un sang-froid remarquables, étant blessé grièvement au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, est resté à bord jusqu'au dernier moment sous un feu violent, n'a quitté le bâtiment que sur l'ordre du commandant, ne s'est rendu à terre que sur ordre, après plusieurs heures de séjour dans l'eau. A fait preuve en captivité d'un moral superbe et du plus pur patriotisme qui ont été, parsuite de son âge, un exemple précieux pour ses camarades.

 

JAFFREZIC Paul, Auguste - Matelot canonnier réserviste - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 3.338 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Lors de l'engagement de l'aviso auxiliaire PARIS II avec un sous-marin ennemi, a pointé sa pièce pendant 2h30 avec calme et précision sous le feu de l'ennemi.

 

JAFFRO François - Matelot fusilier breveté - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 20.709-3. ; Unité : Aviation maritime.

Pointeur sur avions canons dans un groupe de bombardements, plein d'entrain, donne un exemple constant d'endurance et de courage. Cité à l'ordre du groupe de bombardement le 30 juin 1915. A fait preuve de la plus grande énergie le 14 août 1915 dans un combat aérien au cours duquel il a été blessé par une balle de shrapnell.

 

JAFFRO François, Marie - Quartier-maître fusilier -  ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : 20.709-3 ; Unité : Aviation maritime.

Trois fois cité. Pointeur sur avion-canon, toujours en avant pour les missions dangereuses, a trouvé une mort glorieuse au cours d'une opération militaire.

 

JAFFRY Jean - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.852 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Uniquement préoccupé par faire son devoir, resta à son poste jusqu'au moment où il fut chassé par l'invasion de l'eau ou reçut l'ordre d'évacuer, ne quittant son poste qu'après avoir fait les manoeuvres prescrites. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

JAFFRY Jean, Michel - Premier-maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Audierne, 4.891 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Faisant partie de l'équipage d'un sous-marin mis en danger de couler par des avaries très graves éprouvées au cours d'une attaque de nuit, est resté jusqu'au dernier moment à son poste de combat, exécutant avec calme les ordres du commandant pour ramener le bâtiment en surface ; n'a évacué que sur l'ordre de ses chefs, donnant ainsi un bel exemple de courage et de sang-froid dans l'accomplissement de son devoir militaire.

 


JAILLARD P.L.M. - Enseigne de vaisseau du croiseur-cuirassé LEON GAMBETTA

JAGUIN Etienne - Quartier-maître de timonerie - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 26.758-1 ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

A toujours fait preuve d'un grand courage et d'un grand sang-froid. Blessé mortellement le 4 mai 1915 d'un éclat d'obus à son poste où il était exposé sans aucune protection.

 

JAGUIN Etienne, Théodore - Quartier-maître timonier réserviste - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 26.758-1. ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

A toujours fait preuve d'un grand courage et d'un grand sang-froid. Blessé mortellement d'un éclat d'obus à son poste où il était exposé sans aucune protection.

 

JAILLARD P.L.M. - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Déco. posthume ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Alors que son bâtiment, torpillé deux fois, était sur le point de chavirer, a donné l'exemple du calme le plus admirable en faisant le sacrifice de sa vie pour permettre à un plus grand nombre des hommes de l'équipage de prendre place dans les embarcations. A été englouti avec son bâtiment.

 

JAIN Jean - Matelot fusilier breveté - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 111.097-2 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A fait preuve d'une grande bravoure en luttant à armes inégales contre un sous-marin et a vaillamment contribué à sauver son bâtiment. Blessé au cours de l'engagement.

 

JAMET Célestin, François, Marie - Premier-maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Binic, 1.433 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A assuré son service avec beaucoup de décision, de calme et de sang-froid, a aidé à la fermeture des barrages et n'a évacué qu'après avoir rendu compte et pris les ordres du commandant.

 

JAMET Jean, Baptiste, Henri, Célestin - Matelot torpilleur - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : 107.045-2.

Grièvement blessé le 21 mai 1916 ; amputé du bras gauche.

 


JANVIER Emile Henri L. - Lieutenant de vaisseau aviateur de l'aviation maritime.

JAMME Léopold - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 19.828-3 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Tombé glorieusement dans les machines et la chaufferie arrière devant les appareils dont il avait la conduite ; a disparu avec le bâtiment, le 23 juin 1916.

 

JAN Jean, Baptiste - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1919 ; Quartier/Matricule : Dinan, 9.056 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Soldat très discipliné et très courageux. A été blessé très grièvement, le 24 septembre 1918, au moulin de Laffaux. Une blessure antérieure.

 

JANDOT Charles - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 54.307-5 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a assuré, avec une discipline et un calme parfaits, les services dont il était chargé jusqu'à la dernière minute et montré un esprit de sacrifice digne de tout éloge.

 

JANVIER Emile Henri L. - Lieutenant de vaisseau aviateur - ; Date : 04/1915 ; Unité : Aviation maritime.

A depuis le début des hostilités, effectué de nombreuses et périlleuses reconnaissances et missions de bombardement. A fait une chute mortelle au cours de manoeuvres de nuit.

 

JAOUEN Louis, Jacques - Premier-maître canonnier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 3.034.

Se dépense sans compter, tant dans les corvées à terre sous le feu de l'ennemi qu'à bord ou il commande l'artillerie secondaire non protégée. Déjà cité à l'ordre du régiment.

 

JAUBERTIE Camille - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Arcachon, 2.840.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

JEAN Alcide - Ingénieur de 1ère classe du génie maritime, pilote aviateur -  ; Déco. posthume ; Unité : Aviation maritime.

Cité à l'ordre de l'armée navale dans les termes suivants : "Très bon ingénieur et excellent pilote, ayant rendu des services brillants au front terrestre comme commandant d'une escadrille d'avions. Services exceptionnels dans l'aéronautique maritime        . Tué sur hydravion, le 31 janvier 1918.   . Tué sur hydravion, le 31 janvier 1918.

 

JEAN Pierre - Second-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.353 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A toujours montré beacoup d'énergie, de sang-froid, d'initiative et de courage. Enfermé dans une soute envahie par la mer, n'en est sorti que sur un ordre formel et après avoir exécuté toutes les manoeuvres de sécurité prévues au rôle.

 

JEAN Théodore - Premier-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

JEANBLANC Emile - Second-maître mécanicien, pilote aviateur - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Toulon, 14.066 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Mytika.

A effectué plus de 250 heures de vol en zone ennemi, a rempli les fonction de chef de section par intérim ; détaché dans un poste de combat, a obtenu de sa section un rendement intensif pour la patrouille journalière d'une zone très importante.

 

JEANBLANC Emile, Alfred - Second-maître mécanicien, pilote aviateur -  ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Toulon, 14.066 ; Unité : Aviation maritime.

Sous-officier d'élite, pilote adroit et plein d'entrain ; obtient de la section qu'il commande par intérim un rendement remarquable. A attaqué un sous-marin qui venait de torpiller un bâtiment. Déjà cité à l'ordre de l'armée.

 

JEANNIN Adolphe - Quartier-maître électricien - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.130 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 


JEANNIOT - Capitaine de frégate du bataillon de fusiliers-marins

JEANNIN Albert - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 02/1919.

Officier particulièrement brave ; le 14 septembre 1918, a entraîné superbement sa troupe à l'attaque. Bien que blessé une première fois, a continué à diriger énergiquement son unité jusqu'au moment où un éclat d'obus lui fracturant gravement la jambel'obligea à abandonner le commandement. A donné à tous un superbe exemple de courage et d'énergie.

 

JEANNIN Albert - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1919 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Etant enseigne de vaisseau, lieutenant de la 2e compagnie de bataillon de fusiliers-marins, est parti à l'attaque le 14 septembre 1918, au moulin de Laffaux, à son poste derrière le barrage roulant. Blessé une première fois, il continua sa progression, mais il fut peu après atteint une seconde fois ; il remit le commandement de sa troupe au chef de demi-section, fut pansé sur le terrain et évacué. Sa conduite au feu, pleine de bravoure, fut un exemple rempli d'encouragement pour ses subordonnés.Trois citations.

 

JEANNIOT - Capitaine de frégate -  ; Date : ? ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Commandant les fusiliers-marins. A été tué à la tête de ses hommes en repoussant brillamment les attaques répétées d'un ennemi très supérieur.

 

JEANNOT Constant, Etienne - Sous-lieutenant - ; Date : 04/1917.

Sauvetage de l'ATHOS. Mort à son poste en exécutant les ordres de leur chef. Le 77e bataillon a donné le plus bel exemple de sang-froid et de discipline lors du naufrage du navire.

 

JEANNU Georges, Yves - Second-maître canonnier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 14.704. ; Unité : SAINT LOUIS.

Très belle conduite sous le feu incessant de l'ennemi à la plage du cap Hellès. Blessé le 17 juin 1915.

 

JEANSON Amédée, Jean, Marie, Augustin - Capitaine de frégate - ; Date : 1917 ; Unité : CHATEAURENAULT (croiseur).

Très belle conduite lors du torpillage du navire qu'il commandait : a pris, avec le plus grand sang-froid, toutes les mesures susceptibles de sauver son bâtiment et ne l'a quitté qu'au moment où il allait s'engloutir.

 

JEANSON Louis, Gustave - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 10/1919.

Pour avoir fait preuve d'un grand courage et de la plus belle abnégation au risque de sacrifier sa vie en maintenant, par une fermeté de discipline, l'ordre et l'exécution des consignes reçues pour seconder son commandant, lors de l'explosion du bâtiment sur une mine.

 

JEANTET Antoine - Second-maître torpilleur - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 9.559 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

JEGO Eugène - Premier-maître de mousqueterie - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Blessé à la tête de ses hommes.

 


JEZEQUEL Adolphe - Maître de timonerie sous-marin FOUCAULT.

JEGOU Hervé - Second-maître canonnier - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 89.312-2 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

Formant l'armement d'un canon de 47mm destiné à tirer sur les mines, est resté sous un feu violent dans un poste n'ayant aucune protection.

 

JESTIN Jean, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 729.

Chef de section plein d'initiative. A conduit énergiquement ses hommes devant l'ennemi. Conduite très brillante au feu. Grièvement blessé, le 13 novembre 1914.

 

JEUNET Marcel - Maréchal des logis - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M. du 25e régiment d'artillerie.

A embarqué toute sa pièce et a contribué ensuite avec son canot au sauvetage de plusieurs hommes tombés à la mer.

 

JEZEQUEL Adolphe - Maître de timonerie - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.347 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve de la plus grande bravoure en luttant avec sa mitrailleuse jusqu'à ce que le bâtiment coule sous ses pieds. A ensuite secouru un second-maître qui se serait noyé sans son secours. En captivité, a défendu avec acharnement les intérêts et la dignité des prisonniers, malgré les représailles dont il fut victime de la part des ennemis.

 

JEZO Charles - Matelot cuisinier - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : 23.558-3.

Très bon marin, grièvement blessé le 9 mai 1915 au cours d'une attaque. Fracture du bras et de l'avant-bras droit.

 

JOCET Eugène - Matelot charpentier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 


JOIGNE Ernest - Quartier-maître électricien du sous-marin PAPIN

JOCHAUD du PLESSIX A.A.M. - Capitaine de frégate - ; Date : 11/1915.

A rendu les plus grands services comme chef d'état-major d'une division opérant dans les Dardanelles. S'est en outre distingué par son courage : d'abord au combat du 18 mars, puis en débarquant spontanément à plusieurs reprises sous le feu de l'ennemi pour contrôler le service de plage et recueillir les blessés.

 

JOFFRAND Paul - Second-maître fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Croisic, 3.195 ; Unité : Brigade de fusiliers-marins.

Blessé une première fois, a toujours fait preuve de courage et d'énergie ; tué le 9 mai 1915, à l'assaut.

 

JOIGNE Ernest - Quartier-maître électricien - ; Date : 11/1915 ; Unité : PAPIN (sous-marin).

Exemple d'entrain et de bonne humeur au milieu du danger. S'est particulièrement distingué par son courage en allant élinguer des mines ennemies offensives pour les remorquer et les détruires, et lors de l'attaque par la torpille d'une flottille ennemie au cours de laquelle un torpilleur a été atteint.

 

JOLIS Julien - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : 107.953-2.

Très bon matelot; grièvement blessé le 16 décembre 1914. Raccourcissement de la jambe droite et ankylose complète.

 

JOLIVER Fernand - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 01/1917 ; Quartier/Matricule : 25.477-3. ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Blessé à son poste de combat pendant l'attaque de son bâtiment par un sous-marin ennemi, a continué à servir sa pièce avec le plus grand calme.

 

JONAS Georges - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

JOSSE François, Marie - Premier-maître patron pilote - ; Date : 11/1914 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.403 ; Unité : CUGNOT (sous-marin).

A montré beaucoup de calme et de sang-froid quand son bâtiment, dans une situation critique, s'est trouvé exposé aux torpilles et à la canonnade de l'ennemi ; a continué à enregistrer tranquillement les ordres et les incidents.

 

JOSSE Henri - Quartier-maître fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 40.911 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

JOSSIN François - Matelot - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Auray, 1.795.

Grièvement blessé en défendant son chalutier au cours d'un violent combat contre un sous-marin.

 

JOUAN Jean - Quartier-maître fusilier - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.248 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

Aide télégraphiste, a assuré avec un calme parfait le service de la télémétrie, dans des postes n'ayant aucune protection, alors que le bâtiment était encadré par le tir des mortiers et des batteries de campagne et sous le feu des forts.

 

JOUAN Jean, Pierre, Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 13.270.

Etant embarqué sur le remorqueur anglais BALBUS, au Cameroun, et ce remorqueur ayant dû être abandonné après s'être échoué, a procédé avec ses hommes au sauvetage des canons, fusils et munitions, sous un feu très lourd d'infanterie et de mitrailleuses.

 


JOUISON André

JOUAN Théodore - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 55.

A fait preuve, comme commandant d'un bâtiment de la plus belle énergie à Koum-Kale et à Seddul-Bahr. Déjà cité à l'ordre de la division.

 

JOUAY Léon, Hervé - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 10/1918 ; Quartier/Matricule : Calais, 26.

A fait preuve des plus belles qualités de marin et d'une très grande énergie, en réussissant à ramener au port son bâtiment gravement avarié par l'explosion d'une mine dans une zone où la navigation est très délicate.

 

JOUEN René, Stanislas - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 03/1919 ; Unité : FRESNEL (sous-marin).

Commandant le FRESNEL. Son bâtiment s'étant échoué, a pris judicieusement toutes les mesures que comportait la situation, a su inspirer à ses hommes le sang-froid et le courage les plus parfaits et n'a rendu à l'ennemi qu'un bâtiment inutilisable. Déjà cité.

 

JOUISON André - Quartier-maître ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : .... ; Unité : Goliath-Shamrock (1/3-14/9/1915) puis Centre aéronautique.

Lors de son affectation au Centre aéronautique Rochefort / la Pallice / Hourtin, il a reçu le diplôme d'honneur de la "Société Centrale de Sauvetage des Naufragés", le 13 septembre 1917 pour le sauvetage périlleux des équipages du vapeur norvégien "Morild L" coulé par un sous marin allemand et du 3 mâts français "La Pérouse" échoué par vent d'Ouest et forte mer sur le banc des Genêts au large d'Hourtin sur la côte Girondine.

 

JOULIN Alcide - Matelot mécanicien - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 15.544-4. ; Unité : CAMARGUE (dragueur).

Est resté à son poste, bien que le compartiment de la machine ait été envahi par les gaz irrespirables de l'explosion, et continué à donner les ordres qu'il recevait, avec le plus grand sang-froid.

 

JOUQUAN Jean, Marie, François - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 04/1916 ; Unité : JUBARTE.

Commandant un dragueur. Accouru à toute vitesse au secours d'un bâtiment coulé par une mine, a manoeuvré avec la plus grande habileté pour coopérer au sauvetage des naufragés au milieu d'un champ de mines. Officier marinier d'une haute valeur morale.

 

JOURDAN Alphonse - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Cancale, 2.086 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

A montré beaucoup de courage et d'énergie en tenant tête à plusieurs soldats turcs qui le menaçaient.

 

JOURDAN Paul - Quartier-maître fourrier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 24.082-3 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Aux ordres du commandant dans le blockhaus. A transmis jusqu'au dernier moment, les ordres du commandant, n'est parti du blockhaus que sur l'ordre du commandant (18 mars 1915).

 

JOURDAN Xavier - Matelot électricien - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : La Ciotat, 1.376 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

A spontanément composé l'armement de la baleinière amenée aux poste de combat, sous le feu de l'ennemi, pour aller au secours des survivants du BOUVET.

 

JOURDEN Edouard - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 1.479 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Uniquement préoccupé par faire son devoir, resta à son poste jusqu'au moment où il fut chassé par l'invasion de l'eau ou reçut l'ordre d'évacuer, ne quittant son poste qu'après avoir fait les manoeuvres prescrites. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

JOURNIAC Anatole - Second mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Marseille, 2341 ; Unité : CARTHAGE (vapeur).

Disparu glorieusement en accomplissant son devoir militaire au cours des opérations des Dardanelles.

 

JOUSSELIN Maurice, Edouard - Matelot de 2e classe canonnier breveté - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : 34.070-1. ; Unité : Aviation maritime.

Pointeur sur avion-canon et excellent tireur, a livré combat à plusieurs avions ennemis qu'il a obligé à atterrir. Le 2 octobre 1915 a, malgré une forte canonnade, attaqué un drachen ennemi et l'a incendié.

 

JOUSSEMET Anatole, Valentin, Célestin - Officier d'administration de 1ère classe d'artillerie coloniale (section des ouvriers d'Etat) - ; Date : 01/1916 ; Unité : Mission navale française de Serbie.

A fait preuve de brillantes qualités techniques et du plus grand sang-froid lors de l'installation, sous le feu de l'ennemi, de plusieurs pièces de marine ; s'est particulièrement distingué, en octobre 1915, dans la direction sous un feu extrêmementviolent, du service de ravitaillement en munitions.

 

JOUVENNE Joseph - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 46.849-5. ; Unité : DUPLEIX.

Parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse, a montré la plus grande énergie, se tenant jusqu'à la fin aux avirons du canot de secours.

 

JOYEUX Albert - Quartier-maître fusilier - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Marennes, 61 ; Unité : GOELAND II (chalutier).

A fait cesser, grâce à son tir précis, le feu d'une pièce d'un sous-marin ennemi, au cours d'un combat de nuit. A fait preuve du plus grand courageet d'un entier dévouement.

 

JUDET Jean - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 14.110-4.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

JUGE R.C. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1916 ; Unité : Batterie des canonniers-marins.

Commandant la batterie des canonniers-marins débarqués au cap Hellès. A commandé sa batterie avec une compétence remarquable, une énergie calme, méthodique, précise et une très belle attitude militaire sous le feu. A, par ailleurs, fait preuve d'un grand sang-froid et d'un grand dévouement au cours des opérations d'évacuation.

 

JULIEN Eugène - Quartier-maître mécanicien, breveté mécanicien de dirigeable - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 23.389-1 ; Unité : Aviation maritime.

Courageux et dévoué serviteur, d'un sang-froid à toute épreuve. Nombreuses heures de patrouille aérienne contre les sous-marins ennemis ; mort au cours d'une patrouille aérienne, le 20 février 1918.

 

JULIEN Eugène, Etienne, Louis - Quartier-maître breveté mécanicien de dirigeable - ; Date : 03/1918 ; Quartier/Matricule : 23.389-1 ; Unité : Aviation maritime.

Courageux et dévoué serviteur d'un sang-froid à toute épreuve. Nombreuses heures de patrouilles aériennes contre les sous-marins ennemis. Mort pour la France, le 20 février 1918, au cours d'une patrouille aérienne.

 

JULIEN Joseph - Premier télégraphiste - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille, 7.099.

S'est particulièrement signalé par la part qu'il a pris au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu, victime de son dévouement.

 

JULIEN Joseph - 1er télégraphiste - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Marseille, 7.099 ; Unité : SANT'ANNA.

S'est particulièrement distingué pour la part qu'il a prise au sauvetage du personnel de son navire torpillé. Disparu victime de son dévouement, le 11 mai 1918.

 

JULIEN Pierre - Matelot cuisinier - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 53.898-5.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

JULLIEN Eugène - Maître mécanicien, pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 43.906-5 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravion de tout premier ordre, a été tué au cours d'une reconnaissance de guerre, le 11 avril 1917.

 

JULLIEN Eugène, Jules, Alexis - Maître mécanicien, pilote aviateur - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : 43.906-5. ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravion de tout premier ordre. A été tué au cours d'une reconnaissance de guerre.

 

JULLIEN Eugène, Jules, Marie - Second-maître mécanicien, pilote aviateur - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 43.906-5. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

En service depuis cinq mois à l'escadrille d'hydravions, a fait de nombreuses sorties dans la zone ennemie et s'est signalé en toutes occasions par son courage et son audace. Le 24 septembre 1915, a pris part à l'attaque d'un sous-marin qui a été atteint de deux bombes. Déjà cité à l'ordre du jour de la brigade.

 

JUSTET Marcel - Quartier-maître T.S.F - ; Date : 12/1918 ; Quartier/Matricule : 1.715-5.

A fait preuve d'un haut sentiment du devoir en restant à son poste jusqu'au moment où son bâtiment torpillé à disparu.

 

JUVIN Alphonse, Elie, Baptistin - Apprenti marin - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 60.826-5.

Excellent matelot d'une grande bravoure. Grièvement blessé en faisant énergiquement son devoir, est atteint de cataractes traumatiques.

 

KAMM Alphonse, Stanislas - Premier-maître mécanicien - ; Date : 08/1918 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.589 ; Unité : OISE (aviso).

Officier marinier d'élite : a su obtenir de ses machines et de son personnel un rendement splendide qui s'est affirmé lors d'un combat contre un sous-marin.

 

KERAMBRUN Jean, Baptiste - Matelot sans spécialité - ; Date : 01/1921 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 20.805 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Soldat très courageux, d'une énergie et d'un entrain remarquables ; a été blessé par un obus alors qu'il se rendait en ligne pour ravitailler la compagnie de mitrailleuses en vivres. Quoique souffrant énormément, a montré le plus grand courage et leplus grand calme, donnant ainsi un bel exemple à ses camarades. Mort des suites de ses blessures.

 

KERAUDREN François - Deuxième maître de manoeuvre - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.136. ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Comme patron du vapeur conduisant à terre les troupes de débarquement a été exposé sous un feu violent. Son canot a été traversé par plusieurs balles, l'a manoeuvré dans les endroits les plus exposés sans manifester la moindre émotion, donnant ainsil'exemple d'un courage à toute épreuve.

 

KERAUDREN François - Second-maître de manoeuvre -  ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.136. ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Comme patron du vapeur conduisant à terre les troupes de débarquement, a été exposé sous un feu violent. Son canot a été traversé par plusieurs balles, l'a manoeuvré dans les endroits les plus exposés sans manifester la moindre émotion, donnant ainsil'exemple d'un courage à toute épreuve. Déjà cité à l'ordre de l'armée pour ce motif.

 

KERAUDREN Jean - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 04/1920 ; Quartier/Matricule : 103.726-2.

Patron d'une vedette armée, chargé d'une mission militaire à proximité de l'ennemi, s'est trouvé engagé avec son bâtiment dans un champ de glace. A conservé jusqu'au dernier moment, voyant son embarcation couler lentement, éventrée par la glace, un sang-froid digne d'admiration soutenant le moral de l'équipage sous ses ordres. Ne s'est laissé couler qu'après avoir tout tenté pour sauver sa vedette. (22 janvier 1918).

 

KERAUDREN Jean - Quartier-maître de manoeuvre -  ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 103.726-2 ; Unité : Bâtiment de servitude de Salonique.

Patron d'une vedette armée, chargé d'une mission militaire à proximité de l'ennemi. S'est trouvé engagé avec son bâtiment dans un champ de glace ; a conservé jusqu'au dernier moment, voyant son embarcation couler lentement, éventrée par la glace, unsang-froid digne d'admiration, soutenant le moral de l'équipage sous ses ordres. Ne s'est laissé couler qu'après avoir tout tenté pour sauver sa vedette.

 

KERBERENNES Joseph - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : 22.382-3.

Excellent chef d'escouade, énergique, plein d'entrain et de mordant. Belle attitude au feu, grièvement blessé le 18 décembre 1914. Enucléation de l'oeil gauche.

 

KERBOEUF Victor - Quartier-maître charpentier - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : 45.819-5.

Extrêmement brave, s'est offert spontanément pour des postes dangereux et a rendu les plus grands services dans le renflouement des chalands sous le feu.

 

KERBOUL E.A. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 10/1916 ; Unité : GALLIA (croiseur auxiliaire).

A été pour tous lors du torpillage de son bâtiment, un exemple de sang-froid et de courage. Est mort héroïquement à son poste de commandement sur la passerelle.

 

KERBOUL François, Marie - Quartier-maître fusilier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 97.854-2 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

Comme chef de pièce a montré, lors de plusieurs engagements avec des sous-marins ennemis, de belles qualités de calme et de sang-froid. S'est fait remarquer par la précision et l'efficacité de son tir. A fait preuve de beaucoup de dévouement en participant dans des conditions pénibles et périlleuses au sauvetage du bâtiment. Citation antérieure à l'ordre de la brigade.

