Le Commandement des Opérations Spéciales

Les Etats-Unis en 1986, la Grande-Bretagne en 1987 puis la France en 1992 ont ressenti la nécessité de fédérer leurs forces spéciales sous l'autorité d'un commandement opérationnel permanent et interarmées. D'autres pays ont suivi ou suivront cette logique, car elle correspond à un besoin avéré d'élargir l'éventail des moyens militaires conventionnels par la constitution de cette composante complémentaire, capable d'employer la force avec précision et de façon modulable. Par leur agilité et leur réactivité, les forces spéciales constituent un outil privilégié pour la prévention, la limitation ou la maîtrise de la violence. C'est ainsi qu'elles trouvent toute leur efficacité au cours des affrontements actuels, déclenchés sans déclaration de guerre, souvent sans adversaire désigné, sans front précis séparant les belligérants et où les menaces revêtent les aspects les plus inattendus.

Installé à quelques 80 mètres sous terre dans les dédales d'une ancienne carrière de gypse à Taverny (nord-est de Paris), le COS est un état-major interarmées placé sous l'autorité directe du chef d'état-major des armées (CEMA). Son objectif est "de planifier, coordonner et conduire à son niveau, les actions menées par des unités spécialement organisées, entraînées et équipées pour atteindre des objectifs militaires ou paramilitaires définis par le CEMA".

Commandé par un officier général, le COS dispose à tout instant d'environ 2000 hommes appartenant aux unités dites "du premier cercle". Ce "premier cercle" comprend le 1er Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine (1er RPIMa), les Commandos Marine (Jaubert, Trepel, de Penfentenyo, de Montfort, Hubert) et le GCMC, le Commando Parachutiste de l'Air n°10 (CPA 10), le Détachement ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) des Opérations Spéciales (DAOS) une escadrille d'hélicoptères basés à Pau, ainsi que le Détachement des Opérations Spéciales (DOS) des avions de transport Hercules C130 et C160 dotés d'équipements spécialisés. En 2001, 80% des missions des Commandos Marine ont été effectuées au profit du COS.

Aujourd'hui, le COS et ses unités dédiées constituent un système de force parmi les plus performants. Au-delà de la pertinence de la doctrine, cette certitude se fonde principalement sur deux critères fondamentaux que seul un cercle très fermé de pays a su promouvoir : la pluridisciplinarité d'un dispositif interarmées, la qualité exceptionnelle du personnel des unités, fruit d'une sélection et d'un entraînement très rigoureux.


[Fusiliers et Commandos].[Sommaire Net-Marine]