La revue navale de la « Grande Semaine Maritime » du Havre

25 juillet 1921

Du 20 au 27 juillet 1921 est organisée au Havre, sous l'égide de la Ligue Maritime et Coloniale Française, une « Grande Semaine Maritime » avec en point d'orgue une revue navale le 26 juillet.

Cette « Grande Semaine Maritime » reçoit l'appui du Ministère de la Marine, des Conseils Généraux, des Municipalités et des Chambres de Commerce avec le concours également des Sociétés des Régates et des Sociétés Sportives.

Le 21 juillet, l'escadre arrive au Havre sous une épaisse brume. Les sémaphores ne voyaient pas à 3 nautiques, et c'est par radio transmis par le poste de Bleville que l'on apprend l'approche des unités navales.


Il y a foule en rade du Havre pour assister à la parade navale.

La presse havraise relate que les unités ont été entendues avant d'être vues :
« Un bruit sourd raisonne dans le lointain, c'est le Bretagne, vaisseau amiral du commandant de la division de la Méditerranée l'amiral Salaun qui tire une salve lors de son arrivée sur rade ».

A ce moment, les croiseurs américains USS Pittsburgh et britannique HMS Dauntless au mouillage lui répondent coup pour coup.

Quelques heures plus tôt à la vue de la terre le croiseur cuirassé USS Pittsburgh, a salué, avec son artillerie, son arrivée sur rade à laquelle avaient répondu les batteries de côte. Le USS Pittsburgh bat pavillon du contre-amiral Niblack, commandant en chef des forces navales américaine dans les eaux européennes.

Le 25 juillet, le Président de la République, Alexandre Millerand, arrivé au Havre par le train, se dirige vers le port où il doit embarquer à bord de l'Amiral Sénès, afin de passer la Flotte en revue.

Le président de la république Alexandre Millerand est à bord du contre-torpilleur Amiral Sénès, accompagné par des parlementaires et les autorités départementales.

Le croiseur Tourville et le torpilleur Marocain suivent l'Amiral Sénès, derrière la seconde escadre avec les torpilleurs Algérien, Arabe et Sakalave. Sont passés en revue : le cuirassé Bretagne, viennent ensuite la Provence, la Jeanne d'Arc, le Gueydon, les torpilleurs Aventurier, Francis Garnier, Protet, Mécanicien principal Lestin et un sous marin.


Le torpilleur Marocain et devant lui l'amiral Sénés.

Le croiseur cuirassé Pittsburg fait l'admiration des havrais.
Le cuirassé Bretagne en rade du Havre

Sont également passés en revue le yacht Pourquoi pas du commandant Charcot, le croiseur Strasbourg (ex-allemand Regensburg) et l'aviso Verdun.

Une « saucisse » amarrée à la Vaillante plane dans le ciel, et un dirigeable, venu de Cherbourg, survole la revue.

Après la revue, l'Amiral Sénès, et les torpilleurs de l'escorte jettent l'ancre. Le président Millerand, à bord d'un chasseur, se rend sur la Bretagne afin de saluer l'amiral Salaun.

Soudain des coups de canon éclatent, six torpilleurs passent à toute allure et bombardent, c'est le simulacre de l'attaque. Les torpilleurs répondent coup pour coup et chassent « l'ennemi » qui est ensuite bombardés par l'escadre.

A l'issue de la parade navale, le président de la République part vers Rouen à bord de l'Amiral Sénés.

Sont présents au Havre pour les festivités : le cuirassé Bretagne, le cuirassé Provence, les croiseurs Jeanne d'Arc, Strasbourg (ex allemand Regensburg), Tourville, Gueydon, les torpilleurs Marocain, Sénégalais, Kabyle, Algérien, Arabe et Sakalave, le torpilleur 321, les torpilleurs Aventurier, Francis Garnier, Protet, Mécanicien-Principal Lestin, le contre-torpilleur Amiral Sénés, l 'aviso Verdun, le dragueur de mines Vaillante.


On prend la pose pour le photographe.

Quelqu'un reconnaît ce bateau ?

Le cuirassé Bretagne au Havre.

Par Guillaume Rueda pour Net-Marine © 2012. Merci à Philippe Valetoux pour son aide précieuse. Photos collection particulière. Copie et usage : cf. droits d'utilisation.