 

KERDAVID Louis - Second-maître chef de quart - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Lorient, 5.320.

A fait preuve d'une belle énergie et du plus grand sang-froid au cours de l'engagement de son bâtiment avec un sous-marin ennemi. L'armement de la pièce avant ayant été mis hors de combat par le feu de l'ennemi, a assuré seul d'abord, aidé par des volontaires ensuite, le service de la pièce et a réussi, malgré une avarie de mise de feu rendant le pointage difficile, à mettre en fuite l'adversaire, par un tir précis.

 

KERENFORT Adolphe - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : 102.622-2.

Belle conduite ; grièvement blessé dans une tranchée pendant un bombardement violent. Fracture de l'humérus droit par éclat d'obus.

 

KEREREL Jean - Quartier-maître fusilier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 3.885 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi.

 

KERGOAT Jean - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : 105.637-2.

Inscrit au tableau spécial de la . Excellent serviteur ayant donné de nombreuses preuves de son courage et de son dévouement. Très grièvement blessé par éclats d'obus le 17 décembre 1916.

 

KERGOSIEN Louis, Marie - Quartier-maître de manoeuvre, pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Auray, 4.688 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote courageux et plein de sang-froid, a fait partie de l'escadrille de bombardement pendant 6 mois. A effectué plus de 30 bombardements de jour et de nuit au cours desquels il a eu maintes fois son appareil atteint et une fois très sérieusement endommagé par le feu de l'ennemi. A trouvé la mort, le 19 octobre 1915, dans un accident survenu à son appareil.

 

KERGOSIEN Louis, Marie - Quartier-maître de manoeuvre, pilote aviateur - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.688. ; Unité : Aviation maritime.

Pilote courageux et plain de sang-froid ; a fait partie de l'escadrille de bombardement pendant 6 mois. A effectué plus de 30 bombardements de jour et de nuit au cours desquels il a eu maintes fois son appareil atteint et une fois très sérieusement endommagé par le feu de l'ennemi. A trouvé la mort, le 19 octobre 1915, dans un accident survenu à son appareil.

 

KERGUILLEC Joseph - matelot de 2ème classe fusilier brEnseigne de vaisseaueté - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : 100.564-2. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A fait preuve d'un dévouement et d'un courage héroique, aussi bien sous le feu de l'ennemi que pendant les sept jours passés à bord d'une petite embarquation, luttant contre la mer, sans jamais donner prise au désespoir. Menacé de la perte du pied gauche gangrené à la suite d'un séjour prolongé dans l'eau de mer.

 

KERINEC Yves - Maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Camaret, 803 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

KERIVEL Jean, François, Marie - Premier-maître élève officier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 95.050-2.

Sa section ayant été fortement éprouvée, a réussi à la dégager d'un violent combat. Grièvement blessé. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

KERJEAN Ambroise - Quartier-maître électricien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.692 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

KERLEAU François - Aide canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Tréguier, 7.180 ; Unité : RIGEL (sloop).

Disparu glorieusement en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat soutenu par le RIGEL contre un sous-marin ennemi, le 2 octobre 1916.

 

KERLOCH Henri, Marie, Guillaume - Second-maître fusilier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.188. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A très bien organisé et ensuite dirigé, malgré une blessure très grave, la défense de sa tranchée dans l'attaque du 9 mai.

 

KERMAGORET Pierre, Marie, Gabriel - Second-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Belle conduite pendant le combat du 17 décembre, où il a été blessé grièvement.

 

KERMAIDIC Alexandre - Second-maître mécanicien - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.431.

Sous-officier plein de sang-froid et de courage, dirige avec intelligence une auto-projecteur qu'il a eu à mettre plusieurs fois en position sous le feu de l'ennemi.

 

KERMAIDIC J.R. - Maître canonnier - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 1421. ; Unité : HENRI IV.

Chargé de surveiller le débarquement des vivres et munitions, a montré pendant deux mois, souvent sous un bombardement intense, le plus bel entrain, l'endurance la plus énergique et une bravoure jamais démentie.

 

KERMAIDIC Pierre - Chauffeur breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.811 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Uniquement préoccupé par faire son devoir, resta à son poste jusqu'au moment où il fut chassé par l'invasion de l'eau ou reçut l'ordre d'évacuer, ne quittant son poste qu'après avoir fait les manoeuvres prescrites. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

KERMORGANT Yves - Quartier-maître canonnier -  ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : 96.333-2.

Au cours d'une attaque de son navire par un sous-marin, a lui-même conduit l'action n'ayant pas d'officier de tir, et a forcé quatre fois le sous-marin à plonger. Déjà cité à l'ordre de l'armée en 1916.

 

KERMORGANT Yves, Marie - Quartier-maître canonnier - ; Date : 09/1916.

Est resté pendant une heure dans l'eau, le bâtiment étant en marche, pour dégager une mine prise dans la drague près du prisme contre lequel elle risquait à chaque instant d'exploser. A réussi, à force de tenacité et d'énergie, à exécuter ce travil qu'il était indispensable de terminer avant la nuit.

 

KERMORVANT François - Quartier-maître T.S.F - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 23.633-3 ; Unité : HENRIETTE (vapeur).

Disparu à son poste après avoir accompli son devoir jusqu'au bout avec le plus courageux dévouement.

 

KERMORVANT François - Quartier-maître T.S.F - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 23.663-1 ; Unité : HENRIETTE (vapeur).

Disparu à son poste après avoir accompli son devoir jusqu'au bout avec le plus courageux dévouement.

 

KERNE Alexandre - Quartier-maître de timonerie - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 3.379. ; Unité : FOUDRE (croiseur).

Très belle conduite ; a assuré à Koum-Kaleh à un poste de signaux à terre très exposé les communications entre les troupes de débarquement et les bâtiments, manifestant le plus grand courage et un mépris absolu du danger.

 

KERNEIS Yves, Corentin - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Quimper, 3.039.

Excellent gradé qui s'est particulièrement distingué dans tous les combats auxquels il a pris part. Grièvement blessé, a perdu l'usage du bras gauche.

 


KERROS - Capitaine de frégate au 1er fusiliers-marins.

KERNEUR Louis - Second-maître mécanicien - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.522 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

A assuré jusqu'à la dernière minute avec calme et régularité l'exécution des ordres transmis aux machines. Disparu lors du torpillage de la FOURCHE, le 23 juin 1916.

 

KEROUANTON A.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1916.

Cité à l'ordre de la division des Dardanelles. Nommé ensuite au commandement d'une compagnie à la brigade des fusiliers-marins, a donné l'exemple des plus belles qualités militaires.

 

KERRIEN Gabriel - Quartier-maître de manoeuvre réserviste - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 5.770.

Patron de vapeur, excellent et très brave marin, s'est particulièrement dévoué dans des opérations d'évacuation où il a été blessé.

 

KERRIOU Jean - Cannonier breveté - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 100.562-2 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a montré le plus grand calme etle plus grand sang-froid dans l'exécution des ordres de ses supérieurs.

 
KERROS
- Capitaine de frégate - ; Date : ? ; Unité : 1er fusiliers-marins.

A commandé son bataillon avec un sang-froid et une énergie remarquable.

 

KERROS Tanguy - Quartier-maître canonnier, observateur - ; Date : 09/1918 ; Quartier/Matricule : 99.121-2 ; Unité : Aviation maritime.

A attaqué un sous-marin en surface malgré le tir dirigé contre son appareil à faible altitude et, suivant les ordres reçus, a rapporté les renseignements nécessaires, repris des munitions et appareillé de nouveau pour conduire les autres hydravions disponibles.

 

KERSAUDY Pierre - Matelot gabier - ; Date : 01/1917 ; Quartier/Matricule : 100.370-2. ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Blessé à son poste de combat pendant l'attaque de son bâtiment par un sous-marin ennemi, a continué à servir sa pièce avec le plus grand calme.

 


KERVERN Albert, Adolphe - Premier-maître de timonerie.
KERVAREC Jean-Marie - Second-maître mécanicien - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.276 ; Unité : BERNOUILLI (sous-marin).

A contribué par son sang-froid et son calme, dans l'exécution des ordres, à la destruction par la torpille d'un navire de guerre ennemi dans des circonstances particulièrement dangereuses.

 

KERVELLA Jean - Second-maître fourrier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 85.637-2.

Mort pour la France, tué par l'explosion d'une mine qui l'a englouti avec son bâtiment.

 

KERVELLA Jean - Second-maître fourrier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 11.139 ; Unité : BRANLEBAS.

Tué le 29 septembre 1915 par l'explosion d'une mine qui l'a englouti avec son bâtiment au cours d'une opération de guerre.

 

KERVELLEC Yves - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.444 ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Tué à son poste, le 15 mai 1917, sur le BOUTEFEU, au cours d'une opération de guerre.

 


KES-LOMBARDIE Edouard G. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe à la brigade des fusiliers-marins

KERVERN Albert, Adolphe - Premier-maître de timonerie -   ; Date : 8/10/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.202.

Comme chef de section et comme adjudant de régiment, a été un serviteur de premier ordre, courageux, actif, plein de sang-froid. A été apprécié partout où ses services ont été requis.
Observations : Né le 10 Juillet 1872 à Brest. Arrive au corps le 5 juillet 1887 comme mousse. Quartier-maître de 1ère classe au 27 mars 1892. Premier Maître de 2e classe au 1er avril 1911. Chevalier de la Légion d'Honneur au 8 octobre 1915, médaille du Maroc avec agrafe au 20 avril 1914, médaille Militaire au 31 décembre 1912.

 

KERZERHO Joseph - Second-maître fusilier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.482. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Excellent gradé. Grièvement blessé (fracture du coud droit).

 

KES-LOMBARDIE Edouard G. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe -  ; Date : 07/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A fait vaillamment son devoir pendant le temps qu'il a passé à la brigade des fusiliers-marins. A été grièvement blessé, le 10 novembre 1914, à Dixmude.

 

KESPERN Pierre - Quartier maitre canonier -  ; Date : 1918 ; Unité : Flottilles de la mer du nord.

serviteur d'elite d'un devouement et d'un sang froid maintes fois affirmés,tué glorieusement à sa piece en action le 22 juillet 1918.

 

KOLTES André - Second-maître fusilier - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.675 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Sous-officier d'une haute valeur, d'un courage et d'un entrain magnifiques. A fait preuve des plus belles qualités militaires au cours des opérations offensives du bataillon. A été grièvement blessé à son poste de combat. Une citation.

 


Photo de famille devant le FBA-H, 150 CV n° 312, codé D-3 , avec Vielhomme, Séguier, Amiot, Fouqué,… LA BURTHE E. I. J. B. est au 1er rang au centre (3è à partir de la gauche ou de la droite), médecin 3è classe, Edouard Isidore, Jean-Baptiste La Burthe, pilote sur SOPWITH Baby, puis chef d’escadrille.

KORNER Victor - Quartier-maître électricien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 96.541-2 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

KORNPROBST Henri, Louis, Philippe - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1918.

Commandant un torpilleur d'escadre de la division de Syrie. Lors des opérations sur le front de Gaza, s'est résolument approché de terre pour bombarder les tranchées d'Askalon et les empêcher d'agir contre les troupes anglaises qui gagnaient du terrain le long de la plage. A montré de la décision et du commandement. A, en particulier le 2 novembre, fait preuve de la plus belle initiative en s'avançant à 1 mille 1/2 de terre devant Kaiffa pour se porter au secours de deux aviateurs anglais tombésà la mer, qu'il a pu ramener sains et saufs.

 

KRAFT J.L.G. - Aspirant de marine - ; Date : 1915 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

Aide télégraphiste, a assuré avec un calme parfait le service de la télémétrie, dans des postes n'ayant aucune protection, alors que le bâtiment était encadré par le tir des mortiers et des batteries de campagne et sous le feu des forts.

 

LA BURTHE Edouard Isidore Jean-Baptiste. - Officier auxiliaire pilote aviateur, chef d'escadrille - (12/1916)  (06/1917) ; Unité : Aviation maritime.

1ère citation : A fait preuve au cours de toutes ses missions aériennes, dont plus de quarante dans la zone ennemie, d'un courage exceptionnel et d'un mépris du danger absolu. Comme chef d'escadrille, a toujours entraîné ses pilotes par son exemple en accomplissantlui-même les missions les plus dangereuses.

2ème citation : A donné en toutes circonstances, le plus bel exemple de bravoure et de dévouement. Plus de 200 heures de vol dans la zone ennemi. Chef d'escadrille d'hydravions de chasse, a su exalter le moral de ses pilotes par son exemple. A attaqué à plusieurs reprises les sous-marins ennemis près de leur base et livré plusieurs combats aériens heureux.

 


LABANNERE J.B. - Lieutenant de vaisseau à la brigade des fusiliers-marins.

LA PORTE Pierre, Florian, Marie - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 11/1916 ; Unité : BLANC-NEZ.

Commandant le BLANC NEZ. Mort pour la France à bord de son bâtiment. Avait pris part à de nombreux dragages depuis le début de la guerre, donnant constamment un bel exemple d'énergie, de courage et d'abnégation.

 

LABAEYE Aimé, Jérémie, Victor - Elève du service de santé de la marine - ; Date : 02/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Médecin auxiliaire au groupe des brancardiers de la 66e division. D'un courage éprouvé, d'une énergie rare, n'a cessé de se faire remarquer par son zèle et son dévouement aux blessésdans toutes les actions auxquelles a pris part la division. A méritéà plusieurs reprises les félicitations spéciales de ses chefs. Atteint d'une blessure grave au cours d'un bombardement de l'hôpital où il était employé.

 


LABBE Jean - Second-maître de manoeuvre du croiseur auxiliaire SAVOIE

LABANNERE J.B. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 06/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A fait toute la campagne comme adjudant-major, a toujours eu une très belle conduite au feu, principalement pour assurer l'exécution des ordres de son chef de bataillon. A déjà fait l'objet d'une proposition extraordinaire pour le grade d'officier de la légion d'honneur, a continué à faire preuve des plus belles qualités militaires, notamment au cours de la chaude affaire du 9 mai. Blessé depuis.

 

LABBE Jean - Second-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 6.547. ; Unité : SAVOIE (croiseur auxiliaire).

Patron d'une vedette envoyée à terre pendant le débarquement de vive force, a été d'un sang-froid, d'une habileté et d'un dévouement au dessus de tout éloge.

 

LABIA François - Fusilier breveté réserviste - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

En allant porter un ordre à une compagnie engagée, comme agent de liaison, a fait plusieurs prisonniers et trouvé une mitrailleuse sous des cadavres allemands dans une tranchée.

 

LABLACHE-COMBIER Charles, Edouard, Pierre - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 09/1918.

Officier de quart pendant l'attaque d'un groupe de vedettes, a fait preuve de sang-froid et de décision en évitant, par une manoeuvre rapide des machines et de la barre, les torpilles lancées contre son bâtiment, en même temps qu'il jetait, en ouvrant immédiatement le feu, le désordre dans la formation ennemie.

 

LABOUR Herbert - Fusilier auxiliaire - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 30.079.

Chef de pièce lors d'un violent combat de son chalutier contre un sous-marin, a continué le tir bien que blessé aux jambes. Disparu au cours de l'évacuation. Déjà cité à l'ordre du régiment, le 13 septembre 1917.

 


LABOUREUR Henri - Quartier-maître mécanicien

LABOUR Norbert - Fusilier auxiliaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 30.079 ; Unité : SAINT MATHIEU.

Chef de pièce lors d'un violent combat de son chalutier contre un sous-marin, a continué le tir bien que blessé aux jambes. Disparu au cours de l'évacuation. Déjà cité à l'ordre du régiment, le 13 septembre 1917.

 


LABOUS Jean, Guillaume - Premier-maître canonnier du cuirassé BOUVET

LABOUREUR A.F.M.F. - Enseigne de vaisseau - ; Date : 11/1915 ; Unité : PAPIN (sous-marin).

A toujours secondé parfaitement son commandant dans toutes les opérations de guerre auxquelles a participé le bâtiment. S'est particulièrement distingué par son courage et son sang-froid, le 6 juillet 1915, lors de la destruction d'un champ de minesautrichiennes et, le 9 septembre, pendant l'attaque contre une flottille autrichienne au cours de laquelle un torpilleur a été atteint.

 

LABOUREUR Henri - Quartier-maître mécanicien réserviste - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : 29.974-1.

Sujet d'élite, plein d'allant, a subi au Lovcen (Lovtsen ?) de nombreux bombardements en continuant toujours à assurer son service avec le même entrain et une compétence tout à fait exceptionnelle.

 

LABOUS Jean, Guillaume - Premier-maître canonnier -  ; Date : 03/1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Chef de section de la tourelle de 30 AV où, dès le premier coup de canon, la fumée pénètre dans la chambre de tir. Pendant un changement d'objectif, LABOUS ouvre la boîte des soupapes, s'aperçoit qu'une tige est cassée et qu'il n'y a rien à faire. Il fait ouvrir le trou d'embarquement des projectiles du toit de la tourelle et continue le tir. Tombent successivement, aux 3 coups suivants tirés, les servants de culasse, de chariot et de projectiles. Le Premier-maître comme chargeur, avec le Second-maître armurier comme culassier et un canonnier continuent à servir la pièce ; le tir continue ainsi, le personnel de la culasse se trouvant finalement réduit au PM LABOUS, qui charge seul le 11e coup, mais n'a pas la force de fermer la culasse et s'affaisse sur la culasse ouverte.

 

LABROUCHE René, André - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 52.709-5 ; Unité : TURQUOISE (sous-marin).

Lors d'une croisière périlleuse et accidentée, avec le TURQUOISE, en mer de Marmara, au mois d'octobre 1915, a montré un entrain, une endurance, un courage dignes de tout éloge ; a supporté avec dignité les souffrances de la captivité en Turquie, oùcinq de ses camarades ont succombé.

 

LACAZE C.F. - Capitaine de frégate - ; Date : 12/1914 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

A montré de remarquables qualités de commandement, d'énergie et de sang-froid dans l'exécution des travaux permettant à son bâtiment touché par une torpille de rallier en toute sécurité un port allié.

 

LACAZE Charles, François - Capitaine de frégate - ; Date : 03/1917 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

Disparu avec son bâtiment torpillé par un sous-marin ennemi en accomplissant son devoir militaire.

 

LACHAISE Marcel - Matelot fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 13.924-4 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Grièvement blessé à l'avant-bras par l'explosion, a subi avec la plus grande énergie un pansement très douloureux. S'est ensuite jeté à la mer sur l'ordre du médecin, avec les infirmiers et a disparu le 19 mars 1917.

 


LACOMBE Edmond - Lieutenant de vaisseau de l'aviso auxiliaire NORD CAPER

LACHAMP Benoît - Matelot fusilier - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : 60.277-5.

Excellent mitrailleur qui a toujours donné à ses camarades le meilleur exemple ; belle conduite lors des attaques des 10, 11 et 12 mai 1915. Blessé grièvement au cours d'un bombardement le 1er avril 1916 alors qu'il était hors de son abri pour exécuter un service commandé, n'a cessé de montrer le plus grand courage. Plaies multiples.

 

LACHUER Baptiste, Victor - Premier-maître des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Un modèle de courage et d'énergie. Homme d'une très grande valeur professionnelle.

 

LACOMBE Edmond - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 11/1915 ; Unité : NORD CAPER (aviso auxiliaire).

Commandant l'aviso auxiliaire NORD CAPER. A fait preuve de courage, de décision et d'énergie en s'emparant de haute lutte d'une goélette turque portant 43 hommes armés dont 11 officiers et un matériel de guerre important.

 

LACOURREYE Pierre, Armand - Matelot mécanicien - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : 60.020-5 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Brave soldat, volontaire en toutes circonstances pour les missions dangereuses. Chargé au cours des opérations d'octobre 1917, d'établir une liaison téléphonique avec les vagues d'assaut, s'est acquitté de cette mission sous de violents tirs de barrage. Blessé grièvement, le 26 octobre 1917, en faisant son devoir. Une citation.

 

LACOUTURE Bernard - Chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bayonne, 9.037 ; Unité : CARTHAGE (vapeur).

Disparu glorieusement en accomplissant son devoir militaire au cours des opérations des Dardanelles le 4 juillet 1915.

 

LACROIX Pierre - Mécanicien principal de 2e classe - ; Date : 01/1918.

D'un torpilleur d'escadre de la division de Syrie. Officier mécanicien d'une très grande valeur professionnelle : a su faire de son bâtiment, par son zèle et sa compétence, le vrai bâtiment d'un chef d'escadrille toujours prêt pour toutes missions.

 

LADAN Marc - Second-maître torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Audierne, 3.019 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LADAN Marc - Second-maître torpilleur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Audierne, 8.019 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LADONNE Arthur, Erasme, Camille - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 02/1919.

Lieutenant de vaisseau aussi énergique que brave, calme en toute circonstances. Sa connaissance approfondie de l'emploi tactique des mitrailleuses a contribué, pour une grande part, à la prise de l'objectif assigné lors de l'attaque du 14 septembre 1918. Avec un courage au-dessus de tout éloge, a suivi les vagues d'assaut et a été blessé un peu avant d'arriver sur la position ; est resté toute la journée dans un trou d'obus où il a pu prodiguer ses conseils judicieux à l'officier qui prit le commandement après lui pour l'organisation et la défense de la ,position conquise.

 

LADONNE Camille, Erasme, Arthur - Capitaine de corvette - ; Date : 02/1919 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

A la brigade de marins depuis le 30 juillet 1915, a pris à la constitution du bataillon, le 1er décembre 1915, le commandement de la compagnie de mitrailleuses. D'une bravoure sans égale, d'une énergie puissante et d'une abnégation complète, technicien et tecticien estimé, en maintes circonstances a conduit son unité au combat, toujours avec élan et enthousiasme. Blessé une première fois le 31 juillet 1917 à la face, il se fit panser sur place. Le 14 septembre 1918, il reçut sa deuxième blessure qui le força avec beaucoup de regrets à abandonner sa compagnie (amputation d'une jambe).

 

LAE Pierre - Premier-maître canonnier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 3268.

23 ans de service, au front depuis huit mois, déjà proposé 2 fois pour la médaille. Très belle conduite au feu pendant les opérations du 21 au 25 février 1916.

 

LAFARGUE Maurice, Marie, Auguste - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1917 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

Commandant la MARGUERITE VI. A fait preuve des plus belles qualités militaires au cours d'un engagement avec un sous-marin dont il a repoussé l'attaque après que son bâtiment eût subi des avaries graves et que plusieurs hommes de l'équipage eussent été blessés.

 

LAFFITTE Joseph - Quartier-maître électricien T.S.F - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 42.221-5 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

LAFFON Marius - Matelot maître d'hôtel - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Cannes, 949 ; Unité : SALAMBO (chalutier).

Grièvement blessé en accomplissant son devoir militaire lors du torpillage du SALAMBO par un sous-marin ennemi, le 19 avril 1918. A déjà coulé avec le chalutier JEANNE à la suite d'un abordage de nuit avec un cargo anglais.

 

LAFONT - Vétérinaire aide-major - ; Date : 08/1917 ; Unité : 1er régiment d'artillerie de montagne.

Mort en accomplissant son devoir militaire lors de la perte de l'ELOBY torpillé par un sous-marin ennemi.

 

LAGADEC Eugène - Second-maître mécanicien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 83.630-2 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

LAGADEC Henri - Matelot gabier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 10.943 ; Unité : D'ESTREES.

Tué. Se trouvait dans le youyou et le canot à vapeur du d'ESTREES le 18 mai, lorsque ces embarcations ont été attaquées. A gardé, sous un feu très vif et meurtrier, une attitude pleine de calme, de sang-froid et de courage.

 

LAGADEC Jean - Second-maître pilote - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.090 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

LAGADU Yves, Marie - Maître canonnier - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 8.441.

Du front de mer de Nieuport. Officier-marinier dont les mérites exceptionnels se sont affirmés en toutes circonstances depuis le début de la guerre, au cours de ses services dans des batteries actives et journellement bombardées, services qu'il a obtenu de continuer sur sa demande, malgré son âge. S'est imposé à l'admiration de tous par sa vaillante bonne humeur et son énergie inlassable au cours d'actions dangereuses, notamment en mars 1917, en mai 1917 et en mars 1918. Déjà cité à l'ordre des batteries de canonniers-marins le 24 décembre 1915.

 

LAGANNE Jean - Capitaine au long cours - ; Date : 02/1918 ; Quartier/Matricule : Libourne, 33.

A fait preuve, dans sa riposte contre un grand sous-marin de qualités d'énergie et de commandement très réelles et est parvenu à conserver son bâtiment dans des circonstances difficiles.

 

LAGARDERE André - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LAGATHU Yves - Quartier-maître fusilier réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 10.707.

Envoyé en renfort le 3 novembre 1914 dans une tranchée de chasseurs, y est resté 40 heures sans autre abri qu'une tranchée faite par lui-même et sous le feu de l'ennemi. A reçu 6 éclats d'obus dans la jambe gauche.

 

LAGEAT Francisque - Gabier breveté réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Lannion, 5.540.

Très belle conduite sous le feu de l'ennemi au cap Hellès. A su, comme chef d'escouade, prendre un grand ascendant sur le personnel qui lui était confié.

