Les bâtiments ayant porté le nom d'Etoile

« Etoile » est un nom parmi ceux les plus portés dans la Marine française. Pas moins de 20 bâtiments ont reçu ce patronyme :


Rôle d'équipage du vaisseau L'Etoile en 1683. Le bâtiment est alors commandé par le commandeur Des Gouttes, son second est le comte Des Gouttes, une affaire de famille...
(A.N. fond marine C6-1162 - Photo © JM Roche)

Un vaisseau (1622), offert au Roi par la ville de Saint Malo, et qui participa au combat de Saint-Martin de Ré le 26 octobre 1622.

Un vaisseau de 48 canons (1673-1687) construit à Rochefort comme brûlot, sous le nom d'Actif, et rebaptisé Etoile le 6 décembre 1675. Il fait campagne à Terre Neuve (CV de Sourdis), puis aux Antilles, participe à la prise de Gorée et celle de l'île de Tobago (1677), aux bombardements d'Alger (1682-1683). En 1690, il combat 15 galères espagnoles sur les côtes d'Italie (cdt Gineste). Il est rayé des listes à Toulon en 1697.
Caractéristiques : 350 à 450 t ; 34,1 x 10,4 x 4,5 m ; plan Chaillé ou Malet ? ; 200 h ; XVIII.12.

Une frégate de 30 canons (1703-1704) construite au Havre. 8/1704 : Dans l'armée navale du comte de Toulouse à la bataille de Velez-Malaga ; Laissé devant Gibraltar avec la division du CA Pointis ; 9-10/11/1704 : La division est surprise par une escadre anglaise, l'Etoile est capturée par HMS Swallow après un rude combat devant Gibraltar, et devient HMS Swallow's prize. Le 29 juillet 1711, alors qu'il entrait dans le port d'Ajaccio pour la première fois,il touche un rocher à fleur d'eau et coule rapidement (capt John Shales).

Une corvette de 8 canons type Agathe (1708-1718) construite à Rochefort. Bapstisée Etoile le 11 août 1708, elle est rayée des listes en novembre 1718 dans ce même port, après une carrière sans grande histoire.
Caractéristiques : 78 t ; 21,4 x 5,5 x 2,6 m ; Masson ; 20 à 70 h ; VIII.8.

Une frégate de 42 canons (1745-1747) construite au Havre. Désignée également vaisseau de 50 canons ; 10/5/1747 : Quitte l'Ile d'Aix en escorte d'un convoi pour le Canada (escadre de La Jonquière) puis est intercepté au Cap Ortegal le 14/5 par l'escadre anglaise d'Anson ; Un combat inégal s'engage (14 vaisseaux anglais contre 8 français), l'Etoile est alors incendiée par son équipage pour éviter sa capture par l'ennemi.
Caractéristiques : 650 t ; 41,7 x 12 x 5,5 m ; Chaillé ; Fine voilière ; 250 h ; 40 à 50 canons.

Une corvette (1762-1780) construite à Nantes comme flûte de commerce Placelière, elle est achetée le 4 août 1762 sur cale par le Roi, et renommée en avril 1763. En 1766, elle participe comme conserve de la Boudeuse à l'expédition de Bougainville. De 1773 à 1777, elle visite la Chine et l'océan Indien. Transformée à partir de 1779 en prison puis en ponton à Lorient, on perd sa trace après 1780.
Caractéristiques : 400 t ; 33,8 x 9 x 4,2 m ; XIV.8 + XX.6.

Une frégate de 26 canons type Mignonne (1766-1767) mis en chantier à Toulon en 1766 sous le nom d'Etoile, puis rebaptisée Fine le 16 février 1767. La construction est abandonnée l'année suivante.
Caractéristiques : 500 t ; 39 x 10,4 x 4,5 m ; Plans Doumet ; XXVI.8.

Une gabare plate (1777-...) pour le port de Rochefort, dont on ne sait rien ou presque.

Un lougre de 8 canons (1780-1784) et 26 tonnes, construit à Nantes. En service en mars 1780, et rayé à Brest en 1784.

Une flûte type Seine (1783-1796) construite à Bayonne. Désignée également gabare, elle est prise le 20 mars 1796, par une division anglaise près de la pointe du Raz (LV Berthelin). Non incorporée dans la Royal Navy.
Caractéristiques : 670 t ; 43 x 9,7 x 5,1 m ; XX.8 + IV.4


L'aviso roues Etoile (1858-1878) Rochefort.
(© SHD Rochefoprt - 2G4-905- p142).

Une canonnière (1798-1800), tartane marchande de 4 canons, parfois désignée aviso. Elle est réquisitionnée à Marseille en mars 1798, pour l'expédition d'Egypte. Expédiée de Toulon à Malte, elle est prise le 1er août 1800 par un brick de guerre anglais dans les parages du cap Bon. Son commandant l'EV Reynaud est acquitté le 13 décembre 1800 par jugement du conseil martial.

