Invisibles aux radars ? Les SER et SIR


Le Sea Shadow, "summum" de la furtivité. Un navire qui sera resté au niveau expérimental du fait de sa maigre flottabilité et des difficultés à y intégrer un système d'armes. (photo officielle US Navy)
De manière à accroître la furtivité vis à vis des radars ou autodirecteurs ennemis et permettre l'efficacité des leurres, il est nécessaire de réduire au minimum la signature radar des bâtiments de surface et aéronefs.
D'une part, le bâtiment paraissant plus petit sur l'écran radar adverse, il pourra être mal vu (ou pas vu du tout) par l'ennemi ou bien confondu avec une cible différente (un petit bâtiment de pêche par exemple).
D'autre part, pendant l'engagement, le missile aura plus de difficultés à repérer sa cible. Il sera donc plus facile de le leurrer.

La furtivité n'est pas l'invisibilité car il est impossible avec les moyens actuels de faire disparaître une cible de l'écran radar adverse. Par contre, on peut diminuer la taille apparente (SER : Surface Apparente Radar) de façon à tromper l'ennemi. Exprimée en m² (ou en dB/m²), la SER (Surface Equivalente Radar ou RCS : Radar Cross Section) caractérise la capacité de la cible à rayonner l'énergie électromagnétique vers le radar. Elle est l'expression d'un rapport entre l'énergie ré-émise sur la densité d'énergie reçue par unité de surface.

La SER dépend de :

  • la polarisation de l'onde ;
  • la longueur d'onde du radar ;
  • l'aspect présenté par la cible vis à vis du radar ;
  • la géométrie et les matériaux constituant la cible.

L'IR fait appraître les zones chaudes d'un aéronef : ici un F14 Tomcat survolant un hélicoptère Appache. (photo Sierra Pacific)

Pour la réduire il est nécessaire :

- Modifier la forme extérieure de l'objet de manière à disperser les ondes radar pour qu'elles ne reviennent pas à l'émetteur (inclinaison des parois, supression des aspérités, carénage des superstructures) ;

- d'utiliser des structures en composite ou des revêtements absorbants (bâches, peintures, revêtements collés).

La signature infrarouge

La signature infrarouge (SIR ou IRS : Infrared signature) a été mise en évidence depuis de nombreuse années. Elle est utilisée par les missiles à téléguidage ou guide passif pour localiser leur cible.

La puissance émise par une cible est proportionnelle à la température puissance 4 (T4). C'est la loi de Stephan.


A bord d'un bâtiment de surface, les techniques de réduction de la SIR sont nombreuses. (photo Sierra Pacific)
Mais, à la différence de la SER, la SIR est particulièrement difficile à caractériser. En effet, la SIR est liée aux sources internes de chaleur (échappements, point chaud,...) mais également aux surfaces externes qui sont sensibles aux rayonnement solaire. L'effet de contraste est également très marqué (importance du "background" et de l'environnement).

A bord d'un bâtiment de surface, les techniques de réduction de la SIR sont nombreuses :

  • refroidissement des gaz par mélange avec de l'air frais ;
  • refroidissement par eau de mer ;
  • calorifugeage ;
  • échappements sous-marins ;
  • propulsion nucléaire ;
  • réduction de l'échauffement de la coque et des superstructures (peinture absorbant peu le rayonnement solaire, brouillard d'eau noyant le bâtiment, ...).
[Sommaire Guerre Electronique Navale].[Sommaire Net Marine]