 

LAGET Gabriel - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 45.954-5 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LAGNEL V.P.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Rouen, 76 ; Unité : UTRECHT.

Commandant l'UTRECHT. Blessé grièvement dans un combat contre un sous-marin, a donné un bel exemple d'abnégation et de sacrifice en refusant d'évacuer son bâtiment et en coulant avec lui.

 

LAGNEL Victor - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 05/1918.

Blessé grièvement dans un combat contre un sous-marin, a donné un bel exemple d'abnégation et de sacrifice en refusant d'évacuer son bâtiment et en coulant avec lui.

 

LAGRENEE Maurice, Alexandre - Capitaine de frégate - ; Date : 11/1915.

Commandant un bataillon du 1er régiment de fusiliers-marins. Officier qui réunit de nombreuses annuités et qui a montré dans des circonstances difficiles de belles qualités de commandement. Particulièrement énergique et brave au feu. Chevalier de 1903.

 

LAGRESILLE C.M.P. - Capitaine de vaisseau - ; Date : 1915 ; Unité : CHARLEMAGNE (cuirassé).

A conduit son navire au feu avec la plus grande énergie, malgré son état de santé très défectueux.

 

LAHAYE Guillaume - Maître fusilier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 3.169. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Belle attitude au feu à la brigade des fusiliers-marins. Déjà cité à l'ordre du régiment.

 

LAHUEC Jean-Pierre, Rémy - Matelot sans spécialité - ; Date : 11/1915 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 6.135.

Grièvement blessé le 27 octobre 1914. Belle attitude. Paralysie du bras droit.

 

LALANNE Jean - Matelot canonnier breveté - ; Date : 01/1919 ; Quartier/Matricule : 64.565-5 ; Unité : ALEXANDRA.

Disparu avec son bâtiment, le 8 mars 1918, au cours d'un combat en accomplissant son devoir militaire.

 

LALETTON Joseph, François, Marie - Maître fusilier temporaire - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 3.411.

Sous-officier jeune et actif, à la brigade de marins depuis le début de la campagne. A toujours donné les preuves d'un grand courage personnel et de beaucoup d'intelligence et de sang-froid dans le commandement de sa section de mitrailleuses. Cité à l'ordre du jour de la brigade.

 

LAMARCHE Auguste - Matelot clairon - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Bordeaux, 9.269 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Marin courageux, grièvement blessé à son poste de combat.

 

LAMARQUE Jean - Quartier-maître mécanicien -  ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : 44.318-2 ; Unité : Aviation maritime.

Observateur d'un centre d'aviation. Excellent observateur, a effectué plus de 170 heures de vol en zone ennemie. A attaqué à coups de bombes un sous-marin ennemi à faible hauteur avec intelligence et sang-froid. Déjà cité à l'ordre de l'armée (J.O. du 20 juin 1917).

 

LAMARQUE Jean - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 44.318-5.

Observateur d'hydravion; remplit ses fonctions de mécanicien observateur avec autant d'entrain et de courage. A attaqué brillamment, le 09/05/1917, un sous-marin qu'il a de grandes chances d'avoir coulé. A effectué 62 heures de vol dans la zone ennemie.

 

LAMASSONNE Raoul - Quartier-maître chef de poste T.S.F - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : 42.936-5 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Lors du torpillage du bâtiment, a gardé jusqu'au bout son sang-froid, assurant la transmission d'un dernier télégramme urgent, n'a évacué son poste que lorsque les appareils furent brisés. A puissamment aidé les officiers dans l'organisation des secours.

 

LAMBERT Narcisse, Théodore - Quartier-maître canonnier - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : 97.134-2.

Exemple de courage et de discipline ; mortellement frappé aux côtés de son commandant qu'il avait suivi dans des conditions particulièrement périlleuses.

 

LAMBERT Nercisse - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 97.134-2 ; Unité : WATT.

Exemple de courage et de discipline ; mortellement frappé aux côtés de son commandant qu'il avait suivi dans des conditions particulièrement périlleuses.

 

LAMBERT P.J.A. - Lieutenant de vaisseau - ; Déco. posthume ; Unité : DANTON (cuirassé).

A assuré sur la passerelle l'exécution des ordres du commandant et n'a quitté le bâtiment qu'au dernier moment.

 


LAMER Pierre - Quartier-maître fusilier à bord du BRANLEBAS

LAMBERT Prosper, Jules, Alfred - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1917 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A assuré sur la passerelle l'exécution des ordres du commandant et n'a quitté le bâtiment qu'au dernier moment. Mort pour la France.

 

LAMBERT Victor - Second-maître mécanicien, pilote aviateur - ; Date : 03/1918 ; Quartier/Matricule : 53.832-5 ; Unité : Aviation maritime.

Gradé extrêmement sérieux et de grande valeur, ayant 132 heures de vol ; a attaqué un grand sous-marin ennemi en janvier 1918 lui causant des avaries graves qui peuvent avoir amené la perte de ce bâtiment.

 

LAMER Pierre - Quartier-maître fusilier - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 8.060 ; Unité : BRANLEBAS.

Blessé par l'explosion d'une mine qui a englouti son bâtiment, n'a quitté son poste de veille qu'au moment de l'évacuation. Belle conduite.

 

LAMIER Octave - Quartier-maître électricien T.S.F - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 12.543-4 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Tué à son poste au cours d'un violent combat où son bâtiment a été coulé.

 

LAMOTTE Henri - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 31.044-1 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

LAMOUR Yves - Maître fusilier - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 953.

Sous-officier plein d'activité et d'entrain. Au cours de l'attaque du 16 août 1917, n'a cessé d'encourager ses hommes par sa bonne humeur et son sang-froid, plaisantant sous les obus et le tir des mitrailleuses. A poussé ses pièces en batterie et ouvert le feu avec une remarquable rapidité, coupant la route à un groupe important d'ennemis et assurant ainsi leur capture.

 

LAMOUROUX Gustave - Apprenti marin - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 61.315-5.

Soldat qui a fait preuve de belles qualités militaires. Grièvement blessé en faisant bravement son devoir ; a perdu l'oeil gauche.

 

LANCELIN L.E.R. - Médecin de 1ère classe - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Blessé au feu, en pansant les blessés.

 

LANDRAC Léon, Hippolyte - Premier-maître timonier - ; Date : 02/1918 ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.117.

Commandant un chalutier-dragueur, a montré un entrain brillant dans les dragages toujours périlleux effectués sans discontinuer depuis la fin d'octobre jusqu'à ce jour. A contribué à la destruction de nombreuses mines et a constamment fait preuve dequalités supérieures, tant au point de vue du calme et du sang-froid que dans la conduite de son bâtiment. Homme tout à fait remarquable par son insouciance du danger couru chaque jour.

 

LANDRIEC Eugène, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : Le Croisic, 9.245.

Marin courageux et ardent qui a donné, en toutes circonstances, l'exemple de la plus belle crânerie au feu ; blessé grièvement le 24 mai 1916, au cours d'un violent bombardement a fait preuve d'un moral admirable. Amputé de la cuisse gauche.

 

LANDRY Maurice - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 86.936-2 ; Unité : Brigade de fusiliers-marins.

Etant porteur d'un pli urgent, en qualité d'homme de liaison, a été frappé mortellement, le 17 décembre 1914, a tendu le pli aux marins près de lui en disant : "Pour le capitaine de la 8e compagnie, c'est urgent" puis a expiré.

 

LANDY François - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : D., 5.037 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Faisant partie de l'équipe de sécurité, frappé à son poste de manoeuvre de la chaîne. Mort stoïquement des suites de ses blessures, le 2 novembre 1917, devant Gaza.

 

LANET Thomas - Quartier-maître chauffeur - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.012 ; Unité : DAGUE (torpilleur).

Etant de quart dans les chaufferies lors de l'explosion de la DAGUE, est resté à son poste jusqu'au dernier moment, en exécutant avec le plus grand sang-froid toutes les mesures de sécurité exigées par les circonstances et est mort victime de son dévouement.

 

LANET Thomas - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lorient, 1012 ; Unité : DAGUE (torpilleur).

Etant de quart dans les chaufferies, lors de l'explosion de la DAGUE, le 24 février 1915, est resté à son poste jusqu'au dernier moment en exécutant avec le plus grand sang-froid toutes les mesures de sécurité exigées par les circonstances et est mort victime de son dévouement.

 

LANGLET Jacques - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire, pilote d'hydravion - ; Date : 08/1918 ; Unité : Aviation maritime.

Officier venu de l'infanterie après une blessure et une citation. A toujours montré des qualités remarquables de fermeté et de courage comme pilote et comme chef de section ; obligé d'amérir à la suite d'une panne de moteur au cours d'une patrouilleà grande distance, est resté en dérive pendant onze jours dont quatre en pleine tempête. A souffert cruellement de la faim et de la soif. A enfin atterri sur une côte difficile, n'a cessé au cours de cette épreuve de donner un exemple admirable d'énergie et de valeur professionnelle.

 

LANGLOIS E.F.X. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 04/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Commandant une compagnie de la brigade des fusiliers-marins. Pour son courage et son énergie dans l'organisation d'une position sous le feu de l'ennemi. Blessé sérieusement le 28 mars.

 

LANGLOIS François - Quartier-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A entraîné brillament son escouade à l'assaut d'une tranchée, blessé à l'assaut.

 

LANGONET Eugène - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Binic, 50.074 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

LANGONNE Jean-Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.367. ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

Chef de la section de la tourelle 19 arrière du LATOUCHE-TREVILLE, blessé à son poste, a fait preuve de courage et de sang-froid. A peine pansé est revenu prendre son poste.

 


Alphonse Lantier, maître torpilleur du sous-marin Monge.

LANGRAIS Louis - Mécanicien principal de 2e classe - ; Date : 1916 ; Unité : COMMANDANT RIVIERE (torpilleur).

Officier mécanicien de haute valeur. Dans le combat de nuit du 22 décembre 1916 a fait preuve des plus hautes qualités d'énergie et de sang-froid. A montré beaucoup d'initiative. A pris part à bord du COMMANDANT RIVIERE à toutes les opérations effectuées dans l'Adriatique depuis le début de la guerre.

 

LANNUZEL Albert - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 97.416-2 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

LANNUZEL François - Quartier-maître canonnier - ; Date : 1915 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Chef de la soute de 16, n 6, recevant dans sa soute d'abord des flammes, puis une gargousse enflammée tombant par le puit du monte-charge, a fait évacuer la soute, en est sorti le dernier, a noyé sa soute sans ordre, est allé s'assurer que l'eau arrivait bien dans la soute et n'est allé que plus tard se faire panser une blessure légère à la main, reçue en cassant les vitres du volant de noyage.

 

LANTEUIL Désiré - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cancale, 2.446 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 

LANTIER Alphonse - Maître torpilleur - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.127 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a contribué par sa belle attitude à maintenir le calme et le sang-froid de l'équipage.

 

LANZONI Jean - Premier-maître mécanicien temporaire - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Marseille, 6.849 ; Unité : GALLIA (croiseur auxiliaire).

S'est fait particulièrement remarquer par son sang-froid, son courage et son initiative lors du torpillage du GALLIA. Mort héroïquement, englouti avec son bâtiment.

 

LAOT Alexis - Second-maître électricien - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Rochefort, 5.437 ; Unité : ARCHIMEDE (sous-marin).

N'a cessé d'être un remarquable exemple de valeur militaire ; s'est fait particulièrement remarquer par son sang-froid et ses qualités techniques en réparant les avaries qui se succédaient lorsque l'ARCHIMEDE, en plongée profonde, a été soumis aux attaques des torpilleurs ennemis qui le poursuivaient après qu'il eût coulé un transport de matériel.

 

LAOT François - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.944 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Jeune soldat très courageux et plein d'entrain, s'est fait remarquer par sa belle tenue au feu dans les affaires des 9 et 16 août 1917 et à l'attaque du 26 octobre où il a été blessé grièvement.

 

LAPIERRE René - Canonnier breveté - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 52.532-5 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Tourelle 4. Bien que ne sachant pas nager, a fait preuve du plus grand sang-froid lors de la perte de son bâtiment. Est sorti le dernier de sa tourelle (18 mars 1915).

 


LARDIER M.A. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe du torpilleur CASABIANCA

LAPLANCHE Henri - Matelot sans spécialité - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 107.609-2.

A toujours fait preuve du plus grand courage et du plus complet dévouement. Le 24 décembre 1914, chef de patrouille volontaire, a pénétré dans un village organisé par l'ennemi et en a rapporté des renseignements très précis qui ont permis de préparerl'attaque et d'enlever le village.

 

LAQUENAN (ou LAOUENAN?) Louis - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.403 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Faisait partie de l'armement de la baleinière du PARIS II envoyée capturer une barque sur la côte ennemie. Tué glorieusement à son poste au cours d'un engagement dans lequel le PARIS II a été coulé par le canon ennemi dans le golfe d'Adalia le 13 décembre 1917.

 

LARDIER Charles - Premier-maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.067 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Serviteur d'élite, s'est fait remarquer par son activité et son sang-froid pendant la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Exemple d'abnégation, de fidélité au devoir et de dévouement professionnel, est resté sur le pont arrière pendant que l'eau envahissait le KLEBER pour mettre à la mer un canot dont les garants arrière étaient engagés. Disparu pendant le chavirement.

 

LARDIER M.A. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 06/1915 ; Unité : CASABIANCA (torpilleur).

Officier de manoeuvre du CASABIANCA. A assuré la mise à l'eau du canot dans des circonstances périlleuses et contribué ainsi à sauver une partie de l'équipage, maintenant l'ordre par son sang-froid exceptionnel.

 

LARDIERE Nestor, Roger - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 15.641-4.

Grièvement blessé en portant une caisse de munitions sur la ligne de feu. Cécité avec énucléation de l'oeil droit.

 

LARGE F. L. P. E. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 06/1917.

Cité à l'ordre du jour de la Division des Dardanelles, le 18/05/1915 comme officier de manoeuvre du SUFFREN pour sa belle conduite sous le feu. Animé d'un très bel esprit de devoir a, comme commandant du MAMELUCK donné un exemple remarquable d'énergie, de dévouement et d'abnégation, en continuant à exercer le commandement de son bâtiment jusqu'au moment ou il a été terrassé par une maladie mortelle contractée au cours d'une très dure navigation d'hiver.

 

LARHER Yves, Marie - Second-maître de timonerie - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1632.

D'un froid courage et d'un dévouement à toute épreuve ; observateur consciencieux et remarquable, apprécié de tous les officiers qui ont eu recours à ses services. Est resté à un poste avancé très périlleux et abandonné par les observateurs d'artillerie lourde.

 

LAROCHE Jules, Félix - Second-maître torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.020 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

LARONDE Léon, Emile - Second-maître mécanicien - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 10.683-4 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Chef de quart dans la machine et la chaufferie. Au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, a fait preuve d'initiative, de sang-froid et de courage ; a pris toutes les mesures nécessaires pour permettre jusqu'au bout l'exécution des ordresdu commandant, ne faisant évacuer la machine, puis la chaufferie que devant l'envahissement de la vapeur, des gaz et de l'eau ; ne s'est jeté à la mer que sur l'ordre du commandant, a contribué, pour une large part, au sauvetage des blessés en les encourageant et les aidant sous la fusillade de l'ennemi. Voyant le commandant et deux hommes tous trois gravement blessés, à bout de forces, après quatre heures environ de séjour dans l'eau, est venu mettre à leur disposition l'épave qui le soutenait.A été blessé pendant le combat.

 

LAROQUE J.E. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : La Hougue, 46.

Officier très énergique. En a donné les preuves en défendant courageusement son bâtiment contre un sous-marin. Déjà cité à l'ordre de l'armée.

 

LAROQUE Jules, Ernest - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 01/1917 ; Quartier/Matricule : La Hougue, 46.

A fait preuve de courage, d'énergie et de sang-froid dans sa défense contre un sous-marin qui canonnait son bâtiment. N'a abandonné la lutte qu'après la mise hors de combat de sa pièce de canon et de son armement.

 

LAROUE Pierre - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 55.675-5 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Surpris par le torpillage au moment du changement de quart, a disparu à son poste de combat avec le bâtiment coulant par l'arrière en moins d'une minute, le 12 juillet 1917.

 

LAROUSSE Joseph, Marie, Laurent, Guillaume - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 496.

Pour le sang-froid et l'énergie dont il a fait preuve lors de la destruction de son paquebot par l'ennemi, a réussi, grâce aux dispositions parfaites qu'il avait prises, à assurer le sauvetage de tous ses passagers et de l'équipage.

 

LARRIVE Alexandre, Henri - Premier-maître mécanicien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Toulon, 14.095 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Attaché au service sécurité. Bien que n'étant pas de quart est descendu à son poste et a procédé avec calme, présence d'esprit et initiative à toutes les manoeuvres nécessaires pour l'épuisement et l'étanchéité du bâtiment. N'a évacué qu'au dernier moment après avoir reçu plusieurs fois confirmation de l'ordre.

 


LASSOULAS F. G. - Médecin principal de 2e classe du cuirassé BOUVET

LARROQUE A.G. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours montré les plus belles qualités et donné au feu l'exemple du courage et du sang-froid.

 

LARTIGUE J.J.P. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1915.

Officier très brave et très énergique. Blessé une première fois, est resté à son poste ; a été blessé une seconde fois ; est revenu après guérison, montrant toujours les plus belles qualités militaires et morales.

 
LASSOULAS
F. G. - Médecin principal de 2e classe - ? ; Date : ? ; Unité : BOUVET (cuirassé).

...?

 

LASTENNET François - Matelot fusilier auxiliaire réserviste - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 899.414-2.

Grièvement blessé le 19 octobre 1914 en se portant en avant dans une attaque. Perte de l'oeil droit.

 

LASTRETO Marius, Ernest - Premier-maître patron pilote - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.133.

A participé avec habileté aux opérations de débarquement à Koum Kalé, sous le feu de l'ennemi. A commandé avec énergie et sang-froid son torpilleur dans diverses circonstances où ses missions l'ont exposé au feu très actif des batteries ennemies.

 

LATHAM Henri, Pierre - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1918.

Officier d'une grande énergie et d'une grande bravoure, a attaqué brillamment sous le feu un sous-marin ennemi.

 

LATIL G.H.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 08/1915 ; Unité : HENRI IV.

Plein de vaillance ; blessé comme officier de plage, et ne pouvant plus marcher, a continuer à s'occuper activement de l'opération en cours en dirigeant le poste de signaux. Blessé à nouveau à bord, cinq jours après, est resté à son poste de combat jusqu'à la fin de l'action.

 

LAUNAY A. - Mécanicien principal - ; Date : 04/1915 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

De quart au moment où le LEON GAMBETTA a été frappé par deux torpilles, a pris toutes les mesures que commandait la gravité de la situation. Est monté sur la passerelle prendre les ordres du commandant pour l'évacuation des fonds.

 

LAURENT Edouard - Premier-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Brillante conduite au feu en toutes circonstances et spécialement dans la journée du 10 novembre.

 

LAURENT Gaston - 2e C. Sr - ; Date : 10/1915 ; Unité : 41e S.M.A. du 17e régiment d'artillerie.

A contribué, sous un feu violent , au lancement des radeaux de secours de l'AMIRAL HAMELIN.

 

LAURENT Guillaume - Matelot fusilier breveté - ; Date : 12/1919 ; Quartier/Matricule : Brest, 11.288.

Agent de liaison, blessé grièvement à Hangar (Somme), le 12 avril 1918. Réformé en raison de sa blessure.

 

LAURENT Jean-Louis - Quartier-maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Quimper, 966. ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

Surveillant de 65 arrière à bord du LATOUCHE-TREVILLE, est resté pendant 6 heures sans défaillance à son poste de veille contre les sous-marins, sous le feu violent des batteries ennemies, a été blessé sérieusement.

 

LAURENT - Chauffeur breveté - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : 14.798-4 ; Unité : RIGEL (sloop).

A fait preuve de courage et d'énergie lors du combat du RIGEL contre un sous-marin ennemi, le 2 octobre 1916.

 

LAURIER Octave - Quartier-maître électricien T.S.F - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 12.543-4 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Tué à son poste, le 13 décembre 1917 au cours d'un violent combat où son bâtiment a été coulé.

 

LAUTROU Corentin - Maître mécanicien - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 4.033 ; Unité : INDIEN (croiseur auxiliaire).

Au moment où le bâtiment a été frappé par une torpille, le 8 septembre 1915, a conservé tout son sang-froid et se rendant parfaitement compte de ce qui se passait, a su faire évacuer sans affolement machine et chaufferie, l'ordre en ayant été donné par le commandant. N'a eu que des éloges à recevoir pour sa manière de servir depuis l'armement de l'INDIEN.

 

LAUTROUS Ollivier, François - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.316 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

S'est multiplié pendant les opérations de sauvetage des naufragés de la CITTA DI MESSINA. Quand la FOURCE a été torpillée, est resté jusqu'au bout à côté du commandant, assurant l'exécution de ses ordres. A secouru plusieurs marins en allant chercher pour eux des objets flottants et en les leur portant. A donné l'exemple du calme, de la confiance et de la bonne humeur.

 

LAVAGNE Marius - Télégraphiste - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Marseille, 5.417.

A donné un bel exemple de courageuse initiative et d'énergie lors du torpillage de son bâtiment ; n'a quitté son poste qu'au moment où le bâtiment disparaissait.

 

LAVIEC Lucien - Maître timonier - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 3.591 ; Unité : MAGON (torpilleur).

Blessé sérieusement au cours d'un engagement, a continué à assurer son service après un pansement sommaire. Modèle d'énergie et de conscience militaire.

 

LAYAS Gervais - Chauffeur - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Bayonne, 8.376.

Mort bravement à son poste dans la chaufferie lors du torpillage de son bâtiment.

 

LAYES Jean, Henri - Quartier-maître fusilier temporaire - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : 60.562-5.

Très bon soldat ; grièvement blessé le 29 janvier 1915. Amputé du bras gauche.

 

LAYET Alexandre - Second-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : Dieppe, 907.

Très grièvement blessé par suite de l'explosion d'une mine qui coula son bâtiment.

 

LAYOS Germain - Chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bayonne, 8.376 ; Unité : SEQUANA.

Mort bravement à son poste à la suite du torpillage de son bâtiment, le 8 juin 1917.

 

LAZIOU René - Matelot sans spécialité - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 38.909-1 ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

LE BAIL Joseph, Marie - Quartier-maître timonier réserviste - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 3.953.

Blessé grièvement lors du torpillage de son navire, a toute une nuit, dans une embarcation, par un temps glacial, été pour tous un exemple de courage et d'énergie.

 

LE BARBU Joseph - Maître électricien - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.605.

Très bon officier-marinier, a toujours fait consciencieusement son service et s'est montré courageux sous le feu de l'ennemi. Déjà proposé, s'est acquis de nouveaux titres.

 

LE BARCH Marcel - Maître de manoeuvre - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : Auray, 6.346 ; Unité : SOMME II (chalutier).

A fait preuve de belles qualités de sang-froid au cours d'un engagement d'une heure avec un sous-marin ennemi. A été pour son commandant un auxiliaire précieux.

 

LE BARON E.L.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 03/1916 ; Unité : SAVOIE.

A commandé un groupe d'embarcations chargées de troupes le 25 avril 1915, lors du débarquement de vive force à Koum Kalé (Dardanelles) durant lequel il a fait preuve d'une très belle tenue au feu. A montré le plus grand calme, beaucoup de sang-froid,d'énergie et de courage lors de l'attaque de la SAVOIE tandis que ce bâtiment participait à l'évacuation de l'armée serbe.

 

LE BARS Alain - Matelot canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 99.346-2 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A donné l'exemple du plus grand calme et d'un parfait sang-froid pendant le combat et lors de la perte de son bâtiment (18 mars 1915).

 

LE BARS Pierre - Second-maître canonnier - ; Date : 03/1918 ; Quartier/Matricule : 90.694-2.

Au cours de l'évacuation très pénible de son bâtiment torpillé, s'est signalé par un courage et un dévouement exceptionnels ; blessé.

 

LE BAYON Auguste, Pierre, Marie - Second-maître timonier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.454.

Grièvement blessé à l'épaule à son poste de combat, belle conduite. Déjà cité à l'ordre de la Brigade.

 

LE BELLE Auguste, François - Quartier-maître fusilier - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A traversé une rivière pour aller faire sauter la porte d'une éclusette située à quelques mètres des tranchées allemandes.

 

LE BERRE Auguste - Quartier-maître canonnier - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : 97.088-2 ; Unité : NORMANDY (goélette).

S'est bravement conduit au cours d'un combat meurtrier contre un sous-marin.

 

LE BERRE Pierre - Matelot - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Quimper, 10.313.

A fait preuve, lors de l'attaque du KORNSE, de remarquables qualités de bravoure et d'énergie.

 

LE BERRIGAUD Henri - Second-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.239. ; Unité : MARIUS CHAMBON (dragueur).

A montré le plus grand courage ; malgré une blessure douloureuse causée par un éclat d'obus, est resté à son poste sur la passerelle et a continué à assurer son service avec le même sang-froid.

 


LE BIGOT J. J. G. - Lieutenant de vaisseau à la brigade des fusiliers-marins

LE BERT Alexandre - Matelot fusilier - ; Date : 12/1919 ; Quartier/Matricule : 39.536-1.