Une frégate de 44 canons (1813-1814) construite à Nantes, d'où elle part en novembre 1813 (CV Philibert) avec la Sultane pour faire la guerre au commerce anglais. Le 24 janvier 1814, elles combattent vaillamment les frégates HMS Astrea et Creole. Le 27 mars 1814, L'Etoile est prise par la frégate HMS Hebrus et le brick Sparrow à l'entrée de la Manche. Elle est ensuite incorporée dans la Royal Navy comme HMS Topaze.
Caractéristiques : 1060 t ; XXVIII.18 + II.8 + XIV.caronades.22.

Une goélette de 6 canons (1815-1845) provenant de l'Ile d'Elbe, et achetée en 1815. Elle participe en 1823 à la guerre d'Espagne (EV Olivier), avant d'être affecté comme stationnaire en Corse pour la plus grande partie de sa carrière, et d'où elle effectue diverses croisières en Méditerranée. Désarmée à Toulon en 1845, elle est condamnée le 9 novembre 1848.
Caractéristiques : 20,2 x 5,74 x 1,75 m ; VI.6.

Un aviso à roues (1858 - 1878) construit à Rochefort. Il est affecté à la station locale du Sénégal, et participe en 1861 à l'expédition du Cayor (cdt Aube). En 1862, il est affecté à la division des côtes occidentales d'Afrique. Le 9 juillet 1865, il rentre à Rochefort et désarme, avant de repartir de 1866 à 1870 comme stationnaire au Sénégal. Mis en réserve en 1872, on le retrouve par la suite en Guyane, puis stationnaire à la Martinique (1876-1877). Il est rayé le 20 avril 1878, puis démoli en 1879 à Rochefort.
Caractéristiques : 557 t ; 400 cv ; 50 x 7,4 x 2,7 m ; En bois ; 1 machine Indret ; 62 h ; 4 canons.


Plan d'une chaloupe canonnière type n°12 destinée à l'expédition de Chine (1865 © Centre des Archives de l'Armement - GM11PL0589)

Une chaloupe-canonnière démontable type n°12 (1861-1863) construit au Forges et Chantiers de la Méditerranée (La Seyne-sur-Mer), comme Canonnière n°15, elle est armée à Brest et transportée en Chine en 1861, pour participer à l'exploration franco-anglaise du Pei-Ho (LV Kerney). En 1862, elle est renommée Etoile, et navigue sur Yang-Tsé. Le 14 octobre 1863, elle coule à Shangaï, suite à une explosion de chaudière. Elle est rayée des listes le 26 janvier 1864.
Caractéristiques : 90 t ; 64 cv ; 25,5 x 4,4 x 1,4 m ; Plans Dupuy de Lôme ; En fer ; 1 mât goélette ; 169 m2 voiles ; 1 machine à pilon ; 1 hélice ; 8 nds ; 26 h ; I.30.


Affiche de vente du remorqueur Etoile (1932).

Un garde-pêche (1865-1899) qui est armé à Lorient en 1865 sous le nom d'Etoile (ou garde-pêche 6L), mais ne garde ce nom que peu de temps, puisqu'il est rebaptisé Penerf en 1866. Il sert ensuite d'annexe au Chamois (1870 et 1873-75), à l'Euménide (1876-86), à l'Albatros (1887-90), au Caudan (1891-96). Condamné, il est mis en vente en 1900 à Lorient.
Caractéristiques : 10 h.

Une canonnière (1885-1899) du type éponyme, construit à Lorient. Il débute sa carrière en Atlantique Sud, station de la Plata, puis dans l'océan Indien (hydrographie du golfe de Tadjourah, répression du trafic d'esclaves en mer Rouge). A partir de 1897, il est stationnaire à Constantinople, puis en 1899 à Madagascar ; 27/2/1900 : Rayée puis cédée au ministère des colonies aux ordres du général Gallieni.
Caractéristiques : 450 t ; 400 cv ; 44,3 x 7,3 x 2,7 m ; 70 h ; VI.100 + I.65.

Un torpilleur numéroté type 201 (1898-1913) construit aux Forges et Chantiers de la Gironde (Bordeaux). Il rallie Toulon en 1900. En 1911, il est renommé Etoile, et sert à l'école des canonniers de Toulon. Il sera réutilisé comme but de tir pour les exercice de lancement de torpilles. En 1913, il est coulé au cours d'une école à feu, à 2 nautiques de la pointe de Carqueiranne.
Caractéristiques : 86 t ; 1600 cv ; 39,2 x 4,1 x 2,6 m ; II.T + II.37 ; Symb. de coque : 207.

Un remorqueur (1913-1932), également désigné chaloupe, construit vers 1910 et acheté par la Marine en 1913 pour le port de Toulon. Le mauvais état de sa chaudière en 1932, conduit à ordonner sa condamnation. Il est vendu la même année.
Caractéristiques : 70 t ; 140 cv.

La goélette à hunier (1932-...) Etoile est donc le 20ème bâtiment de la Marine française à avoir porté ce nom.

Jean-Michel Roche pour Net-Marine 2012. Copie et usage : cf. droits d'utilisation. Pour en savoir plus : Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours.


[Sommaire goélette Etoile]. [Sommaire Net Marine]