Histoire du BPC Dixmude (2008 - ...)

Le 4 décembre 2008, à Douai, le président de la République Nicolas Sarkosy présente un plan de relance de l'économie, à hauteur de 26 Mds€, axé sur l'investissement, et qui dans son volet « défense » comprend l'acquisition d'un troisième Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) du type Mistral, neuf ans avant sa construction programmée.


Mise sur cale du premier bloc du BPC Dixmude, au chantier STX de Saint Nazaire (20 janvier 2010).

Le contrat pour ce 3e BPC est signé le 16 avril 2009, pour un montant de 420 M€, avec deux cotraitants, STX et DCNS, associés en tant que maître d'œuvre de la réalisation du bâtiment : STX pour la partie plate-forme propulsée, et DCNS pour le système de combat. La société Thales est le sous-traitant principal pour le système de télécommunications et celui de veille radar.

Le 16 décembre 2009, le futur BPC est baptisé du nom de « Dixmude », un nom qui évoque, entre autre, une des plus belles pages de l’histoire des fusiliers-marins, et aussi un dirigeable, ou l’un des premiers porte-avions d’escorte français engagé dans les missions d’appui des forces terrestres du conflit indochinois.

2010 : Une construction en un temps record

La mise sur cale du « G33 » (appellation chantier du Dixmude), intervient le 20 janvier 2010, date à laquelle le premier bloc du navire (439 tonnes) est positionné sur sa ligne de tins dans la forme A du chantier STX de Saint-Nazaire.

Une cérémonie est organisée à cette occasion, réunissant les principaux acteurs du projet, dont Jacques Simonneau, responsable STX de la construction et Patrick Legarsmeur, directeur du programme à la Direction Générale de l'Armement (DGA).

Tradition oblige, l'amiral Pierre-François Forissier, chef d'état-major de la marine, Jacques Hardelay, directeur général de STX France et Pierre Legros, directeur de la division système naval de surface de DCNS, déposent des pièces de monnaie dans un réceptacle soudé dans les fonds, afin de porter chance au navire.


Autour de l'amiral Pierre-François Forissier les acteurs du projet « G33 », lors mise sur cale du Dixmude à Saint-Nazaire (20 janvier 2010).

Des pièces de monnaie sont déposées dans un réceptacle soudé dans les fonds (20 janvier 2010).

Mise à flot du Dixmude - @Roberto Lunardo.

Fin avril, le bloc formant la partie supérieure avant dont l'étrave (30x32x10 mètres pour 690 tonnes) est positionné. Le Dixmude reçoit également ses moteurs (trois ensembles MAN de 110 tonnes pour 6 MW).

Le 28 juin 2010, l'îlot, qui accueille les passerelles de navigation et aviation, est mis en place.

Le 22 juillet 2010, a lieu la pose de la partie arrière du bloc passerelle, qui comprend notamment le PC aviation et la cheminée du BPC.

A partir de septembre 2010, les premiers marins qui seront affectés au Dixmude embarquent progressivement sur le Mistral (en carénage puis en stage de remise à niveau opérationnel), et sur le Tonnerre (en missions Emerald Move et Corymbe), pour se former à leurs futures fonctions à bord du troisième navire de la série, et être ensuite capables de former à leur tour les autres marins qui rallieront le Dixmude à l’été 2011.

Le 17 septembre 2010, le bâtiment est mis à flot à l'aide de bracons (bras métalliques motorisés) fixés à un chariot de halage monté sur rails, puis transféré de la forme A à la forme B des chantiers nazairien.


Premiers essais à la mer au large de Saint-Nazaire (avril 2011).

Le 9 novembre 2010, les deux mâts du navire sont embarqués : le mât avant (11 tonnes ) qui supportera le radar tridimensionnel MRR-3D et un radar de navigation, et le mât arrière (19 tonnes) qui sera notamment équipé de moyens de guerre électronique. Cette étape marque la fin de l'assemblage du navire.

Le BPC rejoint par la suite le bassin de Penhoët, où STX France et ses sous-traitants procède à son achèvement.


Le capitaine de vaisseau Guillaume Goutay, premier commandant du Dixmude. (photo © Marine nationale).
2011 : Essais et prise en charge par la Marine

A partir de janvier 2011, les rangs du détachement nazairien de l’équipage de conduite, sous le commandement du CV Guillaume Goutay, grossissent.

Le 7 février 2011, 72 marins du BPC rallient St Nazaire, afin de prendre leurs marques, de poursuivre les recettes, et de participer aux essais, en soutien de l’équipe de programme intégrée et des industriels.

Le 26 avril 2011, le Dixmude quitte le bassin C, avec 320 personnes à bord, pour effectuer ses premiers essais à la mer qui s’étalent jusqu’au 30 avril. A cette occasion, le 28 avril 2011, il rencontre la FREMM Aquitaine le temps d’une navigation de concert au large de Belle-Ile.

Le 23 juin 2011, lors d'une cérémonie organisée à Saint-Nazaire, le vice-amiral d'escadre Bertrand Aubriot, commandant de la Force d'Action Navale, fait reconnaître le capitaine de vaisseau Guillaume Goutay comme premier commandant du Dixmude.


Arrivée du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Dixmude à Toulon (13 juillet 2011).

Le 6 juillet 2011, le Dixmude quitte Saint Nazaire, et, après une traversée d’une semaine, arrive le 13 juillet à Toulon, son port base, où DCNS procèdera à la mise au point de son système de combat.

Le 19 septembre 2011, il appareille de Toulon, avec dans conditions météo difficiles (rafales de vent à 100 km/h, pour entamer une nouvelle campagne d'essais de plusieurs jours, qui concerne notamment sur les systèmes de communication du bâtiment.

2012 : Admission au service actif

Le 3 janvier marque la date de la livraison contractuelle du bâtiment à la direction générale de l'armement (DGA), avec trois mois d'avance par rapport au planning initial. Le Dixmude est désormais propriété de l'Etat.

Le 14 janvier, le ministre de la défense et des anciens combattants, Gérard Longuet, se rend à Toulon (Var), pour visiter le bâtiment.

Le 5 mars, le Dixmude partira de Toulon, pour assurer la prochaine mission « Jeanne d'Arc » de la nouvelle promotion d'officiers-élèves de l'école navale, avec en conserve la frégate Georges Leygues. Les deux navires achèveront leur déploiement à Brest fin juillet, après avoir contourné l'Afrique via le cap de Bonne Espérance. Cette mission, de plusieurs mois, sera mise à profit pour réaliser la phase 2 de la vérification des capacités militaires (traversée de longue durée) du bâtiment

Jean-Michel Roche pour Net-Marine © 2012. Copie et usage : cf. droits d'utilisation - Sources : Communiqués de presse Marine nationale, DGA, DCN, CESM, Cols bleus, Sites officiels MN/DGA/DCN, Mer & Marine, Le Télégramme, Var-Matin, Le Monde, Libération, AFP, Reuters,...


[Sommaire BPC Dixmude ] . [Sommaire Net-Marine]