Excellent soldat, a fait preuve d'une vaillance remarquable à l'attaque des défenses ennemies, le 14 septembre 1918. A été grièvement blessé, réformé en raison de sa blessure.

 

LE BIAN Jean-Louis - Second-maître fusilier réserviste - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 21.304. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Malgré son âge (49 ans) et son état de santé précaire, n'a cessé depuis le début de la campagne de montrer les plus grand dévouement, bravant le danger en face de l'ennemi en plusieurs circonstances et donnant à ses subordonnés un exemple constant decourage et de volonté.

 

LE BIGOT J. J. G. - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 06/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier d'une énergie et d'un dévouement inlassable depuis 7 mois qu'il est à la brigade ; a montré de belles qualités d'initiative en se portant, sans ordres, le 9 mai, en un point où la ligne par suite des évênements de la journée, présentait unesolution de continuité dangereuse.

 

LE BIHAN Francis - Matelot sans spécialité - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Vannes, 8.032 ; Unité : KERYADO (dragueur).

Unique survivant d'un chalutier torpillé en pleine nuit, est resté pendant 15 heures à la mer avant d'être secouru, a fait preuve du plus beau courage en soutenant sur une épave le commandant et le second de ce bâtiment et un de ses camarades qui onttous trois disparu peu après l'accident.

 

LE BLANC Jules, Victor, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 06/1916 ; Quartier/Matricule : 23.784-1.

Très grièvement blessé le 21 mai 1916 au cours d'un bombardement intense. A fait preuve d'un magnifique courage en chantant "La Marseillaise" au milieu des plus cruelles souffrances.

 

LE BLAY Pierre - Maître pilote - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Binic, 4.544 ; Unité : RENARD (chalutier).

Officier marinier rempli des plus belles qualités militaires, infatigable et plein d'entrain. S'est brillamment conduit au cours de plusieurs engagements avec des chalutiers ennemis. Déjà cité à l'ordre de la brigade pour le motif suivant : « A fait preuve, les 27 octobre, 23 et 30 novembre 1916, au cours d'attaque contre les sous-marins ennemis, de qualités de décision et de sang-froid. A atteint à 200 mètres un sous-marin ennemi auquel il a certainement causé des avaries importantes. Disparu avec son bâtiment coulé par une mine le 19 octobre 1917 ».

 

LE BLAY Victor - Matelot sans spécialité - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Auray, 2.732. ; Unité : 1ère batterie de canonniers-marins.

Excellent serviteur grièvement blessé, a subi l'amputation de la jambe.

 

LE BLOA Michel, Pierre - Quartier-maître de manoeuvre, pilote d'hydravion - ; Date : 03/1918 ; Quartier/Matricule : Lorient, 9.817 ; Unité : Aviation maritime.

Pour l'initiative et l'habileté professionnelle dont il a fait preuve dans l'attaque d'un sous-marin ennemi qui aparit avoir été atteint. 298 heures de vol en zone ennemie.

 

LE BLOUCH Joseph - Quartier-maître canonnier - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Vannes, 626 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Est resté dans l'eau pendant 13 heures, a par ses efforts et son énergie aidé au sauvetage de plusieurs hommes de l'équipage en réunissant les épaves pour les soutenir.

 

LE BOLES E. - Officier des équipages de la flotte -  ; Date : 06/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Déjà cité à l'ordre de l'armée : a tenu toute une journée dans une position bouleversée par les obus de gros calibres ; a été enseveli sous les décombres sans que son énergie eût faibli un instant. Gravement contusionné, n'a quitté ce poste dangereuxqu'à l'arrivée des renforts.

 

LE BON Eugène - Matelot - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 50.306 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Excellent marin à tous points de vue, discipliné, dévoué. Gravement intoxiqué au cours d'un bombardement par obus toxiques, a fait l'admiration de tous par son courage et son mépris de la douleur.

 

LE BON Gabriel - Second-maître mécanicien - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 4.426 ; Unité : TURQUOISE (sous-marin).

Embarqué sur un sous-marin pendant une dure croisière dans les eaux territoriales ennemies, s'est dépensé sans compter pour effectuer les nombreuses opérations nécessitées par des avaries de matériel.

 

LE BON Victor - Quartier-maître de timonerie - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : île de Ré, 2.172. ; Unité : FOUDRE (croiseur).

Très belle conduite ; a assuré à Koum-Kaleh à un poste de signaux à terre très exposé les communications entre les troupes de débarquement et les bâtiments, manifestant le plus grand courage et un mépris absolu du danger.

 

LE BONJOUR Jean, Marie - Matelot sans spécialité -  ; Date : 04/1919 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 6.609 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Au front depuis octobre 1915. Marin intrépide n'ayant jamais peur et ne manquant jamais de présence d'esprit. Grenadier d'élite, a dans toutes les actions du bataillon payé de sa personne et favorisé les résultats militaires. Dans les Flandres, dansla Somme et dans l'Aisne, on le trouve dans la plupart des patrouilles dont il est l'âme. Une blessure ; déjà cité.

 

LE BORGNE Allain, Auguste - Premier-maître timonier - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.517 ; Unité : BARBUE (chalutier).

A fait preuve des plus belles qualités de courage et de décision lors d'une rencontre avec un sous-marin ennemi en marchant résolument sur lui pour l'aborder en essuyant son feu, alors qu'il était privé lui-même de son artillerie par suite d'avarie àson unique canon, et par cette attitude énergique a obligé l'ennemi à abandonner le combat, préservant ainsi un bâtiment de commerce d'une destruction certaine et sauvant son équipage.

 

LE BORGNE Jean-Marie - Second-maître canonnier - ; Date : 10/1915 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

A fait de nombreuses opérations dans les eaux ennemies, a pris part à deux attaques de sous-marins au large. Le 20 octobre 1915, améri avec trois cylindres avariés et n'étant armé que d'un pistolet Mauser, a été attaqué par un avion ennemi armé d'unemitrailleuse qu'il a forcé au bout d'un quart d'heure de combat à s'enfuir vers la côte. A réussi ensuite à remettre son appareil en marche son moteur avarié et a ramené dans nos eaux son appareil percé de balles. Déjà cité à l'ordre du jour de la brigade.

 

LE BORGNE Vincent - Matelot - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 7.260 ; Unité : SAINT MATHIEU.

Grièvement blessé au cours d'un violent combat contre un sous-marin. Disparu au cours de l'évacuation, le 6 janvier 1918.

 

LE BORGNE DE KERAMBOSQUER Henri - Sous-lieutenant, pilote aviateur - ; Date : 06/1917.

Courageux et plein d'entrain. A pris part à de nombreuses opérations sur les fronts de terre et de mer. A effectué de nombreuses sorties à la poursuite des sous-marins, dans des conditions souvent périlleuses. A trouvé la mort au cours d'une reconnaissance dans un amérissage en pleine brume.

 

LE BOT Claude, Marie - Quartier-maître infirmier - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 11.280.

D'un dévouement absolu, d'un courage et d'un sang-froid remarquables. Le 2 juillet 1917, est sorti de son abri sous un violent bombardement pour se porter au secours d'un blessé et a été lui-même très grièvement atteint alors qu'il prodiguait des soins.

 

LE BOT François - Premier-maître charpentier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.338 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Attitude parfaite, s'est porté à l'incendie dans les premiers et a fait preuve, pour le combattre, de sang-froid, d'énergie et de la plus intelligente initiative. (18 mars 1915).

 

LE BOT François, Marie - Quartier-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 94.416-2 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE BOT Pierre, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 10.440.

Excellent chef de section. Grièvement blessé.

 

LE BOULANGER Joseph - Second-maître de timonerie - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Grand sang-froid au feu, blessé en conduisant sa demi-section au feu.

 

LE BOULCH Jean - Matelot mécanicien - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : 28.130-3. ; Unité : ARBALETE.

Au cours du sauvetage des naufragés du YARRA, s'est jeté à la mer pour sauver le commandant et l'embarquer dans son embarcation. A reçu des contusions thoraciques en opérant le sauvetage.

 

LE BOURDONNEC Eugène - Maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.282 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Resté sur le pont pour le maintien de l'ordre, a disparu entraîné par le bâtiment coulant par l'arrière, en moins d'une minute, le 12 juillet 1917.

 

LE BOURHIS Désiré - Matelot gabier, breveté - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 2.934. ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse, sous le feu de l'ennemi. Grièvement blessé.

 

LE BOURRIS - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LE BRAND Raphaël - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : 10.038-3.

Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

LE BRAS Jean-Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.118 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Au cours de l'engagement de la nuit du 19-20 mai 1917, tous ses compagnons d'armement de la pièce de 10 avant étant tués ou grièvement blessés, est resté bravement à son poste, chargeant et pointant la pièce.

 

LE BRAS Joseph - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 107.976-2.

S'est brillamment comporté au feu en toutes circonstances. Grièvement blessé étant en sentinelle à un poste avancé. Perte de la vision de l'oeil gauche.

 

LE BRAS Joseph, Ludovic, Marie - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Lannion, 5.636 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

A fait preuve de courage et d'énergie lors du torpillage de l'ARIANE.

 

LE BRAS Marcel - Matelot fusilier breveté - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 111.285-2.

Blessé au pied par un éclat d'obus pendant l'engagement de son bâtiment avec un sous-marin ennemi, est revenu prendre son poste à sa pièce avant de se faire panser, et a assuré le service de sa pièce jusqu'à la fin du combat, malgré une douleur trèsvive et une abondante perte de sang.

 

LE BRET Albert, Louis - Matelot gabier - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 2.581. ; Unité : ENSEIGNE HENRY (torpilleur).

Patron du youyou de l'ENSEIGNE HENRY, au cours du sauvetage des survivants de l'ATHOS, s'est jeté à la mer tout habillé et sans ceinture de sauvetage pour porter secours à un homme qui allait couler.

 

LE BRETON F.C.C.H. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 08/1915 ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

Très belle conduite dans une embarcation pendant le réembarquement des troupes sous le feu de l'ennemi. Excellent officier de tir.

 

LE BRETON Gustave - Matelot gabier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Quimper, 7.803 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE BRETON J.J.H. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

D'un entrain et d'un courage merveilleux, insouciant du danger. L'enseigne de vaisseau LE BRETON avait brillamment entraîné son peloton de mitrailleuses derrière les premières vagues d'attaque et s'occupait à mettre ses pièces en batterie sur les positions conquises, lorsqu'il fut frappé à bout portant par un ennemi qui surgit brusquement, et tomba glorieusement face à l'ennemi.

 

LE BRETON Jean - Premier-maître de mousqueterie - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Blessé le 24 octobre,a pris le commandement de la compagnie, les officiers étant tués ou blessés. C'est grâce surtout à sa fermeté et à son courage qu'on a pu enrayer un commencement de fléchissement dans les tranchées le 28 octobre.

 

LE BRETON Jean, Joseph, Henri - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 02/1919.

D'un entrain et d'un courage merveilleux, insouciant du danger. L'enseigne de vaisseau LE BRETON avait brillamment entraîné son peloton de mitrailleuses derrière les premières vagues d'attaque et s'occupait à mettre ses pièces en batterie sur les positions conquises, lorsqu'il fut frappé à bout portant par un ennemi qui surgit brusquement, et tomba glorieusement face à l'ennemi.

 

LE BRETON Y.M. - Matelot canonnier - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.982 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Grièvement blessé au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi, a fait preuve du plus beau courage en venant de lui-même reprendre son poste à sa pièce au moment de l'ouverture du feu.

 

LE BRETON Yves - Matelot fusilier - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : 98.966-2. ; Unité : VERGNIAUD.

Grièvement blessé, a montré au feu le plus grand courage et du sang-froid.

 

LE BRIS François - Matelot sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Lannion, 5.745.

Excellent serviteur. Perte de trois doigts de la main droite.

 

LE BUHE Olivier - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 04/1916 ; Unité : SAINT CORENTIN (dragueur).

Commandant un dragueur. Persuadé qu'il se trouvait en présence d'un sous-marin tentant de mouiller des mines dans une passe, a fait une exploration hardie au cours de laquelle son navire a heurté une mine et a sombré instantanément. A, par son sang-froid et son énergie, maintenu le courage des survivants jusqu'à l'arrivée des secours ; a soutenu et réussi à sauver deux blessés.

 

LE CAIGNEC Louis, François - Quartier-maître fusilier réserviste - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : 21.503-3. ; Unité : Aviation maritime.

Pointeur d'avion canon adroit et courageux, ayant pris part à de nombreuses opérations depuis 7 mois. A attaqué, le 5 février 1916, un drachen ennemi sur lequel il a tiré 10 obus incendiaires et qu'il a incendié, grâce à son habileté. Est rentré dansnos lignes au milieu d'une violente canonnade avec un avion, portant 14 atteintes et ayant ses vêtements traversés par un éclat.

 

LE CALLAIS Henri, Auguste, Jean - Premier-maître timonier - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Dinan, 818 ; Unité : RENAUDIN (torpilleur).

A fait preuve du plus grand sang-froid au moment de l'attaque de son bâtiment par un sous-marin ennemi et d'énergie physique et morale après la perte du bâtiment.

 

LE CALVE Etienne, Victor - Maître fusilier -  ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Brest n 6.634. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Belle attitude au feu à la brigade des fusiliers-marins. Déjà cité à l'ordre du corps d'armée.

 

LE CALVEZ Ange, Marie - Capitaine au long cours - ; Date : 05/1916.

23 ans, 3 mois de services ; a montré en maintes occasions les plus belles qualités manoeuvrières au cours des opérations au cap Hellès et a fait preuve de décision et d'autorité lors de la destruction de son bâtiment par un sous-marin ennemi ; a sauvé par sa présence d'esprit les passagers embarqués à son bord.

 

LE CAROU Yves, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : Lannion, 3.658.

Conduite exemplaire. Grièvement blessé le 10 novembre 1914 au bras gauche.

 

LE CARVENNEC Charles - Quartier-maître électricien, T.S.F - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 20.927 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

LE CHALONY L.M. - Matelot de 3e classe sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 103.911-2.

Blessé au cours d'une attaque allemande le 24 octobre 1914. A été amputé de la cuisse droite. A eu une belle tenue au feu.

 

LE CHAPONNIER Eugène - Second-maître canonnier - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.739.

Grièvement blessé au cours d'un engagement de son bâtiment avec des torpilleurs ennemis.

 

LE CHEVALIER Charles - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 11/1916 ; Unité : BURDIGALA (croiseur auxiliaire).

Officier de manoeuvre du BURDIGALA. S'est rendu sur la passerelle aussitôt que le bâtiment fut frappé par la torpille. A assisté le commandant dans la manoeuvre du bâtiment. A montré les plus belles qualités de sang-froid et n'a quitté le bord qu'autout dernier moment.

 

LE CHEVER Louis, François - Premier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Rouen, 11.478 ; Unité : DANTON (cuirassé).

S'est multiplié sur la passerelle pour assurer la transmission des ordres du commandant, est allé s'assurer lui-même de leur exécution dans les fonds du bâtiments. Disparu avec le bâtiment le 19 mars 1917.

 

LE CHUITON F.M. - Mécanicien en chef - ; Date : 12/1914 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

En vue de reconnaître les qualités de commandement, d'énergie et de sang-froid dont il a fait preuve au cours du torpillage du bâtiment.

 

LE CLECH Eugène, Léon, Michel - Mécanicien principal de 2e classe - ; Date : 1917.

D'un torpilleur d'escadre : a assuré par l'exécution rapide des ordres, la souplesse d'évolution qui a permis à son torpilleur de détruire un sous-marin.

 

LE COHELEACH Georges, Marie - Capitaine au cabotage -  ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Vannes, 557.

Courage, énergie et audace remarquables au cours d'une violent combat contre un sous-marin. N'a évacué qu'à la dernière extrémité, ne pouvant plus combattre faute de personnel. Déjà cité à l'ordre du corps d'armée, le 13 septembre 1917.

 

LE COLLINET Théodore - Chauffeur breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Dinan, 1.988 ; Unité : RIGEL (sloop).

Disparu glorieusement en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat soutenu par le RIGEL contre un sous-marin ennemi, le 2 octobre 1916.

 

LE COQ Joseph, Marie - Matelot canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 106.527-2 (3?) ; Unité : COMMANDANT RIVIERE (torpilleur).

Tué glorieusement à son poste de combat, dans la nuit du 22 décembre 1916, au cours d'une opération de guerre.

 

LE COQ Mathurin - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LE CORRE Julien - Premier-maître fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.243.

Chef de section, a fait preuve de courage dans des circonstances périlleuses. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE CORRE Louis - Matelot électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 97.807-2 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LE CORRE - Maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Lannion, 195 ; Unité : GOELAND III (chalutier).

D'un patrouilleur : a appareillé le bâtiment sous le feu efficace de l'ennemi le sauvant d'une perte certaine.

 

LE COURTOIS P.F.M. - Capitaine de frégate - ; Date : 1915 ; Unité : Flottille des dragueurs.

Commandant la flottille des dragueurs. Payé de sa personne, donne à tous le plus bel exemple d'énergie, de courage et de sang froid, en même temps qu'il fait preuve de grandes qualités de commandement.

 

LE COURTOIS DU MANOIR J. - Enseigne de vaisseau - ; Date : 10/1916 ; Unité : GALLIA (croiseur auxiliaire).

Officier en second. A fait preuve, lors du torpillage du GALLIA par un sous-marin ennemi, de belles qualités d'initiative et de sang-froid. A assuré l'évacuation du personnel jusqu'à la disparition du bâtiment.

 

LE COZ Alexandre - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.026 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Corfou.

Excellent pilote d'hydravion ayant exécuté de nombreux vols de recherche de sous-marins ; a trouvé la mort, le 7 août 1917, en manoeuvrant pour amérir.

 

LE COZ Alexandre, Jean, Guillaume - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Audierne, 6.026 ; Unité : Aviation maritime.

D'un centre d'aviation. Excellent pilote d'hydravion, ayant exécuté de nombreux vols de recherches de sous-marins, a trouvé la mort en manoeuvrant pour amérir.

 

LE CREURER Yves, Jacques - Second-maître timonier, pilote aviateur - ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : 89.626-2 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Pilote énergique et courageux. A repris son service aussitôt remis d'un accident grave qui avait mis sa vie en danger. S'est distingué ensuite au cours de près de 40 opérations dans la zone ennemie, notamment le 6 avril 1917, en attaquant un sous-marin sous le feu violent des batteries de Zeebrugge.

 

LE CREURER Yves, Jacques - Maître timonier, pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 27.036 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Dunkerque.

Pilote aviateur plein d'allant et de courage, mortellement blessé au cours d'un combat aérien contre des avions terrestres supérieurs en nombre ; 130 heures de vol dans la zone ennemie.

 

LE CUNFF Jacques - Matelot chauffeur - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Lannion, 3.546 ; Unité : ANJOU (dragueur).

De service dans la chaufferie au moment où l'ANJOU heurtait une mine, a exécuté avec calme et jusqu'au dernier moment les manoeuvres prescrites. N'a évacué la chaufferie que sur ordre formel, après avoir pris les dernières mesures de sécurité nécessaires.

 

LE DAIGRE Pierre, Julien - Second-maître timonier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 9.357. ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

A pris part sur la passerelle à tous les combats du LATOUCHE-TREVILLE dans les Dardanelles. A fait montre, en de nombreuses circonstances, de très belles qualités de courage et a constamment rendu de précieux services par son zèle, son savoir et sonintelligence.

 

LE DALL Prosper - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 93.965-2 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

LE DAUPHIN - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 08/1915 ; Unité : DUPLEIX.

Promu depuis officier de 4e classe des équipages de la flotte. S'est avancé à découvert, sous le feu de l'ennemi, pour lancer une amarre à un canot ramenant des blessés et dont la situation était critique.

 

LE DELLIOU Théodore, François, Joseph, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 11/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 9.859.

Excellent chef d'escouade, plein de bravoure. Grièvement blessé le 7 novembre 1914.

 

LE DEVEHAT Gabriel - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 24.606-3 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

Couché à l'infirmerie et réveillé par l'explosion, s'est rendu sur l'arrière, a aidé à mettre les radeaux à la mer, puis étant sur un radeau s'est jeté plusieurs fois à l'eau pour sauver ses camarades et l'aspirant BONNISSENT.

 

LE DIGABEL Mathurin - Matelot fusilier auxiliaire réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.412.

Excellent serviteur. Grièvement blessé. Amputé du bras droit.

 

LE DIRAISON Alphonse, Louis - Officier de 2e classe des équipages de la flotte, fusilier - ; Date : 08/1918 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Officier des équipages, énergiques et brave : au front depuis le 2 avril 1915, a toujours fait preuve de qualités militaires. Très belle conduite au feu dans toutes les opérations du bataillon de fusiliers-marins auxquelles il a pris part. Déjà cité à l'ordre de la division et du régiment.

 

LE DONGE Jean - Matelot chauffeur - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : Quimper, 1.427 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

De l'équipe de réparations, au cours d'un vif combat où son bâtiment a été coulé, est resté à bord sous un feu violent, jusqu'à ce que le commandant donne l'ordre de se jeter à la mer. Ayant vu le commandant et deux hommes tous trois grièvement blessés, à bout de forces, après un séjour dan l'eau de plus de quatre heures, est venu mettre à leur disposition l'épave qui le soutenait ; ne s'est rendu à terre que sur l'ordre du commandant, après plusieurs heures de séjour dans l'eau. A fait preuve du plus beau moral en captivité. A été blessé pendant le combat.

 

LE DOUAIRON Noël - Second-maître canonnier -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.303.

Projeté en l'air par l'explosion ; à peine sauvé, s'est occuper de rassembler les survivants et d'en faire l'appel. A montré dans le commandement d'une fraction du détachement les plus solides qualités. Déjà cité à l'ordre du corps d'armée en septembre 1915 à bord de la PATRIE.

 

LE DOUCET F.L.C. - Lieutenant de vaisseau - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Brillante conduite dans un combat où il a trouvé la mort en repoussant un assaut.

 

LE DOZE J.M.R. - Officier d'administration de 1ère classe du Commissariat et de Santé - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier à l'ambulance n 1 de la brigade de fusiliers-marins : figurait au tableau de concours de 1914. S'est acquis de nouveaux titres par les services rendus depuis le début de la campagne.

 

LE DREAU Nonna, Anne, Marie - Matelot fusilier breveté réserviste - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Quimper, 10.861.

Très bon marin, très courageux. Grièvement blessé le 10 mai 1915. Raccourcissement de la jambe droite.

 

LE DREZEN Jacques - Matelot fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 108.406-2 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 

LE DRIANT Jules, Marie, Joseph - Second-maître fusilier - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 7.098.

D'un torpilleur d'escadre : a largement contribué, par son sang-froid et son énergie, a assurer le succès de son torpilleur dans son attaque d'un sous-marin.

 

LE DUC Claude, Marie - Second-maître charpentier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 3.280 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE DUC J.V.H. - Maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.057 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE DUC Maurice, Athanase - Lieutenant de vaisseau -  ; Date : 03/1917 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Adjudant-major d'un régiment. Officier de tout premier ordre. A fait preuve d'un grand courage et d'une grande activité. S'est offert spontanément pour remplir plusieurs missions périlleuses. Déjà cité à l'ordre du jour pour le même motif.

 

LE DUC Yves - Second-maître d'équipage - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 1.424.

Mort victime de son dévouement en concourant à l'organisation du sauvetage de l'équipage de son bâtiment torpillé.

 

LE DUC Yves - Second-maître - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Morlaix, 1.424 ; Unité : AMIRAL OLRY.

Mort victime de son dévouement en concourant à l'organisation du sauvetage de l'équipage de son bâtiment torpillé, le 1er septembre 1917.

 

LE DUIC Vincent, Dominique - Matelot fusilier auxiliaire - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 3.134 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

N'a cessé d'encourager ses camarades après le torpillage du bâtiment par un sous-marin ennemi. A, par sa belle attitude, contribué à relever le moral des naufragés.

 

LE DUOT Pierre - Quartier-maître infirmier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 101.063-2 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Modèle de bravoure et de dévouement ; disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

LE FAUVE Ernest - Capitaine au long cours - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Grandville, 187 ; Unité : KLEBER (voilier trois-mâts).

Capitaine du trois-mâts KLEBER. A donné l'exemple du courage à son équipage en acceptant la lutte avec un sous-marin supérieurement armé. Tués à son poste. (Journal officiel du 3 octobre 1917).

 

LE FAUVE Ernest - Maître au cabotage - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Granville, 187 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Capitaine du trois-mâts goélette KLEBER. A donné l'exemple du courage à son équipage en acceptant la lutte avec un sous-marin supérieurement armé. Tué à son poste.

 

LE FEUILLIC François, Joseph - Premier-maître fusilier - ; Date : 08/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 662.

Chef de section brave et énergique qui a toujours donné à ses hommes l'exemple du devoir, notamment dans la nuit du 9 au 10 mai, en restant avec eux aux points les plus dangereux sous un bombardement violent et précis. S'est exposé sans compter en cette occasion, faisant preuve des plus belles qualités militaires.

 

LE FLAMAND Alphonse - Matelot - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : 33.182-1 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Admirable d'énergie, de sang-froid et de gaité pendant le naufrage de la FOURCHE, a répété à plusieurs reprises de signaler aux torpilleurs de ne pas stopper pour recueillir les sinistrés, un sous-marin ennemi pouvant se trouver dans les parages.

 

LE FLOCH Armand, Joseph - Matelot de 3e classe sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 41.124.

Très grièvement blessé au thorax le 19 octobre 1914.

 

LE FLOCH François - Quartier-maître fusilier réserviste en sursis - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.310.

Pour l'énergie et les qualités de pointeur dont il a fait preuve en forçant un sous-marin à plonger.

 

LE FLOCH François, Marie - Maître canonnier - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : Auray, 6.245.

24 ans de services, 4 propositions de médaille. Excellent et dévoué serviteur, a dirigé pendant quatre jours de bataille son peloton de pièce avec la plus grande énergie dans un ouvrage peu protégé et violemment bombardé. Grand sang-froid et très belle tenue au feu.

 

LE FLOCH Julien, Marie - Maître fusilier temporaire - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 6.440. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Gradé de grande valeur, commandait avec la plus grande fermeté une section de mitrailleuses. A été grièvement blessé par les éclats d'une torpille.

 

LE FOLGOC Louis - Canonnier breveté - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 22.221-3 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Pointeur à la tourelle de 30 AV. A aidé le premier-maître LABOUS à assurer le tir de la tourelle, pendant que ses camarades tombaient successivement asphyxiés après avarie du marbec. Est finalement resté seul avec BOUCHON pour fermer la culasse au 11e coup (18 mars 1915).

 

LE FOLL Jean, François - Quartier-maître canonnier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 10.863 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Tué le 6 août 1917 en accomplissant son devoir au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 

LE FORMAL Aristide, Vincent - Premier-maître mécanicien - ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.042.

A fait preuve de décision et de sang-froid dans la recherche et l'attaque d'un sous-marin ennemi.

 

LE FORRNOUR Jean, Marie - Second-maître mécanicien - ; Date : 12/1920 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.631 ; Unité : SCARPE.

Excellent chef de section à la brigade de marins, blessé le 22 décembre 1914, à Steenstraete. S'est encore fait remarquer par sa bravoure et son entrain à la défense d'une importante position maritime. Par les bonnes dispositions qu'il a prises, a évité des pertes à son détachement.

 

LE FORT Victor - Matelot chauffeur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 1.961 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

LE FRANC Fernand - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 34.436-1 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Corfou.

A disparu glorieusement, le 7 octobre 1916, en combattant un sous-marin qu'il avait attaqué sous son feu à faible hauteur. N'avait cessé de montrer, en toutes circonstances, les plus belles qualités d'entrain, de sang-froid et de courage.

 


LE FUR Louis - Maître canonnier du cuirassé BOUVET

LE FRANC P.M.E.A. - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 12/1915 ; Unité : BRANLEBAS.

Second du BRANLEBAS. A dirigé avec beaucoup d'intelligence et de sang-froid les différentes manoeuvres tentées pour sauver son bâtiment qui venait de sauter sur une mine, et le personnel. Déjà titulaire d'une proposition extraordinaire pour Chevalierde la légion d'honneur pour faits de guerre.

 

LE FRANCOIS Jean - Premier-maître électricien -  ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.004 ; Unité : FRESNEL (sous-marin).

Son bâtiment étant échoué, a fait exécuter avec le plus grand calme, sous le feu de l'ennemi, les ordres de ses supérieurs. L'embarcation avec laquelle il était parti chercher du renfort ayant été canonnée et atteinte par un obus, y est resté à soutenir un de ses hommes mortellement blessé.

 

LE FUR François, Joseph - Matelot de 3e classe - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 22.465-3.

A fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid. Très grièvement blessé, le 13 mai 1917, dans l'accomplissement de son devoir.

 

LE FUR Laurent - Maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Vannes, 520 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a travaillé avec le plus grand sang-froid jusqu'au dernier moment pour assurer le fonctionnement des appareils électriques du bord. Plusieurs propositions antérieures.

 

LE FUR Louis - Maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 1.693 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

Chef de section de la tourelle de 27 babord. A maintenu pendant tout le combat la régularité du tir et le bon fonctionnement de sa pièce qui, après avarie de 30 AV, a réduit au silence les forts ennemis. A maintenu le plus grand calme dans l'armement.

 

LE FUR Pierre, Marie - Maître de manoeuvre - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.023 ; Unité : MONTAIGNE (patrouilleur).

Lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis, a remplacé le commandant tué et fait avec jugement et sang-froid tout ce qu'il était possible de faire pour mener à la côte le navire désemparé et coulant bas. A évacué et sauvé tous leshommes valides et blessés et a quitté le bâtiment le dernier au moment où il sombrait.

 

LE GAIGNOUX Joseph - Quartier-maître timonier - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 4.853 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LE GALL A. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours montré les plus belles qualités et donné au feu l'exemple du courage et du sang-froid.

 

LE GALL Corentin - Quartier-maître fourrier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 100.935-2 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

A spontanément composé l'armement de la baleinière amenée aux poste de combat, sous le feu de l'ennemi, pour aller au secours des survivants du BOUVET.

 

LE GALL Edouard - Fusilier breveté - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 32.599-1.

S'est particulièrement distingué par son courage et son dévouement lors du déchargement d'un vapeur à Antivari sous le feu de l'ennemi et dans des circonstances difficiles, n'a pas hésité à se jetter à la mer au milieu de la nuit pour sauver un hommetombé entre le vapeur et le quai.

 

LE GALL F. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 09/1915 ; Unité : ORIFLAMME.

Commandant l'ORIFLAMME et la section de torpilleurs d'escadre qui a combattu et coulé un destoyer allemand. Officier actif et intelligent. Dans cette rencontre de nuit, le commandant LE GALL a montré du coup d'oeil et beaucoup de sang-froid. La manoeuvre qu'il a faite pour engager le combat en a vraisemblablement entraîné ne succès.

 

LE GALL François - Matelot torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 11.279 ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Tué à son poste, le 15 mai 1917, sur le BOUTEFEU, au cours d'une opération de guerre.

 

LE GALL Jean - Premier-maître canonnier - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 944 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

A donné le plus bel exemple de calme et de sang-froid dans l'organisation du sauvetage de l'équipage pendant la période critique qui a précédé le chavirement du bâtiment et pendant le sauvetage lui-même.

 

LE GALL Jean, François, Marie - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 11/1916 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 14.403. ; Unité : ALBATROS.

Marin d'élite, tué à son poste de combat lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis.

 

LE GALL Jean, Marie - Quartier-maître fusilier, pilote aviateur - ; Date : 04/1920 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 11.596.

Tué à l'ennemi à El-Erich, le 28 janvier 1915, à la suite d'une reconnaissance en avion.

 

LE GALL Louis - Second-maître pilote aviateur - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 93.897-2 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravions, hardi et énergique comptant plus de 53 heures de vol en haute mer, mort en accomplissant son devoir militaire au cours d'une reconnaissance aérienne de guerre.

 

LE GALL Louis - Second-maître pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 93.897-2 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'hydravion hardi et énergique comptant plus de 53 heures de vol en haute mer. Mort le 8 novembre 1917 en accomplissant son devoir militaire au cours d'une reconnaissance aérienne de guerre.

 

LE GALL Nicolas - Matelot fusilier réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 91.907-2.

Belle attitude au feu. Blessé : atrophie du bras droit.

 

LE GALL Pierre, Marie - Maître fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 6.943.

Gradé remarquable : a ramené vigoureusement au combat un important groupe d'hommes séparés momentanément de leur section. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 


LE GARREC Henri, Jean - Quartier-maître mécanicien, pilote aviateur.

LE GALL Vincent - Quartier-maître électricien - ; Date : 01/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 12.948 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuse qui a entraîné la perte du sous-marin, le 15 janvier 1915.

 

LE GALL Yves, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.378.

Brillante conduite au feu. Grièvement blessé à la cuisse droite le 19 octobre 1914.

 

LE GALLAIS Henri, Auguste, Jean - Premier-maître de timonerie - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 818 ; Unité : VAUTOUR.

Commandant le chalutier VAUTOUR. A fait preuve de décision en envoyant son personnel à bord du MONT-VISO pour essayer de remorquer ce bâtiment qui venait d'être torpillé. A montré ensuite de belles qualités de sang-froid, d'énergie et de commandement, en combattant avec sa seule pièce de 95mm un sous-marin ennemi en surface qui avait une grosse supériorité d'artillerie sur celle du VAUTOUR. A obligé son adversaire à fuir.

 

LE GARO Sébastien - Matelot fusilier breveté - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Quimper, 8.172.

Grand mitrailleur de 1er ordre. S'est toujours distingué par son courage. Blessé une première fois, blessé de nouveau légèrement le 5 mai, a demandé à ne pas quitter son poste et à ne pas être évacué. Grièvement blessé le 30 mai par les éclats d'une torpille.

 

LE GARREC Henri, Jean - Quartier-maître mécanicien, pilote aviateur -   ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Centre d'Aviation Maritime de St-Pol sur mer (Dunkerque) 20.782-3.

- Monté sur avion terrestre, a attaqué à 10 milles au large de la côte belge 5 avions bimoteurs ennemis et a réussi à abattre l'un d'entre eux.
- Arrêté du 07/03/1922, médaille militaire à titre posthume : "aviateur zélé et courageux. Tombé dans les lignes ennemies, au cours d'un engagement aérien le 3 septembre 1917".
Observations : - Breveté pilote aviateur par la F.A.I brevet n° 4829, le 20/11/1916 ; - A reçu en juin 1917, par un amiral anglais en présence de l'amiral Ronarc'h, la D.C.M. (médaille de conduite distinguée); - J.O. du 05/06/1917, croix de guerre 1914 avec étoile d'argent; - A disparu le matin du 03/09/1917 à 4 ou 5 km à l'est de la ville belge de Dixmude (sud-est du village de Esen) : avion de type Sopwith triplan n° 5388, codé 15, tombé dans les lignes allemandes.

 


Henri LE GARREC a disparu le matin du 3 septembre 1917 à 4 ou 5 km à l'est de la ville belge de Dixmude (sud-est du village de Esen). Son avion de type Sopwith triplan n° 5388, codé 15, est tombé dans les lignes allemandes. La photo a été prise par un journaliste anglais (collection Jack Bruce/G. Stuart Leslie du Fleet Air Arm Muséum, réf : FAAM JMB/GSL 06542).

 

LE GARS Yves - Matelot chauffeur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 100.960-2 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

LE GELARD Yves, Marie - Second-maître fusilier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.072. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

S'est toujours distingué en toutes occasions ; se trouvant avec sa section dans une position nouvellement occupée a été par son énergie et sa superbe attitude sous un violent bombardement, l'âme de la résistance. Grièvement blessé dans cette affaire.

 

LE GENDRE Albert - Quartier-maître fourrier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 14.214-4 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

De veille à la pièce arrière de la BERTHILDE, a été projeté à la mer par l'explosion. Disparu le 12 juillet 1917.

 

LE GLAS Jean, François - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.139.

Excellent Second-maître d'une grande bravoure. Le 7 juin 1916, s'est porté courageusement, sous un violent bombardement, au secours de son lieutenant en danger. A été blessé très grièvement à son poste, le 16 juin 1916.

 

LE GLEUT Jean - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 22.516-3 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Tombé glorieusement dans les machines et la chaufferie arrière devant les appareils dont il avait la conduite ; a disparu avec le bâtiment, le 23 juin 1916.

 

LE GOASTER Louis - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 1.146. ; Unité : JEANNE D'ARC.

Etant embarqué sur la goélette la BELLE ALLIANCE, y a rendu les plus grands services, a donné l'exemple du courage et du sang-froid, a reçu une blessure à l'épaule. (déjà cité à l'ordre du jour de la division des Dardanelles).

 

LE GOASTER Louis - Quartier-maître de manoeuvre -  ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Le Conquet, 1.146.

Serviteur d'élite, a fait preuve à deux reprises d'un courage et d'un sang-froid remarquables sous le feu de l'ennemi ; a été blessé. Déjà cité à l'ordre du jour de l'armée.

 

LE GOFF F.M. - Premier-maître électricien - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 3.547.

Chef de poste TSF. Officier marinier modèle qui a rendu les plus grands services par ses qualités de commandement, d'ordre et de méthode ; a su garder constamment en main son personnel et obtenir de lui un travail soutenu et une tenue parfaite dans des conditions particulièrement difficiles. A différentes reprises, a su assurer d'une manière très satisfaisante l'intérim du commandement de la station de Podgoritza. A fait preuve des meilleures qualités militaires en commandant le tir des canons contre aéroplanes.

 

LE GOFF Félix, Joseph, Marie - Second-maître fusilier temporaire - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.561.

Modèle de zèle et de dévouement. Au front depuis le début de la campagne, a pris part à toutes les opérations dans lesquelles son unité a été engagée et s'est toujours fait remarquer par ses brillantes qualités militaires. Grièvement blessé dans un petit poste avancé, le 30 juin 1916.

 

LE GOFF Guillaume - Quartier-maître canonnier - ; Date : 11/1915 ; Unité : ADRIEN.

A continué avec courage et sang-froid à servir seul son canon alors que son chargeur était tué ; n'a cessé de tirer qu'après avoir été blessé trois fois.

 

LE GOFF Léon, Joseph - Second-maître fusilier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.409. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours donné le plus bel exemple de courage et de sang-froid dans les combats livrés au nord d'Arras, belle tenue sous le feu.

 

LE GOFF Maurice - Quartier-maître fusilier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 3.635.

Gradé, d'un zèle et d'un courage qui ne se sont pas démentis un seul instant. Blessé une première fois et revenu au front aussitôt guéri, a été blessé une deuxième fois en mars 1915 et a demandé à ne pas être évacué. A été atteint le 23 juillet 1915d'une blessure grave en faisant bravement son devoir.

 

LE GOFF Yves - Matelot fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 90.932-2 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE GOFF Yves - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

S'est présenté comme volontaire pour une reconnaissance de jour prescrite par l'amiral. A dirigé cette reconnaissance très périlleuse étant donné les circonstances.

 

LE GORREC M. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

A montré de remarquables qualités de commandement, d'énergie et de sang-froid dans l'exécution des travaux permettant à son bâtiment touché par une torpille de rallier en toute sécurité un port allié.

 

LE GOUEE Louis, Théophile, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Binic, 4.929.

Très bon sous-officier. Blessé grièvement en conduisant ses hommes à l'assaut d'une ferme. Amputé de la jambe droite.

 

LE GRAND F.A. - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Déco. posthume ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Jeune officier nouvellement arrivé au corps, ayant fait preuve, pendant les opérations du 9 au 24 septembre 1918, du plus grand courage. A trouvé une mort glorieuse dans une tranchée ennemie qui venait d'être enlevée et où il s'était porté en renfortà la tête de sa section.

 

LE GRAND François, Antoine - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 02/1919.

Jeune officier nouvellement arrivé au corps, ayant fait preuve, pendant les opérations du 9 au 24 septembre 1918, du plus grand courage. A trouvé une mort glorieuse dans une tranchée ennemie qui venait d'être enlevée et où il s'était porté en renfortà la tête de sa section.

 

LE GREL Gabriel - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Groix, 1.895 ; Unité : PROVIDENCE.

Disparu avec son bâtiment, le 2 septembre 1916, en accomplissant son devoir militaire, au cours d'une opération de guerre.

 

LE GROUIEC Aristide - Quartier-maître électricien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 26.693 ; Unité : JOULE (sous-marin).

A fait preuve d'un grand héroïsme en accomplissant une expédition de guerre des plus périlleuses. Est mort à son poste, englouti avec son bâtiment, le 1er mai 1915.

 

LE GUAY Henri - Chef mécanicien de la marine de commerce - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre n 4.071.

A fait preuve d'un sang froid et d'une énergie remarquables lors de l'attaque de son bâtiment. A été blessé.

 

LE GUAY Henri - Chef mécanicien - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 4.071 ; Unité : GARD (vapeur).

A fait preuve d'un sang-froid et d'une énergie remarquables lors de l'attaque de son bâtiment. A été blessé.

 

LE GUEN Edouard, Yves, Marie - Quartier-maître canonnier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 7.278 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

Excellent pointeur, a fait preuve du plus grand sang-froid en assurant le tir de sa pièce d'une façon particulièrement efficace contre un sous-marin ennemi. A ensuite travaillé sans repos aux opérations qui ont permis de retirer le bâtiment d'une situation critique. Citation antérieure à l'ordre de la brigade.

 

LE GUEN Victor - Second-maître mécanicien - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : 82.051-2 ; Unité : CAMELEON (dragueur).

Par sa conscience professionnelle n'a pas hésité à se rendre à bord d'un bâtiment en danger de sauter et a disparu avec lui.

 

LE GUEN Victor - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Concarneau, 8.315 ; Unité : CAMELEON (dragueur).

Par sa conscience professionnelle, n'a pas hésité à se rendre à bord d'un bâtiment en danger de sauter et a disparu avec lui, le 4 mai 1917.

 

LE GUEN Yves - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 96.623-2 ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Tué à son poste, le 15 mai 1917, sur le BOUTEFEU, au cours d'une opération de guerre.

 

LE GUENNE Henri - Matelot maître d'hôtel - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : 23.648-3.

Est inscrit au tableau spécial de la . Grièvement blessé à la tête, le 21 octobre 1914 par un éclat d'obus (hémiplégie à gauche).

 

LE GUENNEC Eugène, Désiré - Second-maître de manoeuvre, pilote aviateur - ; Date : 08/1918 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.544 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Venise.

Au retour d'une mission offensive sur la côte ennemie, descendit rapidement de 3000 à 1500 mètres pour engager le combat avec cinq appareils ennemis qui se proposaient d'attaquer les torpilleurs d'escorte. N'a cessé le combat que par suite de l'enrayage de sa mitrailleuse. 2e citation : A pris part comme pilote d'hydravion à de nombreuses missions de reconnaissance et de bombardement des côtes ennemies. S'est particulièrement distingué par ses qualités d'audace et de sang-froid au cours d'une récente action aérienne dirigée de nuit contre une place forte autrichienne.

 

LE GUENNEC Eugène, Désiré - Maître de manoeuvre, pilote aviateur -  ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.544 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Le 5 mai 1918 a pris part à un violent combat de 5 hydravions contre 6 vions de chasse terrestres et montré les meilleures qualités d'offensive et de discipline. Le 8 juin, en compagnie d'un autre appareil, a attaqué à fond un groupe de 5 biplaces ennemis pour dégager un hydravion de reconnaissance améri et mitraillé. N'a rompu le combat qu'après avoir vu l'ennemi abandonner le terrain et par suite d'une balle dans son moteur. Déjà cité trois fois à l'ordre de l'armée.

 

LE GUENNEC Joseph, Vincent - Second-maître - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Lorient, 11.254 ; Unité : CAPITAINE MEHL.

Officier-marinier d'une valeur militaire à toute épreuve, sur le MEHL depuis le début de la guerre, a pris part à de nombreux engagements. Cité à l'ordre de la brigade pour le combat du 20 mai 1917.

 

LE GUERN Joseph - Second-maître musicien à titre temporaire -  ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.538 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Gradé d'un sang-froid et d'une énergie remarquable, s'est distingué au cours des opérations offensives du bataillon en juillet, août et octobre 1917, comme chef de l'équipe de brancardiers, dans des terrains extrêmement difficiles et sous de violentsbombardements. Déjà cité à l'ordre.

 

LE GUILLEDEC Joseph - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 22.895-3 ; Unité : DANTON (cuirassé).

Uniquement préoccupé par faire son devoir, resta à son poste jusqu'au moment où il fut chassé par l'invasion de l'eau ou reçut l'ordre d'évacuer, ne quittant son poste qu'après avoir fait les manoeuvres prescrites. Disparu avec son bâtiment, le 19 mars 1917.

 

LE GUILLOU Adolphe - Matelot mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 37.201-1 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

LE GUILLOU Ange - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 14.588 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

A fait preuve du plus beau courage, lorsque le bâtiment, se trouvant encadré par les projectiles qui tangentaient les plages et passaient très près d'eux, le GAULOIS reçut l'ordre, le 25 février, d'appareiller pour prendre un autre poste de combat etqu'il a fallu filer l'embossage et relever l'ancre de bossoir. Le 18 mars, s'est aussi bien conduit, lorsque sous le feu de l'ennemi, il a fallu mettre le paillet Makaroff en place.

 


LE HAGRE Yves - Enseigne de vaisseau de 2e classe du BRANLEBAS

LE GUILLOU F.R. - Enseigne de vaisseau - ; Date : 08/1915 ; Unité : D'ESTREES.

Se trouvait dans le youyou et le canot à vapeur du d'ESTREES le 18 mai, lorsque ces embarcations ont été attaquées. A gardé, sous un feu très vif et meurtrier, une attitude pleine de calme, de sang-froid et de courage.

 

LE GUILLOUX Mathurin - Premier-maître timonier - ; Date : 11/1917 ; Unité : ALBATROS II (chalutier).

Commandant l'ALBATROS II. Par sa tenacité, son énergie et son habileté manoeuvrière, a réussi à sauver un bâtiment torpillé, malgré la présence d'un sous-marin ennemi et dans des circonstances particulièrement difficiles.

 

LE HAGRE Yves R.J. - Enseigne de vaisseau de 2e classe - ; Date : 12/1915 ; Unité : BRANLEBAS.

A dirigé avec beaucoup d'intelligence et de sang-froid les différentes manoeuvres tentées pour sauver son bâtiment qui venait de sauter sur une mine, et le personnel. Déjà titulaire d'une proposition extraordinaire pour Chevalier de la légion d'honneur pour faits de guerre.

 

LE HEBEL Eugène, Marie - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 83 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE HECHO J.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Vannes, 10.802 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Officier plein de sang-froid et de courage ; venu à la brigade comme volontaire, a été tué à son poste de combat en tranchée de première ligne, au cours d'un violent bombardement, le 1er novembre 1915.

 

LE HELLOCO - Aumonier du 2e régiment de fusilier-marins - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

D'un dévouement inlassable pour les malades. Blessé grièvement en les soignant.

 

LE HENAFF Eugène, Emile - Quartier-maître fusilier - ; Date : 1918 ; Quartier/Matricule : Arcachon, 1.319 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Observateur d'hydravion, observateur en avion depuis novembre 1914, modèle de conscience et de dévouement. A fait les premiers essais de tir en avion-canon et participé à de très nombreuses opérations aériennes dans la zone ennemie, tant sur mer quesur terre. 785 heures de vol. Deux citations antérieures.

 

LE HENAFF Jean, Louis - Quartier-maître infirmier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : 97.707-2.

Grièvement blessé en portant secours aux blessés. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE HIR Pierre - Quartier-maître canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 94.876-2 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A donné l'exemple du plus grand calme et d'un parfait sang-froid pendant le combat et lors de la perte de son bâtiment (18 mars 1915).

 

LE HOUEROU Jean - Quartier-maître fusilier - ; Date : 03/1918 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.582.

Au cours d'un violent combat contre un sous-marin, a déployé comme chef de pièce un grand courage et une réelle habileté professionnelle. Déjà cité à l'ordre de la brigade.

 

LE HUEDER (ou LE HUEDE) Henri - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 24.735-3 ; Unité : PAVOT (dragueur).

Disparu avec son bâtiment à son poste de combat, le 5 novembre 1918, au cours d'un dragage de mines.

 

LE HUEROU François - Second-maître électricien - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 20.761 ; Unité : CASABIANCA (torpilleur).

A montré le plus grand courage au moment de l'explosion de son bâtiment et coopéré au sauvetage avec un sang-froid remarquable.

 

LE HYARIC Mathurin, Marie - Second-maître électricien, pilote aviateur -  ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 88.261-2.

Pilote d'un courage et d'un dévouement exceptionnels. 300 heures de vol. A effectué de nombreux bombardements des stations maritimes ennemies. Comme pilote d'hydravion de chasse a livré plusieurs combats heureux, assurant ainsi efficacement la protection des hydravions de patrouille. A pris part à quatre attaques contre des sous-marins ennemis. Déjà cité à l'ordre de l'armée en 1916.

 

LE HYARIC Mathurin, Marie - Second-maître électricien, pilote aviateur - ; Date : 11/1916 ; Quartier/Matricule : n 88.261. ; Unité : Aviation maritime.

A effectué dans la zone ennemie près de 80 opérations aériennes. Le 21 septembre 1916, s'est porté au secours d'un appareil de sa section attaqué par deux avions de chasse ennemis et incapable de manoeuvrer par avarie de commande. Grâce à la décisionet à l'habileté de sa manoeuvre, a mis en fuite les deux appareils ennemis dont l'un paraissait gravement touché.

 

LE JAN Yves - Maître d'équipage - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.161 ; Unité : DIVES (vapeur).

A coopéré au sauvetage des passagers et de l'équipage jusqu'au dernier moment. Ne s'est jeté à l'eau qu'au dernier moment et a disparu à côté d'une embarcation chavirée, abandonnant cette épave au passagers, le 1er février 1918.

 

LE JEAN Yves - Maître d'équipage - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.161.

A coopéré au sauvetage des passagers et de l'équipage jusqu'au dernier moment. Ne s'est jeté à l'eau qu'au dernier moment et a disparu à côté d'une embarcation chavirée, abandonnant cette épave aux passagers.

 

LE JEUNE L.C.F. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

Officier de quart lorsque le bâtiment a été frappé par la torpille d'un sous-marin, a montré de grandes qualités de sang-froid, assistant le commandant dans la manoeuvre du bâtiment.

 

LE JOLLIVET Joseph - Quartier-maître timonier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 91.624-2 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

De veille sur la passerelle pendant le combat, a fait preuve du plus grand sang-froid ; est resté à son poste sur la passerelle jusqu'à ce que l'eau soit venue l'enlever (18 mars 1915).

 

LE LAN Valentin - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 4.566.

Très belle conduite au feu. Grièvement blessé au cours d'une offensive. Amputé du bras gauche.

 

LE LANN René - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LE LARDIC Jean - Matelot canonnier pointeur - ; Date : 03/1916 ; Quartier/Matricule : 27.611-3.

Pointeur d'élite, donnant en toutes circonstances, l'exemple de belles qualités militaires. Blessé grièvement le 29 décembre 1915 au cours d'un bombardement violent à son poste de combat, a conservéson calme jusqu'au dernier moment.

 

LE LEANNEC Jean, Marie - Matelot clairon - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : 26.556-3.

Excellent marin, grièvement blessé le 15 octobre 1915 en observant les mouvements de l'ennemi sous un bombardement violent. Fracture compliquée de l'extrémité supérieure de l'humérus droit.

 

LE LEANNEC Pierre - Second-maître électricien -  ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.489.

Déjà cité. Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

LE LEVE Pierre - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : 21.917-3 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Excellent soldat, modèle de courage et de dévouement. A été grièvement blessé, le 27 octobre 1917, en se portant à l'attaque. Une citation.

 

LE LEZ Yves - Maître fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 22.240.

Plein de courage, a vaillamment combattu à la tête de sa section qui a été très éprouvée. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE LIEVRE Marc - Matelot sans spécialité - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Saint-Gilles-sur-Vie, 1.012 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A donné l'exemple du plus grand calme et d'un parfait sang-froid pendant le combat et lors de la perte de son bâtiment (18 mars 1915).

 

LE LOUARN François - Matelot électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 91.695-2 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE LOUEDEC Gabriel - Quartier-maître fourrier - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : 89.703-2.

Grièvement blessé le 11 avril 1917. Amputé de la jambe gauche.

 

LE LOUET A.M. - Officier de 3e classe des équipages de la flotte (électricien) - ; Date : 01/1916.

Excellent officier, commandant d'une section d'autos-projecteurs depuis de long mois en action sur le front, a participé à de nombreuses opérations sous le feu de l'ennemi dans un secteur particulièrement actif.

 

LE LOUP Marcel - Matelot, pilote aviateur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 35.975-1 ; Unité : Aviation maritime.

Pilote d'élite d'une endurance et d'un entrain jamais démentis ; 235 heures de vol. Mort le 14 mai 1918 au cours d'une reconnaissance.

 

LE LUANDRE Jean, Louis, Marie - Premier-maître charpentier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 436 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

A montré de remarquables qualités de commandement, d'énergie et de sang-froid dans l'exécution des travaux permettant à son bâtiment touché par une torpille de rallier en toute sécurité un port allié.

 

LE MAILLOT Guillaume - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 5.311. ; Unité : JAUREGUIBERRY.

Patron du vapeur, calme initiative et sang-froid sous les balles et les projectiles au cours des opérations de débarquement des troupes et d'évacuation des blessés.

 

LE MALLET Pierre, Marie - Premier-maître de manoeuvre - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Lannion, 5.091.

Officier marinier de grande valeur déjà titulaire de plusieurs récompenses pour faits de sauvetage. A dirigé avec autant de compétence que de dévouement l'équipe de secours envoyée de son bâtiment à bord d'un patrouilleur très exposé. A, par son mépris du danger, forcé l'admiration de tous et contribué par son action personnelle à sauver le bâtiment d'une situation critique.

 


LE MARCHADOUR Henri, René - Médecin principal du cuirassé DANTON.

LE MALLET René, François, Marie - Matelot canonnier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 101.673-2 ; Unité : SUFFREN (cuirassé).

Composant l'armement de la tourelle de 16 babord arrière du SUFFREN. Glorieusement tué à son poste de combat, le 18 mars 1915, en faisant bravement son devoir.

 

LE MANACH Guillaume, Marie - Second-maître mécanicien - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 6.683. ; Unité : ROVE (dragueur).

Serviteur parfait ; a été blessé sur le BOUVET aux Dardanelles. A rendu depuis des services signalés sur le dragueur ROVE.

 

LE MARCHADOUR Henri, René - Médecin de 1ère classe de réserve de la Marine, puis Médecin principal -   ; Date : 03/1917 ; Unité : DANTON (cuirassé).

1ère citation : Officier d'un zèle et d'un dévouement remarquable, n'a pas cessé de donner au combat l'exemple d'un sang-froid et d'une énergie inlassables.

2e citation : A fait preuve de grande énergie, soignant les blessés jusqu'au dernier moment et n'a évacué que sur l'ordre du commandant. Recueilli inanimé, sitôt rappelé à la vie, s'est employé à réconforter les marins qui l'entouraient. A montré les plus belles vertus militaires.

 

LE MARESQUIER J.H.E. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 03/1916.

Commandant un sous-marin. A attaqué résolument un croiseur ennemi qui a peut être été atteint, mais a été, en tout cas, certainement obligé de rentrer au port.

 

LE MAR'HADOUR H.R. - Médecin de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier d'un zèle et d'un dévouement remarquables, n'a pas cessé de donner au combat l'exemple d'un sang froid et d'une énergie inlassables.

 

LE MASNE H.J.M. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 02/1918 ; Unité : DIANE (sous-marin).

Officier de haute valeur, commandant de sous-marin accompli, d'une énergie inlassable et d'un dévouement absolu, toujours prêt pour toute mission de guerre, a trouvé sur la DIANE, qu'il commandait, une mort glorieuse au cours d'une opération militaire délicate pour laquelle l'avaient tout particulièrement désigné le succès d'une opération semblable, ses brillantes qualités personnelles et la valeur qu'il avait su donner à son bâtiment.

 

LE MASSON Yves - Premier-maître de mousqueterie - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A été blessé grièvement le 26 octobre dans une tranchée après avoir dirigé sa section avec une grande énergie.

 

LE MAUX Emile - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 2.972 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi.

 

LE MAUX Emile, Marie - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Auray, 2.974 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi, le 26 mai 1915.

 

LE MAUX Jean, Louis - Quartier-maître fourrier - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : 24.781-3 ; Unité : SURPRISE (canonnière).

Transmetteur d'ordres. A fait preuve d'un grand sang-froid. Etant à son poste sans aucune protection, a toujours transmis clairement et instantanément les ordres lui venant de la direction de tir. Blessé à son poste, a demandé à y retourner aussitôtpansé.

 

LE MEILLEUR Armel - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Honfleur, 72.641 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

LE MELL Raphaël - Quartier-maître électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.743 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LE MEN François, Marie - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 08/1918 ; Unité : Centre d'aviation maritime de Venise.

Très bon mitrailleur, courageux, plein de sang-froid, a pris part à plusieurs bombardements, combats et reconnaissances dans les lignes ennemies avec divers pilotes et les a vaillamment secondés en toute circonstances.

 

LE MEUR François - Quartier-maître chauffeur - ; Date : 1916 ; Quartier/Matricule : Brest, 10.503 ; Unité : CASQUE (torpilleur).

A fait preuve de courage et de dévouement lors du combat livré par le CASQUE contre trois torpilleurs ennemis dans le nuit du 22 au 23 décembre 1916.

 

LE MEUR François, Marie - Premier-maître de manoeuvre temporaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Paimpol, 30.674 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

LE MEUR Pierre, Marie - Second-maître fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 13.402.

A fait l'admiration de tous par son mépris du danger dans un combat difficile qu'a eu à soutenir sa section. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE MEUR Robert - Matelot gabier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 93.971-2 ; Unité : MADELEINE III.

Tué le 8 mai 1917 en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat au canon avec un sous-marin ennemi.

 

LE MEUR Robert - Matelot gabier breveté - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : 93.971-2. ; Unité : MADELEINE III.

Tué en accomplissant son devoir militaire au cours d'un combat au canon avec un sous-marin ennemi.

 

LE MEURLAY Félix - Quartier-maître infirmier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 9.239. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours fait preuve du plus grand dévouement depusi le début de la campagne, vient encore de montrer ses qualités professionnelles en donnant son concours intelligent aux médecins et en se dépensant sans compter auprès des blessés le 9 mai. (Croixde guerre).

 

LE MINTIER DE LA MOTTE-BASSE Christian - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 01/1918.

De Rouad, fit son devoir d'une façon admirable et n'abandonna qu'après ordre son poste particulièrement dangereux. A fait preuve de la plus grande bravoure. Déjà cité à l'ordre du bâtiment le 28 juin 1916.

 

LE MOAL Eugène, Jean, François - Matelot de 3e classe sans spécialité - ; Date : 05/1919 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.876.

Brave soldat, d'une belle attitude au feu. A été blessé très grièvement le 13 septembre 1918, au moulin de Laffaux, pendant une attaque. Amputé de la cuisse gauche.

 

LE MOAL Laurent - Quartier-maître fusilier - ; Date : 1919 ; Quartier/Matricule : 23.859-3 ; Unité : PARIS II (aviso auxiliaire).

Faisait partie de l'armement de la baleinière du PARIS II envoyée capturer une barque à terre dans le golfe d'Adalia, le 13 décembre 1917. Après avoir rempli sa mission et ayant vu le PARIS II couler sous ses yeux par le canon ennemi, s'est défendu vaillamment jusqu'à ce que sa mitrailleuse eût été mise hors de service. A eu le courage et le sang-froid de remorquer son embarcation à la nage sous un feu violent de fusils, de mitrailleuses et de shrapnels jusqu'à êtrehors de portée de fusil. A ensuite, après avoir réparé l'embarcation, parcouru 70 milles en 32 heures le long de la côte ennemie et réussi à entrer à Castelorizo.

 

LE MOAL Yves - Matelot infirmier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 96.361-2 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

A fait preuve d'un grand sang-froid et de beaucoup de bravoure en opérant le sauvetage des malades de l'infirmerie après le torpillage du navire. Englouti avec le bâtiment.

 

LE MOAL - Lieutenant - ; Date : 05/1916 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

Pour avoir assuré, par son exemple et par son énergie, le courage et la résistance de l'équipage du LANGUEDOC.

 

LE MOALIGOU R.E. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 08/1915 ; Unité : LATOUCHE-TREVILLE.

Très belle conduite comme officier de plage. Pendant une nuit entière, n'a pas eu une minute de défaillance, passant plusieurs heures dans l'eau.

 

LE MOALLIC Jean - Second-maître fusilier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.803. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Fortement contusionné par un éclat d'obus avant la contre-attaque, a refusé d'aller à un poste de secours voisin pour être sûr de partir avec les autres à l'assaut, auquel il a pris la part la plus brillante.

 

LE MOIGNE Louis - Premier-maître fourrier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.118 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A montré le plus grand calme et le plus grand dévouement dans l'exécution des ordres qui lui avaient été donnés par le commissaire relativement au sauvetage de la comptabilité. Disparu avec son bâtiment le 19 mars 1917.

 

LE MOINE Pierre - Guetteur de 1ère classe - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Dinan, 8.209.

Venu au front sur sa demande et placé dans un poste d'observation très exposé, a constamment fait preuve des plus belles qualités d'énergie et de bravoure. Grièvement blessé le 15 octobre 1917 au cours d'un violent bombardement de son poste.

 

LE MOING François - Premier-maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.421. ; Unité : HENRI IV.

Est descendu sans hésiter dans une soute à munitions d'où sortaient des fumées. S'est rendu compte que ces fumées provenaient de l'extérieur de la soute et en a empêché le noyage.

 

LE MOYEC Maurice - Mousse - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : La Rochelle, 1182/593 ; Unité : IRMA.

Mousse, 14 ans. Tué au cours d'une attaque de sous-marin en faisant vaillamment son devoir, le 1er octobre 1916.

 

LE MOYEC Maurice, Marc, Théodore - Mousse - ; Date : 05/1917.

14 ans, La Rochelle, n 1182-593. Tué au cours d'une attaque de sous-marin en faisant vaillamment son devoir.

 

LE MUDES François - Quartier-maître canonnier - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.317 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Est resté dans l'eau pendant 13 heures, a par ses efforts et son énergie aidé au sauvetage de plusieurs hommes de l'équipage en réunissant les épaves pour les soutenir.

 

LE NAVENANT Georges, Marcel - Quartier-maître de manoeuvre réserviste - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Groix, 1.948.

Le 24 mai 1917, une mine engagée dans la drague empéchant de rentrer celle-ci, a travaillé pendant 1/2 heure au contact de la mine, dans les remous de l'hélice, pour couper les orins. A précédemment fait preuve, au cours d'opération de même genre, decourage, de sang-froid et d'un complet mépris du danger.

 

LE NAVENNEC Joseph - Quartier-maître timonier - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Nazaire, 3.252 ; Unité : ITALIA (croiseur auxiliaire).

A fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid en secourant à la nage un matelot grièvement blessé. A montré de la conscience professionnelle en détruisant, alors qu'il était à la nage, un document confidentiel flottant.

 

LE NEDELEC Joseph - Troisième lieutenant - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 291 ; Unité : AMIRAL HAMELIN (vapeur).

Le canot dont il était chargé ayant été canonné durant sa mise à l'eau et ayant eu 5 tués et de nombreux blessés, s'est maintenu le long du bord malgré le danger qu'il continuait à courir, jusqu'à ce qu'il eût fait embarquer tous les passagers que son canot pouvait contenir.

 

LE NEN Charles - Fusilier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Morlaix, 6.202 ; Unité : ITALIA (croiseur auxiliaire).

Très grièvement blessé, le 30 mai 1917, a fait preuve d'un moral admirable et a montré la plus grande énergie. Décédé de ses blessures.

 

LE NIVES René - Second-maître mécanicien -  ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 11.053.

Déjà cité. Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

LE NOAN Yves - Matelot timonier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Binic, 8.259 ; Unité : BISSON (torpilleur).

Faisait partie d'un détachement attaqué par un ennemi quatre fois supérieur en nombre, a fait preuve de qualités de courage et de sang-froid. A été frappé de deux balles et est mort à son poste.

 

LE NORET Jean, Marie - Matelot canonnier provisoire - ; Date : 06/1916 ; Quartier/Matricule : Concarneau, 4.879.

N'a cessé de faire preuve en toutes circonstances, du plus tranquille courage et d'un beau mépris du danger. Le 21 mai 1916, ayant eu l'oeil gauche emporté par un éclat d'obus, a conservé, malgré la gravité de sa blessure, sa calme et froide énergie,ne laissant pas échapper une plainte.

 

LE NORMAND René, Pierre - Capitaine au long cours - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 358.

Commandant l'AMIRAL MAGON. Son bâtiment ayant été torpillé par un sous-marin, a assuré dans toute la mesure du possible l'évacuation des passagers et de l'équipage grâce à son énergie et à une bonne organisation préventive.

 

LE PABIC Mathurin, Joseph - Quartier-maître fusilier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 26.966-3 ; Unité : MARGUERITE VI (patrouilleur).

Chef de pièce d'une mitrailleuse, a montré au cours d'un engagement avec un sous-marin, un parfait mépris du danger et, par son calme et son sang-froid a su réaliser une précision et une efficacité de tir remarquables. A montré les même qualités au cours des opérations qui ont suivi cet engagement. Citation antérieure à l'ordre du corps d'armée.

 

LE PAN Jean - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.574.

Grièvement blessé au bras gauche. Paralysie de la main gauche.

 

LE PANNERER E. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A pris deux fois le commandement de sa compagnie, ses capitaines ayant été blessés. Blessé lui même à la tête de ses hommes.

 

LE PAPE Henri - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Quimper, 8.138.

S'est maintes fois distingué par sa bravoure, son sang-froid et son entrain ; toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses a ramené sous le feu de l'ennemi son chef de patrouille blessé grièvement, le 30 juin 915. Blessé lui-même le 18juillet 1915, a fait preuve d'une belle énergie et d'un grand courage.

 

LE PAPE Joseph - Matelot - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 1.420 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Blessé à son poste au cours d'un violent combat contre un sous-marin, a montré les plus belles qualités de courage et d'endurance en continuant son action.

 

LE PAPE Noël - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 103.751-2 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Faisait partie de l'équipe de sécurité, frappé à son poste de manoeuvre de la chaîne. Mort stoïquement des suites de ses blessures, le 2 novembre 1917, devant Gaza.

 

LE PARC François, Marie - Maître canonnier - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 15.520 ; Unité : Front de mer de Nieuport.

Du front de mer de Nieuport. Serviteur d'élite, très grièvement blessé, le 22 juillet 1918 en dirigeant l'action de sa pièce sous un bombardement violent ; mort de ses blessures.

 

LE PARC Joseph, Marie - Second-maître électricien - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 16.444-3 ; Unité : TURQUOISE (sous-marin).

Au cours d'une croisière périlleuse et accidentée avec la TURQUOISE, a déployé des qualités admirables de dévouement, d'endurance et de compétence en réparant les avaries à mesure qu'elles se produisaient.

 

LE PEUCH Charles, Marie - Second-maître fusilier - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 15.233. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Malgré son âge, montre toujours une énergie et un dévouement inlassables, a tenu toute la journée du 10 un fortin avancé sous le plus violent bombardement.

 

LE PEVEDIC Joseph - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LE PIHAN Hervé - Second-maître commis - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Camaret, 3.769 ; Unité : CASABIANCA (torpilleur).

A montré le plus grand courage au moment de l'explosion de son bâtiment et coopéré au sauvetage avec un sang-froid remarquable.

 

LE PINIEC Louis, Marie - Second-maître fusilier réserviste - ; Date : 04/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

2e régiment de fusiliers-marins. Excellent serviteur, appartient à la brigade depuis le 28 août 1914. A été blessé deux fois. Evacué depuis le 5 février pour blessures. A toujours eu une très belle conduite au feu.

 

LE PITE Gaston - Second-maître mécanicien temporaire - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : 19.203-3. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Modèle de courage et d'énergie. La tête traversée par une balle, est venu trouver son lieutenant, lui disant : "Lieutenant, je suis content de mourir avec vous". Blessure très grave.

 

LE POGAM Jean - Matelot timonier réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 21.061-3.

Grièvement blessé. Amputé du bras gauche.

 

LE POITEVIN Ernest - Second-maître mécanicien - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : Calais, 231 ; Unité : FOUCAULT (sous-marin).

Son sous-marin ayant été atteint par des bombes d'avions, le 15 septembre 1916, a fait preuve dans la lutte contre les avaries et dans l'exécution des ordres de son chef, du plus grand sang-froid et de la plus intelligente initiative.

 

LE PORT Jean, Marie - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1916 ; Quartier/Matricule : Groix, 1.924.

Brillante conduite au feu. Grièvement blessé le 12 novembre 1914. Amputé de la jambe gauche.

 

LE PORT Mathieu - Quartier-maître électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Auray, 10.049 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LE PRADO Bernard - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 07/1916 ; Unité : Batteries des canonniers-marins.

N'a cessé depuis 20 mois de faire preuve du plus beau courage et d'un remarquable entrain. A té grièvement blessé à son poste de combat, le 25 juin 1916.

 

LE PRETRE Jean - Matelot sans spécialité - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 3.811 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi.

 


LE PRIEUR Y. P. G. - Lieutenant de vaisseau.

LE PRETRE Jean, Baptiste - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Boulogne, 3.811 ; Unité : DUPLEIX.

Est parti avec entrain pour une mission périlleuse consistant à aller chercher des camarades en détresse sous le feu de l'ennemi, le 26 mai 1915.

 

LE PRETRE Victor - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 5.171 ; Unité : MONTAIGNE (patrouilleur).

Grièvement blessé au pied et au bras par l'explosion d'un obus lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis. A donné l'exemple de la force morale pendant que le navire menaçait de sombrer avec tout l'équipage.

 

LE PRIEUR Yves, Paul, Gaston - Lieutenant de vaisseau - ; Date : ? ; Unité : Aviation maritime.

A, par de nombreuses études relatives à la conduite du tir et leur réalisation pratique, rendu les plus précieux services à l'artillerie et à l'aéronautique.
Nota : Pendant la première guerre mondiale, Yves Le Prieur est surtout célèbre pour avoir mis au point, entre autres choses :
- Les premiers conjugateurs de tirs pour l'artillerie navale (en service sur les cuirassés Français en 1914)
- Les premières roquettes tirées d'avion (fusées Le Prieur, contre les zeppelins et les ballons de réglage d'artillerie).

 

LE PRIGENT Yves - Second-maître mécanicien - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : 28.240-1 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Dans le combat de nuit du 19-20 mai 1917, étant chef de quart dans la machine atteinte par un projectile, a maintenu le calme dans son personnel et a assuré malgré la blessure grave d'un de ses hommes et la rupture des porte-voix et transmissions, l'exécution parfaite des ordres de la passerelle.

 

LE PUIL Joseph - Quartier-maître fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lorient, 2155 ; Unité : JUSTICE.

Chef de pièce d'une mitrailleuse ; a conservé son sang-froid, à découvert sous un feu violent. Blessé mortellement le 1er décembre 1916.

 

LE QUELLEC Joseph, Marie - Maître de manoeuvre - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 3.421.

Très bon maître intelligent, mène très bien sa section.

 

LE QUENTREC - Quartier-maître fourrier réserviste - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A montré une bravoure et un sang-froid à toute épreuve en assurant le service des communications à travers les rues d'un pays pendant le bombardement.

 

LE REST Emile - Second-maître électricien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Toulon, 5.842 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LE REST François - Maître mécanicien -  ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 22.402.

Déjà cité. Son bâtiment s'étant échoué sous le feu de l'ennemi, a montré un mépris du danger digne de tout éloge en exécutant avec le plus grand calme et le plus grand dévouement les ordres de ses supérieurs.

 

LE REST Yves, Marie - Matelot chauffeur breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Quimper, 8.105 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A accompli bravement son devoir militaire dans la chaufferie contre laquelle a explosé la mine qui a causé la perte du KLEBER, le 27 juin 1917. Disparu avec son bâtiment.

 

LE ROCH François - Matelot de 3e classe -  ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.793 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Brave matelot d'un dévouement absolu, plein d'entrain au combat. Grièvement blessé le 16 septembre 1917 en faisant son devoir. Déjà cité.

  

LE ROHEC ... - Pilote de la Flotte - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : ... ; Unité : cargo LA PEROUSE.

A signalé une attaque à la torpille juste à temps pour permettre de manoeuvrer et d’échapper à l’ennemi.

 

LE ROLLAND Valentin, Yves, Marie - Quartier-maître timonier - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : Tréguier, 7.253 ; Unité : TURQUOISE (sous-marin).

Lors d'une croisière périlleuse et accidentée, avec le TURQUOISE, en mer de Marmara, au mois d'octobre 1915, a montré un entrain, une endurance, un courage dignes de tout éloge ; a supporté avec dignité les souffrances de la captivité en Turquie, oùcinq de ses camarades ont succombé.

 

LE ROUILLE Pierre, Marie - Maître d'équipage - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Binic, 256 ; Unité : LANGUEDOC (vapeur).

Blessé en remplissant courageusement son devoir lors de l'attaque du vapeur LANGUEDOC par un sous-marin ennemi, le 20 mai 1916.

 

LE ROUX Louis - Quartier-maître chauffeur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Lannion, 5.567 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Surpris par le torpillage au moment du changement de quart, a disparu à son poste de combat avec le bâtiment coulant par l'arrière en moins d'une minute, le 12 juillet 1917.

 

LE ROUX Victor, Marie - Premier-maître timonier - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.432 ; Unité : AILLY.

Excellent commandant du patrouilleur AILLY, plein d'ardeur et de bravoure. Attaqué pendant qu'il remorquait deux voiliers par un sous-marin plus puissamment armé que son chalutier, n'a pas hésité à engager avec l'ennemi un combat dont il est sorti victorieux.

 

LE ROUX Y. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Excellentes qualités professionnelles. Blessé à la tête de ses hommes.

 

LE ROUZIC Léon - Maître mécanicien - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Auray, 4.610 ; Unité : GOELAND III (chalutier).

Pour le calme et l'autorité déployés dans la machine pendant l'appareillage et au cours du combat.

 

LE ROY Charles, Albert - Premier-maître mécanicien - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Cherbourg, 3.019 ; Unité : JEAN BART (cuirassé).

A montré de remarquables qualités de commandement, d'énergie et de sang-froid dans l'exécution des travaux permettant à son bâtiment touché par une torpille de rallier en toute sécurité un port allié.

 

LE ROY François - Second-maître fusilier - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.758 ; Unité : 8e groupe d'autos-canons.

Agé de 54 ans, serviteur très dévoué, très actif, apprécié de ses chefs pendant la durée de son service. S'est acquis de nouveaux titres en reprenant du service actif à un âge avancé et a mérité de voir ses services passés récompensés par la MédailleMilitaire.

 

LE ROY Jacques - Matelot électricien -  ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 22.719-3. ; Unité : DUPLEIX.

A demandé à faire partie de l'armement d'un canot armé pour aller chercher, sous le feu de l'ennemi, des camarades en détresse. 3 blessures. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE ROY Jacques - Matelot électricien - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : 22.719-3. ; Unité : DUPLEIX.

A demandé à faire partie de l'armement d'un canot armé pour aller chercher, sous le feu de l'ennemi, des camarades en détresse. 3 blessures.

 

LE ROY Joseph - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 1er régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LE ROY Yves, Joseph, Marie - Matelot sans spécialité réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 20.668-3.

Très belle attitude au feu. Grièvement blessé. Amputé de la cuisse droite.

 

LE RUBHUS Paul, Jean, Auguste - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 04/1916 ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.499.

Commandant une demi-section, a montré un sang-froid héroïque. Grièvement blessé le 12 décembre 1914 par un éclat d'obus au pied droit.

 

LE SAEC Louis - Second-maître électricien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.935 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a assuré, avec une discipline et un calme parfaits, les services dont il était chargé jusqu'à la dernière minute et montré un esprit de sacrifice digne de tout éloge.

 

LE SAOUI Etienne - Maître de manoeuvre - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Morlaix, 22.431 ; Unité : SAINT JEAN (patrouilleur).

Tué glorieusement à son poste de combat au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 


LE SORT H.T.M. - Lieutenant de vaisseau du torpilleur BISSON.

LE SAOUT Etienne - Maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Morlaix, 2.431 ; Unité : SAINT JEAN (patrouilleur).

Grièvement blessé à son poste de combat, le 6 avril 1918, au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi. Décédé des suites de ses blessures.

 

LE SAUX Alexandre - Matelot sans spécialité -  ; Date : 11/1918 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.211 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Au front depuis le mois de février 1915, d'un dévouement et d'un courage sans limite. Dans les tranchées de première ligne et le 29 septembre 1918, il a été un exemple constant pour ses camarades et a rendu les plus grands services comme agent de liaison en exécutant son rôle d'une façon parfaite, dans les conditions les plus difficiles. Déjà cité.

 

LE SORT H.T.M. - Lieutenant de vaisseau -   ; Date : 09/1915 ; Unité : BISSON (torpilleur).

1ère citation : Commandant le BISSON. Officier de tout premier ordre, a dirigé avec succès l'opération de destruction d'un câble télégraphique et de la station de ravitaillement de sous-marins et d'aéroplanes de Lagosta le 11 juillet 1915, montrant beaucoup d'énergie et de sang-froid pour terminer complètement son oeuvre sous le feu de l'ennemi.
2e citation : A effectué la destruction d'un sous-marin ennemi, le 13 août 1915, grâce aux dispositions qu'il a ordonnées, ainsi qu'à l'esprit de décision et d'à propos dont il a fait preuve. Déjà cité à l'ordre du jour de l'Armée.

 

LE SORT Henri, Thomas, Marie - Capitaine de frégate - ; Date : 01/1917 ; Unité : COMMANDANT RIVIERE (torpilleur).

A manoeuvré avec autant de jugement et de décision que de bravoure pour secourir son chef de groupe qui chargeait l'ennemi et prendre part au combat.

 

LE SQUER Jean, Louis - Second-maître fusilier -  ; Date : 11/1918 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.326 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Second-maître de haute conscience, infatigable, intelligent. Chef des agents de liaison a, par son initiative et son courage, assuré le service d'une façon parfaite, malgré les difficultés occasionnées par l'intense bombardement et les tirs de mitrailleuses pendant l'attaque du 14 septembre 1918. Ce gradé qui s'est distingué particulièrement au cours des opérations de septembre 1918 est, d'autre part, un serviteur parfait et d'un dévouement sans borne. Déjà cité.

 

LE SQUER Joseph, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 961. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Grièvement blessé au début d'un assaut, a voulu y participer tout de même avec ses hommes, et ne s'est arrêté qu'à bout de forces.

 

LE STANG Jean, Joseph - Second-maître électricien - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 6.362. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A fait preuve de beaucoup de dévouement, de courage et d'intelligence dans le commandement de son auto-projecteur, et dans son installation dans des postes difficiles et dangereux. A éclairé plusieurs fois, sous le feu de l'ennemi, en particulier dans la nuit du 10 au 11 mai, pendant laquelle se produisirent plusieurs attaques violentes de l'ennemi.

 

LE STER Jean, Yves, Marie - Apprenti marin - ; Date : 09/1916 ; Quartier/Matricule : 108.118-2.

Grièvement blessé à Nieuport, le 13 janvier 1915. A montré un courag et un stoïcisme remarquables.

 

LE STUM Jean, Marie - Second-maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 13.348 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Tué le 6 août 1917 en accomplissant son devoir au cours d'un engagement avec un sous-marin ennemi.

 

LE STUM Pierre, Jean, Marie - Quartier-maître canonnier - ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : 98.797-2 ; Unité : BOUCLIER (torpilleur).

Belle tenue au feu pendant le combat de nuit du 20 mai 1917. A subi l'amputation de la cuisse gauche à la suite des blessures reçues pendant le combat.

 

LE TALLEC Pierre, Marie - Premier-maître charpentier - ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.078 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A fait preuve d'un dévouement remarquable à la tête de son personnel en participant aux manoeuvres de sécurité et en luttant, compartiment par compartiment, contre l'envahissement de l'eau. A montré le plus bel exemple de courage et d'abnégation. A été blessé.

 

LE TEURNIER Théophile, Fabien, Marie - Premier-maître mécanicien - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Lannion, 6.454. ; Unité : GOLIATH.

Serviteur remarquable et d'un dévouement absolu. A assuré le fonctionnement de ses appareils dans des conditions difficiles. Beaucoup de calme et de sang-froid sous le feu fréquent de l'ennemi.

 

LE TEURS Alexandre, Eugène - Second-maître fusilier temporaire - ; Date : 06/1915 ; Quartier/Matricule : 91.563-2. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Occupant une position avancée, a maintenu ses hommes en faisant preuve, comme toujours, des plus belles qualités. A été grièvement blessé.

 

LE THOER Victor - Maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 8.965 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A constamment faire preuve d'un grand courage et d'une endurance physique et morale remarquables.

 

LE TOCQUET François, Marie - Matelot sans spécialité - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Concarneau, 3.265 ; Unité : STELLA (chalutier).

A sombré sur une mine avec son bâtiment en patrouillant au cap Bougaroni, le 4 octobre 1917.

 

LE TOEUFF Aubin, Yves, Marie - Second-maître fusilier -  ; Date : 03/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.070.

A rallié et ramené vers la ligne de feu un certain nombre d'hommes de sa compagnie fortement éprouvée. (déjà cité à l'ordre de l'armée pour le même motif).

 

LE TOUZE Prosper - Matelot - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Granville, 10.359 ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

Très belle attitude lors du combat de son voilier contre un sous-marin.

 

LE TRIFOLL Yves-Marie - Matelot maître d'hôtel - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 50.827 ; Unité : COUTELAS (torpilleur).

Par sa présence d'esprit, a évité des avaries graves à son bâtiment au moment de l'attaque d'un sous-marin ennemi.
Observations : Né le 10 octobre 1896 à Kérity Paimpol.

 

LE VASSEUR E.P. - Mécanicien principal de 1ère classe auxiliaire - ; Déco. posthume ; Unité : PROVENCE II (croiseur auxiliaire).

Est descendu à son poste dans la machine au moment du torpillage ; a coulé avec le bâtiment.

 

LE VERGE Jean, Marie - Matelot de 2e classe, fusilier breveté réserviste - ; Date : 08/1919 ; Unité : 1er compagnie du bataillon de fusiliers-marins.

Marin courageux et discipliné qui s'est particulièrement fait remarquer, le 14 septembre 1918, à l'attaque du moulin de Laffaux, où il a été très grièvement blessé.

 

LE VERGOY (ou LE VERGOZ?) Emile - Maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Brest, 6.097 ; Unité : DANTON (cuirassé).

A fait preuve d'un dévouement remarquable à la tête de son personnel en participant aux manoeuvres de sécurité et en luttant, compartiment par compartiment, contre l'envahissement de l'eau. A montré le plus bel exemple de courage et d'abnégation, disparu avec le bâtiment, le 19 mars 1917.

 

LE VEY Félix - Second-maître torpilleur - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.253 ; Unité : DAGUE (torpilleur).

Lors de l'explosion de la DAGUE, a fait preuve du plus grand sang-froid en surveillant comme maître de quart toutes les opérations de sauvetage.

 

LE VEY Yves, Marie - Maître fusilier temporaire - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 13.329.

Excellent maître, d'un courage, d'une endurance surprenante ; blessé deux fois et revenu chaque fois sans délai. Toujours prêt pour toute mission dangereuse.

 

LE VOEUX E.M. - Quartier-maître fusilier - ; Date : 02/1916 ; Quartier/Matricule : 20.583-3. ; Unité : HENRI IV.

Mis à la disposition de l'officier de plage, s'est fait remarquer par ses belles qualités de sang-froid, de bravoure et d'allant sous le feu très vif des batteries ennemies.

 

LE VOYER E.M.J. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A fait preuve d'un grand courage en se portant en reconnaissance avec deux vedettes, en arrière d'un village occupé par les Allemands. Blessé lui-même à la jambe, a pris la barre d'un de ses mécaniciens tués et a ramené ses deux vedettes au port.

 

LEBIEZ René, Auguste, Marcel - Matelot mécanicien - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : 39.309-1.

Conduite très courageuse sous le feu de l'ennemi. Grièvement blessé le 10 novembre 1914. Ankylose du genou droit.

 

LEBON Marie - Quartier-maître timonier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : 90.708-2 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LEBON Marie, Ange - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 90.708-2 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains ;mort en captivité le 21 décembre 1914.

 

LEBRANCHU Jean - Matelot chauffeur - ; Date : 11/1915 ; Unité : ADRIEN.

Attitude courageuse et sang-froid remarquable ; a assuré seul la chauffe pendant plus de douze heures.

 

LEBRUN Eugène - Matelot de 2e classe - ; Date : 08/1916 ; Quartier/Matricule : La Rochelle, 1.214.

Depuis le début de la campagne, n'a cessé de donner à tous le leimmeur exemple, par son entrain et sa vaillance dans les circonstances les plus périlleuses ; grièvement blessé en accomplissant son service sous un violent bombardement.

 

LECAT Edmond - Matelot fusilier - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : 30.312-1. ; Unité : MARIE FREDERIQUE (chalutier).

Pour le sang-froid et l'habileté professionnelle qu'il a montré dans le service de sa pièce à bord de la MARIE FREDERIQUE pendant l'action qui a amené la perte à peu près certaine d'un grand sous-marin ennemi.

 

LECLERC Auguste, Adrien - Apprenti-marin -  ; Date : 02/1917 ; Quartier/Matricule : 37.996-1.

Très courageux, grièvement blessé le 26 octobre 1915. Enucléation de l'oeil gauche. (déjà cité à l'ordre).

 

LECLERC Joseph - Quartier-maître torpilleur - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 44.155 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LECLERC Joseph - Quartier-maître torpilleur - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 44.155 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LECLERC Robert, Julien - Second-maître mécanicien, pilote - ; Date : 01/1918 ; Unité : Aviation maritime.

Aviateur plein d'allant, s'est particulièrement distingué dans l'attaque d'un sous-marin qui avait torpillé un bâtiment.

 

LECNELLI Aurèle - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 07/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 604.

Lors d'une rencontre de sous-marin, a fait preuve d'un esprit de décision et d'une énergie remarquables. A réussi à se faire abandonner.

 

LECOCQ G.T. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Déco. posthume ; Unité : Canonniers-marins.

Cité à l'ordre de la brigade de fusiliers-marins le 10 septembre 1914. Blessé dans les combats de X. Cité à l'ordre de la division (14e groupe A.C., n. division de cavalerie), le 30 juillet 1915. Du 8 au 24 juillet 1915, s'est dépensé sans compter pour apporter l'aide de sa section d'autos canons et d'autos mitrailleuses à la fraction chargée d'attaquer la position ennemie et, au combat du 24, a réussi à faire taire une mitrailleuse dont le tir d'écharpe très meurtrier arrêtait la marche de la colonne d'attaque. A donné, depuis sa venue au corps des canonniers-marins, de nombreuses preuves d'intelligente initiative et de courage dans un poste très exposé. A été tué à ce poste le 25 juin 1916.

 

LECOINTRE Léon, Dieudonné, Henri - Maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 06/1918 ; Quartier/Matricule : Fécamp, 232.

Pour les belles qualités de décision dont il a fait preuve comme commandant de patrouilleur en attaquant, les 4 décembre 1916, 7 mars 1917 et 27 mai 1918, un sous-marin ennemi supérieur en force qu'il a contraint à fuir dans ces trois rencontres. Déjà cité à l'ordre.

 

LECOQ François - Quartier-maître canonnier - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 3.906.

Pour sa bonne veille, son esprit de décision et le bon réglage de son tir, gardant un sang-froid remarquable sous le feu en cadrant de l'ennemi, a réussi à forcer un sous-marin à abandonner la lutte après vingt-cinq minutes de combat.

 

LECOQ R.E. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 1918 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Officier d'un dévouement et d'un courage exceptionnels ; toujours prêt pour les missions les plus dangereuses ; a effectué, comme observateur, plus de 40 opérations aériennes dans la zone ennemie. Le 7 avril 1917, au cours d'une patrouille par un temps très dur, a attaqué un sous-marin ennemi avec succès.

 

LECUYER Arsène, Marie - Premier-maître fusilier - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Dinan, 2.041.

Excellent serviteur qui s'est conduit d'une façon très brillante au feu. Grièvement blessé.

 

LEDRU Joseph, Marie, François - Premier-maître patron pilote - ; Date : 02/1915 ; Quartier/Matricule : Cancale, 711 ; Unité : Flottille des torpilleurs de Dunkerque.

Belle conduite dans une opération de guerre de la flottille des torpilleurs de Dunkerque, a été grièvement blessé.

 

LEDUN Charles - Matelot torpilleur - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Fécamp, 4.277 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 


LEFEVRE A.C.J.M. - Enseigne de vaisseau du croiseur-cuirassé LEON GAMBETTA

LEFEBVRE Charles, Alphonse, Maurice - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 04/1916 ; Unité : ESTAFETTE (arraisonneur).

Commandant un arraisonneur. Officier très énergique, d'un esprit de décision remarquable ; se trouvant inopinément au voisinage d'un champ de mines mouillées dans la nuit en pleine passe, a pris immédiatement toutes les dispositions pour écarter de la zone dangereuse les navires présents sur les lieux ; son bâtiment ayant sauté sur une mine, et bien que blessé par l'explosion, il a conduit lui-même en lieu sûr, après s'être fait porter sur la passerelle, le navire qui l'avait recueilli et qui setrouvait dans une situation critique au milieu des mines.

 

LEFEUTUN R.C.A.J. - Médecin de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Blessé au feu, en pansant les blessés.

 

LEFEVRE A.C.J.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Déco. posthume ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Pendant l'engloutissement du LEON GAMBETTA, a éclairé les échelles inférieures avec des lampes de poche ou des allumettes, permettant ainsi à l'équipage de monter sur le pont et de se sauver. A travaillé ensuite à mettre les embarcations à la mer, acontribué par ses paroles et son exemple à maintenir l'ordre sur le pont ; a été jeté à la mer par le chavirement du navire et y a trouvé la mort.

 

LEFEVRE Marcel - Matelot sans spécialité -  ; Date : 10/1919 ; Quartier/Matricule : 39.493-1.

Le 4 août 1917, a fait l'admiration de tous par le calme dont il a fait preuve en transmettant des signaux par projecteur sous un feu violent de mitrailleuses. Blessé grièvement peu de temps après, a montré le plus grand courage en regagnant seul nostranchées dans un terrain particulièrement difficile. A été déjà cité pour ce motif.

 

LEFF Yves, Marie - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 170 ; Unité : MARTHE (voilier).

Commandant le voilier MARTHE. Pour le courage et les belles qualités de commandement dont il a fait preuve en défendant son voilier contre un sous-marin.

 

LEFORT Louis, Jean - Quartier-maître canonnier réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Dunkerque, 4.512.

Energique et courageux. Blessé grièvement au sortir d'une tranchée. Amputé de la jambe gauche.

 

LEFRANC Fernand, Eloi, Casimir - Quartier-maître mécanicien observateur - ; Date : 12/1916 ; Quartier/Matricule : 34.361-1. ; Unité : Aviation maritime.

A attaqué un bâtiment ennemi à faible hauteur sous le feu et n'a cessé de montrer, en toutes circonstances, les plus belles qualités d'entrain, de sang-froid et de courage.

 

LEFRANC H.J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : Aviation maritime.

A malgré son infirmité, M. Lefranc s'est cassé les deux jambes il y a un an, accompli comme observateur et tireur de nombreux vols au-dessus des lignes ennemies. Il a donné le plus bel exemple d'endurance, d'énergie et de dévouement et s'est affirmécomme un officier remarquable à tous point de vue.

 


LEGRAND F. - Lieutenant de vaisseau du cuirassé BOUVET

LEGAGNOUX Joseph, Louis, Marie - Premier-maître patron pilote -  ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 742.

A participé avec habileté aux opérations de débarquement à Koum-Kalé sous le feu de l'ennemi. A commandé, avec énergie et sang-froid, son torpilleur dans diverses circonstances où ses missions l'ont exposé au feu très actif des batteries ennemies. A été cité à l'ordre du jour de la brigade.

 

LEGAIGNOUX Joseph - Quartier-maître timonier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 4.553 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

Disparu à son poste de combat à bord du sous-marin ARIANE torpillé le 19 juin 1917 étant en croisière.

 

LEGRAND F. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 1915 ; Unité : BOUVET (cuirassé).

A assuré pendant tout le combat du 18 mars, le service des transmissions au poste central dans de parfaites conditions, malgré les continuels changements d'objectif au transport de tir d'un bord à l'autre sans cessation du feu. Est mort à son poste lorsque le bâtiment a chaviré.

 


LEIZOUR Pierre - Matelot gabier breveté de la SURPRISE

LEHOERFF Auguste, Edmond - Maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Cancale, 243 ; Unité : LOIRET.

Etant officier de quart sur le LOIRET a, par sa surveillance attentive, et la décision de sa manoeuvre, soustrait ce bâtiment à l'atteinte certaine d'une torpille.

 

LEIZOUR Pierre - Matelot gabier breveté - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 94.764-2 ; Unité : SURPRISE (canonnière).

Blessé mortellement à la barre de son embarcation, le 21 septembre 1914, en conduisant à terre le 3e échelon de débarquement sous un feu violent. Atteint mortellement de deux balles, eut pour dernière préoccupation le salut de l'embarcation qu'il conduisait en désignant son successeur. Combat de Coco-Beach (21 septembre 1914).

 

LEJAY G. - Capitaine de vaisseau - ; Date : 08/1915 ; Unité : Flottilles de torpilleurs.

Chef de division, commandant les flottilles de torpilleurs de la première armée navale. A organisé de nombreuses opérations offensives et y a coopéré personnellement avec son bâtiment, en se distinguant toujours par son activité et son énergie remarquables.

 

LEJEUNE Félix - Matelot canonnier réserviste - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : La Hougue, 1705. ; Unité : AFRIQUE II.

A, par son sang-froid et son habileté professionnelle, rendu décisive l'intervention à grande distance du chalutier AFRIQUE II et a contribuer ainsi à sauver d'une perte certaine le transport français COLBERT canonné par un sous-marin ennemi.

 

LELEU Raymond - Matelot sans spécialité - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Honfleur, 1.080 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

LELIAS Louis - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 14.795-3 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

LELOUP André, François - Matelot fusilier breveté - ; Date : 10/1915 ; Quartier/Matricule : 18.350-3.

Brillante conduite au combat du 21 octobre 1914. Grièvement blessé en faisant vaillamment son devoir. Amputé de la jambe gauche.

 

LELOUP Marcel - Matelot, pilote aviateur - ; Date : 06/1918 ; Quartier/Matricule : 35.975-1.

Pilote d'élite d'une endurance et d'un entrain jamais démentis. 235 heures de vol. Mort au cours d'une reconnaissance.

 

LEMAIRE Jean - Quartier-maître de manoeuvre - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Gravelines, 1.941 ; Unité : ADRIEN.

Sous un feu très violent, a fait les plus grands efforts pour aider à sauver son embarcation en la remorquant à la nage. Tué le 24 août 1915.

 

LEMAIRE Jean - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 11/1915 ; Unité : ADRIEN.

Sous un feu très violent, a fait les plus grands efforts pour aider à sauver son embarcation en la remorquant à la nage. Tué.

 

LEMAITRE Pierre - Officier de 4e classe des équipages de la flotte (fusilier) - ; Date : 11/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Sert à la brigade des fusiliers-marins depuis un an, toujours avec la même volonté, le même courage tranquille et la même énergie.

 

LEMEE Julien, Louis - Matelot sans spécialité - ; Date : 05/1916 ; Quartier/Matricule : Granville, 50.517.

Grièvement blessé à Dixmude, le 30 octobre 1914. Paralysie du bras droit.

 

LEMOINE - Canonnier breveté - ; Date : 03/1919 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 24.558.

S'est présenté comme volontaire pour armer seuls un chaland-canonnière français envoyé au front de la Dvina, en remplacement d'une unité alliée coulée ; soumis à un feu violent, s'est fait remarquer par sa brillante conduite et par l'efficacité de son tir.

 

LEMOINE - Sous-lieutenant - ; Date : 08/1917 ; Unité : ELOBY.

Mort en accomplissant son devoir militaire lors de la perte de l'ELOBY torpillé par un sous-marin ennemi.

 

LEMONIER Louis, Emile, Sylvain - Matelot sans spécialité - ; Date : 01/1916 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 7.063.

Grièvement blessé le 16 décembre 1914. Amputation de la jambe gauche.

 

LENEVEU Louis - Matelot sans spécialité - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Volontaire pour une reconnaissance de jour, blessé.

 

LENNON François - Apprenti-marin réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 99.827-2.

Excellent serviteur. Blessé. Amputé de trois doigts de la main gauche.

 

LENORMAND René, Pierre - Lieutenant de vaisseau auxiliaire -  ; Date : 12/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 358.

A montré de belles qualités militaires et professionnelles au cours d'un combat qu'il a soutenu pendant quatre heures contre un sous-marin. Déjà cité à l'ordre de l'armée le 14 mars 1917.

 


LEON des ORMEAUX Max - Lieutenant de vaisseau à la brigade des fusiliers-marins

LEON Emile, Philippe - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Paimpol, 120.

Pour l'énergie et le sang-froid dont il a fait preuve lors du torpillage de son bâtiment et grâce auxquels il a pu sauver son navire et son équipage.

 

LEON Emile, Philippe - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 11/1916 ; Unité : SAINT LOUIS V.

Commandant le ravitailleur SAINT LOUIS V. A par son courage et sa résolution, sauvé plusieurs fois son navire attaqué par des sous-marins. Avait déjà à son actif, plusieurs actes de courageuse assistance à des bâtiments torpillés.

 

LEON des ORMEAUX Max - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 01/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier capable et très dévoué. Conduite au feu remarquablement brillante dans la journée du 10 novembre.

 

LEOST Alexandre, Marie - Maître fusilier - ; Date : 06/1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 5.558. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Belle attitude au feu à la brigade des fusiliers-marins. Déjà cité à l'ordre du régiment.

 

LEOST J.F. - Deuxième maître canonnier - ; Date : 08/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.736. ; Unité : KLEBER (croiseur cuirassé).

A pris spontanément le commandement de la section 47 la plus exposée, a été blessé pendant le combat.

 

LEPERSON Georges - Capitaine au long cours - ; Date : 12/1916 ; Unité : VILLE D'ALGER.

Commandant la VILLE D'ALGER. Son navire étant canonné par un sous-marin, a fait preuve de sang-froid et de décision dans la riposte et est parvenu à se faire abandonner par l'ennemi.

 

LEPEUPLE Emile, Raoul - Médecin de 1ère classe - ; Date : 1915 ; Unité : GAULOIS (cuirassé).

Grande valeur professionnelle, constant dévouement. Belle attitude au feu pendant le combat du 18 mars.

 


LERAN Victor, Marie - Second-maître charpentier à la brigade des fusiliers-marins

LEPINE Jules - Matelot sans spécialité - ; Date : 10/1916 ; Quartier/Matricule : Boulogne, 2.164 ; Unité : MONTAIGNE (patrouilleur).

Marin d'un courage et d'un calme remarquables. Sérieusement blessé à la nuque lors de l'attaque de son bâtiment par des torpilleurs ennemis, n'a pas quitté son poste sous les rafales d'obus qui tuaient à ses côtés le commandant et le timonier. A donné l'exemple de l'énergie et du sang-froid pendant l'évacuation de son navire qui coulait.

 

LEPORT Ernest - Matelot mécanicien - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : 23.824-3 ; Unité : MARIOTTE (sous-marin).

Au cours d'une mission périlleuse, le 26 juillet 1915, le sous-marin sur lequel il était embarqué, s'est trouvé dans une situation désespérée, ayant été accroché par des mines ; a montré un sang-froid et une discipline dignes de tout éloge et n'a évacué le bâtiment que sur un ordre formel, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse tomber aux mains de l'ennemi.

 

LERAN Victor, Marie - Second-maître charpentier -  ; Date : 05/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 4.451. ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Présent depuis le début de la campagne, zélé et courageux, quoique blessé est resté pour diriger son équipe de pionniers chargée de la confection d'un réseau de fil de fer à proximité de l'ennemi.

 

LERAY Joseph, Georges - Enseigne de vaisseau de 2e classe, pilote aviateur - ; Date : 07/1918.

Officier brave, actif, d'une énergie à toute épreuve. A, dans une attaque brillamment conduite, mis hors de combat un sous-marin ennemi, à grande distance du centre, par mauvais temps.

 

LERNAVEC H.A.M. - Officier de 1ère classe des équipages de la flotte - ; Date : 08/1915 ; Unité : GOLIATH.

Chargé de l'opération difficile de la mise à terre et du réembarquement d'une batterie de 75 sous le feu de l'ennemi, a fait preuve d'un calme et d'un sang-froid inébranlables, de beaucoup d'activité et de qualités professionnelles remarquables.

 

LEROY François - Matelot de 1ère classe, fusilier breveté - ; Date : 02/1919 ; Quartier/Matricule : C.M., 3.694 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Fusilier breveté qui a donné à l'assaut du moulin de Laffaux, le 14 septembre 1918, l'exemple du plus beau courage. Grièvement blessé, ne s'est laissé évacuer qu'après la conquête des positions ennemies.

 

LEROY François, Eugène, Alphonse - Maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 12/1919 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 61.

A grandement contribué, par sa courageuse énergie, à la conservation de son bâtiment avarié par une mine. Grièvement blessé ; réformé en raison de sa blessure.

 

LEROY Marcel - Sous lieutenant - ; Date : 12/1916 ; Unité : 9e escadron du train des équipages.

S'est affirmé comme un officier d'élite dans toute l'acceptation du mot en assurant d'une façon parfaite l'éxécution des ordres donnés par le commandant d'armes, lors du torpillage du CROSSHILL ; a fait montre au moment du danger, des plus hautes qualités de sacrifice, de dévouement et d'autorité qui l'ont imposé à la confiance de ses hommes ; n'a quitté le bâtiment torpillé qu'après s'être assuré qu'il ne restait personne à bord, alors que toutes les embarcations et les radeaux s'étaient éloignés du lieu du sinistre.

 

LESCANNE J. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1919.

Chef d'un groupe de patrouilleurs pendant les hostilités. Officier d'élite énergiqu et brave qui s'est entièrement dévoué à sa tâche. A rendu de brillants services dans les escortes du temps de guerre et en particulier lors du sauvetage du destroyeranglais COMET.

 

LESCOP Léonce, Louis, René - Mécanicien principal de 2e classe - ; Date : 1917 ; Unité : CAPITAINE MEHL.

Officier d'une haute valeur morale et professionnelle. D'un dévouement absolu. Au cours d'une action très vive, le 19-20 mai 1917, a pu, grâce à son sang-froid et à son appréciation judicieuse d'une avarie, maintenir une allure qui a permis à son chef de mener le combat jusqu'à la fuite de l'ennemi.

 

LESIEUTRE Léon, Georges, Emile - Premier-maître de manoeuvre temporaire - ; Date : 08/1918 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 7.035.

Brillante conduite au feu, volontaire pour toutes les missions périlleuses, a réussi à ramener dans nos lignes, sous le feu de l'ennemi, le corps d'un officier blessé mortellement dans une offensive.

 

LESLE Joseph - Second-maître charpentier - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 1.952 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Grièvement blessé à son poste de combat en novembre 1917 devant Gaza. A témoigné d'une belle endurance physique et morale. Evacué après pansement dans le salon du commandant, a supporté avec bonne humeur le tir des 27 AR et la prolongation des opérations pendant 24 heures.

 

LESNE Joseph, Marie - Premier-maître pilote - ; Date : 11/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 3.012.

A montré les plus belles qualités de bravoure et de décision comme commandant au cours d'un combat de nuit avec un sous-marin ennemi se terminant par la destruction très probable de l'adversaire, après un engagement des plus vifs à très petite distance.

 

LESPAGNOL François - Premier-maître canonnier - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 2.069 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

A donné le plus bel exemple de calme et de sang-froid dans l'organisation du sauvetage de l'équipage pendant la période critique qui a précédé le chavirement du bâtiment et pendant le sauvetage lui-même.

 

LESTROHAN Vincent - Maître fusilier - ; Date : 09/1917 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.574 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Chef de section de mitrailleuses hors ligne. Fait l'admiration de tous par son énergie et son courage volontaire pour rester au front, a pris brillamment part à tous les combats de la brigade et du bataillon de marins. Le 16 août 1917, sous un violent bombardement par obus asphyxiants et explosifs, a exécuté des tirs de barrage coupant la retraite à l'ennemi et a ainsi coopéré à la capture d'une centaine de prisonniers. A fait preuve d'énergie en restant à son poste malgré un commencement d'intoxication.

 

LETENNEUR Jules - Matelot fusilier breveté réserviste - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : 21.413-3.

Très brave et très dévoué. Grièvement blessé. Amputé du bras droit.

 

LETHEULLE Jean - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 1915 ; Quartier/Matricule : 23.881-3 ; Unité : MONGE (sous-marin).

Son sous-marin se trouvant dans une situation désespérée, le 28 décembre 1915, a assuré, avec une discipline et un calme parfaits, les services dont il était chargé jusqu'à la dernière minute et montré un esprit de sacrifice digne de tout éloge.

 

LETOREY - Maître mécanicien - ; Date : 04/1916 ; Unité : MIQUELON (caboteur).

A fait preuve de zèle, d'habileté professionnelle et de dévouement dans des circonstances particulièrement critiques lors de l'attaque de son bâtiment par un navire ennemi.

 

LEVASSEUR Julien, Pierre - Matelot de 1ère classe, mécanicien pilote aviateur - ; Date : 11/1915 ; Unité : Aviation maritime.

A participé à de nombreuses et périlleuses reconnaissances sous le feu de l'ennemi. S'est particulièrement distingué dans la tentative hardie de franchir une montagne de 2200 mètres en hydro-avion.

 

LEVEQUE Alexandre - Lieutenant de vaisseau auxiliaire - ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Brieuc, 427 ; Unité : MADELEINE II (trois-mâts goélette).

Pour l'admirable énergie dont il a fait preuve en acceptant et en soutenant avec son voilier, dans des conditions très défavorables, un combat particulièrement violent avec un sous-marin puissamment armé. Grièvement blessé, n'a cessé de donner à son équipage le plus bel exemple de qualités morales. N'a quitté son navire coulant bas et incendié qu'après avoir épuisé toutes ses munitions.

 

LEVEQUE de VILMORIN H.L.M.G. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 12/1915.

Officier qui s'est signalé tout particulièrement et à maintes reprises à l'attention des chefs de corps et a contribué hautement à la réussite d'opérations militaires.

 

LEVILLAIN Albert, Alexandre - Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve - ; Date : 09/1915 ; Unité : Aviation maritime.

Au cours d'une mission de bombardement ordonnée, comme observateur d'avion, a aidé un pilote blessé dans le pilotage de l'appareil, et a, par son sang-froid, permis au pilote de conserver sa connaissance jusqu'à l'atterrissage de l'avion dans nos lignes.

 

Albert-Alexandre LEVILLAIN : Photo de gauche au début de la guerre, entouré de ces hommes probablement au Centre du Touquet. Photo de droite : à bord du dragueur de mines "Le Nomadic", alors qu'il commandait l'escadrille des dragueurs de mines de la Basse Loire. Le peintre de la marine René Pinard qui embarqua sur un de ses dragueurs fit une aquarelle semblable à cette photo, ainsi que d'autres aquarelles et lavis qui firent l'objet d'un album dédicacé à mon grand-père. Les originaux en grand format de certains de ces lavis son exposés en permanence au Musée de la Marine à Paris.

 

 

LEVRIER Joseph, Marie - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Nantes, 494 ; Unité : CASSINI (torpilleur).

Disparu avec son bâtiment torpillé par un sous-marin ennemi en accomplissant son devoir militaire.

 


L'HOTELIER Auguste - Maître mécanicien du croiseur-cuirassé LEON GAMBETTA

L'HELGOUACH Hervé - Quartier-maître fusilier, pilote d'hydravion - ; Date : 01/1918 ; Quartier/Matricule : 98.054-2.

A fait preuve de beaucoup de sang-froid, d'esprit de décision et d'habileté dans l'attaque exécutée par mauvais temps contre un sous-marin qui a été mis dans l'impossibilité d'attaquer un convoi et vraisemblablement avarié.

 


LHOTELLIER Eugène, Yves - Quartier-maître charpentier, pilote aviateur.

L'HEVEDER Louis - Fusilier breveté - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 5.562.

Marin d'un courage personnel magnifique et qui, a plusieurs reprises, a pris, sous le feu, le commandement d'une escouade. S'est imposé à l'admiration de sa compagnie par son sang-froid et son énergie. Le 1er novembre 1915 quoique atteint d'un éclatd'obus à l'épaule, n'a pas voulu quitter son poste de combat en première ligne. A été évacué le lendemain sur un hôpital de l'arrière. Deux citations : une à l'odre de la brigade, une autre à l'ordre du régiment.

 

LHOTE François - Quartier-maître fusilier - ; Date : 07/1915 ; Quartier/Matricule : Dinan, 4.157. ; Unité : FANFARE (torpilleur).

Gravement blessé. Du torpilleur d'escadre FANFARE, pour leur énergie, leur décision et leur sang-froid lorsque, se trouvant dans une baleinière envoyée en reconnaissance, cette embarcation a été attaquée et couverte par le feu de l'ennemi (23 décembre 1914).

 

L'HOTELIER Auguste - Maître mécanicien - ; Date : 04/1915 ; Quartier/Matricule : Lorient, 2.349 ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Est resté dans l'eau pendant 13 heures, a par ses efforts et son énergie aidé au sauvetage de plusieurs hommes de l'équipage en réunissant les épaves pour les soutenir.

 

LHOTELLIER Eugène, Yves - Quartier-maître charpentier, pilote aviateur -  ; Date : 05/1917 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 12.427. ; Unité : Aviation maritime.

A fait preuve de décision et de sang-froid dans la recherche et l'attaque d'un sous-marin ennemi. Déjà cité à l'ordre de l'armée pour ce motif.

 

LHOTELLIER René - Opérateur de T.S.F - ; Date : 07/1918 ; Quartier/Matricule : Saint Malo, 8.346.

Blessé grièvement à son poste de combat, a montré de belles qualités de courage, d'énergie et de dévouement dans l'accomplissement de son devoir.

 

LIASSE A.L. - Aspirant de marine - ; Déco. posthume ; Unité : LEON GAMBETTA (croiseur-cuirassé).

Alors que son bâtiment, torpillé deux fois, était sur le point de chavirer, a donné l'exemple du calme le plus admirable en faisant le sacrifice de sa vie pour permettre à un plus grand nombre des hommes de l'équipage de prendre place dans les embarcations. A été englouti avec son bâtiment.

 


LINDEBOOM Alfred - Commissaire de 2e classe auxiliaire.

LIBESPERE Albert - Matelot sans spécialité - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 60.743-5.

Serviteur courageux t dévoué. Le 9 mai, a ramené dans nos lignes une mitrailleuse enlevée à l'ennemi. Très grièvement blessé à la cuisse, alors qu'il était de veille dans un poste avancé.

 

LIEBENGUTH Henry - Sergent-major - ; Date : 01/1919.

Mis à la disposition de la marine par la guerre ; chargé de missions délicates et périlleuses, a montré, dans l'accomplissement de ses missions, beaucoup de dévouement, d'intelligence et de courage.

 

LIENARD Alphonse, Georges - Quartier-maître mécanicien réserviste - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : 28.101-1 ; Unité : ARIANE (sous-marin).

A fait preuve de courage et d'énergie lors du torpillage de l'ARIANE.

 

LIFFRAN J. - Médecin principal - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Médecin accompli. A montré dans la direction de son ambulance une grande activité et de grandes qualités de décision et de fermeté.

 

LIMBI Dominique - Matelot -  ; Date : 10/1917 ; Quartier/Matricule : 52.937-5 ; Unité : Détachement de fusiliers-marins.

Grenadier remarquable par son courage et son entrain. Le 16 août 1917, parti en avant de ses camarades, est entré le premier dans un ouvrage puissamment fortifié, faisant l'admiration de tous par sa fougue et son impétuosité. Déjà cité à l'ordre.

 


LITTAYE Henri - Enseigne de vaisseau auxiliaire à la brigade des fusiliers-marins.

LINDEBOOM Alfred - Commissaire de 2e classe auxiliaire - ; Date : 12/1915.

A rendu les meilleurs services à la brigade par la création d'ateliers parfaitement organisés et d'un bon rendement, malgré les moyens précaires dont il disposait. A été cité à l'ordre de la brigade pour les travaux qu'il a souvent dirigés sur le front.

 

LISSALDE Lucien - Matelot chauffeur breveté - ; Date : 03/1920 ; Quartier/Matricule : Bastia, 2.225 ; Unité : BERTHILDE (bâtiment de sauvetage).

Sur le pont au moment du torpillage de son bâtiment, le 12 juillet 1917, a fait preuve de beaucoup de calme et de sang-froid, jetant à l'eau de grosses piècesde bois qu'à la dernière limite. A la mer, a aidé ses hommes à se soutenir.

 

LITTAYE Henri - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 03/1915 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Très belle conduite au cours d'un évênement de mer. A été grièvement blessé.

 

LITTRE L.M.M. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 1915 ; Unité : PROVENCE.

Commandant la PROVENCE. A dirigé à plusieurs reprises avec succès des opérations de dragage, a réussi à sauver son bâtiment endommagé par l'explosion d'une mine, survenue le 7 mars.

 

LIZET - Premier-maître de mousqueterie - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Grièvement blessé. Brillante conduite au feu dans tous les engagements.

 

LIZIAR Eugène - Second-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Douarnenez, 2.991 ; Unité : BOUTEFEU (torpilleur).

Tué à son poste, le 15 mai 1917, sur le BOUTEFEU, au cours d'une opération de guerre.

 

LOHIER Jean - Quartier-maître timonier - ; Date : 12/1914 ; Quartier/Matricule : Lorient, 7.315 ; Unité : CURIE (sous-marin).

A fait preuve du plus grand héroïsme en pénétrant au fond d'un port ennemi malgré la multiplicité des moyens de défense, a lutté avec la plus grande énergie pour échapper à l'ennemi, et a coulé le bâtiment pour éviter qu'il ne tombe entre ses mains.

 

LOHIER Jean, Eugène, Désiré, Marie - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 12/1916 ; Unité : SURPRISE (canonnière).

Officier à bord de la SURPRISE : a dirigé et réussi les opérations de débarquement de trois détachements sous le feu de l'ennemi. S'est montré particulièrement brave au débarquement du troisième détachement qui s'est effectué sous une pluie de balles.

 

LOIR Henri - Matelot mécanicien, mécanicien d'hydravion - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 41.199-1 ; Unité : Aviation maritime.

Service exceptionnels rendus à l'aviation maritime ; mort en service commandé le 20 février 1917.

 

LOIR Henri - Matelot mécanicien d'hydravions - ; Date : 04/1917 ; Quartier/Matricule : 41.199-1. ; Unité : Aviation maritime.

Services exceptionnels rendus à l'aviation maritime. Mort en service commandé.

 

LOIZEAU George, Abel, Elie - Capitaine de frégate - ; Date : 1917 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Officier actif, énergique, a su donner un très bel entraînement à son équipage dont il a sans cesse développé la valeur morale. A obtenu de son bâtiment le meilleur rendement dans sa coopération avec les troupes britanniques de Palestine, principalement dans les opérations contre Gaza.

 

LOLES François, Louis, Marie - Matelot de 3e classe sans spécialité - ; Date : 09/1915 ; Quartier/Matricule : Binic, 8.028.

Précieux services rendus comme agent de liaison. A toujours fait preuve du plus grand courage. Amputé du bras gauche.

 

LOLLICHON Pierre - Quartier-maître canonnier - ; Date : 01/1919 ; Quartier/Matricule : Lorient, 9.634 ; Unité : ALEXANDRA.

Disparu avec son bâtiment, le 8 mars 1918, au cours d'un combat en accomplissant son devoir militaire.

 

LONDRES Arthur - Quartier-maître mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 56.359-5 ; Unité : FOURCHE (torpilleur).

Tombé glorieusement dans les machines et la chaufferie arrière devant les appareils dont il avait la conduite ; a disparu avec le bâtiment, le 23 juin 1916.

 

LONGAUD L.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 1915 ; Unité : COULOMB (sous-marin).

Officier en second du sous-marin COULOMB. Officier calme et plein d'entrain. S'est particulièrement distingué par son courage et son sang-froid le 11 mars 1915, lorsque le bâtiment s'est trouvé dans une situation critique, subissant le feu de l'ennemi, alors qu'une mine était engagée sous la coque.

 

LORANT Eugène - Second-maître fusilier temporaire - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : 90.334-2.

A la brigade depuis sa formation. Promu successivement Quartier-maître, puis Second-maître pour sa belle conduite au feu. Sous-officier d'élite cité à l'ordre de la division.

 

LORCY J.M. - Quartier-maître de manoeuvre - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Le Havre, 7.585 ; Unité : JEANNE ET GENEVIEVE (patrouilleur).

Serviteur actif et dévoué. Légèrement blessé lors de l'explosion d'un obus, a de lui-même pris le poste d'un pourvoyeur qui avait été tué à sa pièce.

 

LORDON Pierre - Matelot fusilier - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : Bayonne, 5.239 ; Unité : REPUBLIQUE.

Tué le 1er décembre 1916 pendant qu'il défendait une passerelle contre un ennemi supérieur.

 

LOREAL André - Enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire - ; Date : 03/1919 ; Unité : BROUAGE.

Officier en second du BROUAGE. Le bâtiment sur lequel il était embarqué ayant pris feu par suite d'une explosion due à un engin introduit à bord par un agent de l'ennemi, a assuré l'évacuation du personnel dans des conditions périlleuses avec beaucoup de calme et de sang-froid. A refusé de quitter le bord dans les embarcations pour rester auprès du commandant, et ne s'est jeté à la mer que sur l'ordre formel de celui-ci et au dernier moment. A ensuite soutenu le commandant dans l'eau jusqu'à l'arrivée du navire de secours.

 

LORFEVRE André - Enseigne de vaisseau de 1ère classe, pilote aviateur - ; Date : 1918 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Commande depuis 4 mois une escadrille d'hydravions dont il a su maintenir le moral malgré des avaries de moteurs en exécutant toujours sur lui-même les missions les plus hardies. Le 22 septembre, a attaqué au large un sous-marin ennemi qui n'a pas reparu après l'explosion des bombes. A renouvelé une attaque semblable le 24 septembre.

 

LORFEVRE André - Enseigne de vaisseau, pilote aviateur - ; Date : 05/1915 ; Unité : Escadrilles d'aviation B101 et B102.

Le 6 mai 1915, étant en reconnaissance, une tige de soupape ayant sauté et cassé une partie du bâti du moteur et de la cellule, n'a pas hésité à mettre le cap au large en prolongeant le plus possible son vol plané pour se mettre hors de vue des côtesennemies. Ayant améri, a réussi à remettre en marche son moteur avarié et, après deux heures de route au compas, en hydroplanant à travers le champ de mines et au milieu des bancs de brume, a ramené son appareil à bout d'essence.

 


LOUVART Hervé-Jean-Marie - Premier-maître fusilier. Ici vers 1929, alors promu comme officier principal des équipages.

LORHO Ernest - Maître commis - ; Date : 1917 ; Quartier/Matricule : Brest, 57.042 ; Unité : REQUIN (garde-côtes cuirassé).

Chef de l'équipe des brancardiers ; grièvement blessé par de multiples atteintes d'éclats d'obus, ne se fit panser qu'en tout dernier lieu et se comporta au milieu des autres blessés avec un calme et une dignité exemplaires.

 

LORIN M.A.C. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Adjoint au commandant du 1er régiment. S'est dépensé sans compter, nuit et jour, pour assurer la marche du service.

 

LOSCO Nicolas - Matelot mécanicien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 56.958-5 ; Unité : BURDIGALA (croiseur auxiliaire).

A fait preuve de plus grande énergie. Brûlé le 14 novembre 1916 en travaillant à une réparation à l'intérieur d'une chaudière au moment de l'explosion, n'a pu en sortir qu'avec l'aide de ses camarades. Mort des suites de ses blessures le 15 novembre1916.

 

LOUARN Simon - Quartier-maître fusilier - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : Audierne, 5.440.

Est resté bravement à son poste sous un feu violent et a été grièvement blessé.

 

LOURSEL M.O. - Officier de 4e classe des équipages de la flotte - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

A toujours montré les plus belles qualités et donné au feu l'exemple du courage et du sang-froid.

 

LOUSSOUARN Pierre - Matelot sans spécialité - ; Date : 01/1919 ; Quartier/Matricule : Quimper, 10.532 ; Unité : ALEXANDRA.

Disparu avec son bâtiment, le 8 mars 1918, au cours d'un combat en accomplissant son devoir militaire.

 

LOUVART Hervé-Jean-Marie - Premier-maître fusilier -  ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Médaillé militaire au Maroc pour faits de guerre : commande sa section avec beaucoup d'énergie.
Observations : Né en 1871 a Douarnenez. Promu officier principal des équipages en 1929.

 

LOZACHMEUR François - Second-maître fusilier - ; Date : 12/1914 ; Unité : 2e régiment de fusiliers-marins.

A été par son entrain, son énergie et son attitude, un exemple constant de bravoure. A été blessé.

 

LUCAS A.F.M. - Lieutenant de vaisseau - ; Date : 12/1914 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Officier dont la science militaire parfaite et prudente, bien qu'énergique, nous a donné le maximum de résultats avec le minimum de pertes.

 

LUCAS Jean, François - Quartier-maître électricien - ; Déco. posthume ; Quartier/Matricule : 78.054-2 ; Unité : SAPHIR (sous-marin).

A entrepris avec héroïsme une opération des plus périlleuses qui a entraîné la perte du bâtiment, le 16 janvier 1915.

 

LUCCHESI Dominique - Enseigne de vaisseau auxiliaire - ; Date : 08/1917 ; Quartier/Matricule : Marseille, 810.

A fait preuve d'un courage et de qualités militaires réelles défendant jusqu'à la dernière extrémité son navire contre un sous-marin.

 

LUCE Robert, Jean - Matelot fusilier breveté - ; Date : 05/1918 ; Quartier/Matricule : 35.826-1 ; Unité : Bataillon de fusiliers-marins.

Excellent fusilier, d'une bravoure éprouvée, ayant toujours montré au feu les plus belles qualités militaires ; a été grièvement blessé au cours d'une patrouille. Deux blessures antérieures ; une citation.

 

LUCMARET P.L. - Canonnier breveté - ; Date : 04/1918 ; Quartier/Matricule : 58.044-5 ; Unité : G-1 (goélette de patrouille).

Pointeur de la pièce d'un bâtiment de patrouille ; attaqué par un sous-marin bien supérieur en armement, l'a touché à plusieurs reprises et notamment à grande distance, et l'a obligé à s'enfuir.

 

LUGUERN Eugène, Hippolyte - Premier-maître mécanicien - ; Date : 12/1915 ; Quartier/Matricule : Brest, 8.948.

Mort pour la France, tué par l'explosion d'une mine qui l'a englouti avec son bâtiment.

 

LUNEAU A.P.E.M. - Enseigne de vaisseau de 1ère classe - ; Date : 12/1916.

A fait preuve du plus grand sang-froid au moment de l'explosion d'une mine qui a fait sombrer son torpilleur et a pu, grâce aux mesures judicieuses qu'il a prises avec décision, assurer le sauvetage de la plus grande partie de son équipage. A montréune abnégation digne d'éloges, en abandonnant, bien que nageur ordinaire, le baril-galère qui le soutenait à un de ses hommes sur le point de couler.

 

LUNEAU Alcide - Quartier-maître mécanicien - ; Date : 03/1915 ; Quartier/Matricule : 12.550-4 ; Unité : Brigade des fusiliers-marins.

Toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses, est un entraîneur d'hommes. S'est particulièrement distingué (19 octobre). Blessé le 10 novembre, est revenu à sa compagnie où il continue de faire preuve des plus belles qualités. Le 14 février, a installé une pièce à 10 mètres des tranchées allemandes, sous le feu de l'ennemi, coopéré à la destruction de ces tranchées et ramené sa pièce. A pris une part active à l'attaque de nuit d'un fortin ennemi dans la nuit du 11 au 12 mars.

 

Vous avez reconnu quelqu'un parmi ces marins, et vous souhaitez apporter au texte des corrections ou compléments (photographie) : Ecrivez nous.

Transcription Net-Marine. Quelques photographies ont été publiées par le journal L'Illustration à partir du 30 janvier 1915, mais d'importantes lacunes subsistent.


[Sommaire Héros maritimes de la 1ère guerre mondiale] [Sommaire Net-Marine]